Banco Espirito Santo prêtait secrètement des fonds à son actionnaire principal

 |   |  294  mots
A la mi-juillet, le Contrôleur des banques du Panama (SBP) avait pris le contrôle de l'établissement ES Bank, détenu à 100% par Espirito Santo Financial Group.
A la mi-juillet, le Contrôleur des banques du Panama (SBP) avait pris le contrôle de l'établissement ES Bank, détenu à 100% par Espirito Santo Financial Group. (Crédits : reuters.com)
La banque portugaise Banco Espirito Santo (BES), sauvée de la faillite début août, avait mis en place un système de financement occulte de son principal actionnaire en passant par sa filiale au Panama.

Le système fonctionnait depuis deux ans. Selon le quotidien économique Financial Times (FT)BES avait accordé plusieurs prêts à ES Bank au Panama, qui ensuite achetait des titres de dette de la holding de tête du groupe familial, Espirito Santo International (ESI).

Irrégularités comptables de la 1ère banque privée portugaise

À la mi-juillet, le Contrôleur des banques du Panama (SBP) avait pris le contrôle de l'établissement ES Bank, détenu à 100% par Espirito Santo Financial Group, principal actionnaire de BES avec une participation de 20,1%, afin de protéger ses clients d'un risque d'insolvabilité.

La découverte d'irrégularités comptables au sein de la holding ESI a précipité la débâcle de celle qui était la première banque privée du Portugal en valorisation boursière, après qu'elle eût affiché des pertes colossales en raison de son exposition à la dette de plusieurs sociétés du groupe.

Financements frauduleux

Les autorités portugaises ont décidé de créer une nouvelle entité bancaire et d'y injecter 4,9 milliards d'euros pour sauver les actifs sains de BES, tandis que les actifs toxiques ont été laissés entre les mains de ses actionnaires.

Le gouverneur de la Banque centrale du Portugal, Carlos Costa, avait alors dénoncé un "mécanisme de financement frauduleux au sein des sociétés du groupe" Espirito Santo. Mais les mesures mises en place ont été jugées insuffisantes pour certains. Un banquier lisboète réagissait jeudi 11 septembre dans les colonnes du FT :

"La Banque centrale du Portugal n'a pas tiré les leçons des faillites bancaires précédentes. La gestion a été trop laxiste. Les règles qui existent sur le papier ne sont pas mises en pratique."

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 13/09/2014 à 18:16 :
L'argent prêté par tous les pays européens provient du porte monnaie des contribuables. Pourquoi un tel laxisme ? Pourquoi n'y a-t-il pas eu plus de contrôle ? A mon avis, avec l'Europe, les escroqueries de ce genre et la corruption gagnent du terrain !

Marie51
a écrit le 12/09/2014 à 17:02 :
Au Portugal c'est la corruption institutionnalisée selon un journal portugais dont le nom je ne dirai pas, moi j'y vais très peu car en France c'est moins corrompu, mais....
a écrit le 12/09/2014 à 15:50 :
Qu'on vienne nous parler du fameux "Marché libre et de concurrence pure" !!
Le truc, c'est encore plus utopique que le communisme !
a écrit le 12/09/2014 à 15:29 :
C'est étrange ! Ils avaient pourtant un administrateur français de premier plan et compétent.
Réponse de le 12/09/2014 à 17:20 :
Mais voilà la cause, ò pà !!! mdr
a écrit le 12/09/2014 à 14:49 :
Tous ces mouvements étaient visibles et controlés par un cabinet de réviseur d'entreprise et l'état luxembourgeois par l'intermédiaire de la CSSF a failli à sa tâche de surveillance. Vive la finance et les paradis fiscaux
a écrit le 12/09/2014 à 14:04 :
toujours les magouilles bancaires
organise par bruxelles puisque il n'ont rein vue de leur controle
donc ils sont les organisateurs

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :