Armement : 2014, l’année du pactole pour la France en matière d’exportations ?

 |   |  980  mots
2014 peut être une année exceptionnelle en matière d'exportations d'armements si un deal Rafale se concrétise, indique le ministère de la Défense.
"2014 peut être une année exceptionnelle en matière d'exportations d'armements si un deal Rafale se concrétise", indique le ministère de la Défense. (Crédits : reuters.com)
La France attend beaucoup des exportations d’armements en 2014. Le cru pourrait être "exceptionnel" si un contrat Rafale se concrétise.

La semaine dernière, le ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian a présenté les chiffres provisoires des prises de commandes des industriels de la défense à l'exportation pour 2013. Soit au moins 6,3 milliards d'euros. 2014 sera-t-elle l'année du pactole pour la France en matière d'exportations ? Les chiffres des exportations des industriels de l'armement tricolore seront au moins aussi bons sinon meilleurs qu'en 2013 en dépit de la concurrence, notamment des Etats-Unis, espère-t-on au ministère de la Défense. Tout dépendra de la capacité des industriels français à concrétiser certains des grands contrats actuellement en cours de négociations avec plusieurs pays clés, dont un contrat Rafale au Qatar. "L'année 2014 peut être une année exceptionnelle si un deal Rafale se concrétise", confirme le ministère de la Défense.

Au-delà de ces grands contrats, Paris devra également verrouiller ce qui fait le socle habituel des exportations d'armements, les contrats de moins de 200 millions d'euros, qui ont été en croissance de 7 % en 2013. "Ces excellents chiffres viennent illustrer les nombreux succès que notre pays rencontre sur les marchés internationaux", a souligné le 30 janvier à Brest le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian lors de la remise de la frégate multimissions Fremm au Maroc.

Quelques contrats déjà bouclés

Quelques contrats sont déjà pratiquement dans le carnet de commandes des industriels. C'est le cas des deux satellites espions vendus aux Emirats Arabes Unis (EAU) par Airbus Space Systems et Thales Alenia Space pour un peu plus de 700 millions d'euros mais le contrat n'était pas encore entré en vigueur fin 2013. Contrairement à certaines rumeurs, il n'y a pas de problèmes spécifiques dans les négociations qui se poursuivent entre la France et les Emirats Arabes Unis, explique à La Tribune une source proche du dossier.

Le ministère de la Défense, tout comme MBDA, compte enfin signer en 2014 le contrat SRSAM d'une valeur de 6 milliards de dollars (4,5 milliards d'euros), dont 1,8 milliard d'euros ira au missilier européen. En tant que sous-traitant, Thales gonflera quant à lui son carnet de commandes d'environ 400 millions d'euros. Les négociations sont terminées depuis deux ans, depuis décembre 2011 exactement. Enfin, les groupes français attendent encore la "shopping list" des Libanais (VBCI de Nexter, chars Leclerc d'occasion, hélicoptères Fennec et Cougar d'Airbus Helicopters, corvettes de DCNS…) financée par l'Arabie Saoudite (3 milliards de dollars). Des contrats pourraient être signés dès cette année.

Le Qatar, nouvel eldorado ou mirage ?

Quels autres contrats pourraient être signés par les industriels français en 2014 ? Tous les regards se tournent forcement vers le Qatar où plusieurs campagnes sont en cours. D'autant que les groupes tricolores sont plutôt bien placés dans les compétitions. Les industriels français retiennent leur souffle. Ils peuvent. Car sur les 22 milliards d'euros de campagnes commerciales actuellement engagées, certaines sont aujourd'hui mûres, et même en attente de décision. Ce qui pourrait le cas au moment du salon de Doha International Maritime Defence Exhibition (Dimdex), qui se tient du 25 au 27 mars. Sinon, il est également prévu une visite de François Hollande en avril.

Quatre contrats pourraient être officialisées cette année. Des compétitions où concourent le Rafale de Dassault Aviation (36 appareils), le NH90 d'Eurocopter, le système SAMP/T et les missiles Aster 30 proposés par Eurosam, GIE détenu à 66,66 % par MBDA et à 33,33 % par Thales, et, enfin, le Véhicule blindé de combat d'infanterie (VBCI) de Nexter. Soit un total d'environ 14 milliards d'euros. S'agissant des VBCI, qui a également des chances de succès aux Emirats Arabes Unis (700 véhicules), ils pourraient être équipés du futur missile moyenne portée (MMP) grâce à la tourelle de Nexter T40. Doha souhaite acquérir 480 véhicules pour les forces terrestres ainsi que 200 exemplaires pour la garde spéciale de l'émir. Par ailleurs, Airbus Helicopters a bon espoir de vendre le NH90 (12 TTH (version terrestre), 10 NFH (version navale).

De bonnes chances en Inde et en Pologne

Si en 2013, le volume de contrats signés en Inde est en "net recul", selon le ministère de la Défense, la tendance est "très positive". En Inde les négociations pour la vente de 126 Rafale se poursuivent. Sans anicroche. Objectif, terminer toutes les négociations entre les industriels français et indiens avant les élections législatives. L'accord intergouvernemental (AIG) est prêt, il attend d'être signé. Il le sera une fois le contrat bouclé entre New Delhi et le GIE Rafale dont la négociation est "quasi-finie", indique-t-on au ministère. Si le ministère compte sur une signature en 2014, des industriels du team Rafale attendent quant à eux une signature et une mise en vigueur du contrat en 2015.

Eurocopter, qui a répondu à un nouvel appel d'offre en 2008, attend quant à lui depuis 2010 l'ouverture des enveloppes commerciales par New Delhi pour savoir s'il est à nouveau sélectionné par l'armée indienne. Elle souhaite renouveler sa flotte d'hélicoptères Cheetah et Chetak dans le cadre du  programme Light Utility Helicopters (LUH). Le contrat, qui porte sur 197 hélicoptères de reconnaissance pour les armées de l'air et de terre destinés notamment aux troupes stationnées en altitude près de la frontière avec la Chine, est estimé à 400 millions d'euros. Il peut s'élever jusqu'à 1,5 milliard d'euros avec l'achat au total de 600 appareils. Eurocopter propose le Fennec (AS350 C3), le seul hélicoptère à s'être posé sur le mont Everest, face au KA-226 du russe Kamov.

En Pologne, les industriels français sont en course dans plusieurs compétitions cruciales : 70 hélicoptères de transport avec l'EC725 pour 3 milliards d'euros (Airbus Helicopters), trois sous-marins pour plus de 1,5 milliard d'euros (DCNS) et un système de missiles de courte et moyenne portée (MBDA, Thales).

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 12/02/2014 à 13:08 :
N'oubliez pas de nous parler du fiasco FRANCO-BRITANIQUE du seper porte-avions!
a écrit le 03/02/2014 à 15:50 :
on dit merci qui? merci Sarkozy
Réponse de le 03/02/2014 à 22:33 :
Grace à qui les nouveaux contrats ?
Réponse de le 04/02/2014 à 9:25 :
Quels nouveaux contrats?
a écrit le 03/02/2014 à 14:28 :
"S'agissant des VBCI, qui a également des chances de succès aux Emirats Arabes Unis (700 véhicules), ils pourraient être équipés du futur missile moyenne portée (MMP) grâce à la tourelle de Nexter T40"

Une sacrée nouvelle, on pourrait pareil, ici, en France avec le VBMR équipé de cette tourelle T40 pour en faire un EBRC.
a écrit le 03/02/2014 à 12:02 :
Tout cela est très intéressant. Après, la question est de savoir quels sont les "must-win". Vu l'ampleur de certains des contrats, en remporter 1 ou 2 serait assurerait déjà des prises de commandes remarquables à l'industrie. Il semble d'ailleurs réaliste de penser que l'on ne pourrait pas en remporter beaucoup plus...
La Pologne semble un terrain difficile, l'Inde sera peut-être avare de décisions pendant cette année d'élection. Une fois de plus, c'est dans les pays du golfe que la différence pourrait se faire, mais cette région est plein d'incertitudes.
a écrit le 03/02/2014 à 10:44 :
Écran de fumée comme diraient les militaires.
a écrit le 03/02/2014 à 10:37 :
S'est encore du vent,les 3/4 des commandes de cette article sont faut, et ensuite les promesses on nous la déjà fait... ( Mr Morin )... La France devrais tacher de vendre des SNA a de grand pays ami ( Canada, Australie) ensuite il devrait être possible de vendre des Rafales au EAO, pour l'armement terrestre il est peux probable que nous vendions quoi que se soit.... La réalité économique de notre pays est bien triste.
a écrit le 03/02/2014 à 9:49 :
C'est de l'enfumage ...Les polonais souhaitent acheter US et en Inde le Grippen va bénéficier d'une nouvelle considération ..après le contrat de SAAB avec le Brésil...au Liban ...le char Leclerc ? est une ineptie militaire...dont le pays n'a aucun besoins...!
Réponse de le 03/02/2014 à 9:58 :
La pologne souhaite acheter Allemand (Thyssen)
Réponse de le 03/02/2014 à 11:56 :
Oula pipolino, vous vous enflammez-là! :)
a écrit le 03/02/2014 à 8:08 :
Très bonne nouvelle pour notre haute technologie, cela permettra à nos militaires français d'avoir par contre coup du matériel moderne.
a écrit le 03/02/2014 à 7:51 :
400 M€ pour 197 Fennec?Les soldes ne sont pas encore terminees mais quand meme...verifiez vos chiffres avant d ecrire de pareilles enormités.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :