Entreprises : ces trois indicateurs financiers qui se dégradent avec la crise

 |   |  370  mots
La dégradation de ces indicateurs de performance des entreprises touche inégalement les différents secteurs de l'économie.
La dégradation de ces indicateurs de performance des entreprises touche inégalement les différents secteurs de l'économie. (Crédits : GONZALO FUENTES)
Délais de paiement allongés, besoins en fonds de roulement (BFR) plus importants et augmentation des stocks des entreprises : la crise économique liée à la pandémie de coronavirus accentue un peu plus la pression sur les entreprises, comme le révèle une note de l'assureur-crédit Euler Hermes.

Les délais de paiement, le besoin en fonds de roulement (BFR) et les stocks des entreprises sont en hausse à travers le monde et en France alors que l'économie subit les contrecoups de la crise sanitaire, selon une note de l'assureur-crédit Euler Hermes.

"L'épidémie Covid-19 met la trésorerie des entreprises sous pression", constate cette note publiée lundi, d'après laquelle le BFR, soit les sommes nécessaires à l'entreprise pour payer ses charges courantes en attendant d'être payée par ses clients, va s'établir cette année, à l'échelle mondiale, à l'équivalent de 74 jours de chiffre d'affaires, soit une augmentation de 5 jours.

Lire aussi : Covid-19 : des avances sur trésorerie pour les PME sous tensions

En valeur, cela représente une hausse de 140 milliards de dollars pour un BFR mondial de 8.000 milliards de dollars.

En France, la hausse sera de trois jours pour atteindre 69 jours, précise Euler Hermes.

Des délais de paiement allongés

Les délais de paiement devraient pour leur part augmenter cette année de 2 jours, dans le monde comme en France, d'après l'assureur-crédit. Il prévoit que "d'ici fin 2021, les délais de paiement auront augmenté deux fois plus que lors de la crise financière de 2008, principalement du fait de l'épidémie Covid-19".

Lire aussi : Covid-19 : la catastrophe des délais de paiement s'amplifie

"En France comme dans le monde, le risque d'impayés est élevé", selon Euler Hermes.

Des secteurs inégalement touchés

Enfin, les stocks des entreprises "augmenteront de trois jours à l'échelle mondiale en 2020, après une augmentation déjà constatée de un jour en 2019". En France, la hausse pour cette année serait limitée à un jour, d'après la note.

La dégradation de ces indicateurs de performance des entreprises touche inégalement les différents secteurs de l'économie: "les transports, l'automobile, le textile et la distribution non-alimentaire demeurent les secteurs les plus à risque sur l'année en cours à l'échelle mondiale", détaille Euler Hermes, qui ajoute que "les secteurs pharmaceutique et agroalimentaire apparaissent comme les moins exposés".

Lire aussi : Exonérations, reports de charges... Des aides suffisantes pour rebondir à la rentrée?

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 29/07/2020 à 8:00 :
Et en plus l'état ne montre pas sa confiance envers les capacité de l'industrie Française en pariant sur des vaccins étrangers. Nos brevets sont rachetés par les USA alors que l'Allemagne était en avance dans ses recherches. Cette trahison envers l'Europe est un très mauvais message pour les investisseurs potentiels.
a écrit le 28/07/2020 à 12:06 :
C'est tellement un évidence que le besoin de fonds de roulement d'une entreprise augmente avec le délai de paiement des clients et avec les stocks qu'il faut bien payer un jour, qu'on se demande si cet article s'adresse à de véritables acteurs économiques ou seulement à des indicateurs d'opinion.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :