Affaires Libor, Libye : Soc Gen proche d'un accord à 1 milliard de dollars

 |   |  515  mots
La Société Générale avait indiqué en mars être entrée dans une phase de discussions plus actives avec les autorités américaines, dans le but d'aboutir dans les prochaines semaines.
La Société Générale avait indiqué en mars être entrée dans "une phase de discussions plus actives" avec les autorités américaines, dans le but d'aboutir "dans les prochaines semaines." (Crédits : Charles Platiau)
La banque serait sur le point de signer un règlement amiable avec les autorités américaines mettant un terme aux enquêtes sur l'affaire de soupçon de corruption en Libye et de celle de manipulation du taux interbancaire Libor, pour un montant de plusieurs centaines de millions. La France en récupérerait une partie.

Un mois et demi après l'annonce surprise du départ de son directeur général délégué, Didier Valet, semble-t-il, exigé par les autorités américaines, la Société Générale devrait solder deux litiges qui plombent son horizon depuis des mois, par le biais d'un règlement amiable avec le ministère de la Justice des États-Unis. Il s'agit du scandale Libor, dans lequel plusieurs grandes banques sont accusées d'avoir procédé à des manipulations de ce taux de change interbancaire, et de l'affaire libyenne, des soupçons de corruption dans le cadre de transactions avec le fonds souverain libyen (Libyan Investment Authority, LIA), avec lequel la banque a réalisé un accord financier de quelque 963 millions d'euros il y a un an.

La banque de La Défense aurait accepté de payer un montant de l'ordre de 800 millions de dollars pour sceller cet accord avec les autorités américaines et françaises, qui en récupérerait une partie, selon l'agence Bloomberg. La Société Générale avait indiqué en mars être entrée dans "une phase de discussions plus actives" avec celles-ci, dans le but d'aboutir "dans les prochaines semaines." Elle avait précisé dans son rapport annuel qu'elle avait alloué à ces deux dossiers "environ 1 milliard en contre-valeur euro" de provisions dans ses comptes. Elle pourrait devoir payer aussi une amende à la Commodity Futures Trading Commission (CFTC), le gendarme américain des marchés à terme.

L'action Soc Gén gagne un peu plus de 0,5% ce jeudi matin.

Départ forcé en échange d'une pénalité allégée

En août 2017, deux ex-responsables de la Soc Gen, Danielle Sindzingre et Muriel Bescond, ont été inculpées aux États-Unis dans le cadre d'une enquête ouverte par les autorités fédérales sur les manipulations du taux de change Libor. Elles sont accusées d'avoir fait "fournir par leur employeur, la Société Générale, des taux falsifiés pour le Libor qui ont ensuite eu des effets sur les transactions du monde entier utilisant le Libor", selon le procureur fédéral. En mars dernier, Didier Valet, le patron de la branche de "grande clientèle" (banque de financement et d'investissement) a démissionné  "à la suite d'une différence d'appréciation dans la gestion d'un dossier juridique spécifique du groupe, antérieur à son mandat de directeur général délégué."

Selon le Financial Times, les autorités américaines auraient imposé une amende bien supérieure si elles n'avaient pas obtenu la tête de ce dirigeant qui supervisait les activités de marchés, et auraient exigé de la banque qu'elle plaide coupable et accepte la surveillance d'un contrôleur indépendant.

La Société Générale présente ce vendredi 4 mai ses résultats du premier trimestre. Le directeur général, Frédéric Oudéa, a déclaré à plusieurs reprises qu'il espérait régler ces deux litiges cette année. Le vote sur le renouvellement de son mandat est prévu l'année prochaine.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 03/05/2018 à 17:50 :
La banque crispe ses clients de bonne foi avec les procédures Tracfin, mais elle échappe au système pour elle-même et en profite de façon éhontée. Quelle autorité a pouvoir sur les banques?
a écrit le 03/05/2018 à 13:22 :
Moralité de l'histoire, le marché américain est un bourbier pour les banques. Deuxièmement il faut arrêter d'acheter le pétrole en dollar, il faut arrêter de faire des cadeaux aux USA.
Réponse de le 03/05/2018 à 22:12 :
Impossible, le marché pétrolier est basé sur le $. Les américains font ce qu'ils veulent dans ce registre. Y a que les chinois qui ont trouvé la parade apparemment...
a écrit le 03/05/2018 à 12:05 :
SocGen a intérêt à provisionner pour payer tous ses procès. Il y a un an, c'était une amende US de 50 M$ à la suite des poursuites liées à la crise des subprimes en 2008 .
Sans parler de l'affaire Kerviel dans laquelle le défaut de surveillance du trader n'a pas été encore sanctionné. Son inoxydable DG Frédéric Oudéa peut prétendre au renouvellement de son mandat, malgré sa mise en cause dans le scandale de la structure d'évasion fiscale au Panama. Un léger soupçon de collusion politico-financière.
a écrit le 03/05/2018 à 11:47 :
le libor n'est pas un taux de change. c'est un taux interbancaire
a écrit le 03/05/2018 à 10:22 :
Encore une banque qui paye parce qu'elle fauté,n encore une fois elle donne des milliards aux américains tandis que l'UE elle leur facilité l'évasion fiscale...

Vite un frexit.

"L'Amérique a fait payer cher la crise aux banques de la planète " https://www.lesechos.fr/finance-marches/banque-assurances/0301356722599-comment-lamerique-a-fait-payer-la-crise-aux-banques-de-la-planete-2157302.php

Ils sont bien trop forts ces américains, que la planète demande de suite son identité américaine, ils ont largement tout gagné mais bon avec des concurrents benêts comme le sont nos hommes d'affaires et politiciens européens faut dire que c’était pas difficile.

Et à vaincre sans péril on triomphe sans gloire mais bon l'important c'est de gagner nous dirait l'oncle sam...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :