Emirates, le prochain maître du ciel

 |   |  1906  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2012. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Vingt-huit ans à peine après sa création en 1985, cette compagnie qui croît à marche forcée fonce vers le leadership mondial en termes de trafic passagers. Les derniers résultats annuels d'Emirates (clos fin mars) sont en ligne avec cet objectif. La compagnie a enregistré une hausse de son chiffre d'affaires de 17 %, à 19,9 milliards de dollars, accompagné d'un bond de ses bénéfices de plus de 50 %, à 622 millions de dollars.

C'est peut-être le 1er août 2008, quand le premier A380 d'Emirates a décollé de Dubaï pour New York, que le transport aérien a basculé dans une autre ère. Ce vendredi-là, la compagnie émiratie a mis en service le plus gros avion commercial sur le plus important et le plus ancien marché aérien du monde. Tout un symbole. Elle montrait ainsi à la planète entière que le temps où les transporteurs des pays pionniers de l'aviation (aux États-Unis et en Europe) dominaient le ciel était révolu. Et qu'il fallait dorénavant compter avec des acteurs des pays émergents, du Golfe bien entendu, et avec Emirates en particulier.

Un développement continu

Cinq ans plus tard, dans le ciel mondial, la prise de pouvoir de la compagnie de Dubaï n'a jamais été aussi proche. Pendant que la plupart de ses concurrents font le dos rond pendant la crise, Emirates continue son développement à marche forcée. En 2012, jamais cette compagnie aérienne, pourtant habituée aux croissances à deux chiffres, n'avait tiré aussi fort sur le manche. Avec 31nouveaux gros-porteurs reçus, l'offre en sièges a bondi l'année dernière de près de 20 % par rapport à 2011. Jeudi 9 mai, lors de la publication de ses résultats financiers 2012-2013, clos fin mars, cheikh Ahmed bin Saeed al Maktoum, le président du groupe Emirates, et membre de la famille régnante, a fait état d'une progression du chiffre d'affaires de l'ordre de 17 %, à 19,9 milliards de dollars, par rapport à l'exercice précédent. Le tout avec une très forte augmentation de 52 % de ses bénéfices, à 622 millions de dollars, lesquels avaient déjà doublé au premier semestre (1,7 milliard de dirhams, 353 millions d'euros). Emirates Group, incluant aussi Danata, spécialisé dans les services de voyage, a réalisé un bénéfice net annuel en hausse de 34 %, à 845 millions de dollars et dégagé un chiffre d'affaires en hausse de 17 %, se montant à 21,1 milliards de dollars, précise la compagnie. Le groupe, bénéficiaire "pour la 25e année consécutive", réalise "une performance qui témoigne de la solidité de notre marque et de notre équipe dirigeante", a commenté cheikh Ahmed Ben Saïd Al-Maktoum, président de la compagnie et d'Emirates Group.

Aujourd'hui, Emirates, qui pèse plus de 20 milliards de dollars de chiffre d'affaires, est le troisième opérateur mondial en termes de passagers kilomètres transportés (PKT) et fonce vers la première marche du podium (une position qu'il occupe déjà sur les seules lignes internationales) dans cette unité de mesure qui, en majorant le poids du long-courrier, donne la vraie puissance des compagnies aériennes.

Une flotte qui ne cesse de croître

Emirates ne deviendra pas numéro un mondial en 2013 (surtout avec la fusion qui se profile entre American Airlines et US Airways). Mais elle le sera peut-être en 2014. Et assurément d'ici à 2018. Car, à cet horizon, la compagnie de Dubaï transportera, selon ses prévisions, 57 millions de passagers, 40 % de plus qu'aujourd'hui. En PKT, il sera ainsi difficile de faire mieux. Car quasiment tous les clients d'Emirates voyageront, comme c'est déjà le cas, sur des vols long-courriers d'une durée de 6 à 17 heures. Cette croissance proviendra de l'entrée dans sa flotte d'une multitude d'appareils, tous des gros-porteurs, comme les quelque 140 avions qui composent actuellement la flotte de la compagnie.

Le carnet de commandes fermes auprès d'Airbus et de Boeing donne le tournis : il s'élève à près de 200 gros-porteurs d'au moins 300 sièges. Même si une grande partie d'entre eux servira à remplacer les appareils les plus anciens, une part significative servira au développement. « Aucune autre compagnie n'a crû aussi vite », s'exclame Tim Clark, le président d'Emirates Airlines. La performance est d'autant plus impressionnante que la compagnie est basée dans un émirat aussi peuplé que... la Lorraine (2 millions d'habitants). Et qu'elle a été créée il y a moins de trente ans, en 1985, avec deux Boeing 727 loués à Pakistan Airlines. Comment un transporteur sorti des sables a-t-il pu se hisser aussi rapidement au sommet de la hiérarchie du transport aérien ?

136 destinations sur tous les continents

L'histoire commence au début des années 1980 quand, conscient des réserves de pétrole limitées de Dubaï (contrairement à son voisin Abu Dhabi, la capitale des Émirats arabes unis), cheikh Rachid bin Saeed al Maktoum, le Premier ministre d'alors (décédé en 1990) décide de faire de l'émirat un hub commercial et touristique. Or, pour créer des ports, des zones franches, des commerces, faire venir les étrangers sur les chantiers, Dubaï doit être relié au reste du monde par des lignes aériennes. Problème, Gulf Air, la compagnie transnationale qui regroupe le Qatar, Abu Dhabi, Oman, ne dessert pas Dubaï. D'où la décision de Dubaï de lancer sa propre compagnie, dont la mission sera d'être le vecteur du développement économique de l'émirat.

Nommé président du groupe Emirates à l'âge de 27ans, cheikh Ahmed fait appel à deux Britanniques : Maurice Flanagan, qui prend les rênes de la compagnie, et Tim Clark, son second ; le premier est passé par la British Overseas Airways Corporation (BOAC), le deuxième, par British Caledonian. Ces trois-là sont toujours dans l'entreprise. À 80 ans, Maurice Flanagan a, depuis le début des années 2000, passé le flambeau à Tim Clark (63 ans), mais reste toujours conseiller de cheikh Ahmed. La longévité de ce trio, auquel il faut ajouter Ran Menen, l'homme du cargo, a compté pour beaucoup dans le succès d'Emirates. « À l'origine, c'était une compagnie pour faire venir les travailleurs indiens », se souvient un spécialiste de Dubaï. Des destinations comme Londres et Hong Kong suivront rapidement. Puis, au rythme de la démesure de Dubaï, Emirates va grossir, grossir, au point de desservir aujourd'hui 136 destinations sur tous les continents. Une force de frappe qui dépasse largement les besoins de l'émirat, ce qui lui a d'ailleurs permis de ne pas être impactée par la crise financière de Dubaï à la fin de 2009. Car son métier n'est plus seulement de relier l'émirat au reste du monde, mais tous les continents entre eux.

Un modèle unique

Emirates est devenue une compagnie globale. Sa stratégie est claire : transporter n'importe quel passager du globe vers n'importe quelle destination de la planète avec une seule escale, Dubaï. À part Qatar Airways qui suit ce modèle, aucune autre compagnie ne fait ça. Trop coûteux. Les concurrents utilisent des alliances commerciales globales pour couvrir le monde.

Pour appliquer une telle stratégie, Emirates dispose d'un atout de poids : la situation géographique de Dubaï, idéalement placé entre l'Europe et l'Asie centrale, l'Inde et l'Asie-Pacifique, voire l'Afrique de l'est, ou encore entre l'Asie et l'Afrique. « 75 % de la population mondiale se trouvent à 8 heures de vol maximum de Dubaï », rappelle Thierry Antinori, vice-président Passenger Sales Worldwide d'Emirates, ancien d'Air France et de Lufthansa. Le terrain de chasse est énorme : plus de 5 milliards d'habitants. Pour le conquérir, Emirates a bâti un système unique de correspondances entre vols long-courriers.

Réseau performant et qualité de service

Un travail d'horloger qui s'appuie sur une arme redoutable : l'aéroport de Dubaï, dont l'efficacité et la qualité des installations (et de son duty free) permettent de compenser la contrainte d'un vol en correspondances. En témoigne le nouveau terminal inauguré en janvier, réservé aux A380 d'Emirates et de son allié australien Qantas. D'une capacité d'accueil de 15 millions de passagers, il permet à l'aéroport d'accueillir 75 millions de passagers par an, et d'envisager sereinement l'extension des capacités d'accueil à près de 100 millions d'ici à 2020. Ce système de « hub » exige une efficacité opérationnelle sans faille. C'est le cas grâce à la qualité de la flotte, de la maintenance, des systèmes informatiques ou encore du personnel.

Mais, au-delà de l'attractivité de son réseau, Emirates a su conquérir les passagers par la qualité de son service tant au sol qu'à bord. Très vite, Emirates s'est imposée comme une compagnie aérienne haut de gamme. Et pas seulement en première (où l'on sert toujours du Dom Pérignon et du caviar...) ou en classe affaires, mais aussi en classe économique sur laquelle Emirates s'est en grande partie construit une réputation d'excellence dans les années 1990. L'ascension de la compagnie s'est cependant faite de manière rentable. Depuis sa création, Emirates dégage de confortables bénéfices, à l'exception de la deuxième année d'existence en 1986. « Cette année-là, l'émirat [actionnaire à 100 %, ndlr] a remis au pot à hauteur de 10 millions d'euros. Cela ne s'est jamais reproduit », se souvient un ancien.

Une conccurence déloyale pour les autres compagnies aériennes ?

Pourtant, cette réussite suscite le scepticisme et l'ire des concurrents. Air France en tête qui, depuis une décennie, crie à la concurrence déloyale en dénonçant les soutiens publics dont profite Emirates. Pas tant sur des subventions directes, mais sur les aides indirectes, comme la mise en place à Dubaï d'un écosystème favorable à la compagnie. C'est en effet l'État qui a financé les investissements aéroportuaires colossaux. Les coûts aéroportuaires y sont très bas, en l'absence de taxes en tout genre que l'on retrouve en Europe. Par ailleurs, à Dubaï, les entreprises ne paient ni impôts sur les sociétés, ni charges sociales. L'écart de compétitivité avec les autres transporteurs, notamment européens, est donc énorme. Il est par ailleurs renforcé par une productivité du personnel supérieure et par les atouts d'une flotte d'avions modernes (moins de 5 ans d'âge moyen) et efficaces en terme de consommation de carburant.

Pour se doter d'un tel arsenal, Emirates a profité, comme un grand nombre de compagnies, des facilités des crédits-exports des pays d'où sont originaires Airbus (Allemagne, France, notamment) et Boeing (États-Unis). « Cela a facilité leur ascension », explique un banquier, précisant qu'en raison de sa bonne santé financière, Emirates n'avait aucun souci pour trouver des financements, d'ailleurs très diversifiés (crédit-exports, banques classiques, banques islamiques, sales and lease back...), et souvent innovants.

Un nouvel aéroport en construction

Pour ses concurrents, le cauchemar ne fait donc que commencer. Emirates étudie une commande du futur Boeing 777 dont la mise en service est prévue à la fin de la décennie. Ses besoins pour ce type d'appareils de 370 sièges s'élèvent à 275 avions. En outre, l'achat de 30 A380 supplémentaires, en plus des 90 déjà commandés, est dans les tuyaux. Pas de contraintes aéroportuaires en vue pour ces nouveaux avions. Un deuxième aéroport est en construction. Il est appelé à devenir le plus grand du monde (avec celui qui est prévu à Istanbul) avec une capacité de 145 millions de passagers annuels.

Et pour enfoncer le clou, parallèlement à cette croissance organique vertigineuse, Emirates commence à nouer des partenariats commerciaux d'envergure avec d'autres acteurs clés du secteur. Après Qantas et Easyjet en 2012, d'autres accords devraient suivre sur d'autres continents. Face à un tel rouleau compresseur, les autres transporteurs n'ont qu'un moyen pour lui barrer la route. Que les États, comme l'a fait le Canada, cessent d'accorder à Emirates de nouvelles autorisations de vols. Air France le martèle depuis des années, au nom de la protection de ses emplois en France. En vain jusqu'à présent.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 16/03/2015 à 16:23 :
Ce serait bien que les avions d'Emirates volent un peu plus haut lors de leur descente sur Roissy. car j'habite dans la val d'oise et ce sont les seuls à être en dessous d'une certaine altitude bien en amont pour l'atterrissage.
a écrit le 13/05/2013 à 18:48 :
Le plus grand merite d'Emirates aura ete de faire baisser les prix de tous ses concurents, un peu comme l'a fait ryanair et easyjet avec les moyens courriers. En plus de cela Emirates offre de meilleurs services (bagages, nourriture, acceuil). Fini les jours ou AF pouvait charger 1500 euros en classe eco pour l'asie.
a écrit le 12/05/2013 à 21:46 :
Je ne suis qu?un béotien de l?aéronautique !
J?adore Emirates, car si je suis béotien, je suis néanmoins passager payant régulier vers l?Asie et le Moyen-Orient.
J?habite Nice et le vol Nice-Dubaï est un vrai bonheur : accueil, nourriture, sourire et prix corrects, tout y est (je vole en économie?).
Je lis ça et là qu?Emirates ne paye pas son kérosène, fait du dumping social, n?a pas la même structure de coûts qu?AF?
Probablement vrai, mais pour prendre quelque fois AF, c?est tout différent : accueil souvent déplorable, demander une faveur c?est impossible, plateaux repas insipides (toujours en éco) et prix délirants au départ de Nice la plupart du temps?
Sachant que pour aller de Nice en Asie, je vais changer d?aéroport quelque part car il n?y pas pas de vols directs ... Alors CDG ou Dubaï ? Devinez !

Je lis souvent des commentaires malveillants et outranciers sur AF. Mon point de vue de client payant, et de citoyen, c?est qu?ils sont perclus de corporatismes, de syndicats qui ne défendent rien, sinon eux-mêmes (mais c?est un mal français, il n?y a pas qu?AF !) Et surtout pas de sens de l?accueil.
C?est à mon sens le problème principal : on peut toujours freiner Emirates en lui refusant des créneaux vers la France, ça n?est pas ça qui rendra Air France plus attractif !
Enfin, on fait dire aux chiffres ce que l?on veut, et on peut expliquer l?inexplicable, combien de morts avec AF ces 20 dernières années ? Combien avec EK ?
Je suis toujours un béotien de l?aéronautique, mais je sais compter?
Et en plus ils bossent avec des cadences infernales chez EK (dit-on)! Donc pas au détriment de la sécurité visiblement.

Pour redresser AF : s?intéresser au passager ! Une simple évidence pour certains, une révolution culturelle pour d?autres !
Réponse de le 04/07/2013 à 3:58 :
C'est une analyse très pertinente et merci pour cette comparaison qui vaut le détour. Pour avoir pris Emirates à destination de Sydney il y a deux ans et demi, c'est tout simplement l'excellence! Un accueil très chaleureux, un service impeccable, un confort en économique incroyable surtout à borde de l'A380. Bref un service de très haute gamme. Le problème avec Air France, c'est que son personnel est trop fier de travailler pour sa compagnie et a tendance à oublier l'essentiel, le passager. Sa culture d'entreprise devient au fil des années un obstacle à sa remise en question, et sa trop grande confiance en sa réputation passée a comme résultat une augmentation sensible de ses crashs qui commencent à faire désordre ses dix dernières années. D'ailleurs elle est classée comme une des compagnies les moins fiables en termes de sécurité comparativement à Emirates qui a raflé cette année la première place de la meilleure compagnie mondiale! En clair, y a pas photo. C'est l'avantage de la concurrence, elle favorise une montée de celles qui ont tout compris, et qui en retire un bénéfice certain? Le passager tout simplement. Air France doit faire de gros efforts pour retrouver son prestige et son image en perte de vitesse. A elle de s'inspirer des meilleures compagnies aériennes comme Emirates pour relever ce défi.
a écrit le 12/05/2013 à 8:56 :
L'un des points forts d'Emirates est, à mon sens, le poids des bagages autorisés sans supplément : 32kg si mes souvenirs sont bons contre 23kg pour les autres compagnies. Et en plus, certains équipements spéciaux comme les planches de surf sont inclus dedans sans frais supplémentaires !
Réponse de le 12/05/2013 à 9:22 :
Emirates je ne connais pas. Mais plus ça va et plus Air France devient lamentable en qualité de service sur les vols long courrier. Ceci dit c'est général, Lufthansa fait aussi des économies de bout de chandelle sur les repas. BA, n'en parlons pas! Cathay s'en sort pas trop mal comparé aux autres.
a écrit le 11/05/2013 à 19:33 :
Le monde aérien n'est qu'un exemple. L'Europe permet la mondialisation sans barrière malgré des règles différentes dans ces pays qui deviennent concurrents. Avec le temps tout s'effondre et personne ne se réveille. Les politiciens critiques Peugeot ou Arcelor alors qu'en ayant autorisé la mondialisation sans contrôle ces sociétés n'ont plus de choix face à la concurrence que de délocalisé aussi. On ne me fera jamais croire que l'ouverture béante offerte à ces pays crée par ricochet + d'emplois en France. J'espère que nous serons dirigés un jour par des gens intelligents avec une vision.
Réponse de le 12/05/2013 à 17:25 :
jusqu'a maintenant c est toujours les compagnies occidentales qui beneficient le plus de cette mondialisation. Emirates et Huawei restent des exceptions. Airbus, boeing, Alcatel, L Oreal,...etc profitent a fond de cette mondialisation
a écrit le 11/05/2013 à 18:13 :
La réponse à Emirates doit être Européenne , si nous étions plus solidaires entre Européens , on s'en sortirait beaucoup mieux .C'est à toute l'Europe de ne pas accorder de nouveaux créneaux à Emirates .Les pays émergents exploitent à fond ce chacun pour soi européen ,qui consiste à négocier pour sa chapelle au lieu de le faire en position de force .
Comment une compagnie d'un petit pays de deux millions d'habitants peut -elle accaparer de tels marchés , parce qu'elle exerce en effet une concurrence ultra déloyale .
Le chantage aux achats d'airbus est odieux , les créneaux se sont toujours délivrés parcimonieusement en fonction d'accords bilatéraux .Et le jour (assez proche ) où les chinois vendront leur propres avions trois fois moins chers que airbus , celle ci disparaitra aussi .Le monde occidental est réglé par le profit court terme. Take the money and run !
Réponse de le 25/06/2013 à 21:43 :
Entièrement de votre avis ! Nos réussites, même celles présentées comme "françaises" sont européennes. EADS, ESA et autres. Nos élites s'attribuent sans vergogne les exploits de l'Europe et accablent cette même Europe de leurs échecs, mésententes, ignorances, incapacités. Ah qu'il est loin le temps des Monet, Schumann, mais aussi De Gaulle, Kohl, Schmidt, Barre, Giscard, Delors....Aujourd'hui, les médiocres Mélanchon, Le Pen, Copée, Montebourg (liste non exhaustive) triomphent dans un nationalisme désuet et suicidaire.
Bien à vous
a écrit le 11/05/2013 à 18:03 :
J'ai voyagé plusieurs fois sur Emirates entre Sydney et Auckland / Christchurch et Melbourne Auckland en classe éco et une fois en business....Il est vrai que le service est bon, la nourriture bon, voire TB et les prix souvent très bien placés mais, cette compagnie n'est peut-être pas soumise aux mêmes règles que les compagnies EU ou USA? Un autre point très fort, c'est l'aéroport de Dubaï, que je ne connais que de réputation,.... nos aéroports, dont Roissy, font pâles figures!
a écrit le 11/05/2013 à 12:42 :
question : emirates paie combien le plein de leurs avions par rapport aux autres compagnies ? si c'est gratis comme ils sont producteurs quelle est belle la concurrence ! !
Réponse de le 12/05/2013 à 17:26 :
L emirate De Dubai ne produit pas de Kerozene d Avion, seul 10% des revenues viennent du Petrol (brut)
a écrit le 11/05/2013 à 10:35 :
Cette compagnie a surtout permis aux autres compagnies de modérer leurs tarifs. Je vis en Asie et je connais beaucoup de passagers qui font Asie - Dubai et Dubai- Paris pour moins de 1000 euros en classe éco (qui en plus est d'un service excellent). Les compagnies concurrentes modèrent donc en conséquence les tarifs pour tenter de remplir leurs vols
a écrit le 11/05/2013 à 8:25 :
Excellent article. ca va être intéressant de suivre les prochaines discussions sur les droits de trafic avec Etihad, désoramis allié d'AF
a écrit le 11/05/2013 à 7:24 :
Une bulle gonflée au dumping social alimentée par des gogos qui de toutes façons paieront les pots casses
a écrit le 11/05/2013 à 1:45 :
Le voyage en avion ou l'aberration économique suprême, low-cost ou haut de gamme, c'est une immense gabegie d'intelligence, de matières premières, d'infrastructures colossalement coûteuses, d'impact sur l'environnement. Le voyage, c'est la lenteur, le temps de la découverte, de l'ouverture aux autres. Le déplacement rapide, en tous sens, désordonné n'est pas un voyage, c'est une agitation qui vient s'additionner à nos autres agitations, mouvement perpétuel qui nous fait passer à côté de l'essentiel de la vie. Heureusement, il n'y aura bientôt plus de pétrole pour faire avancer ces oiseaux de malheur.
Réponse de le 11/05/2013 à 11:06 :
Bien dit ! Le transport aérien moderne permet au populo d'aller boire sa bière à Ibiza ou trouver une fille pour 40 Euros à Bangkok. C'est le progrès ?
Réponse de le 11/05/2013 à 11:50 :
Tout à fait d'accord. A condition de disposer de 52 semaines de vacances par an ou d'être rentier, bien entendu...
Réponse de le 11/05/2013 à 15:11 :
Retournez au moyen-âge... Vous roulez en charrette avec un âne et une carotte ? Vous polluez plus au km et par occupant dans votre voiture qu'un 787 ne lâche de CO2, ceci ramené au nombre de passager. Et je suis très content de visiter le monde entier. Il n'y a pas que l'alcool et le sexe tarifé qui motivent les voyageurs...
Réponse de le 12/05/2013 à 15:25 :
@thx 1138: Pour connaitre le prix, vous y allé à Bangkok non :) ?
a écrit le 11/05/2013 à 0:12 :
je reve d un paris miami en emirates ! en plus pas trop cher.
Réponse de le 12/05/2013 à 19:30 :
Pas très pratique sachant qu'une compagnie doit passer par son pays d'origine. Dubai est relativement mal placé pour relier paris à miami
Réponse de le 13/05/2013 à 14:31 :
cela s'appelle de la 5ème liberté. EK va d'ailleurs ouvrir Milan JFK en octobre.
a écrit le 10/05/2013 à 19:49 :
je viens de m´acheter un billet Lyon Hong-kong avec emirates pour 530 euros ou 120 euros de moins qu´Air france. Avec la difference je compte passer un week end a Dubai. En gros j´ai choisi emirates car c´est moins chere, la qualite est meilleure et me permet de passer un weekend a dubai. Le shopping a Dubai vaut vraiment l´escale car aux emirats la TVA n´existe pas !
a écrit le 10/05/2013 à 18:05 :
Personnellement je préfère voler avec Air France depuis Paris, pas d'escale en route, service aussi bon, pas plus chère...Je vois pas bien l'intérêt de choisir Emirates, si peut être la cartouche de Malboro 5 euros moins chère au duty free de Dubaï...
Réponse de le 10/05/2013 à 18:32 :
Pourquoi choisir Emirates:
-Car ils deservent plus de 5 fois plus de destinations en asie qu'AF
-Car la france ne se limite pas a Paris, pour les lyonais et nicois il est bcp plus simple de transiter avec Emirates.
- Car le shopping a DXB est bcp plus varie et moins cher qu'a CDG.
Réponse de le 12/05/2013 à 17:30 :
13 euros a Dubai
Sa coute 18Euros a Paris ???? La cartouche
a écrit le 10/05/2013 à 17:30 :
Il y a de la place pour tout le monde, en tout cas pour plusieurs compagnies. Direct ou avec escale ? Cher ou pas cher ? Qualité de service ou service minimum. Il y a plusieurs segments de marché. Tant que l'on ne retrouve pas la même compagnie sur tous les segments et que chacun est libre de choisir en fonction de ses contraintes et de ses moyens, ça me va.
a écrit le 10/05/2013 à 17:26 :
AF ne dessert en direct que trois villes indiennes, si vous voulez vous rendre ailleurs en inde,c'est toute une galere. Meme chose avec la chine ou il y a une quinzaine d'aglomeration aussi peuplees que Paris. En contre partie Emirates dessert la majorite des grande villes d'asie. Si il faut transiter, il n'y a pas mieux qu'Emirates, en plus a DXB le duty free vaut vraiment la peine, j'y ai achete un ultrabook a 600 euros alors qu'il coutait plus de 1000 euros chez la fnac.
a écrit le 10/05/2013 à 17:10 :
Adieu Peugeot, Adieu Alcatel, Adieu Vallourec, Adieu Air France, Adieu Bull, Adieu Renault, Adieu Gemalto, Adieu Carrefour, Adieu Alstom, etc....

C'est tellement mieux ailleurs. Bien fait pour nous, NA ! On avait qu'à avoir un système social sans protections. Recruter des pakistanais.
Réponse de le 11/05/2013 à 0:13 :
il est vrai que Dubaï a de nombreux atouts : chaleur (pas de vrai besoin en logement) une volonté de faire fortune, et vrais lacunes : nourriture importée.
mais voilà, autant le Quatar ou EAU veulent gagner, et nous nous voulons la belle vie et ne rien foutre.
mon fils a travaillé à Dubaï et il dit comme ses amis que si on est capables de travailler à Dubaï on peut travailler dans le monde entier. en effet le salaire est important mais les heures travaillées le sont aussi ainsi que l'exigence de qualité. Dubaï ne gagne pas par la médiocrité mais par la haute qualité !!!
Réponse de le 12/05/2013 à 11:26 :
Ils gagnent par leur masse d'argent.... ouvrez les yeux !!! les autres du pays du monde ne sont pas que con !!! si tout le monde avait cette possibilité !!! nous aurions tous le même développement....
Réponse de le 13/05/2013 à 7:35 :
ils ne gagnent pas par leur masse d'argent, ils gagnent parce qu'ils le veulent !! bien sûr que d'autres pays le pouvaient, mais, comme en Occident l'argent est mauvais et que l'on préfère les pauvres, on les a. Les arabes ont toujours fait le choix de la réussite.....car leur fierté l'exige, l'européen mettrait plutôt sa fierté à ne rien faire
Réponse de le 13/05/2013 à 13:29 :
n'importe quoi bertrand !!! tu es bien naif !!! c comme en france tu vas me dire si tu te bouge le fion tu reussi !!! mais pas toujours !!! moi ca va j'ai mes parents qui sont blindés et qui m'ont bcp aidé et donc j'ai pu faire des projets immobilier lucratif !!! mais explique moi comment fais un mec sans ARGENT pour aller monter des projets !!! va voir une banque avec un apport zero et revient sur ce forum que l'on en reprle !!!!
L'argent est la base de tout !!!! et pas seuleement " parcequ'ils le veulent !!! je reve !!!!
a écrit le 10/05/2013 à 16:59 :
C'est fabuleux : on vend des airbus construits en Allemagne, bientôt en Chine, un peu en France aussi c'est vrai, à une compagnie qui détruit notre compagnie nationale car ne jouant pas avec les mêmes règles. La France ne sera bientôt plus qu'un désert. C'est moderne ! C'est formidable !!!
Réponse de le 10/05/2013 à 18:48 :
Seul les A320 (court-courriers) sont assemblés en Allemagne, l'A380 y reçoit ses finitions c'est tout.
L'usine la plus importante, et de loin, est celle de Toulouse. Sans compter qu'une grande partie des équipementiers et Française !
Réponse de le 10/05/2013 à 19:35 :
Non pas un désert. Une terre agricole et viticole et undiDisneyland
a écrit le 10/05/2013 à 16:53 :
Oups.. Mon commentaire ?t?oup?La classe eco ?ncore de beaux jours devant elle car pas sur que les classes business et affaires si la crise s amplifie trouvera de nombreux passagers d affaire dont les entreprises seront frileuses de payer un billet dans ces classes de voyages. On assiste d? en Europe au ph?m? avec des entreprises demandant ?eurs salari?de voyager avec Easy jet plut?u air France ou lufthansa ou british Airways. Les choses changent, sauf qu en France on fait des tas de pol?ques au lieu de prendre le probl? ?ras le corps et on se laisse griller par les autres. La riposte devrait ?e la suivante: une ?de de march?ur le trafic a?en au d?rt de province pour ouvrir des lignes vers l ?anger. Il existe d? des liaisons province/Cdg pour alimenter les longs courriers. Pour faire un Lyon new York il faudrait que la r?on Rh?alpes puisse par exemple faire une campagne de communication avec l appui d air France ou delta por justement cr? et susciter de la demande et ensuite on optimise l offre. C est peut ?e pas si simple mais des choses sont possibles. Bien sur, toutes les grandes villes de France ne sont pas sujettes ? ouverture de lignes long courrier. Mais il y a du potentiel que l on exploite pas du tout.
a écrit le 10/05/2013 à 16:45 :
Le probl? est que c est la loi du plus fort qui l emporte malheureusement. ?irates oui progresse se d?loppe ?n rythme fou tout en misant sur des correpondances. Or, une compagnie risque de menacer le ciel de cette compagnie : turkish. La compagnie a?enne turque est un "danger" de plus pour les majors europ?nes. N oubliez pas que le job d air France fonctionne tr?bien puisque plus d un passager sur trois est en correspondance. Alors on va critiquer Air France, Cdg etc... Mais il faut comparer ce qui est comparable. Cdg ?t?r?en 1974 et Cdg 2 ?artir de 1982. Forc?nt l a?port de Duba?st plus neuf etc. Moi quand je voyage je trouve agr?le de trouver des boutiques ?dg sans que cela devienne un centre commercial. Duba? tout mis?ur le tourisme et l a?port ressemble surtout ?n centre commercial. Air France est plus vieille et a plus d histoire. Je n ai jamais ? d? par cette compagnie. Quand on parle des PNc pas aimables il suffit de regarder l amabilit?es passagers la plupart du temps ex?able. Duba?a fiscalit?our les entreprises est quasi inexistante alors qu en France elle est plus que pesante. Donc forc?nt Emirates s en sort beaucoup mieux. Cette compagnie peut donc offrir un meilleur service, de meilleurs si?s.. Mais pour combien de temps? Certes l Asie est en pleine expansion mais personne ne peut dire pour combien de temps ni ce qui se passera en Europe dans les prochaines ann? ni l avenir du transport a?en du voix continent vers ces pays. La classe eco a
a écrit le 10/05/2013 à 15:39 :
Attendons de voir si un conflit démarre dans la région en 2013 ou une épidémie ce qui n est pas exclu au vu de l'actualité politique du moyen orient après nous pourrons en reparler....
Réponse de le 10/05/2013 à 16:01 :
vous regardez up peu trop la tele, il est temps pour vous de sortir voir de quoi a l'aire le vrai monQuant au conflit de!
Réponse de le 10/05/2013 à 17:06 :
c est vous avez qui avez raison le nuage de tchernobyl s est arrête à la frontière,toutes les dettes des pays seront payées, les politiques n ont pas de comptes en suisse , ect bref bienvenu au pays des bisonourses !
a écrit le 10/05/2013 à 15:28 :
Af a bénéficie de + de 20 milliards de recapitalisation dans les années 90 , argent public jamais rembourse, un monopole sur les lignes intérieures ultra rentablse (comme le Nice-paris) a des prix de voleurs avant l?arrivée d'easy jet ). .Ajouter un CE ultra garni+ un service déplorable et vous trouverez la clef des problèmes. Arrêtons de voir tout le temps nos problèmes chez les autres. Il faudrait peut être se mettre au travail tout simplement!
Réponse de le 10/05/2013 à 16:41 :
B'est c(là, oui... Un (petit) rappel: dans les années '90 on parlait en FRF... Par ailleurs, l'actionnaire majoritaire a recapitalisé (1,5 GFRF de moins que ce que vous indiquez), et est largement rentré dans son débours avec les dividendes reçus ensuite. Air France (comme toutes les compagnies) proposent leurs tarifs en fonction de la demande; pas en raison de votre faciès... Quant aux sentences "yaka", si vous étiez pertinent, il y a longtemps que vous auriez été "chassé". Mais même quand on s'appelle O'Leary, et donc qu'on est spécialiste du dumping social, des subventions déguisées, de l'évasion fiscale, etc... ben on reste à Ryanair, les autres compagnies n'ayant nul besoin de vous... marrant, non ? Pas fou, d'ailleurs: le Long courriers et le Moyen courriers étant deux métiers différents. Quant à Emirates, qu'est qu'ils vont faire de leur "plus grand aéroport du monde" ? le comparer avec celui d'Istamboul ? "c'est moi qui...". Jusqu'au jour où, le commerce mondial s'étant tourné vers le TransPacifique, Dubaï n'aura plus aucun intérêt. Comme il a été dit plus tôt: "où en sera le monde dans 5 ans ?".
a écrit le 10/05/2013 à 15:13 :
Le seul moyen de faire d'AF une compagnie rentable :mettre Micheal O'Leary a sa tete. Malheureusement les syndicats et les franco-francais serraient contre.
Réponse de le 11/05/2013 à 15:03 :
C'est qui les franco-français?
a écrit le 10/05/2013 à 13:35 :
Vivant a Dubai, je n utilise que tres rarement Emirates pour mes deplacements en Europe: La qualite du service offert est certes d un tres bon niveau, c est indiscutable, mais a un prix : les tarifs d emirates sont toujours dans le plus haut de la fourchette. L article a fait l impasse sur un fait majeur: Emirates beneficie de l emergence de la puissance asiatique, mais aussi de l Afrique. or, dubai se situe juste entre ces deux continents. Enfin Emirates est une machine de guerre dont l objectif ultime est le rayonnement global de Dubai.
a écrit le 10/05/2013 à 13:16 :
Pour commencer, Dubaï n'a pas beaucoup de pétrole.

aidé par l'état ou pas, la compagnie dégage des bénéfices, donc rentable ce qui la rend bien vue par les investisseurs qui lui prêteront de quoi se renouveler et progresser sans soucis.

et à mon avis, si nos politiques avaient à choisir entre Airbus et air France, ils choisiront Airbus vu son poids, donc tant qu'ils nous commandent des avions en masse, on ne va pas les vexer :)
a écrit le 10/05/2013 à 13:09 :
Je cite : "Emirates ne deviendra pas numéro un mondial en 2013 ... Mais elle le sera peut-être en 2014. Et assurément d'ici à 2018."
Et bien, il en a de la chance notre brillant journaliste de savoir ce qu'il se passera dans 5 ans !!
Réponse de le 11/05/2013 à 8:18 :
vu le plan de flotte d EK, le journaliste a raison. je le trouve même prudent. jje ne sais plus quel journal affirmait qu EK allait devenir le numeron un mondial des cette annee.
a écrit le 10/05/2013 à 11:49 :
émirat arabe unis achète les avions chez qui ?, la maintenance, la révision et la formation ?
a écrit le 10/05/2013 à 11:44 :
Certes au moyen orient ils n'ont pas encore la capacité de produire grand chose (quoi qu'il se développe à grande vitesse sur l'industrie pétro chimique) mais ils ont l'intelligence de s'entourer des meilleurs managers et ingénieurs internationaux pour mener à bien le développement des services qui sera la première brique de leur économie post pétrole.
Réponse de le 10/05/2013 à 12:42 :
Totalement d'accord avec vous, a Hong-Kong, Singapour, Monaco, Luxembourg ... on ne produit pas grand choses ! Les émirats ont au moins le mérite d'investir dans l?économie réelle plutôt que dans la finance virtuelle !
a écrit le 10/05/2013 à 11:41 :
Comment pouvez vous comparer le service d'AF et celui de Emirates ?!
Entre les accidents, le prix et "l'amabilité" du personnel d'AF le seul avantage qu'il reste à cette compagnie est de permettre des voyages "long courrier" sans escales.
Ca fait 5 ans que je ne voyage plus sur AF mis à part pour des déplacements nationaux ou la seule concurrence est le low cost d'Easy Jet.
a écrit le 10/05/2013 à 11:24 :
la solution est pourtant ultra simple pour ne pas que les pays européens se fassent piller. C'est dit dans l'article, il faut simplement restreindre les créneaux. Quant a l'argument d'acheter que Boeing !! foutaise !! Premierement Boeing augmenter ses prix (ils ne sont pas que con!!)!! deuxiemenent comme ils n'auront plus de créneaux pour ouvrir des lignes, les commandes ne seront plus des "commandes du siècles" qui ne font que déstabiliser un marché. Airbus et Boeing en ont largement assez d'un développement planétaire "raisonné". Il ne faut pas avoir fait l'ENA pour comprendre ça... LES SITUATIONS ANORMALES NE DURENT PAS... ni pour AF qui doit faire des efforts de productivité ni Emirates qui cannibalise le marché... Reste à l?Europe à avoir une vision long terme et surtout du courage pour résister a ces pseudo chantages...
Réponse de le 10/05/2013 à 14:47 :
Quelques vérités....
La balance du Commerce Extérieur entre la France et les Emirats est de 1 a 10 (en faveur de la France), c'est notre 2ème ou 3ème excédent... Et pas seulement grâce à Airbus... Merci les UAE et bravo à ceux qui conseillent le protectionnisme!!! Je vois que Mélanchon consorts font déjà des émules dans notre beau pays....
Il n'y a pas chantage il y a des vérités économiques incontournables: vous ne pouvez pas vendre des avions en interdisant à vos clients l'accès du marché national...
Remarquez bien que les nouveaux avions volent sans escale de Dubai à San Francisco.... Alors limitez les créneaux en France et vous les regarderez passer au-dessus de vos têtes sans apporter la moindre amélioration à AF ni le moindre revenu à nos aéroports (demandez à Lyon et Nice ce qu'ils en pensent), ni même sans gêner Emirates outre mesure.... Le problème d'AF ce n'est pas Emirates, c'est le coût du travail en France en général et chez Air France en particulier avec en plus des problèmes privilèges inaltérable.... La direction l'a bien compris mais n'a pas les remèdes parce qu'ils n'existent pas dans le contexte français... Et les mesurettes annoncées n'adressent que partiellement l'ampleur de la tâche...
Réponse de le 10/05/2013 à 14:52 :
@olivvvvvvv : ce sont des prix intéressants et un service à la hauteur qui créé la demande et non l'inverse. Votre argument à vous c'est de diminuer l'offre pour obliger les voyageur à utiliser A.F? autant fermer nos frontières, ainsi A.F n'aura plus de problème de concurrence sauf easyjet.
Quant à emirates, elle n'est pas seule, comptez aussi sur Qatar, Etihad, gulf air.

Le groupe A.F/KLM est-il capable d'absorber tous les pax qui prennent tous les jours l'ensemble de tous les vols de ces 4 compagnies en comptant Nice?

Reponse NON, cela veut dire qu'il y en a pour tout le monde.

Quelle situation anormale parlez-vous? Les commandes du siècle? Pourquoi ne parler aussi de celle de Lion Air, Air Asia, Indigo qui dépassent et de loin en nombre celle d'emirates.

"boeing augmente ses prix" comme Airbus, vous parlez d'un sujet que vous ne connaissez pas, cad le prix de la transaction finale lors d'un achat massif. Moi non plus c'est non divulgué.

Réponse de le 12/05/2013 à 11:21 :
Je ne parle pas d'AF en particulier je parle au niveau européens KL/BA/LH...... Il est anormale qu'un opérateur cannibalise les marchés rentable européens (remarquez que EK veux du CDG/LHR/FRA.... et pas de plateforme secondaire )
1/ A chaque fois vos arguments sont extrémistes ai-je dis de fermer les frontières => NON
2/ la balance commerciale nous est favorable !!! évidement ils n'ont rien a vendre donc nous avons tous loisir a imposer nos règles !!! Les emirats sont un micro état qui ne vends rien !!! Ils viennent juste cannibaliser a l?extérieur de leurs frontières avec des masse d'argent qu'aucun opérateur européens ne peux avoir.....
3/les autres commandes de lion air, air asia.... sont fait pour développer des pays émergents !!! rien a voir !! il n'y a pas de cannibalisation mais juste de la croissance...
4/quant a Quatar ethiad gulf air ils ont des développement plus mesurés, ils n'ont pas de commandes comme EK, ils tissent des alliances, ils réalisent des partenariats.
Contrairement a EK qui cherche qu'une chose cannibaliser des marché point final !!!
ne soyez pas aveugle.. Encore une fois je ne dis pas que AF n'a pas d?effort de productivité a faire... mais une fois que l'ensemble des acteurs européens auront des coups de productions comparable !!! alors il faudra que l'europe protège ses marchés... c'est une évidence... mais vous avez du mal a saisir, je n'ai pas fait l'ENA contrairement a vous.....


Réponse de le 12/05/2013 à 11:32 :
PS: je ne suis pas melenchoniste mais juste UMP !! je suis pour le libre échange raisonné au niveau de l'EUROPE vous entendez EUROPE pas France mais EUROPE !!!!! et avec cet état d'esprit mesuré je peux vous dire que l?Europe a de sacré atout.
a écrit le 10/05/2013 à 10:57 :
PAs de taxes, pas de charges, du carburant presque donne, c'est quand meme plus simple de devenir champion.
Si vraiment Emirates a dans les cartons une commande de 30 A380 apres en avoir commande 90 comme le dit le journaliste, les etats actionnaires d'Airbus ont interet a prevoir des privileges a accorder a cette compagnie.

J'aimerais bien connaitre en detail le modele economique de l'emirat, du petrole, des proprietes immobilieres ...? Pour financer les services et infrastures publics ? D'ailleurs la police de l'emirat s'est dotee de ferrari, Lambo, et Aston Martin AS-77 (un modele limite a 77 exemplaires produits)
Réponse de le 10/05/2013 à 13:00 :
Si AF et KLM ont pu se développer et devenir des grand transporteurs aérien c'est aussi grâce aux aide gouvernementales, combien ont ils reçu en euro courant depuis leur création en 1919 (klm) ! Combien d'aide recu ADP, la SNCF... Jusqu?au années 70, les taxes et charges sociales étaient très limitées ! En plus, c?est les pays occidentaux, la France en tète qui ont poussé les émirats vers la mondialisation. En gros vous voulez mondialiser airbus et protéger AF. Soyez cohérant !
a écrit le 10/05/2013 à 10:47 :
Je n'aime ni le hub de Dubaï (et en plus les escales se passent la plupart du temps en pleine nuit) et pour l'avoir fréquenté en business, c'est une sacrée usine pas très chaleureuse, ni le service à bord (plutôt le sourire crispé des hôtesses qu'autre chose d'ailleurs). A choisir, pour aller en Asie du Sud Est, je préfère les vols directs d'AF (le premium est très bien) et de Thai et de Singapore (quand il y a escale). Comme souligné par d'autres, l'article fait de la pub gratuite pour Emirates qui n'a pas besoin de ça, ayant d'autres avantages économiques dont les compagnies comme LH ou AF ne peuvent profiter
Réponse de le 10/05/2013 à 14:56 :
@mjj: les escales à Dubai, c'est de jour comme de nuit, en fonction de votre arrivée. il n'y a pas d'interruption de service à Dubai.
Vous aimez les vols directs, moi non, c'est juste une question de goût, l'important est d'avoir le choix.
a écrit le 10/05/2013 à 10:32 :
Tant que Fabrice Gliszczynski le journaliste ne donnait pas son avis, l'article était excellent.
a écrit le 10/05/2013 à 10:15 :
Pour avoir beaucoup volé avec Air France et Emirates , je dois avouer que le service d'Emirates est meilleur et la qualité des sièges et des services à bord sont meilleurs (peut-être des avions plus modernes) que chez Air France, et les prix sont moins chers.
Pourquoi le gouvernement Français n'aide pas nos champions (Air France, Total, Areva, Edf, Alstom..) plutôt que de les assommer de taxes, charges salariales et aéroportuaires, pour financer nos immigrés et autres projets inutiles. Quand nous aurons compris qu'il vaut mieux soutenir les winners que les loosers, ( nest ce pas Monsieur Montebourg !) un grand pas aura été fait
Réponse de le 10/05/2013 à 10:40 :
je vous rassure , total n as pas besoin d'aide, ni aréva
a écrit le 10/05/2013 à 10:12 :
"Par ailleurs, à Dubaï, les entreprises ne paient ni impôts sur les sociétés, ni charges sociales"... Je pense qu'avec des avantages comme ceux-là, même Air France serait capable de dégager des bénefices...
a écrit le 10/05/2013 à 9:58 :
Les pays du golf ont beaucoup de cash, du carburant à bon prix, et c'est tout.
Ils ne créent rien. Ne fabriquent rien. Ils sont totalement dépendant des technologies occidentales & asiatiques. Ils sont incapable de construire de tels avions, ne disposant ni du réservoir d'ingénieurs et de connaissances nécessaires.
Bref, du pognon à gogo, mais aucun génie, aucune inventivité...
Mais, comme le carburant est devenu de nerfs de cette industrie, ils capitalisent sur cet avantage, au détriment des autres compagnies.
Un marché de dupe.
Réponse de le 10/05/2013 à 11:16 :
Exactement, ils paraissent actuellement surfer sur une croissance forte mais ne font que profiter de la manne pétrolière. Dont ils sont toujours incapables de se passer. Emirates est énormément aidé par l'Etat pour croître, ils ont intérêt à atteindre une taille critique le plus vite possible.
Réponse de le 10/05/2013 à 12:02 :
Bien dit ! Quand les touristes-gogos auront compris que Dubaï, c'est juste une usine à attractions ( franchement qu'est ce qu'on en a à faire d'une piste de ski là bas... ) ou un hub pas pratique du tout pour partir en voyage d'agrément ou d'affaires en Asie, les Emiratis commenceront à comprendre que 120 A380 ça commence à faire un peu beaucoup, surtout si les gouvernements européens ne donnent pas de nouveaux droits de trafic. Enfin si nos gouvernants comprennent ça...
Réponse de le 10/05/2013 à 12:53 :
Oui , les pays du golf ne forment pas d'ouvrier socialo-communistes , et ne sont pas capable de fabriquer des chaussures et de cultivé des banane . Mais ils forment des ingénieurs , des informaticien , et des financiers très à l'aise dans un monde capitaliste ultra-libéral . Les européens vont devenir leurs main d'oeuvre technique , et les chinois la main d'oeuvre manuel . Si les européens leurs mettent des bâtons dans les roues , le retour de bâton sera dur ! Ils sont actionnaires dans toutes les boites importantes du vieux continent . Avec l'aide de leurs "frères ultra-libéraux" (usa) ils se feront un plaisir de nous mettre à genoux . C'est foutu !
Réponse de le 10/05/2013 à 15:04 :
@thx 1138: pour l'usine à attraction, il faut sortir de l'aéroport, possible si vous avez assez de temps, sinon c'est un hub que je trouve efficace et confortable, surtout les lounges business du terminal A qui sont connectés directement aux portes d'embarquement.
"Les emiratis commenceront à comprendre que 120...çà fait beaucoup" mais en quoi çà vous gène qu'il en commande 120, répartis sur plus de 15 ans!
Réponse de le 10/05/2013 à 17:12 :
@ moonmartre : Désolé, mais même les "lounge busines" comme vous dites, elles sont pleines en permanence, même en pleine nuit, queue pour les buffets et les WC, bagages cabine en plein milieu, bruit, bon , je continue ?
Réponse de le 10/05/2013 à 17:46 :
@thx 1138: on continue si vous voulez, en 3 ans, je les ai emprunté plus de 30 fois à Dubai!!
L'heure de pointe pour les lounges c'est vers 07/08h00 du mat , 14h00 car tous les vols pour l'europe partent à peu près à la même heure, mais vu le nombre de lounges répartis entre les terminaux, les embouteillages n'existe pas.
Pour le dernier terminal A, le business lounge surplombe toutes les portes d'embarquement, pour en permettre l'accès direct. impossible de générer des files d'attente.
Les 2 autres répartis dans le B même le plus petit, je n'ai jamais vu le problème.

Y êtes vu seulement allé dans ces fameux lounges? Notamment le A ouvert depuis janvier 2013, j'en doute car parler de bruit m'a franchement bien fait rire.

Bref après tout, chacun sa façon de voir, même celui de CDG, Bangkok beaucoup plus petits sont silencieux et jamais encombrés.
a écrit le 10/05/2013 à 9:50 :
Emirates ne joue pas dans la même cour que les autres compagnies. En fait, Emirates joue dans sa propre cour, comme complaisamment rappelé dans l'article : pas d'impôts, ni de taxes ou de charges sociales, du capital et des capacités financières en direct sur le robinet du pétrole, ça aide drôlement. Ceci dit ce fameux "hub" à Dubaï n'est pas si pratique que ça pour le voyageur "long-haul" : entre 4 et 12 heures à poireauter dans un immense duty-free dans une foule compacte même à 4 heures du matin, ça fatigue vite. Visiblement M. Gliszczynski n'en a jamais fait l'expérience...
Réponse de le 10/05/2013 à 17:48 :
@thx 1138: j'en remets une couche. si vous connaissiez bien cette compagnie, sachez qu'à partir de 8h de transit, l'hôtel est offert.
Réponse de le 11/05/2013 à 14:10 :
@thx 1138: Dubai n'a pas de pétrole
Réponse de le 11/05/2013 à 14:56 :
@ moonmartre : pas en éco
@ Gabriel : il a celui d'Abu Dhabi ( EAU : le U c'est pour UNIS )
Bonne journée
Réponse de le 11/05/2013 à 16:08 :
@thx 1138: et non, ce n'est pas le type de billet (éco par ex) qui conditionne l'octroi de cette possibilité mais le fait d'être détenteur d'une carte Gold, ce qui est mon cas!
Réponse de le 11/05/2013 à 16:31 :
@thx 1138: Je sais bien, j'y ai habité 2 ans. Mais même s'ils sont unis dans un même état, Abu Dhabi n'intervient en aucun cas dans les affaires d'une société dubaïote. Ils soutiennent éventuellement leur compagnie Etihad mais pas Emirates non.

Maintenant si un jour Emirates a des problèmes financiers tels qu'une faillite de cette compagnie toucherait profondément le pays alors oui, Abu Dhabi interviendra peut-être. Mais jusqu'à présent rien ne vous permet d'affirmer que la réussite économique d'Emirates est basé sur l'argent du pétrole.

Si vous souhaitez la critiquer, une meilleure piste est de mettre en avant les conditions de travail dignent de l'esclavagisme qu'ils imposent aux ressortissants du sous-continent indiens. Sans eux, pas d'aéroport au top (confort, propreté, vrai service aux voyageurs, construction rapide, etc.)

En tout cas, en tant que voyageur, Emirates c'est juste le top avec Singapour Airlines.
Réponse de le 11/05/2013 à 16:33 :
@ moonmartre : Pas possible ? Et ton Jet privé tu le gares où ?
a écrit le 10/05/2013 à 9:48 :
de faire de la pub pour cette companie qui pratique le dumping a outrance. Nous nous devons de voler avec AF par patriotisme. En plus, AF est de loin la meilleure companie du monde, alors quoi, qu'est ce que l'on cherche a la fin... son depot de bilan?
Réponse de le 10/05/2013 à 11:52 :
Le vol d'oies sauvages.
Réponse de le 11/05/2013 à 14:08 :
C'est bien parce que vous avez toujours été patriotique et que vous avez donc seulement voyager avec Air France que vous pouvez poster un tel message. Air France: meilleure compagnie aérienne du monde? Haha la bonne blague!
Réponse de le 12/05/2013 à 1:54 :
Quelle blague tombe dans le panneau du denigrement facile. La verite c'est qu'AF dispose d'un savoir faire mondialement reconnu. Ils ne sont pas parfait, mais regardez les autres compagnies "historiques", et vous comprendrez. D'ailleurs ce n'est pas un hasard si les pilotes et hotesses AF sont les mieux payes... ce sont les meilleurs.
a écrit le 10/05/2013 à 9:17 :
Dubaï exerce un chantage avec Airbus. Ou la France laisse Emirates ouvrir d nouvelles lignes ou bien...
Réponse de le 10/05/2013 à 10:45 :
Ou bien quoi?

Réponse de le 10/05/2013 à 10:56 :
ils vont chez boeing
Réponse de le 10/05/2013 à 11:02 :
ou bien ils achètent chez Boeing.
Réponse de le 10/05/2013 à 11:48 :
La loi du capitalisme, un bon emplacement géographique et de bonnes ressources naturelles, voici les clés de succés de la compagnie. A chacun ses forces et faiblesses. La France doit à son tour tirer profit de ses forces pour contrer ce géant. Notre pays a tiré profit d'une situation confortable pendant plusieurs années, aujourd'hui les acteurs changent car le monde a changé, pourquoi remettre en question et critiquer un modèle qui fonctionne, c'est peut-être plus facile que de se remettre en question tout simplement. Notre problème en France c'est que nous sommes beaucoup trop fière de nos acquis sociaux, et les salaires sont trop élévés. Dans de nombreux pays y compris en Europe certains salaires (ex: l'automobile) sont bcp plus bas expliquant un certain dynamisme.
Réponse de le 10/05/2013 à 12:45 :
En voilà une bonne idée. J'invite chaque contributeur souhaitant faire baisser les salaires en France de montrer l'exemple en allant immédiatement voir leur patron pour leur faire part de cette excellente proposition. Tous les secteurs sont concernées.
Réponse de le 13/05/2013 à 12:36 :
Le problème, c'est que les employés D'Emirates ne font pas vivre les entreprises pour lesquelles vous travaillez. Quand tout le monde sera au chômage, il faudra s'allier aux Emirats Arabes Unis. En plus, ce pays n'a pas besoin de fric. Ca m'ennuie de leur donner mes deniers. Pour avoir fait un Dubai Paris en classe eco à cause de l'horaire, je peux dire que je n'ai pas été subjugué par Emirates. Sympa sans plus.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :