Un fonds des Pinault va soutenir la French Tech aux Etats-Unis

 |   |  421  mots
François Pinault a créé en 1992 la société Artemis, holding qui gère l'ensemble de filiales et participations de la famille.
François Pinault a créé en 1992 la société Artemis, holding qui gère l'ensemble de filiales et participations de la famille. (Crédits : Capture d'écran)
La famille propriétaire de Gucci, Puma et Christie's, lance un fonds de capital-risque, Red River West, qui va investir dans des startups françaises partant à la conquête du marché américain. La famille Bouygues et des entrepreneurs américains ont participé à la première levée de fonds, de 100 millions d'euros.

La famille Pinault, qui contrôle Kering (l'ex-PPR, avec Gucci, Saint Laurent, Puma etc.) et possède la maison d'enchères Christie's et le théâtre Marigny, veut soutenir les jeunes pousses de la French Tech. Son holding Artemis, qui est déjà actionnaire depuis 2011 de la jeune marque agroalimentaire Michel et Augustin, lance un fonds de capital-risque franco-américain consacré à cet objectif, baptisé Red River West.

Ce fonds accompagnera "une dizaine d'entreprises de la French Tech pour accélérer leur développement commercial aux Etats-Unis et les aider à passer d'une position de leader local à celle de leader mondial", explique Artémis dans un communiqué. Des jeunes pousses "dont les produits et les services auront fait leurs preuves auprès des clients européens".

Enveloppe maximum de 250 millions d'euros

Red River West prévoit d'investir des tickets de 5 millions à 50 millions d'euros par entreprise, en un ou plusieurs tours de financement, et une enveloppe maximum de 250 millions d'euros. Sa première levée de fonds s'est élevée à 100 millions d'euros, auprès de quelques grandes fortunes françaises, notamment les familles Bouygues et Coisne-Lambert (Sonepar, Colam Entreprendre), et d'hommes d'affaires américains, tels que Michael Loeb (ex-Synapse) et Michael Lynton (président du conseil d'administration de Snap Inc, ex Pdg de Sony Entertainment).

« En faisant le lien entre la France et les Etats-Unis, Red River West développe une approche originale dans le secteur digital, en apportant à la fois un soutien financier et un accès à des compétences de premier plan », fait valoir Patricia Barbizet, la directrice générale d'Artémis, dans un communiqué.

François-Henri Pinault, le président du conseil d'administration d'Artémis et Pdg de Kering, déclare de son côté :

« Artémis a démontré sa capacité à détecter les leaders de demain et à accompagner leur développement, tout en gardant un esprit entrepreneurial fort. Notre initiative s'appuie sur les forces de la France dans le domaine du digital : des ingénieurs de haut niveau, un environnement dynamique pour les start-ups, des financements d'amorçage en forte croissance et une légitimité reconnue en matière de créativité et d'innovation ».

Fondée en 1992 par son père, François Pinault, Artémis avait déjà créé par le passé le fonds d'investissement Red River Holding, qui a investi 103 millions de dollars dans une quinzaine de sociétés de tous secteurs au Vitenam (matériaux de construction, technologies de l'information et de la communication, services financiers, immobilier, agriculture, produits de la mer, etc).

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :