Orange Bank s'offre la néobanque Anytime pour diversifier ses revenus

 |  | 636 mots
Lecture 4 min.
Paul de Leusse, à la tête d'Orange Bank depuis octobre 2018, mise sur les synergies des offres de la banque mobile et de l'opérateur télécom Orange.
Paul de Leusse, à la tête d'Orange Bank depuis octobre 2018, mise sur les synergies des offres de la banque mobile et de l'opérateur télécom Orange. (Crédits : Orange)
Orange Bank s'invite sur le marché porteur des professionnels et des entreprises. Avec cette acquisition, elle renforce son offre de services, en synergie avec la maison-mère Orange, très présente sur ces segments de marché.

Orange Bank vient d'annoncer l'acquisition - sa première opération de croissance externe - de la néobanque Anytime, spécialisée sur les services bancaires aux professionnels et aux entreprises. Cette opération permet à la filiale bancaire du groupe de télécoms de prendre pied sur un nouveau segment de marché, trois ans après son lancement sur le marché des particuliers.

Le montant de la transaction n'a pas été communiqué. Mais l'opération sera financée sur la prochaine augmentation de capital qui doit être bouclée dans les prochaines semaines.

Double logique

Ce rachat répond à une double logique. Tout d'abord, il offre à Orange Bank une source de diversification de revenus sur des segments de marché plus rentables que celui des particuliers. En général, les marchés professionnels génèrent trois à quatre fois plus de revenus que sur le marché des particuliers.

C'est pourquoi les néobanques s'intéressent de plus en plus à ce créneau, d'autant que l'offre des banques traditionnelles est souvent jugée chère et peu satisfaisante par les clients professionnels. Ce qui laisse une porte d'entrée pour les nouveaux acteurs. Ces néobanques attisent ainsi l'intérêt croissant des investisseurs et... des banques. Spécialisée sur les PME, Qonto a ainsi bouclé un tour de table de 104 millions d'euros en janvier 2020 et Société Générale a racheté, l'été dernier, la fintech Shine, ciblée sur les indépendants et les TPE, pour une centaine de millions d'euros. Cette opération laissait d'ailleurs présager d'autres rachats.

Lire aussi : Société Générale met la main sur Shine, la néobanque pour les pros

Convergence des offres

Le deuxième intérêt de l'acquisition d'Anytime est de renforcer les synergies entre la banque mobile et sa maison-mère, Orange. C'est l'un des axes stratégiques d'Orange Bank depuis plus de deux ans. « Orange Bank est au service de ses clients mais également de sa maison-mère », résume Paul de Leusse, directeur général d'Orange Bank.

« Cette acquisition est utile pour le groupe : Orange, très présent sur le segment des professionnels et des entreprises, souhaite en effet consolider sa relation en apportant des solutions plus globales que la seule téléphonie. Or, Anytime est beaucoup plus qu'un compte bancaire ou une carte de paiement ; c'est également une offre complète de services, de l'aide à la création d'entreprise à l'émission de devis et de factures, en passant par la gestion des impayés », précise le dirigeant.

C'est d'ailleurs dans cette logique de complémentarité des offres qu'Orange Bank s'est lancée dans le financement et l'assurance du téléphone mobile ou propose le pack Premium, un nouveau pack familial autour de plusieurs cartes bancaires, à l'image des packs Open commercialisés par l'opérateur télécoms. Cette convergence des offres facilite en outre leur commercialisation en boutiques, qui génèrent 60% des ouvertures de comptes.

Rentable depuis 2018

Contrairement à la plupart des néobanques, Anytime a su développer son offre auprès d'un large spectre de clientèle, de l'autoentrepreneur à la grande entreprise, notamment pour la gestion du parc des cartes professionnelles. Cette diversité de clientèle, qui correspond à celle d'Orange, est l'un des points qui a intéressé Orange Bank.

A l'origine, Anytime s'est lancée en 2014 sur le marché de la carte prépayée pour les particuliers (déclinée en usages spécifiques, comme les jeunes) avant de changer radicalement de modèle d'affaires et de « pivoter » sur la clientèle d'entreprise en proposant des services pour leur faciliter la vie. Un virage opéré avec succès car la start-up est rentable depuis 2018. A ce jour, la société revendique quelque 100.000 cartes de paiement professionnelles.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 06/01/2021 à 20:19 :
vu la conjoncture faut etre tres prudent question prets
a écrit le 06/01/2021 à 19:09 :
Des X-Ena ingénieurs télécoms transformés en banquiers ; si le service client est aussi "performant" et inhumain que pour le téléphone, ça promet ...
Réponse de le 07/01/2021 à 8:46 :
Bonjour, j'allais poser le même problème... la banque est un métier de service(s)... qui a envie d'appeler Orange en cas de problème de virement ? de débit ou je ne sais ??
Leur but (via notamment des logiciels assez pertinents) dans la téléphonie est de ne pas vous répondre, que vous trouviez la solution par vous-même : dans la banque cela n'est pas possible.
Il n'y a pas pire SAV que celui d'Orange avec leur suffisance en cadeau bonus...
JAMAIS un vendeur de boites ne sera mon banquier...
Réponse de le 07/01/2021 à 12:25 :
Comment voulez-vous obtenir un service client quand vous payez 15€ par mois ? Le téléconseiller vous a à peine dit Bonjour que l'opérateur à englouti ces 15€.
L'objectif des opérateurs c'est zéro incident pour zéro contact.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :