Les Etats-Unis infligent au Crédit Agricole une amende de 787,3 millions de dollars

 |   |  236  mots
Crédit Agricole est accusé d'avoir commercé en dollars avec des pays sous le coup d'embargo américain.
Crédit Agricole est accusé d'avoir commercé en dollars avec des pays sous le coup d'embargo américain. (Crédits : © Jacky Naegelen / Reuters)
La banque française est officiellement fixée sur l'amende qu'elle devra payer pour avoir enfreint les embargos américains sur certains pays: 787,3 millions de dollars, soit 693 millions d'euros, ce qui correspond approximativement à ce qui était attendu.

Crédit Agricole a écopé d'une amende de 787,3 millions de dollars pour avoir violé des embargos américains contre le Soudan, l'Iran, Cuba et la Birmanie, a annoncé mardi un régulateur new-yorkais.

Cette pénalité financière fait partie d'un accord conclu avec quatre autorités, qui accusaient la banque française d'avoir effectué des transactions en dollars entre 2003 et 2008 au nom d'entités et de personnes frappées par les sanctions économiques imposées par Washington.

Des transferts d'argent au profit d'entités sous embargo américain

Les autorités américaines accusent Crédit Agricole d'avoir transféré des milliards de dollars pour le compte d'entités soumises à des sanctions américaines en profitant d'une faille juridique aux États-Unis.

L'enquête s'est concentrée sur des pays comme le Soudan, Cuba et l'Iran et sur des opérations qui auraient été effectuées entre 2003 et 2008, selon ces sources.

En 2014, BNP Paribas avait écopé d'une amende de près de 9 milliards

Fin septembre, des sources américaines avaient indiqué à l'AFP que les antennes londonienne, parisienne, singapourienne et genevoise de Crédit Agricole CIB, la banque de financement et d'investissement du groupe, étaient concernées.

BNP Paribas s'était vu infliger une amende autrement plus lourde pour des faits similaires. En 2014, la première banque français avait ainsi accepté de régler près de 9 milliards de dollars au gouvernement américain.

(Avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 21/10/2015 à 16:13 :
Le principe est simple : Nonobstant le risque qui est connu la banque opère des transactions en dollar à fort taux de commission via la compensation de sa filiale américaine. Si les américains se plaignent, arrivant à aligner des preuves pour une partie des transactions et quelque soit l'amende, c'est un emprunt long à très faible taux qui est souscrit puis placé chez ses clients américains parmi d'autres. Soit pile je gagne, face je ne perds pas. Dans ces conditions on aurait tort de se gêner, d'un côté comme de l'autre.
a écrit le 21/10/2015 à 13:46 :
Bien est on nous parle du marché de libre échange entre USA et Europe... Si cela fonctionne avec les même équité économique et judiciaire, nous ne somme pas la pour nous faire plumé.... NON MERCI aux voleurs autre atlantique...
a écrit le 21/10/2015 à 12:28 :
Ils ont tenté, ils ont perdu mais pas de soucis pour le CA les sommes étaient provisionnées d'avance, c'est un jeu pour nos banquiers, tu joues, tu gagnes ou tu perd !!!!
Réponse de le 21/10/2015 à 13:22 :
En plus, il me semble que, en cas de perte, la banque peut déduire lesdites pertes de son bilan, minorant ainsi ses impôts à payer (ex: ce qui a été fait lors de la perte de qq milliards Kerviel/SG). Donc c'est un peu nous tous perdants et la banque toujours gagnante : elle triche, elle gagne, tant mieux, pas vu, pas pris ; elle se fait pincer : une moins value fiscale, et hop! Elle ne perd presque rien. Tournicoti, Tournicota, plus rien à voir' tu l'as dans le baba !
Bof! Ça n'incite pas à changer. Les lois sont faites par les gens de pouvoir, donc à leur avantage exclusif : les lobbies, les banques, les monopoles...
a écrit le 21/10/2015 à 10:34 :
décidément aux crédit agricole ce sont des épées (les dirigeants) ! après avoir pris le contrôle de la deuxième banque grecque (avant la crise grecque) pour la revendre à perte, avoir acheter 25 % d'une banque espagnole dans le but d'en prendre le contrôle las cette banque était collée à des financements de la bulle immobilière espagnole! on peut se demander ce que cette banque va encore nous sortir !
a écrit le 21/10/2015 à 9:58 :
L Europe au niveau zero.........on aura it pourtant eut matinee a proces concernant Les subprime set Les maquillage de competes de la Greece.........Mme Merkel Est une atlantiste aveugle et nous on suit beatement
a écrit le 21/10/2015 à 8:26 :
Que les banques respectent les lois des pays dans lesquelles elles sont implantées et avec lesquelles elles travaillent, c'est juste normal. Qu'elles se fassent prendre la main dans le sac comme des bleus c'est autre chose, de l'amateurisme ou du risque connu et mesuré ; dans les deux cas elles sont s'en moquent, au pire, au bord du gouffre, les gouvernements et donc les contribuables passent à la caisse pour éviter le zombie du risque systémique
a écrit le 20/10/2015 à 23:29 :
Svp ne mélangez pas tout votre petite personne et un racket à l'échelle internationale.
a écrit le 20/10/2015 à 23:07 :
@ BONSOIR : Monsieur HOLLANDE êtes vous le Président de la REPUBLIQUE FRANCAISE ou le Gouverneur d'un nouvel état américain. Quand allez vous cesser de dire" AMEN" à tous les dictats américains...... quand allez vous cesser de ramper devant les américains.... quand allez vous enfin faire respecter la FRANCE à l'étranger ???? ASSEZ DE BARATIN DES ACTES CONCRETS !!!!!!
a écrit le 20/10/2015 à 21:50 :
Cette forme de racket pratiquée par les USA se banalisé. Sans réaction de l Europe les USA vont généraliser le procédé.
a écrit le 20/10/2015 à 21:07 :
Le C.A et les autres le peuvent largement. Cette amende représente 1/10ème de son bénéfice annuel. Les agios sont aussi chers qu'il y a plus de 30 ans, lorsque l'inflation était à deux chiffres. Commissions d'intervention et tarifs bancaires en hausse vertigineuse, et ils en inventent toujours des nouveaux, augmentés deux fois par an. Crédit Immo et au T.P.E et P.M.E impossibles à obtenir. Les taux bas, ne profitent qu'aux banques, et à leurs marges.
Réponse de le 21/10/2015 à 3:48 :
La question ici n'est pas de savoir si les banques françaises se portent bien ou pas mais si les us peuvent infligés des sanctions aux entreprises européennes (vw, Bnp, ca...) se chiffrant en milliards sans que l'Europe ne réagisse. si ces boîtes coulent ce sont des européens qui perdront leur job
a écrit le 20/10/2015 à 19:51 :
Donc, confirmation une fois de plus que nous sommes bien une colonie us. Sinon, en cette période 1929-39, les us ne vont SURTOUT pas vouloir se rappeler de : Glass-Steagall Act, Roosevelt, Ferdinand Pecora...
a écrit le 20/10/2015 à 19:50 :
Pour avoir effectué des transactions avec un pays tiers en $. Que les US refusent de traiter et de payer avec le pays X avec leur propre monnaie, c'est eux qui décident. Mais qu'ils imposent aux autres de ne pas faire ci, de ne pas faire ça, c'est de l'abus de position. Boycottons cette monnaie. Refusons de payer le pétrole en $. Payons en €. Ils reviendront probablement sur leurs principe.
a écrit le 20/10/2015 à 19:41 :
Bof, la continuité de notre vassalisation par Washington, qui a besoin de remplir ces caisses tellement vide, et au passage, de détruire l'économie européenne au profit de son business locale.
J'aimerai tellement lire des articles de tribunaux français attaquant les boites US.
Il y a tellement à faire !
a écrit le 20/10/2015 à 19:33 :
On se demande ce qu'attendent les européens pour faire la même chose aux banques
américaines exerçant dans l'UE . Idem pour l'industrie, il semble qu'il s'agit d'un système
organisé , protectionniste et très lucratif pour les finances US.
Réponse de le 20/10/2015 à 19:54 :
Mon vieux BA, là, je ne te reconnais pas... Toi, être contre les us alors que tu ne vise que le fric, soit, finalement, tu es bien tout contre (proche) d'eux...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :