Airbus franchit la barre des 12.000 commandes d'avions

 |   |  210  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Avec les 182 commandes enregistrées en novembre, l'avionneur franchit le seuil des 12.000 commandes, 41 ans après son premier contrat avec Air France.

41 ans après avoir enregistré son premier contrat d'Air France en novembre 1971, Airbus a franchi la barre des 12 000 commandes en novembre (12.064) grâce aux 182 nouvelles commandes enregistrées le mois dernier. Il s'agit de la meilleure performance commerciale de l'année. Airbus avait franchi le seuil des 10.000 commandes en janvier 2011 avec une commande de Virgin America. Cela six ans après seulement avoir dépassé les 5.000 commandes. Une rapidité qui traduit le succès d'Airbus. Depuis sa création, Airbus a livré 7.558 appareils. 7030 sont en activité.

Boeing loin devant en 2012
Depuis janvier Airbus totalise 585 commandes mais reste loin derrière son concurrent américain Boeing qui comptabilise 1.052 commandes entre le premier janvier et le 4 décembre sur son site internet. Boeing profite du succès du B737 MAX lancé en juillet 2011. Ce moyen courrier prévu pour 2017 totalise 1.031 prises de commandes. Son rival, l'A320 Neo, lancé en décembre 2010, a enregistré à ce jour 1.579 commandes de la part de 31 clients. Sa mise en service est prévue en 2015. Le gros des contrats a été passé l'an dernier.
Au total, le carnet de commandes d'Airbus s'élève à 4.506 appareils, contre 4.437 à la fin de l'année dernière, ce qui signifie que l'avionneur a reçu plus de commandes qu'il n'a livré d'appareils.
 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 08/12/2012 à 0:13 :
La Tribune est bien trop aimable avec Enders qui passe son temps à la recherche du pouvoir au profit de la concurrence et d'actionnaires extérieurs au lieu de prendre soin de son entreprise ? Une bonne analyse marketing considère le potentiel global du marché, en très forte hausse pour l'aéronautique civile. Il en ressort une part de marché en régression pour Airbus. Le retard par rapport à Boeing se creuse gravement. Les CA 2011 étaient de 33 milliards EUR pour Airbus et 68,74 milliards USD pour Boeing. Enders invoquera probablement "l'euro fort". Cette excuse n'est pas acceptable, car même avec un euro bien plus élevé, à 1,50, ses prédécesseurs parvenaient à maintenir Airbus comme premier avionneur mondial. Pire, l'écart de CA devrait encore se creuser à mesure qu'Enders délocalise et confie la fabrication de sections / tronçons d'avions entiers à Boeing (dissimulé à travers sa filiale Spirit).

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :