Dérèglement climatique : le coût des intempéries en France flambe

Orages, foudre, chutes de grêle, inondations...Les intempéries qui ont frappé la France entre fin mai et début juillet ont occasionné « près d'un million de sinistres » pour un coût estimé à 3,9 milliards d'euros par France Assureurs, la fédération des assureurs.
Les intempéries qui ont frappé la France depuis fin mai, avec des orages, de la foudre, des chutes de grêle et des inondations, vont coûter aux assureurs 3,9 milliards d'euros en indemnisations, a annoncé mardi l'association France Assureurs.
Les intempéries qui ont frappé la France depuis fin mai, avec des orages, de la foudre, des chutes de grêle et des inondations, vont coûter aux assureurs 3,9 milliards d'euros en indemnisations, a annoncé mardi l'association France Assureurs. (Crédits : Social Media)

Chutes de grêle, orages, rafales de vent, foudre...entre fin mai et début juillet, le pays a déjà connu trois épisodes de fortes intempéries. Ces aléas climatiques, qui ont frappé la France, vont coûter aux assureurs 3,9 milliards d'euros en indemnisations, a annoncé mardi l'association France Assureurs. Dans le détail, les dégâts sur les habitations devraient coûter 1,07 milliard d'euros, ceux sur les automobiles 1,08 milliard, ceux sur les biens professionnels 190 millions et ceux sur les biens agricoles 80 millions.

Une année 2022 « inédite »

Pour les deux premières périodes (entre le 20 et le 23 mai et entre le 2 et le 5 juin), 355.000 sinistres ont été recensés pour près de 1,5 milliard d'euros de dommages. L'état de catastrophe naturelle avait été reconnu le 12 juin dans plusieurs communes du Massif Central, de l'Île-de-France ou du Sud-Ouest, sinistrées par des inondations, de la grêle ou des coulées de boue. En tout, 65 départements avaient été touchés par ces intempéries, qui avaient fait un mort et quinze blessés.

Sur la troisième période d'intempéries (entre le 18 juin et le 4 juillet), 624.000 sinistres ont été dénombrés, et les dégâts ont été chiffrés à 2,4 milliards d'euros.

« Ces orages de grêle ont un caractère exceptionnel, tant par leur intensité que par leur étendue », a rappelé France Assureurs, tandis que le réchauffement climatique dû à l'activité humaine rend ce type de catastrophes de plus en plus intenses et de plus en plus fréquentes.

France Assureurs s'attend à une année 2022 « inédite », tant « les sinistres climatiques atteignent déjà un coût sans précédent sur les vingt dernières années ».

Et maintenant, la canicule...

Depuis mardi, c'est la canicule qui commence à frapper le pays. Cette vague de chaleur exceptionnelle, la deuxième en à peine un mois, concerne d'ailleurs toute l'Europe occidentale. La première ministre française, Elisabeth Borne, a demandé mardi à tous les ministres de se mobiliser pour faire face aux conséquences de cette vague de chaleur qui pourrait durer « de huit à dix jours », avec un pic probablement « entre samedi et mardi » 19 juillet, selon Météo France.

Lire aussiSécheresse, grêle, et maintenant canicule: les agriculteurs craignent des baisses de rendements de 20%

Outre les risques sur les populations les plus vulnérables, l'agriculture est l'une des premières victimes du changement climatique, avec des épisodes de grêle ou de sécheresse de plus en plus dévastateurs. La sécheresse qui sévit depuis avril pourrait causer des baisses des rendements agricoles de plus de 20%, selon les Chambres d'Agriculture de France. Mi-juin, la grêle, elle, avait déjà causé des dommages chiffrés à plus de 150 millions d'euros.

Pour faire face aux aléas climatiques de plus en plus récurrents, la profession attend l'entrée en vigueur en janvier 2023 d'une loi sur « l'assurance-récolte », cruciale pour le secteur. Ce texte vise à instaurer « un régime universel d'indemnisation » et conduire à la création d'un pool d'assureurs. Des discussions sont actuellement en cours pour déterminer les niveaux des franchises ou seuils à partir desquels les différentes prises en charge, des assureurs ou de la solidarité nationale, se déclencheront.

 (Avec AFP et Reuters)

En direct - Transition Forum 2022

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 4
à écrit le 13/07/2022 à 14:16
Signaler
Le coût pour les compagnies d'assurance ?? Non,.le coût pour les assurés...La repurcution se fait depuis des années sur les tarifs..Et je n'ai pas encore vu de compagnie d'assurance officiant en France faire faillite... Les catastrophes naturelles...

à écrit le 13/07/2022 à 12:23
Signaler
Le dérèglement climatique est peut-être une cause de l’emballement des sommes versées par les assurances, mais il faut lui ajouter l’emprise en forte augmentation des zones construites, bétonnées, asphaltées, et le fait que les gens sont de plus en p...

à écrit le 13/07/2022 à 11:00
Signaler
L'eau du bassin d'Arcachon va pas tarder à chauffer, bouillir, déborder...... ?

à écrit le 12/07/2022 à 17:52
Signaler
ILs font pourtant des profits colossaux, au nom de la prévoyance bien sur... Pour avoir de quoi au cas ou... qui n'arrive jamais, c'est bien calculé... Le patron ou ex de la Matmut avait une collection de Porsche... une boite qui met en avant sa str...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.