Un pur produit Goldman Sachs à la tête du London Stock Exchange

 |   |  493  mots
De formation juridique, passé par Yale et Harvard, David Schwimmer, 49 ans, a été, entre autres, directeur de cabinet du patron de Goldman Sachs, Lloyd Blankfein.
De formation juridique, passé par Yale et Harvard, David Schwimmer, 49 ans, a été, entre autres, directeur de cabinet du patron de Goldman Sachs, Lloyd Blankfein. (Crédits : LSE)
L'opérateur de la Bourse de Londres a trouvé le remplaçant du Français Xavier Rolet : il s'agit de David Schwimmer, 20 ans de carrière chez Goldman Sachs. Il devra notamment gérer le Brexit, qui pourrait affecter l'activité de la City, en particulier dans la compensation.

Il est Américain, il s'appelle David Schwimmer, mais il n'est pas le célèbre acteur jouant le "Ross" de la série à succès Friends. C'est un pur produit Goldman Sachs qui va diriger le London Stock Exchange (LSE) : âgé de 49 ans, il a passé 20 ans chez la banque d'affaires américaine, où il est actuellement responsable monde de la structuration de marché et directeur de l'activité de banque d'investissement dans les secteurs mines et métaux. David Schwimmer a été entre autres directeur de cabinet du patron de Goldman Sachs, Lloyd Blankfein et co-responsable de la banque en Russie. Sa nomination, annoncée ce vendredi, comme directeur général du LSE prendra effet le 1er août : le directeur financier David Warren avait assuré la direction par intérim après le départ précipité en novembre dernier du Français Xavier Rolet, qui avait dirigé l'entreprise près de dix ans.

Le fonds activiste TCI, qui détient 5,18% du capital de la plateforme boursière, s'était opposé au départ du dirigeant, conflit qui s'était soldé par la démission à effet immédiat de ce dernier, sans l'année de transition prévue. Sous la direction de Xavier Rolet, le London Stock Exchange est devenu un groupe international, concentré sur les activités pré et post-marchés, et sa capitalisation boursière est passée de 800 millions à 14 milliards de livres. En revanche, il a échoué à rapprocher l'opérateur de marchés de l'allemand Deutsche Börse, une fusion bloquée par Bruxelles, dans un conte compliqué par le Brexit.

Gérer le Brexit

De formation juridique, passé par Yale et Harvard, David Schwimmer, qui vit actuellement aux États-Unis, va en effet devoir gérer la sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne en 2019 qui pose de véritables défis à la City en général et le LSE en particulier. La Commission européenne a répété à plusieurs reprises son souhait que la compensation de dérivés libellés en euro soit traitée en Europe, sous la supervision du régulateur européen.

Sa nomination intervient dans un contexte d'accélération de la concentration au niveau mondial : la maison-mère du New York Stock Exchange, Intercontinental Exchange (ICE), a mis la main sur la Bourse de Chicago, le Français Euronext sur celle de Dublin. Le fonds TCI a récemment déclaré, lors d'une conférence réservée aux investisseurs, s'attendre à une OPA de 15 milliards de livres d'un de ses concurrents américains, ICE ou le CME (Chicago Mercantile Exchange).

L'action LSE gagne 0,5% ce vendredi, la nomination, qui met un terme à plusieurs mois d'incertitudes, étant bien accueillie.

La rémunération fixe de David Schwimmer sera de 775.000 livres par an (875.000 ros environ). Un versement exceptionnel de plus d'un million de livres lui sera versé en mars 2019 pour compenser la perte de son bonus en cash chez Goldman Sachs.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :