Pour Wegelin & Company, la doyenne des banques suisses, c'est fini

 |   |  227  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2013. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Au terme d'une lourde procédure judiciaire aux Etats-Unis, la Wegelin & Company a plaidé coupable. Elle a aussitôt annoncé sa fermeture définitive.

Agée de 272 ans, la doyenne des banques suisses, la Wegelin & Compagny, a annoncé sa fermeture définitive. Elle a reconnu sa culpabilité dans une affaire d'aide à l'évasion fiscale de contribuables américains. Elle accepte, en outre, de payer 58 millions de dollars à la justice américaine.

"D'environ 2002 jusqu'en 2010, Wegelin s'est entendu avec certains contribuables américains pour les aider à échapper aux obligations fiscales américaines", a reconnu son représentant, Otto Bruderer, lors de sa comparution jeudi dans un tribunal de Manhattan à New York. En dix ans, elle aurait ainsi aidé une douzaine de personne à acheminer près de 1,2 milliard de dollars dans ses coffres en Suisse.

Une banque qui n'est pas présente sur le territoire américain

La direction, qui siège à Saint-Gall en Suisse, a ensuite annoncé par voie de communiqué la cessation de toutes ses activités, une fois le procès terminé.

En janvier 2012, trois conseillers de la banque avaient été inculpés sur des soupçons d'aide à la fraude fiscale. Dans un premier temps, la banque avait refusé de répondre aux convocations de la justice américaine. Elle estimait que celle-ci n'avait pas de légitimité à la poursuivre puisqu'elle n'avait ni antenne ni bureau sur le territoire américain. C'est à travers la banque UBS que la Wegelin & Company opérait auprès de ses clients américains.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 04/01/2013 à 15:50 :
Il est bon que les fraudeurs et malhonnètes de tout genre soient punis : les voleurs à la sauvette et petits cambrioleurs, mais aussi les banques coupables de fraude. Il est très rassurant de voir qu'enfin les régulateurs bancaires font leur travail, et cette fermeture est un signal envoyé aux autres fraudeurs, après les amendes de plus de 1 milliard pour UBS et HSBC. Il reste maintenant à envoyer les coupables en prison, car une amende ne saurait être suffisante : les cambrioleurs vont en prison, donc les banquiers coupables doivent y aller eux aussi, par mesure d'équité et de justice.
Réponse de le 04/01/2013 à 16:58 :
Quelle naïveté! Les fraudeurs ne sont pas punis; ils ne font que changer leur argent d'un paradis fiscal à l'autre: un simple clic de souris et les millions passent d'un compte en Suisse à un compte à Singapour. D'autres part, pour des milliards détournés la banque Wegelin paye 58 millions d'amende soit, si on fait le parallèle avec les sommes en jeu, moins que vous lorsque vous être flashé pour un excès de vitesse. On y ajoute un tour de passe-passe, la banque Wegelin disparait après avoir vendu ses activités à une autre banque. Au final, on ferme la banque vidée de sa substance, une enveloppe vide quoi!!! Autre point, on ne se trouve pas face à une moralisation de la finance, mais à une guerre économique où le fort (les USA) se débarasse des places financières concurrentes tout en préservant ses propres paradis fiscaux (Le Delaware, le Nevada, etc.)
a écrit le 04/01/2013 à 14:09 :
Dommage de finir comme ça , pour une institution agée de 272 ans , qui a la belle époque était déjà consulter pour éviter les impôts de la dime ,la taille et la gabelle ...moralité les parasites fiscaux continuent de sévir...
a écrit le 04/01/2013 à 10:53 :
On aurait du le faire également avec UBS, oui on aurait du imposer la liquidation totale de cette banque et d'autres entités bancaires suisses après avoir mis la main sur tous leur fichiers clients.
Réponse de le 04/01/2013 à 12:31 :
Désolé pour votre hargne, mes cette banque n'est pas morte,elle s'appelle maintenant Notenstein et se porte très bien. Venez nombreux.
Réponse de le 04/01/2013 à 16:16 :
Rassurez vous UBS vient d'être condamnée à payer 1400 millions de $ d'amende, mais dans une autre histoire de fraude (manipulation du Libor).

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :