Dexia : accord de Paris et Bruxelles pour une recapitalisation de 5,5 milliards d'euros

 |   |  395  mots
DR
DR
Dans la nuit de mercredi à jeudi, les gouvernement français et belges se sont mis d'accord pour réinjecter 5,5 milliards d'euros supplémentaires dans le capital de la banque Dexia, sous perfusion depuis 2008.

Il fallait trouver un accord avant la publication des résultats trimestriels ce jeudi matin. Pierre Moscovici, le ministre français de l'Economie et son homologue belge y sont finalement parvenus dans la nuit, s'entendant sur une recapitalisation de Dexia à hauteur de 5,5 milliards d'euros. "Les États belge et français se sont engagés à souscrire intégralement à cette augmentation de capital, à concurrence de 53%, soit 2,915 milliards d'euros, pour la Belgique et de 47%, soit 2,585 milliards d'euros, pour la France", a détaillé dans un communiqué le ministre belge des Finances, Steven Vanackere. La banque a déjà perdu 1,2 milliard d'euros au premier semestre 2012.

 

Âpres négociations

L'accord a été arraché après d'âpres négociations, Bruxelles exigeant que la recapitalisation soit répartie à égalité entre les deux pays tandis que la France souhaitait que la Belgique prenne à sa charge 55% de la recapitalisation de Dexia, selon des informations qui avaient filtré dans les presse belge.

Les garanties apportées par Paris augmentent

Aussi, en contrepartie, le système de garanties apportées à la banque franco-belge a été modifié au profit de Bruxelles. Le plafond des garanties définitives en vue du démantèlement de l'établissement a été réduit, passant de 90 milliards d'euros à 85 milliards d'euros. La partie incombant à la Belgique passe de 60,5% à 51,4% tandis que celle de la France passe de 36,5% à 45,5%, de quoi réduire de 10 milliards d'euros la facture de la Belgique, en cas de faillite de Dexia, selon l'agence Belga.

En attendant le feu vert d'UE

Dexia, l'une des premières victimes de la crise de la dette en Europe, après celle des subprimes en 2008 est sous perfusion depuis cette date. En octobre 2008, elle avait déjà été recapitalisée à hauteur de 6 milliards d'euros par les deux pays et le Luxembourg qui lui avaient apporté des garanties publiques. En octobre 2011, un premier démantèlement a abouti au rachat de Dexia Banque, devenue Belfius, pour 4 milliards d'euros. Puis elle a fait l'objet d'un autre accord fin 2011. Un mécanisme de garantie temporaire portant sur 45 milliards d'euros - puis 55 milliards d'euros - avait été décidé afin que Dexia puisse emprunter sur les marchés. Une garantie temporaire pour laquelle la Commission européenne a consenti à une prolongation jusqu'au 31 janvier 2013. Désormais celle-ci doit donner son feu vert pour le plan de restructuration dans son ensemble ainsi que cette nouvelle recapitalisation de 5,5 milliards d'euros.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 08/11/2012 à 19:29 :
A oui ! parce que les financiers qui gèrent les entreprises et banques font mieux ? en dehors de la rapacité pour les actionnaires et une vision à court termes ils nous mènent aux mêmes catastrophes pour les alariés, d'ailleurs ne sortent-ils pas tous des mêmes écoles ? ils pensent tous le même chose ! l'être humain n'ai qu'un variable jetable.... Marianne de cette semaine donne encore des exemples pour HEC ...
a écrit le 08/11/2012 à 18:41 :
Dexia a été parfaitement gérée par des énarques, un peu comme le Credit Lyonnais de MM Haberer et Trichet...
Une nouvelle preuve, s'il en fallait, que l'état doit s'en tenir à ses fonctions régaliennes.
Réponse de le 08/11/2012 à 20:59 :
S'il n'y avait que Dexia...
a écrit le 08/11/2012 à 16:52 :
Quand on se porte garant d'une banque en quasi faillite et qu'on ne provisionne rien, il se passe(ra) quoi lorsque ladite banque dépose(ra) son bilan?? Un appel en urgence aux contribuables of course.....
a écrit le 08/11/2012 à 12:24 :
Aucun responsable de cette situation///comme toujours on nomme les copains incompetents, on laisse le contribuable payer l addition et on les renomme a des postes encore plus remunerateurs etc etc....merci la politique De toute facon Moscovici a dit ...coute rien aux francais..juste une caution...il y a 10 mois....
a écrit le 08/11/2012 à 11:53 :
Dans la droite ligne de ce qui s'est passé au Crédit Lyonnais dans le passé... et sans que leur responsabilité soit exclusive, bien sûr, on retrouve M. Trichet présent au CA du Lyonnais, et M. Di Ruppo à celui de Dexia... pourtant tous les deux ont été maintenus/promus/élus même, à des postes prestigieux et ô combien stratégiques! Comment expliquer cela à nos jeunes ados, qui sont de plus en plus méfiants voir dégoûtés par les politiciens et autres haut-dirigeants, et qui s'embarquent dans des mouvements alternatifs souvent plus brutaux.
a écrit le 08/11/2012 à 10:21 :
L'affaire Dexia est un scandale d'Etat. Voici l'histoire :

Imaginez que des fournisseurs (fédérations du BTP) et des clients (élus des collectivités locales) disposent de la majorité au conseil d'administration d'une banque.

Que font-ils ? Et bien, ils approuvent tout ce qui leur permet de mieux vendre (des projets) et tout ce qui leur permet de mieux acheter (plus de financements pour dépenser l'argent des contribuables à crédit).

En plus, il y a conflit d'intérêt dans le sens où les fournisseurs peuvent compliquer la vie aux clients, et donc les clients doivent surtout acheter aux fournisseurs présents (représentés) au conseil d'administration.

Voila comment Dexia est devenu un gouffre par un controle à plus de 60% (et pendant 10 ans) des 2 principales fédérations du BTP et d'élus PS et UMP.
Réponse de le 08/11/2012 à 12:25 :
+1
a écrit le 08/11/2012 à 9:52 :
belle defaite du gouvernement francais! c'est comme cela qu'il compte defendre les interets de la France en cedant sur tout .?
Réponse de le 08/11/2012 à 12:27 :
Pas le choix Moscovici a deja donner notre caution et en disant Cela ne coutera rien...pour l instant 5.5 milliards et demain??? et les responsables...et les tribunaux...vides a aprt les petits
a écrit le 08/11/2012 à 9:40 :
Cette banque est un véritable gouffre. Il est vrai qu'elle finance les Collectivités lesquelles fichent l'argent par les fenêtres sans vergogne.
a écrit le 08/11/2012 à 8:33 :
Lâcher 10 pour cent sur les garanties...on voit bien quel est le gagnant dans ce deal. Les résultats T3 sont tout simplement catastrophiques, venant détruire des capitaux propres déjà négatifs..la tenue de l'action dans ces conditions est plus que surprenante, se contentant d'osciller entre 0.18/0.19..et devrait interroger..

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :