Quand les néobanques courtisent les ados

 |   |  1454  mots
La startup parisienne Pixpay a développé une appli mobile dédiée aux 10-17 ans, leur permettant de mieux gérer leur argent de poche. Une appli miroir permet aux parents de suivre leurs dépenses.
La startup parisienne Pixpay a développé une appli mobile dédiée aux 10-17 ans, leur permettant de mieux gérer leur argent de poche. Une appli miroir permet aux parents de suivre leurs dépenses. (Crédits : DR)
Des Fintech, comme Pixpay, Xaalys et Kard, proposent des applis bancaires pour les moins de 18 ans, avec une approche pédagogique souvent couplée à un contrôle parental. La réponse digitale des banques traditionnelles ne devrait pas tarder.

Carte Mozaïc au Crédit Agricole, Regliss à La Banque Postale, MyB's chez BNP Paribas, V Pay pour Société Générale et Zen au LCL... Les offres bancaires consacrées aux plus de 12 ans, âge clé à partir duquel les mineurs sont autorisés à utiliser une carte de retrait et de paiement, s'il s'agit d'un modèle prépayé ou à autorisation systématique (c'est-à-dire sans découvert possible), ne tarissent pas. « Toutes les banques ont des offres à destination des jeunes, car c'est un moyen d'acquérir de nouveaux clients. Mais, il manque à ces offres une version digitale », pointe Julien Maldonato, associé industrie financière du cabinet Deloitte.

Un vrai paradoxe compte tenu de la connectivité de cette génération, souvent présentée comme « digital native ». Selon le Credoc, 83 % des 12-17 ans étaient ainsi équipés d'un smartphone en 2018, contre 81 % chez les 40-59 ans. Plusieurs Fintech, ces startups qui utilisent les technologies pour réinventer les services bancaires et financiers, se sont engouffrées dans cette brèche, bien décidées à gagner des parts d'un marché non négligeable. Selon le baromètre Kids & Teens' Mirror de l'institut Junior City, la population des 10-18 ans reçoit chaque année en France 1,1 milliard d'euros d'argent de poche, dont une part importante est encore versée en liquide. Revenus auxquels il faut ajouter ceux issus des premiers petits boulots comme les heures de baby-sitting par exemple. « En France, 5,5 millions d'adolescents âgés de plus de 12 ans détiennent un smartphone », souligne Diana Brondel, fondatrice de la néobanque pour ados Xaalys, après dix années passées à la Société Générale.

Xaalys, Pixpay et Kard

Cette startup, basée à Paris et Dakar, compte désormais deux autres concurrents tricolores : la société Pixpay, fondée par...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 23/05/2019 à 10:12 :
Ben elles feraient mieux de prendre un peu de recul ces banques parce que si elles veulent que les ados continuent d’être client il serait peut-être temps de leur trouver un boulot au lieu d'imposer dumping social et fiscal qui ne font que paupériser ses clients.

Mais tant que les mégas riches encaissent dans les paradis fiscaux ça compense hein...

Hypocrites.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :