Coronavirus : la BCE tranchera sur de possibles mesures le 12 mars

 |   |  417  mots
(Crédits : DR)
L'institution s'est dite "prête à prendre les mesures appropriées" face à l'impact économique de l'épidémie du coronavirus. Objectif de cette communication : rassurer les marchés financiers, qui ont enregistré leur pire semaine depuis 2008.

La Banque centrale européenne discutera "le 12 mars", lors de sa prochaine réunion, de possibles réponses aux risques que la progression du nouveau coronavirus fait courir à l'économie, a appris l'AFP mardi.

"La discussion entre gouverneurs de banques centrales de la zone euro sur des actions à prendre n'a pas encore eu lieu, elle se fera lors de la prochaine réunion du conseil des gouverneurs", a indiqué une source proche de la BCE.

Lundi soir, la présidente de la BCE Christine Lagarde, de retour de Paris, a réuni le directoire de l'institution à Francfort, aboutissant au communiqué dans lequel l'institution s'est dite "prête à prendre les mesures appropriées" face à l'impact économique de l'épidémie. Ce mardi, une réunion téléphonique est prévue entre banquiers centraux et ministres des Finances du G7 pour coordonner leur action.

Un signal pour les marchés financiers affolés

La BCE a, par la voix de sa présidente, voulu dans l'immédiat envoyer un signal aux marchés financiers, affolés ces derniers jours par la progression de l'épidémie et par la difficulté d'évaluer ses conséquences pour l'économie.

Les taux d'emprunt de la France et de l'Allemagne ont poursuivi lundi leur recul, creusant davantage leur écart avec les rendements italiens et espagnols, ce qui ajoute de la pression sur la BCE pour agir. Les anticipations d'inflation à 5 ans, descendues à près d'1,1%, n'ont jamais été aussi basses et s'éloignent encore du taux proche de 2% recherché par la BCE.

Reste à savoir quelles mesures "appropriées et ciblées" la BCE entend prendre, selon la formule encore vague adoptée dans son communiqué. Des analystes suggèrent que l'institution pourrait choisir de baisser davantage son taux sur les dépôts excédentaires, actuellement fixé à -0,50%, ce qui pénaliserait les banques choisissant de confier leurs liquidités à la BCE au lieu de les prêter aux entreprises et ménages.

Quelles mesures ?

Elle pourrait aussi augmenter ses achats d'obligations sur le marché, le fameux "QE" qui a repris depuis novembre dernier au rythme de 20 milliards d'euros par mois.

Autre piste suggérée, assouplir encore les conditions des prêts géants bancaires, appelés "TLTRO". Le communiqué de la BCE "pourrait donner un premier indice" de modifications des TLTRO, éventuellement en offrant "des conditions plus souples destinées aux PME" vulnérables aux soubresauts liés au coronavirus, a tweeté Frederik Ducrozet, stratégiste chez Pictet Wealth Management.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 03/03/2020 à 19:13 :
Assistanat des rentiers !
a écrit le 03/03/2020 à 14:02 :
Et allez, encore un coup de QE. Les francais voient leurs eco fondre a vue d'oeil et la vieille chouette se rie d'eux.
Plus de 20% de depreciation en moins de trois mois.
Europe va au diable.
Réponse de le 04/03/2020 à 22:02 :
Où avez vous vu que les Français qui ont leur magot sur des livrets de caisse d'épargne ou en assurance vie en Euros ont pu perdre 20% en 3 mois ? Ce n'est vrai que pour les quelques uns qui investissent en bourse, mais l'investissement boursier est sur le long terme.
a écrit le 03/03/2020 à 13:58 :
Le coronavirus se soigne mais les parasites non , ils sont silencieux et ils détruisent votre énergie et votre immunité de jour en jour ...,
A quand un vaccin pour les parasites ?🤑
a écrit le 03/03/2020 à 13:42 :
"Objectif de cette communication : rassurer les marchés financiers"

Vous savez les mêmes qui détruisent la planète et son humanité ? Ben ouais ya des priorités hein...

Avec notre argent nos politiciens vont leur donner de quoi détruire et tuer encore plus.
Réponse de le 03/03/2020 à 15:37 :
C'est le but du jeu ... on dit jouer en bourse !
a écrit le 03/03/2020 à 13:03 :
Toujours plus de fric public bien entendu pour les bien trop gros et gras bourrés de diabète et de maladies en tout genre, toujours moins de fric pour une humanité qui en aurait toujours plus besoin.

Le discours de la finance et de ses stupides serviteurs est indécent.

Le déclin c'est toujours trop long vers la fin.
a écrit le 03/03/2020 à 12:38 :
Finalement, l'europe sert surtout a permettre le refinancement des entreprises!
La bourse pour les actionnaires, il faut donc les sécuriser !!! alors que l'on sait que le marché a des aléas, que ceux ci dépendent des actionnaires, et finalement la mutualisation au niveau européen des capitaux, après les taux négatifs, le refinancement par la reprise de la dette.....

Capable d'agir en moins de 10 jours lorsque le marché boursier fonctionne aléatoirement, mais par contre pour la question du climat, tranquilou la vida.....

Ce qui montre aussi que l'europe est la pour les entreprises et non les citoyens!

La sécurité sociale qui est développé par larem en france pour les entreprises, finalement l’Europe le fait en reprenant de la dette, qui fait que comptable de celle ci, elle ne peut par la suite qu'imposer aux pays un moins disant social !!!

La réforme de la retraite est bien ce que conseillait l'ue?!! du coup c'est aussi une manière d'inclure les coûts de la bourse dans la comptabilité des états et du coup les coupes se font ensuite dans le social.

Alors tout les pseudos économistes libéraux ne voient donc pas le problème tant que c'est pour les financer !

En fait, l’Europe, c'est la sécurité sociale pour les banques et les marchés financiers !

Cela permet l'irresponsabilité dans le temps et dans l'espace, mais surtout l'asservissement de ceux qui pour le coup font la richesse réelle !

Comprendre l'économie européenne, c'est comprendre qu'en fait le sens et le paradigme européen n'est ni plus ni moins que de refinancer ceux qui passent leurs temps a spéculer.

Résultats, des écarts entre riches et pauvres, des méga riches qui le peuvent puisqu'ils peuvent spéculer sans rien risquer.

Et les taux négatifs qui permettent aux banques de racheter des actifs tout en ne prenant aucun risque, puisque celui ci est basé sur la banque centrale qui en terme de capitaux, leur garantie l'impunité économique.....

C'est beau l’Europe !

Et vous verrez qu'ils refinancerons l'industrie du luxe de celui qui est le plus riche du monde, on fait la pari!?
Réponse de le 04/03/2020 à 16:28 :
C'est bien connu, la critique est facile..... Supposons que tout un pan de l'économie soit atteint par ce virus. On peut penser immédiatement à l'hôtellerie, la restauration, les compagnies aériennes, l'industrie du luxe.. etc qui soient à l'agonie, comment faire pour qu'ils ne licencient pas? J'aurais préféré lire vos suggestions pratiques sur l'aide à apporter aux secteurs pouvant se trouver en difficultés. C'est au pied du mur qu'on juge le maçon. Étalez donc à notre profit votre science.
a écrit le 03/03/2020 à 11:33 :
Ceux qui sont sensés tenir la barre sont dans la gesticulation médiatique.. En nommant une politique à la tête de la BCE, in fine rien de bien étonnant!
a écrit le 03/03/2020 à 11:01 :
Le coronavirus sert à nous faire gober des conneries économiques, et bouffer notre épargne. C'est la triste réalité, hélas !
Réponse de le 03/03/2020 à 12:40 :
Oui en fait la sécurité sociale des entreprises, c'est l'épargne des européens!
a écrit le 03/03/2020 à 10:12 :
Les marchés financiers affolés? Ce qui est normal quand tout cela s'appuie sur rien d'autre que du virtuel!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :