Frais bancaires 2022 : la CLCV a étudié les hausses de 127 banques et fustige la discrimination "des personnes aux ressources faibles"

L'étude réalisée par CLCV s'appuie sur une étude des tarifs de 127 banques de métropole et d'outre-mer et montre que la hausse sera, à partir du 1er février 2022, sensible pour les "petits consommateurs" et "moyens consommateurs" et insignifiante pour les "gros consommateurs" de services bancaires. L'association de consommateurs et d'usagers explique où l'inflation est la plus manifeste.

4 mn

Pour permettre aux clients des banques d'y voir clair en cette année 2022 qui débute, l'association de consommateurs et d'usagers CLCV a analysé les nouveaux tarifs annoncés par 127 banques de métropole et d'outre-mer en vigueur et qu'elles mettront en vigueur au 1er février 2022.

Selon le résultat de cette étude qu'elle publie ce mardi sur son site, CLCV conclut que "le coût moyen du panier de services en métropole, en retenant la formule la moins chère entre la souscription des produits à l'unité ou l'offre groupée de services, est en hausse de plus de 2,5% sur 2 des 3 profils de consommateurs" qu'elle a constitués.

Ainsi, pour les profils « petit consommateur » de services et « consommateur moyen », le coût moyen du panier de référence en métropole augmente de respectivement 2,58% et de 2,70%. A l'opposé, pour le profil « petit consommateur », cette augmentation ne sera que de 0,27%.

Lire aussi 8 mnFrais bancaires : "des milliards" sur le dos des clients en difficulté

L'association Consommation Logement Cadre de Vie, dont l'un des objectif est d'encourager les consommateurs à comparer les offres et à faire jouer la concurrence, détaille cette hausse du panier pour ses profils de "petits" et "moyens" consommateurs : elle sera de 68,14 euros par an (+2,58%) pour un consommateur disposant de services limités et de 149,32 euros (+2,70%) pour un compte utilisé par deux titulaires disposant d'un nombre de services un peu supérieur.

La hausse est moins sensible (+0,27% à 209,94 euros) pour le profil "gros consommateur", par exemple le titulaire d'un nombre important de services dont une carte Gold ou Visa Premier et une carte de paiement internationale à débit différé.

En outre, ce panier sera plus cher dans près de 50% des établissements pour le « gros consommateur », mais dans 65% pour le « consommateur moyen », et jusqu'à  70% des banques pour le « petit consommateur ».

Ce qui augmente: retraits en DAB, tenue de compte, cartes bancaires...

L'association pointe notamment l'augmentation des coûts des cartes, dont celles à débit immédiat (+1,3%), des frais de tenue de compte (+2,4%) et des retraits aux distributeurs du fait de l'abaissement par certains établissements du nombre de retraits gratuits hors de leurs réseaux.

Or les distributeurs se font plus rares, selon un rapport de la Banque de France publié en juillet portant sur le nombre de distributeurs et de points d'accès aux espèces en France en 2020.

Hiatus entre réalité des faits et discours promotionnel

Le président de l'association, Jean-Yves Mano, relève auprès de l'AFP un hiatus entre réalité des faits et discours publicitaire:

Ces tarifs « vont à l'encontre du discours sur la "banque près de chez vous" et pénalisent les personnes aux ressources faibles. »

L'association met par ailleurs en avant "de véritables écarts de facturation pour un même panier" et invite les consommateurs à faire preuve de vigilance et à faire jouer la concurrence, un conseil déjà donné l'an passé.

Elle interroge aussi l'avantage des "packages", ces offres groupées à un prix forfaitaire, en comparaison aux services bancaires payés "à la carte".

Attention à ces frais peu visibles: incidents de la vie, frais de succession...

L'association attire également l'attention des consommateurs sur ces "frais que nous ne regardons jamais mais qui peuvent s'avérer très élevés" et pour lesquels les différences d'un établissement à l'autre peuvent s'avérer coûteuses. Exemple: les frais liés à des incidents de la vie comme les frais de désolidarisation d'un compte joint (jusqu'à 105 euros) ou les frais de succession (jusqu'à 510 euros pour la métropole). CLCV rappelle qu'elle milite régulièrement pour que ces frais soit plafonnés.

___

NOTES

| Consulter aussi La limitation des frais bancaires (ministère de l'Économie)

Lire aussi 9 mnRévolution bancaire: Crédit Mutuel abolit questionnaires de santé et surprimes pour l'achat de sa résidence principale

(avec AFP)

4 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 4
à écrit le 05/01/2022 à 22:43
Signaler
pendant que l' on à les yeux sur le virus ..tout augmente en toute Tranquillité ça va finir mal .....les gens modeste qui paie ...tout les mois découvert bancaire de 500 euros ..loyer 50% du salaire et de la retraite seule ...

à écrit le 05/01/2022 à 8:32
Signaler
"pénalisent les personnes aux ressources faibles" les banques n'aiment pas les pauvres, enfin, si, elles les adorent, même avec peu de ressources, il faut 'tout' leur prendre, les riches, eux, prennent des placements qui rapportent (à la banque). Un...

à écrit le 04/01/2022 à 19:59
Signaler
disons que les banques ont toujours facture ce qu'ils pouvaient a qui ils pouvaient, et que plus t'es captif, plus tu ramasses......apres, faire une haute etude pour constater qu'on augmente le prix des produits ' couramment utilises', bravo, c'est l...

à écrit le 04/01/2022 à 15:41
Signaler
Voler les pauvres et les moyens reste quand même l'activité principale des banquiers depuis leur création non ? Alors faut pas le dire parce qu'ils ont gagné et possèdent le monde désormais mais bon c'est un secret de Polichinelle.

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.