Le chinois Ant veut investir un milliard de dollars dans les Fintech asiatiques

 |   |  417  mots
(Crédits : Shu Zhang)
La maison-mère d'Alipay, détenue par le milliardaire Jack Ma, le fondateur d'Alibaba, prévoit de lever un milliard de dollars pour un fonds d'investissement dédié aux startups basées en Inde et en Asie du Sud-Est. Ce nouveau véhicule d'investissement ciblerait plus particulièrement les jeunes pousses spécialisées dans les paiements et les services financiers en ligne.

Ant Financial, la société qui exploite le système de paiement en ligne et mobile Alipay lancé par Alibaba en 2004, cherche à lever un milliard de dollars pour un fonds d'investissement dédié aux startups indiennes et de l'Asie du Sud-Est, rapporte l'agence Bloomberg citant une source proche du dossier.

La plus grosse Fintech du monde (elle a finalisé un tour de table hors norme de 14 milliards de dollars en juin 2018, la valorisant 150 milliards de dollars) cherche à soutenir davantage de startups spécialisées dans les paiements et les services financiers selon cette même personne, confirmant une information publiée par le site d'information Deal Street Asia, souligne Bloomberg.

Outre Alipay, un système de paiement par QR code, Ant Financial propose une appli de gestion de patrimoine (Ant Fortune), une banque en ligne pour PME (MYbank), un service d'analyse de score de crédit (Zhima Credit) et un service de stockage informatique à distance pour les entreprises financières (Ant Financial Cloud). En juin dernier, elle revendiquait 1,2 milliard d'utilisateurs actifs dans le monde.

Déjà 160 investissements

Ant Financial, détenue par le milliardaire Jack Ma, le fondateur d'Alibaba, cherche à trouver de nouveaux relais de croissance en dehors de son marché domestique où elle grossit moins vite et où elle doit faire face à son grand rival Tencent, l'opérateur de WeChat Pay. L'entreprise chinoise espère ainsi décrocher une licence bancaire digitale auprès de l'Autorité monétaire singapourienne (MAS), connue mondialement pour ses initiatives en faveur de l'innovation financière.

Par ailleurs, en l'espace de cinq ans, l'entreprise chinoise a réalisé près de 160 investissements dans des startups de la région, dont 100 au cours des deux dernières années. Parmi ces prises de participation figure la pépite indienne Paytm, qui vient tout juste de voir sa valorisation grimper à 16 milliards de dollars, faisant d'elle la plus grosse licorne (société non cotée en Bourse valorisée plus d'un milliard de dollars) du pays.

Les dernières études de marché montrent que le centre névralgique de la Fintech tend à se déplacer des Etats-Unis vers l'Asie. "L'Asie du Sud-Est a atteint de nouveaux sommets annuels avec 701 millions de dollars investis au cours de 87 opérations au troisième trimestre de l'année", note dans son dernier rapport CB Insight. "Parmi les 100 Fintech les plus prometteuses, 42 se situent en Asie pacifique. Et sur les dix premières, sept sont asiatiques", souligne, pour sa part, le cabinet KPMG dans son dernier classement Fintech100.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 28/11/2019 à 8:46 :
"nouveau véhicule d'investissement ciblerait plus particulièrement les jeunes pousses spécialisées dans les paiements et les services financiers en ligne"

Que la finance a rendu l'économie ennuyeuse...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :