Scandale Danske Bank : la banque danoise de nouveau dans le collimateur de la justice française

 |   |  394  mots
Sous le coup de plusieurs enquêtes judiciaires, la banque danoise aurait utilisé sa filiale estonienne pour faire transiter 200 milliards d'euros entre 2007 et 2015.
Sous le coup de plusieurs enquêtes judiciaires, la banque danoise aurait utilisé sa filiale estonienne pour faire transiter 200 milliards d'euros entre 2007 et 2015. (Crédits : Jacob Gronholt-Pedersen)
La banque danoise, ébranlée par un énorme scandale de blanchiment d'argent, a reçu une lettre du tribunal de grande instance de Paris. Le juge Van Ruymbeke veut interroger l'établissement sur des transactions d'un montant de 28 millions d'euros. Une enquête avait déjà été ouverte en 2017.

Nouveau rebondissement dans l'affaire Danske Bank. La première banque danoise, secouée depuis plusieurs mois par un gigantesque scandale de blanchiment d'argent, a fait savoir, vendredi 11 janvier, qu'elle avait reçu une lettre du tribunal de grande instance (TGI) de Paris plus tôt dans le mois.

Sous le coup de plusieurs enquêtes judiciaires, la banque danoise aurait utilisé sa filiale estonienne pour faire transiter 200 milliards d'euros entre 2007 et 2015. Selon les différentes enquêtes, ces transferts seraient de provenance douteuse, essentiellement russe.

Dans ce courrier, le juge français Renaud Van Ruymbeke demande à s'entretenir avec la banque et explique qu'il envisage l'ouverture d'une enquête formelle à son égard. Ce nouvel épisode intervient seulement quelques jours après que Bill Browder, dirigeant du fonds Hermitage Capital Management et personnage clé dans les révélations du scandale, ait affirmé que la banque avait menti aux autorités françaises alors qu'il était auditionné devant le Parlement danois, précise le Financial Times.

Ce n'est pas la première fois que la banque danoise se retrouve dans le collimateur de la justice française. En 2017, le même juge, Renaud Van Ruymbeke, avait ouvert une enquête contre Danske Bank pour des soupçons de blanchiment d'argent. Toutefois, la banque danoise avait finalement été placée au statut de témoin assisté il y a un an.

Périmètre de l'enquête élargi

La lettre du TGI précise que le périmètre de ses investigations a été élargi à un total de 28 millions d'euros de transactions effectuées entre 2007 et 2014. La première enquête ne portait "que" sur 15 millions d'euros de transactions.

« Si notre dialogue avec le juge français conduit à un changement de statut légal de Danske Bank, nous en informerons le marché de la même manière que nous l'avions fait lors des précédentes occasions. En octobre 2017, lorsque nous avions été accusés d'enfreindre la législation française anti-blanchiment, nous avions alerté le marché par une déclaration officielle. Nous avions fait la même chose en janvier 2018 lorsque le statut de Danske Bank était passé à témoin assisté au sein de l'enquête », écrit la banque danoise dans un communiqué de presse.

L'établissement n'a pas fait d'autres commentaires. Il a en revanche suspendu l'émission d'une dette de 3 milliards de dollars.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :