Et si AIG se faisait indemniser par l'Etat américain pour avoir été sauvé...

 |  | 429 mots
Lecture 2 min.
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Le groupe AIG a terminé de rembourser l'Etat mi-décembre et envisage maintenant lui réclamer une indemnisation pour avoir spolié les actionnaires historiques quand il a nationalisé le groupe afin de le sauver de la faillite.

Quel est le comble d'un assureur sauvé de la faillite par l'Etat? De lui réclamer une indemnisation pour l'avoir sauvé... Cette devinette résume l'histoire qu'est en train de vivre la compagnie AIG.

182 milliards pour sauver AIG de la faillite en 2008

Les pouvoirs publics américains ont injecté en 2008 la bagatelle de 182 milliards d'euros dans le premier groupe d'assurance mondial de l'époque, sous la forme de liquidités et de garanties, provoquant de fait sa nationalisation afin d'éviter sa disparition. Mais certains actionnaires se disent aujourd'hui spoliés par cette opération et réclament des milliards de dollars de réparation à l'Etat.

Moins d'un mois après avoir terminé de rembourser les aides de l'Etat et regagné son autonomie, le conseil d'administration d'AIG va en effet étudier mercredi 9 janvier la possibilité de s'associer à une plainte réclamant... 25 milliards de dollars au gouvernement, selon le quotidien New York Times, au motif que les «actionnaires historiques» de la compagnie auraient été spoliés par la prise de contrôle publique.

Les gains réalisés par les différentes entités publiques ayant secouru AIG ont, il est vrai, de quoi exciter des convoitises: 22,7 milliards de dollars dont 5 milliards pour leTrésor et 17,7 milliards pour la banque centrale (Fed).

Le beurre et l'argent du beurre

Derrière ces «actionnaires historiques» se cache en fait l'ex-patron et premier actionnaire du groupe, Maurice "Hank" Greenberg. Dès 2011, il avait engagé une plainte visant les pouvoirs publics. Si la démarche avait été classée sans suite par un tribunal de New York, la procédure suit toujours son cours à Washington.

En somme, ces «actionnaires historiques» voudraient tous les avantages de l'actionnariat sans aucun des inconvénients. Ils voudraient ne pas être pénalisés par les conséquences de la mauvaise gestion de la compagnie qui a conduit à laisser se développer, sans la contrôler, une filiale dédiée aux produits financiers dérivés à Londres qui a provoqué des pertes sidérales et menacé la survie du groupe tout entier. Mais ils voudraient aussi toucher les bénéfices du sauvetage réussi par l'Etat et par le nouveau management qu'il a mis en place. Quant aux pouvoirs publics, et aux contribuables, ils n'auraient que le droit de jouer aux pompiers désintéressés.

Reste à espérer une décision de bon sens du conseil d'administration d'AIG. Faute de quoi, nous aurons une fois encore la démonstration de la conception américaine bien étrange du libéralisme économique censé avoir fondé leur prospérité.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 08/01/2013 à 19:10 :
une honte si ça arrive !
il devrait se cacher plutôt au lieu de réclamer de l'argent.

L'état à le droit d'empocher de l'argent quand elle réussi son coup, elle n'a pas là uniquement pour encaisser les pertes !
a écrit le 08/01/2013 à 16:54 :
la vision classique de "il faut nationaliser les dettes et privatiser les profits". L'état est tellement moins efficient que le privée qu'il a réussi un sauvetage que l'actionnaire historique n'était pas capable de mener (ou ne voulait pas prendre le risque de mener).

Je propose plutôt que l'état américain reprenne les 5 dernières années de dividendes perçues par l'actionnaire historique puisqu'il s'avère que ces dividendes provenaient finalement de bénéfices virtuels (qui se sont transformés en perte réelle).
a écrit le 08/01/2013 à 16:44 :
la preuve est faite , il faut laisser couler les entreprises !!!
Réponse de le 08/01/2013 à 17:41 :
Ou alors les nationaliser....
a écrit le 08/01/2013 à 16:05 :
Une honte. L'état américain devrait plutôt porter plainte contre ces mauvais actionnaires. Ils méritent juste d'aller en prison.
Réponse de le 08/01/2013 à 16:50 :
ils peuvent pas être envoyés en prison ils ont n ont pas fraudés ils ont juste fait preuve d une totale incompétence et d une bêtise sans nom en laissant leur boite accepter de se porter garante pour des couvertures de risques titanesques !!! Non l Etat américain devrait jouer le jeu jusqu au bout "ah vous voulez votre part du gateau? Ok voila vos 25 milliards et maintenant on va faire les comptes pour vous avoir sauvé et on va vous faire l addition de ce que ca couté au contribuable américain " Mon avis ca ferait trés mal De toute façon ils n iront pas jusqu au bout , ils se ridiculiseraient dresseraient l opinion contre elle et de toute facon serait debouté on a pas entendu la moindre protestation de leur part contre cette nationalisation et l autre solution de les laisser en faillite (outre que ca aurait crée une crise qui ferait passer celle ci pour de la rigolade) les auraient vidé du moindre de leur actif et auraient été probablement lynchés ....Regardez le documentaire "the inside job" c est trés bien expliqué
a écrit le 08/01/2013 à 16:01 :
Alors celle ci elle est excellente :) Non mais chapeau bas un truc pareil fallait oser :) "Les cons ca osent tout c est même à ça qu on les reconnait" disait Audiard Faut croire qu il avait raison
a écrit le 08/01/2013 à 16:01 :
Normal. La socialisation a bien commencé, il faut qu'elle aille jusqu'au bout.
a écrit le 08/01/2013 à 15:49 :
minable

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :