La France au Moyen-Orient (3/5) : le Qatar premier client du Rafale ?

 |   |  1107  mots
Paris espère toujours que le Rafale atterrisse bientôt au Qatar
Paris espère toujours que le Rafale atterrisse bientôt au Qatar (Crédits : Armée de l'air)
Troisième volet de notre série sur la diplomatie de la France au Moyen-Orient, le Qatar. Rafale, hélicoptères de transport NH90, véhicules blindés (VBCI) et défense aérienne... De très belles commandes pourraient prochainement être décrochées par la France à Doha.

C'est chaud, très chaud entre le Qatar et la France. Et la visite expresse le 17 novembre à Doha du ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, a une nouvelle fois confirmé que tous les clignotants y étaient au vert pour Paris. "Le ministre a reçu des messages positifs" lors de son escale de quelques heures au Qatar, où il a rencontré son homologue qatari à son retour du salon aéronautique de Dubaï, le général Hamad ben Ali Al-Attiya, explique-t-on à "La Tribune".

C'était sa quatrième visite depuis son arrivée hôtel de Brienne dans ce petit émirat richissime du Golfe persique, qui prépare activement la Coupe du Monde de football de 2022. Le chef de l'Etat François Hollande pourrait effectuer une visite à Doha au printemps 2014.

14 milliards d'euros en jeu

La France retient son souffle. Elle peut. Car sur les 22 milliards de "campagnes commerciales" actuellement engagées par les industriels de l'armement français au Qatar, certaines sont aujourd'hui très mûres. Quatre exactement pourraient être officialisées rapidement : le Rafale de Dassault Aviation, le NH90 d'Eurocopter, le système SAMP/T et les missiles Aster 30 proposés par Eurosam, GIE détenu à 66,66 % par MBDA et à 33,33 % par Thales, et, enfin, le Véhicule blindé de combat d'infanterie (VBCI) de Nexter. Soit un total d'environ 14 milliards d'euros.

"Une annonce peut intervenir à tout moment dans les semaines qui viennent", précise une source proche du dossier.

Le Rafale prêt à atterrir au Qatar

Le Rafale ? C'est la priorité de Paris. Pour deux raisons : il sauverait la loi de programmation militaire (LPM) et sa commande permettrait à François Hollande d'être le premier président français à vendre le bijou technologique de Dassault Aviation, dont les experts reconnaissent que l'appareil est arrivé à maturité. Et le contexte est favorable. Contrairement à Dassault Aviation et au consortium Eurofighter (Typhoon), les Américains n'ont pas répondu à la fin de l'été à l'invitation des Qataris, qui ont été vexés par l'attitude des Etats-Unis. "Mais les Etats-Unis peuvent tout se permettre...", sourit jaune un industriel.

L'absence de réponse des Américains a brouillé quelque peu les cartes. Les Qataris, qui veulent 72 avions de combat, probablement en deux tranches (36 + 36), souhaitaient à la fin de l'été aller très vite. "L'embarras ne devrait pas trop durer, souligne de façon pragmatique un industriel du secteur. Soit les Américains répondent avant la fin de l'année, soit ils ne répondent pas. De toute façon, la question sera tranchée dans les deux cas". Doha attend maintenant une proposition de Washington début décembre, précise-t-on à "La Tribune".

Tout dépendra donc de la proposition américaine : F-35 ou F-15 et F-16 ? Des tensions entre les deux industriels américains, Boeing et Lockheed Martin, à l'image de ce qui s'est passé en Corée du Sud, ont peut être retardé la réponse de Washington, tente d'expliquer un autre industriel. "Si les Américains choisissent le F-35, Doha pourrait prendre un peu de temps pour examiner la proposition de Washington, explique-t-on à "La Tribune". Ils souhaitent une flotte mixte, un appareil américain et un appareil européen". Quelle sera in fine le panachage ? A suivre.

VBCI et NH90, têtes de gondole de la France

Paris croit beaucoup aux chances du véhicule blindé de combat d'infanterie (VBCI) de Nexter qui est arrivé dans le groupe de tête à l'issue des évaluations face à ses rivaux allemand (Boxer de KMW et Rheinmetall), finlandais (Patria AMV) et turc. Des VBCI équipés du futur missile moyenne portée (MMP) grâce à la tourelle de Nexter T40. Doha souhaite acquérir 480 véhicules pour les forces terrestres ainsi que 200 exemplaires pour la garde spéciale de l'émir.

Par ailleurs, Eurocopter espère vendre le NH90 dans sa version terrestre et navale. cette dernière sera équipé de missiles anti-navires Marte (MBDA). Le constructeur travaillait sur deux propositions, l'une étant de panacher la version terrestre (12 modèles TTH) et navale (10 NFH), l'autre étant de proposer que du NFH (22 exemplaires). Face au NH90, les Américains proposent le Seahawk de Sikorsky. En revanche, les Qataris préfèrent pour renouveler leur flotte d'hélicoptères de combat (une douzaine d'appareils) l'Apache de Boeing au Tigre d'Eurocopter.

SAMP/T, un test au Moyen-Orient

Le missilier MBDA dispose également de bonnes chances pour équiper les forces armées dans le domaine de la défense aérienne. Le groupe européen propose le système SAMP/T équipé de missiles antimissiles Aster Block 1 pour la défense aérienne dans le cadre du GIE Eurosam. Ce sera un bon test dans la région pour ce produit.

L'objectif de Washington est lui de vendre aux pays du Golfe un système de défense aérienne multi-couches - de la courte à la longue portée - équipés de senseurs américains dans le cadre du Conseil de coopération des Etats arabes du Golfe (GCC) : Arabie saoudite, Oman, Koweït, Bahreïn, Émirats Arabes Unis et Qatar. Une façon de verrouiller complètement ce marché et de le fermer à la concurrence. "Washington a fait une présentation il y a cinq, six ans à tous les chefs d'états-majors de l'armée de l'air du GCC", se rappelle un industriel.

Une telle décision, si elle était acceptée, mettrait les six pays du GCC dans les mains des Américains. Ce que ne veulent absolument pas les Européens qui tentent de convaincre les Etats du GCC de prendre un système flexible avec une architecture ouverte. Un tel système permettrait aux industriels concurrents de glisser des propositions spécifiques adaptables aux systèmes américains. Soit des capacités différentes dans chaque pays.

Frégates et corvettes

A plus long terme, à l'horizon 2020, le Qatar souhaite renforcer sa composante navale. MBDA et le groupe naval DCNS proposeront deux frégates de 4.000 à 4.500 tonnes équipées de systèmes anti-missiles Aster 30. Enfin, le Qatar pourrait choisir rapidement à l'issue d'un appel d'offres un constructeur pour équiper la marine qatarie de quatre corvettes destinées à veille sous-marine. DCNS est sur les rangs avec la Gowind et propose son système de combat, le Setis.

Lire ou relire l'ensemble de la série La France au Moyen-Orient :

La France au Moyen-Orient (1/5) : quand la diplomatie va, tout va... mieux

La France au Moyen-Orient (2/5) : Paris chasse en Arabie Saoudite le mégacontrat Sawari 3

La France au Moyen-Orient (4/5) : Jean-Yves Le Drian, l'homme clé du retour de la France aux Emirats Arabes Unis

La France au Moyen-Orient (5/5) : Et si le Rafale allait défier l'Eurofighter à Bahreïn ?

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 28/11/2013 à 8:47 :
Suis je le seul a etre interpelé par le montant des 22 milliards de "campagnes commerciales" pour un contrat de 14 milliards...
Réponse de le 28/11/2013 à 22:33 :
Moi ce que je comprends c'est qu'il y a en ce moment environ 22 milliards d'euros de campagnes commerciales des groupes d'armement au Qatar. Et sur cette somme, 14 milliards d'euros concentrés sur quatre contrats (avions de combat, hélicoptères de transport, défense aérienne et VBCI) pourraient être imminents.
a écrit le 26/11/2013 à 12:29 :
L'armée de l'air du Qatar à toujours été équipée d'avions de Dassault.
a écrit le 26/11/2013 à 11:56 :
Tous les "gens qui savent" vous diront que le Qatar lorgne depuis des années sur le Rafale. Seulement, avec une flotte parmi les plus modernes du monde et des avions quasiment neufs, les qataris ont du temps devant eux et par conséquent se payent le luxe de solliciter un "lièvre" (l'Eurofighter) pour pousser Dassault à des concessions sur le prix de vente, et auprès des fournisseurs pour négocier l'armement au meilleur prix. C'est une constante des marchés d'armement, les coréens font exactement la même chose avec les américains' qui veulent vendre le F35. L'eurofighter servira de pseudo alternative aux militaires coréens pour faire pression et obtenir un prix plus intéressant et éventuellement un partage industriel. Au Qatar comme en Corée, les militaires ne sont pas dupes concernant les defauts de l'Eurofighter, à commencer par le fait qu'aucun appareil en service actuellement ne dispose des capacités prévues dans son cahier des charges qui date pourtant d'avant 1985. Le rafale dispose de toutes ses capacités: air air, air sol, air mer, et frappe nucléaire, les indiens ne l'ont pas choisi par hasard...
Réponse de le 26/11/2013 à 18:43 :
Non, par rapport au cahier des charges originel, le Typhoon le remplit complètement, càd capacités air-air (supériorité et défense aériennes). Ce cahier a évolué depuis la disparition du pacte de Varsovie pour être compétitif dans le marché Export.
Réponse de le 26/11/2013 à 19:29 :
+1 pour James.
De plus l'eurofighter était obliger d'évoluer car la menace soviétique a disparui et au vu des menaces d'aujourd'hui, il est difficile d'aller tirer du missile Air-air sur des chars ou des Pick-up ou 4*4 Toyota.
@Patex. Vous confondez avec l'aviation emiratie qui elle possède des Mirages 2000-9 encore assez récents. Le Qatar possède lui des Mirages 2000-5 qui commence un peu à vieillir et forcément ils cherchent à se mettre à la page par rapport aux voisinage qui ont commencé à changer leur monture (Arabie Saoudite, Oman...) et bientôt Emirati et Koweit.
Réponse de le 27/11/2013 à 19:54 :
Exact Jason. Les -5 (pur air-air) qataris ont participé à Harmattan en Lybie. Les -9 EAU (dernière version existante du M2000) ont une capacité air-sol en plus.
a écrit le 26/11/2013 à 9:47 :
C'est le bon moment !
a écrit le 26/11/2013 à 9:20 :
Oui, M. Cabirol nous fait un beau catalogue de ce que les français pourraient vendre au Qatar. Moi, quand j'avais des commerciaux sous mes ordres, je leur disais: " Ne me dites pas ce que vous pourriez vendre, mais ce que vous avez vendu". Alors, M. Cabirol, on a vendu quoi au Qatar, et les concurrents ils font quoi, ils dorment, peut-être ?
Réponse de le 26/11/2013 à 10:45 :
Excellent commentaire ! Bien écrit, M. Qatarolino ! ;-)
Réponse de le 26/11/2013 à 15:13 :
Exactement...Comme on le dis souvent...
"Ne pas vendre la peau de l'ours..."
Réponse de le 03/04/2014 à 23:16 :
NH90 vendus ! Michel Cabirol

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :