Ronan Le Moal, ex-DG d'Arkéa, se lance dans l’investissement à impact

Sept mois après avoir quitté la direction d’Arkéa, l’ancien banquier crée, aux côtés du serial entrepreneur et ami Charles Cabillic, une société de gestion destinée à redynamiser les territoires du Grand Ouest grâce à la création d'emplois.

4 mn

(Crédits : dr)

Aider les pépites du Grand Ouest, moins connues ou moins dans les radars que leurs homologues franciliennes, à briser le plafond de verre pour leur permettre de saisir de nouvelles opportunités de croissance. C'est l'objectif que s'est fixée Épopée Gestion, la nouvelle société de gestion fondée par Ronan Le Moal, ex-patron du Crédit Mutuel Arkéa, et Charles Cabillic, multi-entrepreneur breton, notamment à l'origine du West Web Festival, manifestation centrée sur l'économie numérique et associée au festival des Vieilles Charrues, et président de l'accélérateur et fonds West Web Valley.

Alors que les territoires ont été placés en première ligne pour la mise en oeuvre du plan de relance de 100 milliards d'euros présenté la semaine dernière par le gouvernement, le tandem entend participer à son échelle et à sa manière, à cette "territorialisation".

L'entrepreneuriat pour redynamiser les territoires

"Nous sommes dans un pays où l'hyperconcentration est reine. Pour y mettre fin, le politique a un rôle à jouer, mais les entrepreneurs peuvent aussi apporter leur pierre à l'édifice en créant des entreprises, donc des emplois, qui favorisent l'aménagement du territoire. La déconcentration ne doit pas se faire en opposant Paris aux grandes villes de province, mais dans une logique de complémentarité", estime celui qui portait depuis Relecq-Kerhuon (commune située près de Brest), la volonté du Crédit Mutuel Arkéa de prendre son indépendance à l'égard du Crédit Mutuel.

L'objectif d'Epopée Gestion consiste donc à créer un impact positif à l'échelle locale par la création d'emplois. Cet indicateur sera suivi par la mesure du nombre d'emplois directs et indirects créés dans le bassin économique à la suite de chaque investissements. Des réflexions sont, par ailleurs, en cours pour intégrer ce paramètre dans le carried (partie de la rémunération des gestionnaires de fonds issue de l'excès de performance d'un fonds), habituellement uniquement basé sur des critères économiques classiques.

Présentée comme "un accélérateur d'impact local", la nouvelle société d'investissement entend se distinguer par l'accompagnement proposé aux sociétés dans lesquelles elle investira. Epopée Gestion travaille ainsi à un bouquet de services sur le plan digital, commercial, marketing et sur l'export à l'international. La nouvelle structure n'entend pas monétiser directement ce savoir-faire, préférant l'idée que si "l'accompagnement est bien fait, l'investissement pourra prospérer davantage".

Startups, PME en transition, immobilier 3.0 et mobilité verte

Dans le détail, Epopée Gestion s'articulera autour de quatre véhicules d'investissement: le premier, qui devrait être doté d'une enveloppe de 50 millions d'euros, ciblera les start-up en early stage. "Les tickets moyens iront de 500.000 à 1 million d'euros pour une prise de participation minoritaire avec des refinancements possibles de quelques millions d'euros", précise Ronan Le Moal. Le second véhicule (120 à 140 millions d'euros) visera les TPE et ETI pour les accompagner dans leur transition digitale et écologique. Le troisième est dédié au développement d'infrastructures d'immobilier d'entreprise 3.0. "Cela concerne l'immobilier de bureau plus adapté au monde post-Covid et les entrepôts de logistique permettant de répondre à la problématique du dernier kilomètre en matière de livraison", explique l'ancien banquier, aujourd'hui au conseil de surveillance de Memo Bank. Un dernier véhicule, dont le montant de la poche d'investissement n'a pas encore été arrêté, ciblera les technologies émergentes liées à la mobilité verte.

La nouvelle société de gestion, qui s'est essentiellement financée auprès d'assureurs, de mutuelles, de banques, mais aussi auprès de quelques entrepreneurs, vise un premier investissement avant la fin de l'année et étudie actuellement une dizaine de dossiers. A terme, elle entend décliner son approche dans d'autres géographies que celle du Grand Ouest, qui s'étend de la Normandie au Sud-Ouest de la France.

Une fondation pour les commerces de proximité

En parallèle, le duo va créer une fondation dont le fonds de dotation sera alimenté par une partie des frais de gestion et du carried d'Épopée Gestion.

"Épopée Gestion n'a pas vocation à investir dans une boulangerie ou une charcuterie, mais les commerces de proximité sont nécessaires à la relocalisation durable des populations et des entreprises en région. Nous voulons boucler cette boucle grâce à la fondation qui sélectionnera les dossiers des communes plébiscités par les contribuables. Elle pourra alors abonder le financement de ces commerces", explique Ronan Le Moal.

4 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.