Armement : la France gèle la livraison des Mistral à la Russie

 |   |  890  mots
Les conditions pour que la France autorise la livraison du premier BPC ne sont pas à ce jour réunies, estime l'ElyséeLa France
"Les conditions pour que la France autorise la livraison du premier BPC ne sont pas à ce jour réunies", estime l'ElyséeLa France (Crédits : Reuters)
"Les conditions pour que la France autorise la livraison du premier BPC ne sont pas à ce jour réunies", a estimé l'Elysée.

C'est un très mauvais signal pour les exportations de la France dans le domaine de l'armement, notamment. Pour la première fois, l'Elysée, jusqu'ici inflexible, a émis des doutes sur la livraison des deux porte-hélicoptères (ou Bâtiment de projection et de commandement) de type Mistral à la Russie. "Le président de la République a constaté que, malgré la perspective d'un cessez-le-feu qui reste à confirmer et à être mis en œuvre, les conditions pour que la France autorise la livraison du premier BPC ne sont pas à ce jour réunies", a annoncé l'Elysée mercredi après un conseil de défense. Ce qui ne veut pas dire une annulation. Mais est-ce que c'est le début d'un renoncement ou simplement un gel tactique la veille de l'ouverture du sommet de l'OTAN de Newport, au Pays de Galles ?

Le premier des deux porte-hélicoptères, fabriqués par DCNS et STX Saint-Nazaire et promis à la Russie, devrait être livré en octobre et François Hollande avait jusqu'à présent toujours dit que le contrat serait honoré malgré la crise opposant l'Ukraine et la Russie. Toutefois, selon l'Elysée, "les actions menées récemment par la Russie dans l'est de l'Ukraine contreviennent aux fondements de la sécurité en Europe", peut-on lire dans le communiqué de la présidence française. Cette décision de Paris intervient à la veille du sommet Newport.

Le contrat Mistral, portant sur deux porte-hélicoptères, a été signé en 2011 pour 1,2 milliard d'euros sous la présidence de Nicolas Sarkozy. Le premier navire doit être livré en octobre, une échéance que beaucoup jugent aujourd'hui intenable compte tenu de l'aggravation de la crise ukrainienne.

ExxonMobil continue à faire des affaires en Russie

Alors que le géant pétrolier russe Rosneft et son partenaire américain ExxonMobil ont annoncé mardi le lancement de travaux d'exploration en mer de Laptev (Sibérie), les Etats-Unis ont une nouvelle fois dénoncé mercredi la vente par la France de navires de guerre à la Russie, au moment où les Européens s'apprêtent à renforcer leurs sanctions contre Moscou, accusée de participer directement aux combats dans l'est de l'Ukraine.

"Cette vente n'est pas la bienvenue compte tenu de ce qui se passe dans cette partie du monde", a déclaré l'ambassadeur des Etats-Unis auprès de l'UE, Anthony Gardner, devant le Parlement européen. Il a admis que "si cette vente était annulée, il y aurait des sanctions importantes" de la part de la Russie contre la France. Ces derniers mois, la livraison du Mistral a été vivement critiquée par les Etats-Unis et en Europe, notamment par la Grande-Bretagne et la Lituanie. Le président américain, Barack Obama, a regretté que Paris n'ait pas choisi de suspendre le contrat controversé. Ces critiques pouvaient être ravivées cette semaine à l'occasion du sommet de l'Otan.

L'Inde observe la France

Les Européens se sont mis d'accord en juillet sur des sanctions économiques à l'encontre de Moscou, notamment une interdiction de vendre du matériel de défense. Cette interdiction ne vaut pas pour les contrats en cours, et ne remet donc pas en cause la livraison des deux Mistral. De nouvelles sanctions des Européens, à la fois individuelles et économiques, sont en préparation et devraient être présentées d'ici la fin de la semaine.

Selon plusieurs observateurs familiers des contrats export dans le domaine de la défense, l'Inde serait très attentive à ce que va faire la France à propos de la livraison des deux bâtiments de guerre. Et pour cause. New Delhi, qui a régulièrement des accrochages à ses frontières avec la Chine et le Pakistan, négocie le contrat du siècle avec Dassault Aviation.

L'Inde est entrée en janvier 2012 en négociations exclusives avec l'avionneur tricolore pour doter son armée de 126 avions Rafale, dont 108 produits localement par le groupe aéronautique Hindustan Aeronautics Ltd. Un contrat estimé au total à 18 milliards d'euros, armements et soutien compris. Il s'agirait du premier succès à l'exportation pour l'avion de combat français engagé avec succès sur les théâtres d'opérations afghan, libyen et malien.

Un contrat Rafale en bonne voie

L'accord va bientôt être conclu, a assuré le chef de l'armée de l'Air indienne au quotidien Hindustan Times mercredi. L'armée de l'Air ne peut pas se permettre de retarder encore la conclusion de cet accord, en phase finale de négociations depuis janvier 2012, a précisé le général Arup Raha. La conclusion de l'accord "va intervenir bientôt", a-t-il dit, tout en refusant de donner une date. Ces propos interviennent alors que l'un des concurrents du Rafale de Dassault Aviation, l'Eurofighter, tente de revenir dans la course pour ce contrat géant. Début juillet, le ministre britannique des Affaires étrangères, William Hague, avait vanté les atouts du concurrent du Rafale auprès du gouvernement indien.

"Cela ne serait pas approprié de modifier le processus maintenant. Le gouvernement a mis en œuvre un calendrier de travail et les choses avancent assez rapidement sur l'accord de l'avion de chasse", a ajouté le haut responsable militaire indien. En visite fin juin à New Delhi, le ministre français des Affaires étrangères, Laurent Fabius, s'était déclaré "confiant" quant à une évolution rapide des discussions.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 05/09/2014 à 8:29 :
jamais connu des dirigeants aussi nuls
a écrit le 04/09/2014 à 21:55 :
A ceux qui qualifient Poutine de dictateur, je rappelle qu'il a été élu damocratiquement, et qu'il est à 65% dans les sondages.
Hollande vient de passer à 13%.
C'est peut être lui qu'on devrait qualifier de dictateur...
Réponse de le 04/09/2014 à 22:03 :
Non, Poutine est à plus de 80% dans les sondages. La quasi totalité de la Russie est derrière Poutine qui est un président aimé et respecté par son peuple. Merci.
Réponse de le 05/09/2014 à 0:39 :
Poutine était même à 110% de votes dans certains bureau de vote... ca veut tout dire !!
Réponse de le 05/09/2014 à 8:31 :
il y eb a qui le croient ça veut tout dire
a écrit le 04/09/2014 à 20:58 :
Je ne suis pas spécialement pour Poutine. Néanmoins on ne peut pas lui reprocher de défendre son pays et sa culture. Ci-joint un extrait d’un discours de Vladimir Vladimirovitch Poutine, en date du 19 septembre 2013 lors du Forum de Valdaï en Russie. Il est aux antipodes des positions d'un Jacques Chirac ou d'un François Hollande.


« Un autre défi important pour l’identité de la Russie est lié aux évènements qui ont lieu dans le monde. Cela concerne les politiques étrangères et les valeurs morales. Nous pouvons voir comment beaucoup de pays euro-atlantiques sont en train de rejeter leurs racines, dont les valeurs chrétiennes qui constituent la base de la civilisation occidentale. Ils sont en train de renier les principes moraux et leur identité traditionnelle : nationale, culturelle, religieuse et même sexuelle. Ils mettent en place des politiques qui mettent à égalité des familles nombreuses avec des familles homoparentales, la foi en Dieu est égale à la foi en Satan. Cet excès de politiquement correct a conduit à ce que des personnes parlent sérieusement d’enregistrer des partis politiques dont l’objectif est de promouvoir la pédophilie. Dans beaucoup de pays européens les gens sont embarrassés de parler de leur religion. Les jours de fête sont abolis ou appelés différemment : leur essence est cachée, tout comme leur fondement moral. Et les gens essaient agressivement d’exporter ce modèle à travers le monde. Je suis convaincu que cela ouvre un chemin direct à la dégradation et au primitivisme, aboutissant à une profonde crise démographique et morale. Quoi d’autre que la perte de la capacité à se reproduire pourrait être le meilleur témoignage de cette crise morale ? Aujourd’hui presque toutes les nations développées ne sont plus capables de se reproduire par elles-mêmes, même avec l’aide des flux migratoires. Sans les valeurs présentes dans la chrétienté et dans les autres religions du monde, sans les standards moraux qui se sont formés durant des millénaires, les gens perdront inévitablement leur dignité humaine. Nous considérons cela naturel et juste de défendre ces valeurs. On doit respecter le droit de chaque minorité à être différente, mais les droits de la majorité ne doivent pas être remis en question. »
a écrit le 04/09/2014 à 20:02 :
La France cette empêcheuse de tourner rond, après les US c'est au tour de la Russie de se faire renvoyer dans ses 22. Rien que du gros, les clients potentiels nous observent forcement. Il faut se mettre à leur place et se poser les bonnes questions. Qui peut se permettre de refuser des offres pareilles avec un matériel de qualité. Quand à la situation en Ukraine l'analyse est délicate car nous sommes en pleine géostratégie. Depuis un bon moment les US cherchent à enclaver la Russie au Sud par l' Afganistan et l'Iran à l'ouest la Géorgie et au nord ouest l'Ukraine. De tout temps les stratèges ont toujours eu besoin de zones tampons pour protéger leur pays. Poutine ne pourra jamais accepter que l'Ukraine passe à l'Ouest.
a écrit le 04/09/2014 à 19:42 :
Vendons leur les 2 mistral et si les russes l'utilisent contre l'Ukraine, coulons les deux bateaux ! On aura gagné l'argent, respecter notre parole et défendu le droit international et la morale !
a écrit le 04/09/2014 à 18:36 :
Poutine veut surtout envahir ses voisins et les ressources qui vont avec, vous n'avez rien compris au FN. Analysez donc la stratégie de Poutine depuis des années. L'OTAN est déjà à ses portes dans les pays Baltes et même Finlande/Suède qui sont neutres mais très proches OTAN. Donc l'OTAN = prétexte de Poutine. Les Etats-Unis n'affaiblissent absolument pas l'Europe (regardez les échanges), c'est au contraire eux qui demande un renforcement de l'Europe et de sa défense. Poutine fait l'inverse comme le FN. Quant à l'Europe de l'Atlantique à l'Oural, c'est une jolie phrase d'une autre époque reprise à mauvais escient par un envahisseur : Poutine. Il le prouve en se tournant vers l'Asie et se fiche de l'Europe quand elle ne coincide pas avec les intérêts de la minorité russe de son clan au pouvoir en Russie.
Réponse de le 04/09/2014 à 21:52 :
Je trouve que vous débitez sous des titres divers et variés pas mal d'âneries. Peu d'esprit critique et peu d'analyse. Vos délires contre Poutine et contre la Russie sont contre productives et ne contribuent pas à votre crédibilité. Le FN, de même que n'importe quel parti politique a le droit d'avoir des consultations et des visites de courtoisie avec les pays qui lui semblent intéressants. Je ne vois pas où est la collaboration. Concernant l'Otan, il s'agit effectivement d' une organisation surannée qui n'a plus aucune raison d'exister, surtout après la chute du communisme et du mur de Berlin.
Pour votre gouverne, ce n'est pas la Russie mais les USA qui veulent affaiblir l'Europe. Si vous n'avez pas encore compris ça, alors je ne peux rien pour vous. N'importe quel politologue de base vous l'expliquera. Concernant les ressources, la Russie ne souhaite envahir personne car elle possède les plus grandes réserves mondiales d'hydrocarbures et de métaux rares. Les forages récents au Pôle Nord ne font que renforcer son indépendance énergétique. Ne parlons pas de son immense territoire ( 17 millions de km², 9 fuseaux horaires ) qui lui confère un potentiel économique qui fait rêver. Renseignez-vous.
Contrairement à vous, la Russie est un pays ami qui a toute sa place en Europe et avec laquelle il faut se rapprocher impérativement pour des raisons économiques et géostratégiques.
Cordialement.
Réponse de le 04/09/2014 à 22:00 :
Il est l'heure de prendre votre pilule Monsieur le géopoliticien.
Je crois qu'on a compris votre message (qui ressemble à celui de Botul).
Malheureusement, on nous a déja fait le coup avec Milosevic, Saddam, puis Khaddafi...
Réponse de le 04/09/2014 à 23:31 :
@Julien
Au lieu de chercher le point Godwin chez les autres ou à « médicaliser » les propos d'autrui ( « il est l'heure de prendre votre pilule..." ), acceptez le fait que d'autres puissent penser différemment de vous . C'est ce qu'on appelle la démocratie. Rappel de la déclaration des droits de l'homme et du citoyen de 1789 :
Article 11 :
«  La libre communication des pensées et des opinions est un des droits les plus précieux de l'Homme: tout Citoyen peut donc parler, écrire, imprimer librement, sauf à répondre de l'abus de cette liberté dans les cas déterminés par la Loi ».
Bonne soirée.
a écrit le 04/09/2014 à 18:22 :
L'association «Mistral Gagnons», créée début août, proche de l'extrême-droite, critique «le choix pour la France de s'inféoder à d'autres puissances, défendant des intérêts géostratégiques distincts des siens (...), en premier lieu, les États-Unis» et «le risque que cette décision fait prendre quant à la crédibilité de la France à l'international, concernant de potentiels futurs contrats militaires»
Réponse de le 04/09/2014 à 21:56 :
donc l'extrême droite raconte moins d'âneries que l'extrême gauche .. ( pas beaucoup moins mais c'est toujours ça de pris )
a écrit le 04/09/2014 à 17:59 :
d'habitude les internautes postent des commentaires pour exprimer leur point de vue, mais là on est dans de la propagande pro américaine. De Gaulle reviens ils sont devenus fous
Réponse de le 04/09/2014 à 18:07 :
Vous vouliez dire pro-russe et FN je suppose
a écrit le 04/09/2014 à 17:18 :
L'adhésion de l'Ukraine à l'OTAN constitue la seule riposte de l'Occident capable de contrer l'expansionnisme de Vladimir Poutine et pourrait donner un nouveau souffle aux institutions européennes, en quête d'identité en ce début du nouveau siècle. Déjà récurrente depuis des mois, une question hante, avec une acuité nouvelle, les chancelleries et les consciences occidentales : quelle attitude adopter face à la Russie qui piétine la loi internationale, enenvahissant, au grand jour, l'Ukraine ? Les ressources diplomatiques s'épuisent chaque jour davantage dans une situation qui échappe à tout contrôle, où même les thuriféraires les plus zélés du président russe semblent être dépassés par le cynisme et le jusqu'au-boutisme de leur maître à penser. Il devient clair que la finalité de sa stratégie dépasse la Crimée, voire le Donbass, et concerne l'Ukraine toute entière qu'il veut rattacher au « monde russe », prétendument incompatible avec l'Occident.

J'entends déjà les commentaires des bien-pensants effarouchés : on ne va pas quand même faire la guerre à la Russie ! Certes, mais ne rien faire, dans ce contexte, en s'abritant derrière les considérations de la realpolik, équivaut à un acte de lâcheté, qui resterait dans les annales de l'Histoire au même titre que les accords de Munich, prélude à la Deuxième Guerre mondiale, ou encore la dérobade de l'Occident en Syrie, ayant ouvert un boulevard à la barbarie de l'Etat islamique. De même, se limiterà la discussion sur une éventuelle « augmentation » des sanctions contre la Russie, c'est penser, en plein incendie, au plan de restauration, au lieu d'appeler immédiatement les pompiers.

Disons-le clairement : il est urgent d'agir avant que le point de non-retour, synonyme d'une guerre ouverte, aux conséquences planétaires, ne soit atteint ! Et pour cela, il faut, qu'on le veuille ou non, utiliser la seule méthode que M. Poutine comprend, celle de la force. Mais qui pourrait le faire ? L'Union européenne, dénuée d'armée commune, et, de surcroît, minée par ses dissensions internes ? L'Amérique d'Obama, dramatiquement hésitante, en panne de stratégie et de moyens, en ce début du XXIe siècle qui voit la dilution des puissances mondiales ? La réponse négative à ces questions est évidente.

Pourtant la situation n'est pas désespérée. A condition d'avoir le courage de remettre en cause le système des institutions transnationales, issu d'une géopolitique révolue du siècle précédent. Pour le moment, cette hypothèse reste un tabou de la diplomatie mondiale. Or elle me semble inéluctable, à plus longue échéance, face aux nouvelles réalités du monde global en devenir.

Pourquoi donc ne pas lancer ce gigantesque chantier, en commençant par la réforme en profondeur de l'OTAN ? Cette réforme passerait, dans l'immédiat, par l'adhésion de l'Ukraine à l'Alliance atlantique (dont la raison d'être réside dans le maintien de la sécurité en Europe), face au cas de force majeure de l'agression, avérée, de la Russie contre un pays souverain. Le prochain sommet de l'OTAN, qui réunira les dirigeants occidentaux, offrirait cette occasion historique à ce seul acteur sur l'échiquier géostratégique actuel qui dispose d'un réel « hardpower » capable de contrer les velléités expansionnistes de la Russie. Ce serait aussi un acte fondateur de son nouveau secrétaire général, le Norvégien Jens Stoltenberg.

Enfin, l'adhésion de l'Ukraine à l'OTAN - au nom de la sécurité, mais aussi et, sans doute, surtout au nom des valeurs initiales de l'Occident - donnerait un nouveau souffle à l'ensemble des institutions européennes (dont l'UE, dirigée par le Polonais Donald Tusk, particulièrement sensible aux idéaux occidentaux en raison du parcours de son pays, kidnappé pendant une quarantaine d'années par le soviétisme liberticide), sur la base d'un véritable projet de civilisation, confronté à une menace commune, comme ce fut déjà le cas au lendemain de la Deuxième Guerre mondiale.

Alexandre Melnik (Professeur de géopolitique à ICN Business School Nancy Metz)
Réponse de le 04/09/2014 à 17:26 :
Cà paraît audacieux mais à bien y réfléchir çà prend Poutine à son jeu et faux prétexte concernant les positions de l'OTAN qui est voisine immédiate de la Russie dans les pays Baltes et qui ne constitue pas une menace contrairement à ce qu'il prétend proche ou pas car c'est une question de moyens sur place etc.
a écrit le 04/09/2014 à 17:16 :
Les frontières de l'Ukraine devaient être défendues en échange de sa dénucléarisation or elle a été envahie par la Russie et risque de se voir démantelée. Dès lors que la Russie fournie des armes à l'Irak on ne voit pas pourquoi sous la crainte de menaces il ne faudrait pas fournir d'armes à l'Ukraine. La Russie fournissait bien des armes à Kadhafi qui se retournait contre la France lorsqu'elle était en guerre au Tchad. Allez, les amis, on se verra au front.... russe ? eheheheh
Réponse de le 04/09/2014 à 17:23 :
Vous délirez çà n'apporte rien. Allez vous reposer vous fatiguez.
Réponse de le 04/09/2014 à 22:03 :
Le dictateur est à 65% d'opinions favorables.
Hollande le démocrate est à 13%
Réponse de le 04/09/2014 à 22:49 :
Pourquoi tu as pris mon pseudo, Vincent ?
a écrit le 04/09/2014 à 17:14 :
Les russes ont été faits prisonniers, les corps sont rapatriés, les associations de mères de soldats, influentes en Russie, dénoncent près de 1000 disparus militaires russes ne donnant plus signe de vie, les chars russes modernes bien équipés et avec des gens parlant russes sans accent sont vus et filmés par la presse internationale et les télévisions, les témoignages de civils sont retransmis sur les télévisions du monde entier, les soldats russes en Ukraine publient leurs photos et commentaires de confirmation sur les réseaux sociaux russes, etc Et bien évidemment l'Otan publie des photos précises comme d'autres. Les preuves sont édifiantes et même Poutine a fait état d'un cesser le feu puis s'est ravisé en rappelant qu'il n'était pas imliqué militairement. Même méthode dans toutes les invasions russes des ces dernières décennies, un peu de culture russe et vous détecterez très bien la propagande de la réalité.
Réponse de le 04/09/2014 à 19:40 :
vraies preuves ou encore un enfumage ?
Colin Powell a-t-il une fiole ?
a écrit le 04/09/2014 à 17:14 :
La dénégation américaine avait été formalisée au premier stade de l’émancipation de l’Allemagne, lors de la guerre d’Irak en 2003 et de l’association Schröder-Chirac-Poutine ; certains stratèges américains, Donald Rumsfeld en tête, avaient alors dit : « Il faut punir la France, oublier [ce qu’a fait] l’Allemagne et pardonner à la Russie ». (« Punish France, forget Germany, forgive Russia »). Pourquoi ? Parce que la clé du contrôle de l’Europe par les États-Unis, héritage de la victoire de 1945, c’est le contrôle de l’Allemagne. Acter l’émancipation allemande de 2003, cela aurait été acter le début de la dissolution de l’empire américain. Cette stratégie de l’autruche s’est installée, calcifiée et semble aujourd’hui interdire aux Américains une vision correcte de l’émergence allemande, nouvelle menace pour eux, selon moi beaucoup plus dangereuse à terme pour l’intégrité de l’empire que la Russie, extérieure à l’empire.
Réponse de le 04/09/2014 à 17:28 :
Oubliez, c'est du passé tout çà et n'explique pas la situation actuelle. Vous faîtes de la propagande pour le Kremlin ou quoi ? Il y a des posts intéressants ici mais vous racontez n'importe quoi.
a écrit le 04/09/2014 à 17:08 :
Où est donc le temps où Paris ne fléchissait pas sous la pression des USA, sur la question irakienne, par exemple ? Et savait, par conséquent, sauver la face. Parce qu’alors, la pression n’était pas moins forte. Tout ce qui était français était exposé aux États-Unis à l’anathème sarcastique, jusqu’aux "french fries", vous vous en souvenez ? nos grands amis australiens eux aussi ils se sont bien moqués de nous et ont boycotté nos exportations de fromage et de vins vers l'Australie.
Mais à cette époque, le Palais de l’Élysée, qui possédait encore de l’indépendance dans la prise de décisions de politique extérieure, manifestait du caractère, du bon caractère français.

Aujourd’hui, la France est tombée. Et tombée au plus bas, elles est devenue un fantoche dont les ficelles sont tirés par les néo Conservateurs américains et leurs laquais ( Boeing, Wall Street, Moody's, OTAN...)

C’est bien que de Gaulle ne voie pas cette honte. Quoique, c’est une question de foi.
Réponse de le 04/09/2014 à 17:17 :
Pourquoi voulez vous que la France qui ne s'est pas trompée en 2003 se trompe en 2014 ? Vous pronez l'indépendance alors analysez plus sérieusement et vous constaterez que cette fois Poutine se trompe.
Réponse de le 04/09/2014 à 17:21 :
Hollande a effectivement pris les bonnes décisions. Il ne faut pas être les laquais du FSB russe et de l'envahisseur et dictateur Poutine le mafieux. Donc renforcer l'Europe et l'OTAN.
a écrit le 04/09/2014 à 16:52 :
04 mars 2014 Poutine nie la présence des troupes russes en Crimée : « non elles ne participent pas. Ce sont des forces locales d'auto-défense ». Les soldats russes ne cachent pourtant pas leur origine et les très nombreux véhicules sont bien immatriculés en Russie.

17 avril 2014 A la télévision russe : Poutine reconnait «Derrière les forces d'autodéfense de Crimée bien sûr se trouvaient nos militaires »

16 mars 2014 : annexion de la Crimée après son invasion par les troupes russes

18 mars 2014 Poutine déclare : « Ne croyez pas ceux qui cherchent à vous effrayer avec la Russie et qui hurlent que d'autres régions vont suivre l'exemple de la Crimée. Nous ne souhaitons pas une partition de l'Ukraine, nous n'en avons pas besoin. »

29 mars 2014 « Nous ne voyons pas d'autre chemin à suivre que la fédéralisation pour l'Etat ukrainien »

17 avril 2014 « l’Ukraine n’est pas un Etat à part entière mais un appendice russe, la Nouvelle Russie (Novorossia) »

31 août 2014 « Nous devons commencer immédiatement des discussions substantielles sur des questions touchant à l'organisation politique de la société et à un statut étatique pour le sud-est de l'Ukraine, la Novorossia »
Réponse de le 04/09/2014 à 16:54 :
Merci de rappeler la vérité face aux imposteurs poutiniens qui ne cessent de mentir.
Réponse de le 04/09/2014 à 16:59 :
Poutine ce grand menteur apparaît au grand jour ainsi que ses objectifs, c'est édifiant.
a écrit le 04/09/2014 à 16:51 :
RENGAINE DE LA PROPAGANDE RUSSE – La Russie niait déjà la présence de ses troupes… en Afghanistan en 1979 Moscou reste ferme : non, aucun soldat russe n'est présent sur le sol ukrainien, ceux qui le sont se sont "égarés" ou sont "en vacances". Sauf que la Russie tenait déjà ce discours en Afghanistan en 1979... Le journal en ligne russe Gazeta revient dans son éditorial sur cette stratégie de la réfutation propre au Kremlin, qui multiplie les dérobades et se défend par un florilège de bonnes excuses poussées à l'absurde. En 1979 déjà, lorsque les troupes soviétiques étaient entrées en Afghanistan, les dirigeants de l'URSS avaient commencé par nier l'existence de cette opération militaire en dépit des affirmations de la presse étrangère. Plus tard, pendant la première guerre de Tchétchénie, entre 1994 et 1996, le ministre de la défense russe Pavel Gratchev avait martelé jusqu'au bout qu'il n'y avait pas un seul soldat russe sur le territoire tchétchène. Une fois parti à le retraite, le chiffre de 6 000 pertes russes en Tchétchénie avait finalement été reconnu. Cette technique de la négation n'est donc pas nouvelle pour le Kremlin, qui poursuit une "vieille tradition du pouvoir", accuse Gazeta. DES SOLDATS "EN VACANCES" EN UKRAINE ! Le plus dommageable, selon le journal, c'est que lorsqu'ils tombent au combat, ces soldats officieux en Ukraine sont enterrés dans le plus grand secret, "leurs vies ne valant pas un clou aussi aux yeux de l'opinion publique russe". "Tant que les cercueils ne se compteront pas par milliers", le journal reste persuadé que le pouvoir russe continuera d'agir en toute impunité, sans que les affirmations éhontées du Kremlin ne soient démenties. Parmi les dernières allégations de Moscou, plusieurs militaires arrêtés par les autorités de Kiev le 25 août se seraient "perdus", ayant traversé "sans doute par accident" la frontière russo-ukrainienne. Même rengaine pour Alexandre Zakhartchenko, le chef des séparatistes de Donetsk. Si celui-ci a reconnu la présence de 3 000 à 4 000 soldats russes parmi ses troupes, il a assuré avec aplomb qu'ils étaient ici "en congés". "Plutôt que de profiter de leurs vacances sur une plage, ils sont venus rejoindre leurs frères, qui se battent pour leur liberté", a-t-il expliqué sur le site Internet de la télévision publique russe.
Réponse de le 04/09/2014 à 16:55 :
C'est la triste réalité en effet.
Réponse de le 04/09/2014 à 16:57 :
Merci d’amener aussi un avis nuancé, c’est beaucoup plus intéressant et ce forum mérite d’avoir un public capable de débattre véritablement, pour ne pas devenir un rassemblement moutonnier; ce que beaucoup semblent détester par ici et que beacoup dénoncent chez les journalistes, politiques, etc….

Il y a quelque chose qui m’interpelle par-rapport au témoignage que vous rapportez, que j’apprécie, mais dont je ne peux prétendre juger la pertinence en soi. En fait, je ne comprends pas pourquoi, s’il y a vraiment des mouvements de passage de la frontière Russie-Ukraine qui impliquent des chars d’assaut et deux Mistrals, aucune preuve par des photos satellites ou des moyens de renseignements indubitables ne sont apportés.
Personnellement, je ne peux m’appuyer sur une vidéo youtube dans une langue que j’ignore, prise je ne sais où exactement et à quelle date, pour me forger mon opinion, en aucun cas une opinion définitive.

Je pense comme vous qu’il est naïf de croire que la Russie est inactive, mais je doute que des chars soient réellement envoyés par la frontière. C'est l'OTAN qui le dit mais sans la moindre preve, d'accord ? Et si c’est le cas, je m’étonne vraiment que l’OTAN n’ait encore pas produit de preuve par image satellite à ce sujet, ou d’autres sources bien plus crédibles que des vidéos “social medias”.
Non pas que ces images soient inintéressantes, et je ne remets pas en cause leur authenticité ou leur contenu, mais comment expliquez-vous qu’un fait aussi important puisse échapper à l’OTAN qui doit être en alerte maximale et qui ne manquerait pas de s’appuyer sur un tel évènement?

Si effectivement il ne faut pas être naïf à l’égard de la Russie, il ne faut non plus pas l’être à l’égard de l’OTAN…
Réponse de le 04/09/2014 à 17:13 :
Les russes ont été faits prisonniers, les corps sont rapatriés, les associations de mères de soldats, influentes en Russie, dénoncent près de 1000 disparus militaires russes ne donnant plus signe de vie, les chars russes modernes bien équipés et avec des gens parlant russes sans accent sont vus et filmés par la presse internationale et les télévisions, les témoignages de civils sont retransmis sur les télévisions du monde entier, les soldats russes en Ukraine publient leurs photos et commentaires de confirmation sur les réseaux sociaux russes, les miliciens russes confirment les troupes russes et équipements etc Et bien évidemment l'Otan publie des photos précises comme d'autres. Les preuves sont édifiantes et même Poutine a fait état d'un cesser le feu puis s'est ravisé en rappelant qu'il n'était pas imliqué militairement. Même méthode dans toutes les invasions russes des ces dernières décennies, un peu de culture russe et vous détecterez très bien la propagande de la réalité.
a écrit le 04/09/2014 à 16:50 :
L'adhésion de l'Ukraine à l'OTAN constitue la seule riposte de l'Occident capable de contrer l'expansionnisme de Vladimir Poutine et pourrait donner un nouveau souffle aux institutions européennes, en quête d'identité en ce début du nouveau siècle. Déjà récurrente depuis des mois, une question hante, avec une acuité nouvelle, les chancelleries et les consciences occidentales : quelle attitude adopter face à la Russie qui piétine la loi internationale, enenvahissant, au grand jour, l'Ukraine ? Les ressources diplomatiques s'épuisent chaque jour davantage dans une situation qui échappe à tout contrôle, où même les thuriféraires les plus zélés du président russe semblent être dépassés par le cynisme et le jusqu'au-boutisme de leur maître à penser. Il devient clair que la finalité de sa stratégie dépasse la Crimée, voire le Donbass, et concerne l'Ukraine toute entière qu'il veut rattacher au « monde russe », prétendument incompatible avec l'Occident.

J'entends déjà les commentaires des bien-pensants effarouchés : on ne va pas quand même faire la guerre à la Russie ! Certes, mais ne rien faire, dans ce contexte, en s'abritant derrière les considérations de la realpolik, équivaut à un acte de lâcheté, qui resterait dans les annales de l'Histoire au même titre que les accords de Munich, prélude à la Deuxième Guerre mondiale, ou encore la dérobade de l'Occident en Syrie, ayant ouvert un boulevard à la barbarie de l'Etat islamique. De même, se limiterà la discussion sur une éventuelle « augmentation » des sanctions contre la Russie, c'est penser, en plein incendie, au plan de restauration, au lieu d'appeler immédiatement les pompiers.

Disons-le clairement : il est urgent d'agir avant que le point de non-retour, synonyme d'une guerre ouverte, aux conséquences planétaires, ne soit atteint ! Et pour cela, il faut, qu'on le veuille ou non, utiliser la seule méthode que M. Poutine comprend, celle de la force. Mais qui pourrait le faire ? L'Union européenne, dénuée d'armée commune, et, de surcroît, minée par ses dissensions internes ? L'Amérique d'Obama, dramatiquement hésitante, en panne de stratégie et de moyens, en ce début du XXIe siècle qui voit la dilution des puissances mondiales ? La réponse négative à ces questions est évidente.

Pourtant la situation n'est pas désespérée. A condition d'avoir le courage de remettre en cause le système des institutions transnationales, issu d'une géopolitique révolue du siècle précédent. Pour le moment, cette hypothèse reste un tabou de la diplomatie mondiale. Or elle me semble inéluctable, à plus longue échéance, face aux nouvelles réalités du monde global en devenir.

Pourquoi donc ne pas lancer ce gigantesque chantier, en commençant par la réforme en profondeur de l'OTAN ? Cette réforme passerait, dans l'immédiat, par l'adhésion de l'Ukraine à l'Alliance atlantique (dont la raison d'être réside dans le maintien de la sécurité en Europe), face au cas de force majeure de l'agression, avérée, de la Russie contre un pays souverain. Le prochain sommet de l'OTAN, qui réunira les dirigeants occidentaux, offrirait cette occasion historique à ce seul acteur sur l'échiquier géostratégique actuel qui dispose d'un réel « hardpower » capable de contrer les velléités expansionnistes de la Russie. Ce serait aussi un acte fondateur de son nouveau secrétaire général, le Norvégien Jens Stoltenberg.

Enfin, l'adhésion de l'Ukraine à l'OTAN - au nom de la sécurité, mais aussi et, sans doute, surtout au nom des valeurs initiales de l'Occident - donnerait un nouveau souffle à l'ensemble des institutions européennes (dont l'UE, dirigée par le Polonais Donald Tusk, particulièrement sensible aux idéaux occidentaux en raison du parcours de son pays, kidnappé pendant une quarantaine d'années par le soviétisme liberticide), sur la base d'un véritable projet de civilisation, confronté à une menace commune, comme ce fut déjà le cas au lendemain de la Deuxième Guerre mondiale.

Alexandre Melnik (Professeur de géopolitique à ICN Business School Nancy Metz)
Réponse de le 04/09/2014 à 16:57 :
Bon post. Il est temps effectivement de renforcer l'Europe et l'OTAN face aux invasions répétitives de Poutine.
Réponse de le 04/09/2014 à 17:11 :
Et si on s'en moquait, Jauvert ? Honnêtement il faut reconnaître qu'il y a un contentieux entre ces deux pays depuis la chute de l'URSS. Laissons les entre eux. De toutes les manières je ne veux pas de l'Ukraine en Europe et je suis sûr que toi non plus. Allez, bonne pêche !
Réponse de le 04/09/2014 à 17:18 :
Le problème russo-ukrainien est simple ; Moscou ne veut pas d'une Ukraine adhérente à l'OTAN et ne veut pas de bases américaines à ses frontières .
Les manipulations de la CIA et l'intransigeance du gouvernement ukrainien vis à vis des provinces russophones ont aboutis à la situation actuelle, qui permet à Obama de faire coup double : diviser et affaiblir l'Europe, affaiblir la Russie .
Solution ; une confédération ukrainienne (avec une relative autonomie des provinces) qui renonce à l'OTAN en échange de la garantie par Moscou du respect de son indépendance.
L'avenir est à l'Europe de l'Atlanique à l'Oural, mais c'est ce que ne veut pas Obama ! cqfd
a écrit le 04/09/2014 à 16:44 :
En droit comme en pratique, rien n’empêche les Occidentaux d’accorder aux autorités de Kiev, légitimement élues, les moyens de se défendre et de lui fournir des armements les plus en pointe afin de refroidir les ardeurs du dictateur envahisseur russe qui pourrait aller bien plus loin. C’est en effet bien une guerre de la Russie qui se déroule en Ukraine et après avoir longtemps refusé de la définir comme telle, les dirigeants occidentaux ont dû se rendre à l’évidence. L’agression menée par Vladimir Poutine et sa désormais très claire volonté d’annexion de l’Est de ce pays voire plus, six mois après celle de la Crimée et 6 ans après la Géorgie, met l’Europe face à ses responsabilités. Elle y joue sa crédibilité autant que le tracé de sa frontière orientale. Des élections législatives doivent se tenir le 26 octobre, et c’est uniquement l’agression des forces russes qui met en péril le processus démocratique. En droit comme en pratique, rien n’empêche les Occidentaux d’accorder aux autorités ukrainiennes les armes de pointe dont elles ont besoin pour calmer le dictateur de Russie qui jusqu'à présent s'attaque à des proies faciles.
Réponse de le 04/09/2014 à 17:12 :
Ton abominable commentaire, mon vieux, il me rappelle une vieille pratique du KGB pour traiter les opposants en hôspital psychiatrique les vieilles pratiques ont la dent dure !
a écrit le 04/09/2014 à 16:38 :
Evidemment collégiale, la France a participé à la création de l'Otan en 49 par de Gaulle, l'a quitté partiellement en 67 en continuant de coopérer. Les pays votent, se mettent d'accord etc rien à voir avec la dictature Poutine, lisez les statuts de l'Otan. Si l'Ukraine est au bord de l'effondrement c'est à cause de Yanoukovitch placé au pouvoir par Poutine et bourrage d'urnes. Il est évident que si l'Ukraine avait été aidée par l'Europe elle n'en serait pas là (voir la Pologne et autres pays de l'Est avant et après). Il n'y a pas d'agression américaine en Europe c'est de la propagande que vous ne seriez pas démontré. Par contre les invasions de Poutine en Géorgie, Crimée, Ukraine elles sont claires. Et c'est moi qui le dit, point barre !!!!
a écrit le 04/09/2014 à 16:36 :
Le missile Boulava (en russe Р-30 3М30 Булава, du nom d'une antique arme russe de type masse d'arme), code OTAN SS-NX-30, dénomination internationale RSM-56) est un missile mer-sol balistique stratégique (MSBS) de 4e génération qui a été développé jusqu'en 2010. Il pourrait devenir l'arme principale des forces stratégiques navales russes. Il s'agit d'un missile à trois étages à propergol solide, d'une portée supérieure à 8 000 km1. Il peut être équipé de dix ogives nucléaires hypersoniques de 100 à 150 kilotonnes à trajectoire indépendante. Les missiles Bulavas doivent équiper les sous-marins de la classe « Typhon », les plus grands sous-marins au monde. Selon ses créateurs, aucun système de défense antiaérienne ne sera en mesure d'intercepter le missile russe Boulava. On crédite au Col. von Rasmussen la phrase : "Si un Boulava nous tombe sur la tête, l'Otan va perdre sa boule."
Réponse de le 04/09/2014 à 16:42 :
Sauf qu'en Syrie les turques et israéliens ont pu passer outre au système de défense mis en place par les russes avec S300 et plus lol. Pensée aux noyés du Koursk au passage qui a coulé tout seul.
Réponse de le 04/09/2014 à 16:53 :
Un boulava est apparemment tombé sur de Villiers et Marine le Pen
a écrit le 04/09/2014 à 16:32 :
Population Russie : 142,5 millions
Population OTAN : 989 millions

Mitaires actifs Russie : 845.000
Militaires actifs OTAN : 8.585.000

Réservistes Russsie : 2 millions
Réservistes OTAN : 27,4 millions

Chars Russie : 2550
Chars OTAN : 67500

Avions de combats Russie : 1456
Avions de combat OTAN : 25900

Têtes nucléaires Russie : 1800
Têtes nucléaire OTAN : 211.580

Données fin 2013
Réponse de le 04/09/2014 à 22:01 :
sauf qu'aucun pays de l'OTAN ne voudra aller se battre , même si les USA leur en donne l'ordre
a écrit le 04/09/2014 à 16:29 :
Vincent Bilout a raison. Poutine ne changera pas mais la décision ne passera pas inaperçue en Russie et plus les réactions à l'encontre de Poutine s'accumulent plus c'est négatif pour lui et vont l'obliger à changer ou voir sa population le contester. Les retours des centaines de morts d'Ukraine çà fait déjà beaucoup bouger en Russie.
Réponse de le 04/09/2014 à 17:03 :
Ce sont les oligarques mafieux de Poutine qui gagnent trop. C'est la faute de Poutine tout ce chaos. Il est normal de ne pas vendre de Mistral alors qu'il y a près de 3000 morts en Ukraine à cause des invasions de Poutine et de l'envoi de ses milices, militaires et armements en Ukraine.
a écrit le 04/09/2014 à 16:25 :
Merci a Charles de Gaulle d'avoir participé à la création de l'OTAN en 49 et de l'Europe en 57 et de n'avoir jamais cessé de coopérer avec l'OTAN malgré un départ non total en 67. Structure défensive qui nous permet de mettre en commun nos moyens, de faire des économies, d'éviter des conflits et de limiter les ambitions invasives du dictateur Poutine.
a écrit le 04/09/2014 à 16:16 :
paillasson toujours....un grand merci à Sarko pour nous avoir fait rentrer dans l'Otan et à Hollande pour nous avoir fait descendre encore plus bas....Nous, jadis, un pays qui comptait ne sommes plus que les sbires des Emirs, de Bruxelles et de Washington...Avoir ainsi livré notre pays, notre destin à l'oncle Sam qui mangera tout cru avec son traité Tafta relève de la trahison....les ricains ont créé cette crise comme d'autres ailleurs pour nous couper de la Russie et mieux nous diviser pour mieux nous avaler. cette classe politique corrompue, pourrie jusqu'u à la moelle, mégalo et narcissique me donne envie de vomir...
Réponse de le 04/09/2014 à 16:30 :
Pour qui connait bien Poutine c'est encore un piège de plus, il continue d'envoyer ses soldats en Ukraine. C'était marrant de voir une grand mère à la télé soulignant que ce sont les milices pro-russes qui tirent sur les citoyens et non les ukrainiens comme le dit Poutine. La vérité sort de la bouche des grands mères qui n'ont rien à faire de ce mafieux de Poutine ! Les chars et blindés russes filmés en Ukraine par plusieurs équipes de journalistes dont la chaîne 24 polonaise, çà fait tâche dans la propagande de Poutine l'envahisseur.
Réponse de le 04/09/2014 à 16:34 :
C'est tout le contraire, on tient tête à l'envahisseur Poutine.
a écrit le 04/09/2014 à 16:08 :
RENGAINE DE LA PROPAGANDE RUSSE – La Russie niait déjà la présence de ses troupes… en Afghanistan en 1979 Moscou reste ferme : non, aucun soldat russe n'est présent sur le sol ukrainien, ceux qui le sont se sont "égarés" ou sont "en vacances". Sauf que la Russie tenait déjà ce discours en Afghanistan en 1979... Le journal en ligne russe Gazeta revient dans son éditorial sur cette stratégie de la réfutation propre au Kremlin, qui multiplie les dérobades et se défend par un florilège de bonnes excuses poussées à l'absurde. En 1979 déjà, lorsque les troupes soviétiques étaient entrées en Afghanistan, les dirigeants de l'URSS avaient commencé par nier l'existence de cette opération militaire en dépit des affirmations de la presse étrangère. Plus tard, pendant la première guerre de Tchétchénie, entre 1994 et 1996, le ministre de la défense russe Pavel Gratchev avait martelé jusqu'au bout qu'il n'y avait pas un seul soldat russe sur le territoire tchétchène. Une fois parti à le retraite, le chiffre de 6 000 pertes russes en Tchétchénie avait finalement été reconnu. Cette technique de la négation n'est donc pas nouvelle pour le Kremlin, qui poursuit une "vieille tradition du pouvoir", accuse Gazeta. DES SOLDATS "EN VACANCES" EN UKRAINE ! Le plus dommageable, selon le journal, c'est que lorsqu'ils tombent au combat, ces soldats officieux en Ukraine sont enterrés dans le plus grand secret, "leurs vies ne valant pas un clou aussi aux yeux de l'opinion publique russe". "Tant que les cercueils ne se compteront pas par milliers", le journal reste persuadé que le pouvoir russe continuera d'agir en toute impunité, sans que les affirmations éhontées du Kremlin ne soient démenties. Parmi les dernières allégations de Moscou, plusieurs militaires arrêtés par les autorités de Kiev le 25 août se seraient "perdus", ayant traversé "sans doute par accident" la frontière russo-ukrainienne. Même rengaine pour Alexandre Zakhartchenko, le chef des séparatistes de Donetsk. Si celui-ci a reconnu la présence de 3 000 à 4 000 soldats russes parmi ses troupes, il a assuré avec aplomb qu'ils étaient ici "en congés". "Plutôt que de profiter de leurs vacances sur une plage, ils sont venus rejoindre leurs frères, qui se battent pour leur liberté", a-t-il expliqué sur le site Internet de la télévision publique russe.
a écrit le 04/09/2014 à 16:07 :
Si le gouvernement cède sur la vente des Mistrals, ce sera l'ouverture de la boite de pandore pour tous les autres contrats. Ce serait un mauvais signal pour le Rafale en Inde et un tapis Rouge pour les anglo-saxons qui sont prêts à tout pour nous torpiller (Ministre Anglais qui nous plante dans le dos avec son Eurofighter encore dernièrement). Les autres ne se privent pas pour vendre des armes à des puissances peu démocratiques, faisons de même. C'est la loi du plus fort et de la jungle en matière d'armement.
Réponse de le 04/09/2014 à 16:32 :
Le blocage d'une vente dans le passé n'a jamais empêché d'autres ventes
a écrit le 04/09/2014 à 16:00 :
En droit comme en pratique, rien n’empêche les Occidentaux d’accorder aux autorités de Kiev, légitimement élues, les moyens de se défendre et de lui fournir des armements les plus en pointe afin de refroidir les ardeurs du dictateur envahisseur russe qui pourrait aller bien plus loin. C’est en effet bien une guerre de la Russie qui se déroule en Ukraine et après avoir longtemps refusé de la définir comme telle, les dirigeants occidentaux ont dû se rendre à l’évidence. L’agression menée par Vladimir Poutine et sa désormais très claire volonté d’annexion de l’Est de ce pays voire plus, six mois après celle de la Crimée et 6 ans après la Géorgie, met l’Europe face à ses responsabilités. Elle y joue sa crédibilité autant que le tracé de sa frontière orientale. Des élections législatives doivent se tenir le 26 octobre, et c’est uniquement l’agression des forces russes qui met en péril le processus démocratique. En droit comme en pratique, rien n’empêche les Occidentaux d’accorder aux autorités ukrainiennes les armes de pointe dont elles ont besoin pour calmer le dictateur de Russie qui jusqu'à présent s'attaque à des proies faciles.
Réponse de le 04/09/2014 à 16:02 :
les adorateurs du american way of life dénonce les manoeuvres de Poutine, jamais les combines d'Obama. Nous sommes les amis des Russes et les Américains nous mangent la laine sur le avec leurs fonds de pension. Comme ça les Américains pourront des armes sans concurrents USA premier marchand d'armes dans le monde.
Réponse de le 04/09/2014 à 16:05 :
arrêtez de penser tout le temps que nous sommes aux ordres des USA c'est absurde. Vous méconnaissez l'histoire. La France a toujours été un des pays les plus indépendants. Si Poutine n'était pas un dictateur envahisseur nous aurions de très bonnes relations avec la Russie aussi.
a écrit le 04/09/2014 à 15:59 :
Nullité crasse de ce Président qui méprise les "sans-dents".

Le BPC est ni plus ni moins qu'un gros porte-conteneurs. Il faut savoir honorer nos contrats plutôt que de vendre le pays au Qatar qui rappelons le est derrière tous les terrorisme du Hamas jusque à l'Etat Islamique qui coupe les têtes
Réponse de le 04/09/2014 à 16:35 :
Poutine7 pas content hi hi fallait pas envahir l'Ukraine et la Crimée.
a écrit le 04/09/2014 à 15:08 :
A mon époque, la cour martiale,a moi SAINT CYR!
a écrit le 04/09/2014 à 14:56 :
L'adhésion de l'Ukraine à l'OTAN constitue la seule riposte de l'Occident capable de contrer l'expansionnisme de Vladimir Poutine et pourrait donner un nouveau souffle aux institutions européennes, en quête d'identité en ce début du nouveau siècle. Déjà récurrente depuis des mois, une question hante, avec une acuité nouvelle, les chancelleries et les consciences occidentales : quelle attitude adopter face à la Russie qui piétine la loi internationale, enenvahissant, au grand jour, l'Ukraine ? Les ressources diplomatiques s'épuisent chaque jour davantage dans une situation qui échappe à tout contrôle, où même les thuriféraires les plus zélés du président russe semblent être dépassés par le cynisme et le jusqu'au-boutisme de leur maître à penser. Il devient clair que la finalité de sa stratégie dépasse la Crimée, voire le Donbass, et concerne l'Ukraine toute entière qu'il veut rattacher au « monde russe », prétendument incompatible avec l'Occident.

J'entends déjà les commentaires des bien-pensants effarouchés : on ne va pas quand même faire la guerre à la Russie ! Certes, mais ne rien faire, dans ce contexte, en s'abritant derrière les considérations de la realpolik, équivaut à un acte de lâcheté, qui resterait dans les annales de l'Histoire au même titre que les accords de Munich, prélude à la Deuxième Guerre mondiale, ou encore la dérobade de l'Occident en Syrie, ayant ouvert un boulevard à la barbarie de l'Etat islamique. De même, se limiterà la discussion sur une éventuelle « augmentation » des sanctions contre la Russie, c'est penser, en plein incendie, au plan de restauration, au lieu d'appeler immédiatement les pompiers.

Disons-le clairement : il est urgent d'agir avant que le point de non-retour, synonyme d'une guerre ouverte, aux conséquences planétaires, ne soit atteint ! Et pour cela, il faut, qu'on le veuille ou non, utiliser la seule méthode que M. Poutine comprend, celle de la force. Mais qui pourrait le faire ? L'Union européenne, dénuée d'armée commune, et, de surcroît, minée par ses dissensions internes ? L'Amérique d'Obama, dramatiquement hésitante, en panne de stratégie et de moyens, en ce début du XXIe siècle qui voit la dilution des puissances mondiales ? La réponse négative à ces questions est évidente.

Pourtant la situation n'est pas désespérée. A condition d'avoir le courage de remettre en cause le système des institutions transnationales, issu d'une géopolitique révolue du siècle précédent. Pour le moment, cette hypothèse reste un tabou de la diplomatie mondiale. Or elle me semble inéluctable, à plus longue échéance, face aux nouvelles réalités du monde global en devenir.

Pourquoi donc ne pas lancer ce gigantesque chantier, en commençant par la réforme en profondeur de l'OTAN ? Cette réforme passerait, dans l'immédiat, par l'adhésion de l'Ukraine à l'Alliance atlantique (dont la raison d'être réside dans le maintien de la sécurité en Europe), face au cas de force majeure de l'agression, avérée, de la Russie contre un pays souverain. Le prochain sommet de l'OTAN, qui réunira les dirigeants occidentaux, offrirait cette occasion historique à ce seul acteur sur l'échiquier géostratégique actuel qui dispose d'un réel « hardpower » capable de contrer les velléités expansionnistes de la Russie. Ce serait aussi un acte fondateur de son nouveau secrétaire général, le Norvégien Jens Stoltenberg.

Enfin, l'adhésion de l'Ukraine à l'OTAN - au nom de la sécurité, mais aussi et, sans doute, surtout au nom des valeurs initiales de l'Occident - donnerait un nouveau souffle à l'ensemble des institutions européennes (dont l'UE, dirigée par le Polonais Donald Tusk, particulièrement sensible aux idéaux occidentaux en raison du parcours de son pays, kidnappé pendant une quarantaine d'années par le soviétisme liberticide), sur la base d'un véritable projet de civilisation, confronté à une menace commune, comme ce fut déjà le cas au lendemain de la Deuxième Guerre mondiale.

Alexandre Melnik (Professeur de géopolitique à ICN Business School Nancy Metz)
Réponse de le 04/09/2014 à 15:38 :
Poutine pourrait être honoré du prix Charlemagne, celui que l’on donne aux grands constructeurs de l’Europe, une Europe qui se fait contre lui :-)
Réponse de le 04/09/2014 à 15:41 :
Y compris pour l'Otan d'ailleurs : Les pressions du Kremlin l’automne dernier sur le président prorusse Ianoukovitch pour le contraindre à renoncer à l’accord d’association avec l’UE ont entraîné la révolte de Maidan à Kiev et la mise en place d’un pouvoir pro-européen qui a triomphé dans les urnes en mai. L’annexion de la Crimée et la rébellion des séparatistes de l’Est, attisée par Moscou, ont créé un fort sentiment national antirusse. Les Ukrainiens, longtemps réticents à une intégration dans l’Alliance atlantique, y sont aujourd’hui, selon les sondages, majoritairement favorables.
Réponse de le 04/09/2014 à 15:42 :
Vous savez très bien que la révolution ukrainienne visant à abattre Janoukovitch a été orchestrée et financée par l'OTAN (miliciens de Blackwater nombreux sur le terrain).
La Russie ne fait que réagir à cette intervention des USA dans sa sphère d'influence.
Vos écrits appelant à un "hardpower", voire peut être une guerre face à la Russie sont naifs et inconséquents.
Ce sont les gens comme vous qui porterez la responsabilité d'une guerre si elle a un jour lieu.
Quant au "véritable projet de civilisation" dont vous parlez, ce sont des formules creuses, sans intérèt.
Réponse de le 04/09/2014 à 18:40 :
Toute l'Ukraine s'est soulevée contre Yanoukovitch. Donc pipeau l'argument du financement externe. Par contre invasion de Poutine en Crimée et Ukraine bien réelle.
a écrit le 04/09/2014 à 14:47 :
Les milices russes utilisent des roquettes pour bombarder la banlieue de Lougansk, les villes de Yuvileyne, Katerynivka, Vesela Hora dans le quartier Slovyanoserbskyi et Petrivka dans le quartier Stanychno-Luhanskyi. Ces deux derniers sont pilonnés depuis le territoire de la Fédération de Russie également. Dans Alchevsk, région de Lougansk, les miliciens russes ont utilisé l'artillerie lourde pour bombarder l'avenue Lénine. Le nombre exact de victimes n'a pas encore été déterminé. Les milices russes ont interdit aux civils de quitter les zones peuplées qu‘elles contrôlent. Les ukrainiens sont conscients que les russes profitent de la situation difficile dans les régions de Donetsk et Lougansk pour essayer d'accorder le statut de réfugié au plus d’ ukrainiens que possible pour leur faire repeupler les régions défavorisées de la Sibérie dont l‘économie manque de bras à bas salaires. Aux postes-frontières entre l'Ukraine et la Russie non contrôlés par l'Ukraine, à la place d'une carte de migration ukrainiens est donné un document de demande de statut de réfugié. Ensuite les gens sont déplacés vers les régions défavorisées de la Russie. Une diminution de l'activité et du nombre de milices est observée dans les villes occupées par les forces armées russes, dû à la discorde entre la direction sur place des milices russes et le commandement militaire russe.
a écrit le 04/09/2014 à 14:46 :
RENGAINE DE LA PROPAGANDE RUSSE – La Russie niait déjà la présence de ses troupes… en Afghanistan en 1979 Moscou reste ferme : non, aucun soldat russe n'est présent sur le sol ukrainien, ceux qui le sont se sont "égarés" ou sont "en vacances". Sauf que la Russie tenait déjà ce discours en Afghanistan en 1979... Le journal en ligne russe Gazeta revient dans son éditorial sur cette stratégie de la réfutation propre au Kremlin, qui multiplie les dérobades et se défend par un florilège de bonnes excuses poussées à l'absurde. En 1979 déjà, lorsque les troupes soviétiques étaient entrées en Afghanistan, les dirigeants de l'URSS avaient commencé par nier l'existence de cette opération militaire en dépit des affirmations de la presse étrangère. Plus tard, pendant la première guerre de Tchétchénie, entre 1994 et 1996, le ministre de la défense russe Pavel Gratchev avait martelé jusqu'au bout qu'il n'y avait pas un seul soldat russe sur le territoire tchétchène. Une fois parti à le retraite, le chiffre de 6 000 pertes russes en Tchétchénie avait finalement été reconnu. Cette technique de la négation n'est donc pas nouvelle pour le Kremlin, qui poursuit une "vieille tradition du pouvoir", accuse Gazeta. DES SOLDATS "EN VACANCES" EN UKRAINE ! Le plus dommageable, selon le journal, c'est que lorsqu'ils tombent au combat, ces soldats officieux en Ukraine sont enterrés dans le plus grand secret, "leurs vies ne valant pas un clou aussi aux yeux de l'opinion publique russe". "Tant que les cercueils ne se compteront pas par milliers", le journal reste persuadé que le pouvoir russe continuera d'agir en toute impunité, sans que les affirmations éhontées du Kremlin ne soient démenties. Parmi les dernières allégations de Moscou, plusieurs militaires arrêtés par les autorités de Kiev le 25 août se seraient "perdus", ayant traversé "sans doute par accident" la frontière russo-ukrainienne. Même rengaine pour Alexandre Zakhartchenko, le chef des séparatistes de Donetsk. Si celui-ci a reconnu la présence de 3 000 à 4 000 soldats russes parmi ses troupes, il a assuré avec aplomb qu'ils étaient ici "en congés". "Plutôt que de profiter de leurs vacances sur une plage, ils sont venus rejoindre leurs frères, qui se battent pour leur liberté", a-t-il expliqué sur le site Internet de la télévision publique russe.
Réponse de le 04/09/2014 à 15:49 :
Les américains ont une longueur d'avance, ils utilisent les mercenaires de Blackwater , Academi, Dyncorp et autres Triple Canopy, plutôt que d'envoyer leurs hommes.
Quant à la réaction russe envers l'Ukraine et l'OTAN, elle me parait normale.
Que ferions nous, si les allemands installaient des bases militaires sur la frontière.
Ou s'ils financaient les indépendantistes alsaciens?
Réponse de le 04/09/2014 à 16:37 :
Propagande sans preuve comme d'habitude Miloo pas la réalité.
a écrit le 04/09/2014 à 14:43 :
En droit comme en pratique, rien n’empêche les Occidentaux d’accorder aux autorités de Kiev, légitimement élues, les moyens de se défendre et de lui fournir des armements les plus en pointe afin de refroidir les ardeurs du dictateur envahisseur russe qui pourrait aller bien plus loin. C’est en effet bien une guerre de la Russie qui se déroule en Ukraine et après avoir longtemps refusé de la définir comme telle, les dirigeants occidentaux ont dû se rendre à l’évidence. L’agression menée par Vladimir Poutine et sa désormais très claire volonté d’annexion de l’Est de ce pays voire plus, six mois après celle de la Crimée et 6 ans après la Géorgie, met l’Europe face à ses responsabilités. Elle y joue sa crédibilité autant que le tracé de sa frontière orientale. Des élections législatives doivent se tenir le 26 octobre, et c’est uniquement l’agression des forces russes qui met en péril le processus démocratique. En droit comme en pratique, rien n’empêche les Occidentaux d’accorder aux autorités ukrainiennes les armes de pointe dont elles ont besoin pour calmer le dictateur de Russie qui jusqu'à présent s'attaque à des proies faciles.
Réponse de le 04/09/2014 à 15:34 :
1. Poutine a été légitimement élu, le qualifier de "dictateur" n'a pas de sens
2. L'OTAN a orchestré un coup d'état l'hiver dernier en renversant un gouvernement élu, tout ceci avec l'aide des miliciens de Blackwater
3. Le but de l'empire est de séparer l'Europe de la Russie par une nouvelle guerre froide. En effet, l'industrie européenne alliée aux réserves énergétiques russes ferait de notre continent le leader mondial.
4. Les dirigeant français et européens, nourris dans les cénacles US du type Bilderberg et autres French American foundation trahissent leurs peuples sans vergogne.
5. L'affaire du Mistral est encore plus stupide lorsque l'on sait que les transferts de technologie ont eu lieu il y a 3 ans...
Réponse de le 04/09/2014 à 16:40 :
Il est plus que temps d'armer l'Ukraine en effet, bon post de 14.43. Miloo répéte la propagande de Poutine, sans intérêt.
a écrit le 04/09/2014 à 14:34 :
Qui est l’envahisseur ? 
Attardez vous simplement sur le rythme des implantations de bases américaines à travers le monde ces 15 dernières années. Et je ne parle pas des bases de l’OTAN sous commandement américain…
En 2009 «officiellement » il y en avait 865, présentent dans 46 pays ! Les Russes combien ?
Est ce que les Russes veulent installé des rampes de missiles aux frontières US ? Aux Mexique par exemple ? Est ce que les Américains laisseraient faire ?
En vérité les cow boys s’en fichent de L’Ukraine, il veulent déstabiliser Poutine pour placer quelqu’un qui laissera les Yankee piller leurs ressources, comme il font partout.
Quel cynisme stratégique, d’une pierre 3 coups, ils vendent un gros paquet d’arme, Ils pousse l’Europe dans le chaos, ils maintiennent le dollars encore un peu à flot…4 coups, ils redorent le blason de L’OTAN qui était obsolète.
Et dire que les Européen et les français se mettent la corde au coup en applaudissant. Vous aurez bien mérité la guerre qui arrive, aveugles vous êtes ?
Pour ceux qui ne savent jurer que par la Croissance, oui il n’a pas d’autre solution que tout détruire et vous avec !
Quand allez vous réagir ? Quand vous serez vitrifiés ?
Attention à ne pas se méprendre, le peuple américains est un peuple formidable, leur dirigeants, en revanche d’une mesquinerie inouïe.
Réponse de le 04/09/2014 à 14:44 :
en regardant la carte , on voit bien que les Russes sont des agresseurs, ils ont mis leur pays au beau milieu des bases de l'OTAN , si c'est pas un preuve , ça ...
a écrit le 04/09/2014 à 14:06 :
DANGER : Est-il normal qu’un obscur et enragé général danois dicte à la France et à l’OTAN qu’il faut se préparer à envoyer des troupes en Europe de l’Est ?

Halte à cette grave irresponsabilité : la France doit, immédiatement rappeler à ce personnage que ce n’est pas lui, ni le Pentagone, qui doivent bousculer le jeu diplomatique européen jusqu’à le rendre dangereux et hors de contrôle (comme jadis en ex Yougoslavie)

Et la France doit, tout aussi immédiatement, avec l’Allemagne (et la Pologne si elle le souhaite) -mais sans l’OTAN et les USA- proposer d’aborder la crise ukrainienne autrement avant qu’il ne soit trop tard. Et entre européens sensés et cultivés.

Car les sources de la guerre civile en Ukraine sont certes anciennes et oubliées à Washington, mais encore présentes dans toutes les mémoires russes et ukrainiennes : deux peuples frères mais des épisodes dramatiques qui les ont vu s’affronter, comme lors la crise de la Volhynie ou de la « loi des cinq épis ».

On ne préservera l’unité et la paix en Ukraine (et en Europe) que si on s’ôte de la tête l’idée stupide et dangereuse de vouloir assiéger la Russie, l’humilier, la spolier de son héritage historique (le Rous, source mythique et mystique du peuple russe). Et de vouloir arracher l’Ukraine, par oligarque interposé, de son lien avec la Russie en la précipitant dans l’Union européenne et l’OTAN. Il faudra de la finesse pour persuader les Russes de permette à l’Ukraine d’avoir une association avec l’Europe, sans y entrer pour l’instant, du doigté pour convaincre l’est de l’Ukraine de rester associé dans un Etat ukrainien repensé et doté d’un large décentralisation. C’est tout ce que les Russes demandent.

Mais il faudra avant tout de l’indépendance d’esprit, de la raison, de la compréhension et du courage politiques. Y en a-t-il encore en France... ?
Réponse de le 04/09/2014 à 14:39 :
Il est élu le danois alors que Poutine lui a fait modifier la constitution pour faire plus de 5 mandats. Et pour l'instant ce sont les russes envahisseurs qui "humilient" les ukrainiens et mettent le chaos.
Réponse de le 04/09/2014 à 15:59 :
Et tu fais de la propagande pour l'Otan et les lobbies militaro-industriels américains ! en tant que Français et Européen, Poutine est plus proche à moi que Obama et ses va t'en guerre anglo-saxons. D'ailleurs des Français comme toi aux années 40 on les appelait de "collabos"...
a écrit le 04/09/2014 à 13:24 :
" Soumission à la diplomatie américaine"! M.L. Pen (l'express)
Réponse de le 04/09/2014 à 14:58 :
Soumission de Marine le Pen et du FN à Poutine (Ria Novosti)
a écrit le 04/09/2014 à 13:20 :
rien de grave la france est riche et peut se permettre de perdre quelques milliards il suffira de voter quelques impots pour compenser et pour payer les chomeurs qu'on aura volontairement crees
Réponse de le 04/09/2014 à 13:30 :
et la "Parole", qu'en faites vous? vous l'oubliez, franchement, d'autant que la Russie avait par avance payé un Mistral! il faudra rendre le fric, et Poutine ira se servir ailleurs! chapeau! en plus , sa 1ere parole avait été " j'ai promis"...! plus crédible.....
a écrit le 04/09/2014 à 13:17 :
Hollande et son chef de gouvernement devraient arrêter de porter le costume de Président et de Premier Ministre. Ça leur éviterait de baisser leur pantalon dès que Bruxelles, Berlin ou les USA font les gros yeux.
Pour la veste, pas de problèmes. Ils sont assuré de s'en prendre une dans trois ans.
a écrit le 04/09/2014 à 12:19 :
messieurs Hollande et Fabius sortent les petits biceps pour en définitif
livrer les bateaux dans quelques mois hé hé hé
c'est super
a écrit le 04/09/2014 à 12:19 :
Simple contre-feu allumé par l’Élysée pour atténuer l'affaire du livre de V. Trierweiler. comme d'habitude avec la presse Française, ça marche plutôt bien.
a écrit le 04/09/2014 à 12:08 :
Lorsqu'après avoir génocidé la Lorraine, la France l'a annexé en 1766, on a appelé ça un "rattachement". Lorsque les criméens ont choisi de retourner en Russie, on appelle ça une "annexion".
Lorsque les US vendent des armes à Israël, Etat voyou au regard du droit international, occupant illégalement des territoires palestiniens et massacrant des milliers de civils, on appelle ça "le droit de se défendre", mais lorsque les ukrainiens de l'Est se défendent contre des troupes néonazies d'un gouvernement de putsch soutenu par l'occident et appelant au massacre des russophones, on appelle ça du terrorisme...
La France a perdue toute souveraineté et est devenu un vassal servile des USA.
De Gaulle doit se retourner dans sa tombe...
a écrit le 04/09/2014 à 11:45 :
S'il n'y avait que cela de gelé ! Français aux urnes !
a écrit le 04/09/2014 à 11:43 :
Il pense faire un coup politique mais il ne pourra pas aller jusqu'au bout. Un beau pétard mouilé qui nous fait perdre toute crédibilité.
a écrit le 04/09/2014 à 11:38 :
Une fois c'est "oui", une fois c'est "non", on sent bien l'esprit de décision d'une France souveraine!
Réponse de le 04/09/2014 à 13:32 :
aberrant! pauvre, mais pauvre France !! d'"autant qu'il veut en plus de l'Afrique, se lancer en Irack avec Obama, de mieux en mieux, on va guerroyer partout, avec quel argent qui plus est !?
a écrit le 04/09/2014 à 11:31 :
En plus, quelque on va faire avec ces Mistrals? Ils sont bien conçus pour porter les avions russes. Pour les vendre il faut réadapter pour un nouveau client. A qui on va les vendre?
Réponse de le 04/09/2014 à 13:34 :
on va se mles empéguer sur le ventre, et bonjour les nouveaux impôts!
Réponse de le 04/09/2014 à 13:56 :
Mais on va les vendre à nos amis, nous en avons tellement : l'OTAN, les zétazunis, les ukrainiens, l'Iran, la Chine, l'Etat Islamique...eheheheheh
a écrit le 04/09/2014 à 11:27 :
Qu'est-ce que c'est que quelques centaines de "sans dents" de plus au chômage lorsqu'on festoie au Palais de l'Elysées?
Quant aux 2 milliards d'euros que nous allons devoir payer à, la Russie, ce n'est pas grave, il suffira d'augmenter une fois de plus les impôts. Ils ont déjà été tellement augmentés qu'on n'est plus à 2 milliards près.
Vous dites que les autres pays n'oseront plus passer de commandes à la France qui ne respecte plus sa signature, ce n'est pas grave, notre économie est suffisamment florissante pour ne pas avoir besoin de cela !
a écrit le 04/09/2014 à 11:26 :
Es que notre est président prêt à rembourser l'argent aux russes? Il semble que notre Etat a trop d'argent à dépenser.
a écrit le 04/09/2014 à 11:25 :
Abonnés au gaz,résiliez vos abonnements,passez au tout électrique pour cet hiver.Les tarifs augmenteront moins
Réponse de le 04/09/2014 à 14:08 :
Pas d'accord, cet hiver nous seront tous bien réchauffés au.... thermonucléaire !
a écrit le 04/09/2014 à 11:08 :
Faut arrêter le délire, nos industries ont besoin de cet argent et de ces emplois.
Réponse de le 04/09/2014 à 13:51 :
oui, mais le président N'A PAS BESOIN d'argent et d'emploi...rentier à vie"! super patrimoine......
a écrit le 04/09/2014 à 11:05 :
les adorateurs du american way of life dénonce les manoeuvres de Poutine, jamais les combines d'Obama. Nous sommes les amis des Russes et les Américains nous mangent la laine sur le avec leurs fonds de pension. Comme ça les Américains pourront des armes sans concurrents USA premier marchand d'armes dans le monde
Réponse de le 04/09/2014 à 13:35 :
Marine a RAISON !! point !
a écrit le 04/09/2014 à 11:01 :
Donateurs de l'UMP va falloir retaper dans vos livrets A pour combler le non versement des rétro commissions! Entre les impôts et votre parti c est vous les pires pigeons de la république!
a écrit le 04/09/2014 à 10:32 :
04 mars 2014 Poutine nie la présence des troupes russes en Crimée : « non elles ne participent pas. Ce sont des forces locales d'auto-défense ». Les soldats russes ne cachent pourtant pas leur origine et les très nombreux véhicules sont bien immatriculés en Russie.

17 avril 2014 A la télévision russe : Poutine reconnait «Derrière les forces d'autodéfense de Crimée bien sûr se trouvaient nos militaires »

16 mars 2014 : annexion de la Crimée après son invasion par les troupes russes

18 mars 2014 Poutine déclare : « Ne croyez pas ceux qui cherchent à vous effrayer avec la Russie et qui hurlent que d'autres régions vont suivre l'exemple de la Crimée. Nous ne souhaitons pas une partition de l'Ukraine, nous n'en avons pas besoin. »

29 mars 2014 « Nous ne voyons pas d'autre chemin à suivre que la fédéralisation pour l'Etat ukrainien »

17 avril 2014 « l’Ukraine n’est pas un Etat à part entière mais un appendice russe, la Nouvelle Russie (Novorossia) »

31 août 2014 « Nous devons commencer immédiatement des discussions substantielles sur des questions touchant à l'organisation politique de la société et à un statut étatique pour le sud-est de l'Ukraine, la Novorossia »
Réponse de le 04/09/2014 à 10:41 :
@ très bon post ...

Dans votre chronologie vous avez omis une date importante qu'il est utile de rappeler aux donneurs de leçons.

Le 20 juillet 1974, à 5 h 45, Chypre, pays aujourd'hui membre de l'U.E est envahi, annexé et occupé militairement par la Turquie, sans aucune réaction des européens ! Alors que l'ONU dénonce régulièrement cette situation, Bruxelles reste étrangement muette et continue néanmoins à préparer et financer l'adhésion d'un pays occupant une partie du territoire européen ! Que l'europe commence par faire le ménage d'abord chez elle avant de s'occuper de l'Ukraine !

http://fr.wikipedia.org/wiki/Invasion_turque_de_Chypre
Réponse de le 04/09/2014 à 14:41 :
Sans rapport avec l'Ukraine et les invasions de Poutine, autre conflit autre problème.
a écrit le 04/09/2014 à 10:15 :
Impensable de vendre ces navires de guerre à un dictateur comme Poutine qui viole la souveraineté des pays voisins.
Réponse de le 04/09/2014 à 10:23 :
Arrêtez de regardez le TG, Olivier, je vous informe que internet est plus libre sur la recherche de connaitre les vrais situations international
a écrit le 04/09/2014 à 10:15 :
France, colonie américaine...
Pays qui a perdu toute parole, tout honneur et toute souverainneté...
Réponse de le 04/09/2014 à 15:41 :
N'importe quoi. Figurez qu'il arrive parfois que les intérêts américain et français soient les mêmes. C'est exactement le cas ici. On fait quoi sinon? On laisse Putin faire ce qu'il veut en Ukraine? Puis ensuite les pays baltes? La aussi il y a des minorités russophone. Si c'est ça votre solution c'est indigne de la France.
a écrit le 04/09/2014 à 9:46 :
Poutine l'envahisseur ? On lui reproche quoi ? De faire voler en éclat l'encerclement géopolitique réalisé par les USA commencé dans les années 2000 contre la Russie. Les évènements n'arrivent pas comme ça du jour au lendemain, il faudrait s'intéresser un minimum à l'histoire contemporaine avant de dire n'importe quoi. Droit international ? Morale ? Faut-il rappeler que le gouvernement de Kiev d'aujourd’hui a renversé par des émeutes un gouvernement démocratiquement élu, cela s'appel un coup d’état. Alors, qui a violé le droit en premier et déclencher les hostilités ? Que croyait-on ? Que la partie russophone allait accepter ce coup d’état et ne ferait pas appel à Moscou ? La moral est une chose, la réalité une autre.
Réponse de le 04/09/2014 à 10:18 :
On connait par coeur votre propagande de Ria Novosti mais cà n'a aucun fondement. Vous servez les intérets de Poutine qui ne cesse d'envahir ses voisins.
Réponse de le 04/09/2014 à 11:53 :
Et vous, vous servez quels intérêts en régurgitant la propagande atlantiste ?
Réponse de le 04/09/2014 à 14:43 :
pour l'instant nous subissons surtout la propagande pro-OTAN
reprenez plutôt l'ensemble des événements à partir du moment où Victoria Nulland était en train de verser de l'huile sur le feu et de déclarer :" Fuck UE " , juste après avoir avouer un investissement de 5 milliards de dollars pour déstabiliser l'Ukraine ( et donc la Russie ).
a écrit le 04/09/2014 à 9:43 :
ccc
a écrit le 04/09/2014 à 9:43 :
Seigneur, qu'est-ce un mensonge! Combien de personnes ne sont pas prêts (ne pas?) Pour trouver des informations sur Internet à propos des événements de la dernière décennie. Pourtant, si simple, Poutine est mauvais, mauvais russe, russe à blâmer. Pourquoi avons-nous besoin de faits et d'un point de vue différent, où tout est si évident.
Je m'excuse pour le traducteur de Google.
a écrit le 04/09/2014 à 9:41 :
Il y avait une foie un grand pays qui depuis est devenus un nabot...
a écrit le 04/09/2014 à 9:27 :
"Alors que le géant pétrolier russe Rosneft et son partenaire américain ExxonMobil ont annoncé mardi le lancement de travaux d'exploration en mer de Laptev (Sibérie), les Etats-Unis ont une nouvelle fois dénoncé mercredi la vente par la France de navires de guerre à la Russie, au moment où les Européens s'apprêtent à renforcer leurs sanctions contre Moscou, accusée de participer directement aux combats dans l'est de l'Ukraine."

Cela tend à démontrer que les deux ennemis, la Russie et les Etats-Unis, ont un intérêt commun supérieur à leur adversité : l’Union Européenne et sa déstabilisation (principe de base de la manipulation : exercer un contrôle sur sa proie, pour pouvoir ensuite la fragiliser et in fine la détruire).

Gageons que nos dirigeants européens sauront rester soudés (et incorruptibles), du moins en arrière plan, pour déjouer les pièges qui nous sont/seront tendus.

Maintenant pour mieux comprendre encore, il ne tient qu'à nous de confronter les annonces et la réalité en interrogeant par exemple nos militaires...
Réponse de le 04/09/2014 à 10:25 :
Les autres contrats français civils ne sont pas concernés. Là il s'agit de redoutables navires d'invasion, ne mélangez pas tout.
Réponse de le 05/09/2014 à 9:00 :
Votre retour n'a pas de sens. SVP essayez de comprendre le sens des mots et du message avant de répliquer.
a écrit le 04/09/2014 à 9:00 :
Seigneur, qu'est-ce un mensonge! combien de personnes ne sont pas prêts (ne pas?) pour trouver des informations sur Internet à propos des événements de la dernière décennie. Pourtant, si simple, Poutine est mauvais, mauvais russe, russe à blâmer. Pourquoi avons-nous besoin de faits et d'un point de vue différent, où tout est si évident.

Je m'excuse pour le traducteur de Google.
a écrit le 04/09/2014 à 8:53 :
"les conditions pour que la France autorise la livraison du premier BPC ne sont pas à ce jour réunies."

Je doute fort que ces "conditions" soient clairement notifiées sur le contrat Mistral qui lie la France à la Russie ! Rupture abusive de contrat et démonétisation de la parole de la France, viendront s'ajouter à la liste déjà longue des maux dont souffre ce pays en voie de sous-développement depuis peu !
Réponse de le 04/09/2014 à 9:07 :
En effet si ce sont les gouvernements Chirac Sarkozy Fillon Raffarin qui ont singé ce contrat, il est de forte chance qu'ils n'ai prévu aucune restriction avec le douteux Poutine,
mais serait-ce aucune restriction ... pour ne pas perdre les rétro commissions ?
Réponse de le 04/09/2014 à 9:26 :
Ephémères, les présidents, ministres et autres politiques, qu'ils soient de droite ou de gauche PASSENT, mais engagent la parole de la FRANCE !
Quant aux rétro-commissions et autres magouilles, la gauche non plus n'a rien à envier à la droite !
Réponse de le 04/09/2014 à 10:27 :
C'est Poutine avec ses invasions le responsable de cette situation.
Réponse de le 04/09/2014 à 10:34 :
Ce serait bien plus grave si Poutine utilisait les Mistral pour une invasion, quelle image et retours pour la France. Donc mieux vaut ne pas vendre à cet envahisseur avéré de Poutine.
Réponse de le 04/09/2014 à 13:53 :
ouais! mais surtout fallait PAS PROMETTRE !!!
a écrit le 04/09/2014 à 8:31 :
la suspension de cette livraison est une résolution raisonnable. Vendre ces bâtiments juste après l'annexion d'une partie de la Géorgie, par contre était parfaitement déraisonnable et même abjecte. Malgré tout, nous ne sommes pas les seuls à vendre des armes à la Russie à chacun en Europe de balayer devant sa porte.
a écrit le 04/09/2014 à 8:23 :
Poutine n'a pas cessé de faire un chantage infecte outre à l'Ukraine notamment à des petits pays comme la Géorgie, la Moldavie etc mettant en difficultée des pans entiers de la population, donc pour une fois çà se retourne contre lui. Excellent choix.
Réponse de le 04/09/2014 à 8:42 :
C'est vous qui paierait lorsque la Russie engagera une action juridique contre la France pour contrat non-honoré.
Réponse de le 04/09/2014 à 8:52 :
on paiera Poutine en emprunts russes (pas de quoi fouetter un chat par rapport à l'affaire Kerviel/6 milliards et il y a des possibilités de vente ailleurs)
a écrit le 04/09/2014 à 8:21 :
Beaucoup de commentaires un peu rapides à mon avis sur les éventuelles conséquences pour la vente de Rafale en Inde notamment : il faut quand même reconnaître qu'un BPC, même vendu non armé, reste un bâtiment de projection de forces, donc essentiellement un outil d'agression et moins un outil de défense. Il doit être possible d'expliquer aux autres prospects "qu'il n'y a pas de raison de ne pas leur vendre des Rafale puisque, contrairement aux russes, ils ne sont évidemment pas dans une démarche d'agression ou d'invasion et que le Rafale est d'abord un outil de défense".
Réponse de le 04/09/2014 à 8:29 :
le problème ce n'est pas que nous allons leur refuser de leur vendre, le problème c'est qu'il vont refuser d'acheter de l'armement à un pays aux ordres des USA et donc non fiable sur le plan géopolitique ... c'est tout
Réponse de le 04/09/2014 à 8:41 :
arrêtez de penser tout le temps que nous sommes aux ordres des USA c'est absurde. Vous méconnaissez l'histoire. La France a toujours été un des pays les plus indépendants. Si Poutine n'était pas un dictateur envahisseur nous aurions de très bonnes relations avec la Russie aussi.
Réponse de le 04/09/2014 à 9:01 :
vous avez raison , la France " a été " indépendante.
Réponse de le 04/09/2014 à 10:30 :
elle l'est toujours, c'est la propagande du FSB russe qui tente de faire croire le contraire
Réponse de le 04/09/2014 à 13:17 :
ahahah quelle méconnaissance de l'histoire française pour affirmer que nous sommes souverains aujourd'hui.

reagardez donc les conférences d'asselineau.
Réponse de le 04/09/2014 à 13:55 :
la France a perdu sa souveraineté depuis un bail !
a écrit le 04/09/2014 à 8:20 :
Hollande remonte nettement dans mon estime, voir les ukrainiens se faire massacrer et envahir par des russes et lui vendre des Mistral c'était insupportable.
Réponse de le 04/09/2014 à 8:35 :
Et vous pensez réellement que Poutine va changer si la France ne lui livre pas ces navires?
Il va continuer de rire en voyant la France se coucher devant les USA au sein de l'Otan !
Réponse de le 04/09/2014 à 8:45 :
Caroline a raison. Poutine ne changera pas mais la décision ne passera pas inaperçue en Russie et plus les réactions à l'encontre de Poutine s'accumulent plus c'est négatif pour lui et vont l'obliger à changer ou voir sa population le contester. Les retours des centaines de morts d'Ukraine çà fait déjà beaucoup bouger en Russie.
Réponse de le 04/09/2014 à 9:46 :
au contraire , les sanctions de l'occident ont plutôt l'air de ressouder les russes face à l'agression de l'ouest, la côte de popularité de Poutine doit faire pâlir d'envie les gouvernants de l'ouest dont la côte d'impopularité est au plus haut.
en ce qui concerne les centaines de morts russes en Ukraine , c'est comme pour le reste , on attend des preuves . Colin Powell va-t-il revenir brandir des fioles à l'ONU ?
Réponse de le 04/09/2014 à 10:29 :
Les associations de mères russes de soldats sont très bien considérées par la population russe et commencent à se faire sérieusement entendre. Les sondages çà dégonfle très vite.
Réponse de le 04/09/2014 à 17:40 :
il y a plusieurs organisations de mères de soldats russes , l'une d'elle vient d'être interdite car elle vit grâce à des financements étrangers .... suspects.
Les Russes refusent de laisser des "ONG" financées par des pays étrangers faire de l'agitation chez eux , simple prudence. Le congrès US vient de voter un budget de 10 milliards de dollars pour financer ce type d'organisation en Russie pour promouvoir la démocratie ( pour mettre la pagaille en Ukraine, le budget était de 5 milliards )
a écrit le 04/09/2014 à 8:15 :
Cà fait plaisir qu'enfin on revienne aux fondamentaux de la politique et que l'on fasse le bon choix car fournir Poutine en Mistral alors qu'il envahit l'Ukraine après la géorgie et se fiche du monde c'était une grossière erreur.
Réponse de le 04/09/2014 à 8:23 :
vous croyez QU'OBAMA NE SE FOUT PAS de nous et profite de notre betise
Réponse de le 04/09/2014 à 8:38 :
Obama n'envahit personne et les américains investissent beaucoup en France. Si vous évoquez des différents commerciaux on en a souvent avec tout le monde, c'est l'économie et la concurrence qui veulent çà.
Réponse de le 04/09/2014 à 10:50 :
Les Etats-Unis ont envahi l'Irak sous des prétextes complètement fallacieux (armes de destruction massive inexistantes), tuent avec des drones armés de missiles des ennemis sur des territoires étrangers au mépris des règles internationales et des dommages collatéraux.... Les Etats-Unis pratiquent la "real politik" comme la Russie
a écrit le 04/09/2014 à 7:56 :
Hollande aurait même dû prendre la décision plus tôt.
a écrit le 04/09/2014 à 7:55 :
Cà rappellera que l'on ne peut pas vendre des armes ou des éléments stratégiques à n'importe qui. Vendre des Mistral à Poutine qui envahit ses voisins c'était comme vendre des centrales nucléaires à Khadafi. Sarkozy/Fillon les champions en erreurs de ce genre.
Réponse de le 04/09/2014 à 8:09 :
Poutine n'envahit personne.
il faut arrêter avec cette propagande qui a seulement pour objectif de semer la pagaille entre l'Europe et la Russie, pour le plus grand bénéfice des USA.
reprenez les événements depuis le début, les USA ont amplifié les problèmes en Ukraine alors que les Russes ont toujours demandé des discussions UE-Ukraine-Russie .
Réponse de le 04/09/2014 à 8:18 :
Vous écrivez n'importe quoi le troll de 8.09 Henri a raison :

Regardez les mensonges de Poutine et objectifs invasifs par Poutine lui-même et vous pouvez vérifier :

04 mars 2014 Poutine nie la présence des troupes russes en Crimée : « non elles ne participent pas. Ce sont des forces locales d'auto-défense ». Les soldats russes ne cachent pourtant pas leur origine et les très nombreux véhicules sont bien immatriculés en Russie.

17 avril 2014 A la télévision russe : Poutine reconnait «Derrière les forces d'autodéfense de Crimée bien sûr se trouvaient nos militaires »

16 mars 2014 : annexion de la Crimée après son invasion par les troupes russes

18 mars 2014 Poutine déclare : « Ne croyez pas ceux qui cherchent à vous effrayer avec la Russie et qui hurlent que d'autres régions vont suivre l'exemple de la Crimée. Nous ne souhaitons pas une partition de l'Ukraine, nous n'en avons pas besoin. »

29 mars 2014 « Nous ne voyons pas d'autre chemin à suivre que la fédéralisation pour l'Etat ukrainien »

17 avril 2014 « l’Ukraine n’est pas un Etat à part entière mais un appendice russe, la Nouvelle Russie (Novorossia) »

31 août 2014 « Nous devons commencer immédiatement des discussions substantielles sur des questions touchant à l'organisation politique de la société et à un statut étatique pour le sud-est de l'Ukraine, la Novorossia »
Réponse de le 04/09/2014 à 8:24 :
jesuis de avis de letroll puis le début
Réponse de le 04/09/2014 à 8:46 :
Henri a parfaitement raison en effet
Réponse de le 04/09/2014 à 8:50 :
Excellent les mensonges de Poutine de 8.18 ! Post à faire circuler ! C'est effectivement ce que Poutine a déclaré et mis en perspectives on voit bien qu'il ment comme un arracheur de dents ! et envahit l'Ukraine.
a écrit le 04/09/2014 à 7:49 :
On ne vend pas de telles armes à un dictateur qui nous démontre d'années en années qu'il envahit ses voisins et plus.
a écrit le 04/09/2014 à 7:04 :
Qui est l’envahisseur ?
Attardez vous simplement sur le rythme des implantations de bases américaines à travers le monde ces 15 dernières années. Et je ne parle pas des bases de l’OTAN sous commandement américain…
En 2009 «officiellement » il y en avait 865, présentent dans 46 pays ! Les Russes combien ?
Est ce que les Russes veulent installé des rampes de missiles aux frontières US ? Au;Mexique par exemple ? Est ce que les Américains laisseraient faire ?
En vérité les cow boys s’en fiche de L’Ukraine, il veulent déstabiliser Poutine pour quelqu’un qui laissera les Yankee piller leurs ressources, comme il font partout.
Quel cynisme stratégique, d’une pierre 3 coups, ils vendent un gros paquet d’armes, Ils pousse l’Europe dans le chaos, ils maintiennent le dollars encore un peu à flot…4 coups, ils redore le blason de L’OTAN qui était obsolète.
Et dire que les Européen et les français se mettent la corde au coup en applaudissant. Vous aurez bien mérité la guerre qui arrive, bande d’aveugles.
Pour ceux qui ne savent jurer que par la Croissance, oui il n’a pas d’autre solution que tout détruire et vous avec !
Quand allez vous réagir ? Quand vous serez vitrifiés ?
Attention à ne pas se méprendre, le peuple américains est un peuple formidable, leur dirigeants, en revanche d’une mesquinerie inouïe.
Réponse de le 04/09/2014 à 7:44 :
Votre analyse est complètement orientée et fausse. L'OTAN n'est pas sous commandement américain puisque les décisions sont collégiales. Aucun pays n'est obligé de participer, peut rejoindre comme partir, la France qui a participé à la création de l'OTAN en 49 sous de Gaulle et ne l'a jamias complètement quitté en 67 en est un exemple. Le nombre de bases correspond aux pays, accords de défense et intérets des pays concernés. La Russie a occupé l'Europe autant qu'elle pouvait (près de 60 ans) et à présent a envahi la Transitrie, la Géorgie, la Criméee, l'Ukraine, ce qui présage plus tant que personne dira stop. Les américains nn'ont pas envahi durablement un pays. Ils prennent des décisions avec plusieurs pays. L'Urss était tout aussi omniprésents dans le monde et même plus avec le Pacte de Varsovie. La Russie est quasiment 1er marchand d'armes au monde et qui font plus de morts (kalachnikov). Les russes n'ont pas respecté ni les accords nucléaires, ni les frontières de l'Ukraine. Si la guerre a lieu c'est bien Poutine qui la déclenche. C'est lui qui envahit, qui manoeuvres etc. Obama comme les européens n'ont pas cessé de chercher le dialogue et ils se sont fait mener en bateau. Donc maintenant à vous d'ouvrir les yeux sur qui est Poutine et le FSB dont il est issu et qui le conseille.
Réponse de le 04/09/2014 à 8:12 :
décision collégiale ?? mort de rire
les USA dévident et les autres pays obéissent collégialement.
combien les américains ont-ils agressé et bombardé de pays ces 30 dernières années ?
la seule chose qui me console , c'est que Kiev est au bord de l'effondrement , que les séparatistes de l'est vont pouvoir consolider leurs positions et que l'agession américaine en europe est en train de foirer, comme toutes les interventions militaires US ces dernières années , le système prend l'eau :-)
Réponse de le 04/09/2014 à 8:30 :
Evidemment collégiale, la France a participé à la création de l'Otan en 49 par de Gaulle, l'a quitté partiellement en 67 en continuant de coopérer. Les pays votent, se mettent d'accord etc rien à voir avec la dictature Poutine, lisez les statuts de l'Otan. Si l'Ukraine est au bord de l'effondrement c'est à cause de Yanoukovitch placé au pouvoir par Poutine et bourrage d'urnes. Il est évident que si l'Ukraine avait été aidée par l'Europe elle n'en serait pas là (voir la Pologne et autres pays de l'Est avant et après). Il n'y a pas d'agression américaine en Europe c'est de la propagande que vous ne seriez pas démontré. Par contre les invasions de Poutine en Géorgie, Crimée, Ukraine elles sont claires.
Réponse de le 04/09/2014 à 8:30 :
Evidemment collégiale, la France a participé à la création de l'Otan en 49 par de Gaulle, l'a quitté partiellement en 67 en continuant de coopérer. Les pays votent, se mettent d'accord etc rien à voir avec la dictature Poutine, lisez les statuts de l'Otan. Si l'Ukraine est au bord de l'effondrement c'est à cause de Yanoukovitch placé au pouvoir par Poutine et bourrage d'urnes. Il est évident que si l'Ukraine avait été aidée par l'Europe elle n'en serait pas là (voir la Pologne et autres pays de l'Est avant et après). Il n'y a pas d'agression américaine en Europe c'est de la propagande que vous ne seriez pas démontré. Par contre les invasions de Poutine en Géorgie, Crimée, Ukraine elles sont claires.
a écrit le 04/09/2014 à 6:56 :
La France, 4ème exportateur mondiale d'armement vient de sacrifier sur l'autel de la doctrine un de ses pôles d'excellence. Le dogme conduit l'action de ce président, les principales nations qui vendent du matériel vont saluer "le geste réfléchi du président français"... et se frotter les mains par derrière. Ne pas honorer un contrat d'un milliard d'euros dans ce petit milieu va créer un précédent indélébile dans l'industrie française. Bravo...
Réponse de le 04/09/2014 à 7:18 :
La France avait déjà fait des embargo sur des armes à livrer en 1967 (Israel) et en 1977 (Afrique du Sud). A ma connaissance l'industrie française a survécu. De plus la vente des Mistral est une vrai plaie pour les industriels francais car elles les exclu de nombreux appels d'offres en Occident.
Réponse de le 04/09/2014 à 8:14 :
les appels d'offre en occident sont complètement pipés, il faut impérativement faire du commerce avec les états non alignés sur les USA , comme l'Inde par exemple qui était en passe de nous commander des rafales.
Réponse de le 04/09/2014 à 8:34 :
Il faut faire du commerce avec tous les gens sérieux, pas les envahisseurs comme Poutine.
Réponse de le 04/09/2014 à 10:52 :
à @ letroll de 8.14 :
Vous avez fini de nous saouler avec votre rhétorique de perroquet ?
Réponse de le 04/09/2014 à 11:56 :
@ le troll de 8:34 : les gens sérieux c'est qui ? La Belgique qui achète du F--35, la Pologne qui achète du F-16 ?
a écrit le 04/09/2014 à 6:49 :
La décision qui signe la fin de la production d armement en France . On devrait fermer nos centrales nucléaires et dans moins de cinq ans nous sommes un pays sous développé, mais les écolos et autres utopistes seront heureux juste avant la troisième guerre mondiale ou nous serons laminé.
Réponse de le 04/09/2014 à 7:45 :
Ne dites pas n'importe quoi, ce n'est pas ce qui est prévu.
a écrit le 04/09/2014 à 4:55 :
Si la vente d'armes est porteur d'emplois, elle est porteur de morts. J'approuve totalement la suspension de la vente des Mistrral, quand bien même ces bâtiments ne soient pas équipés d'armement. Seriez vous d'accord pour vendre des chambres à gaz, même si vous ne fournissez pas le gaz ?
Réponse de le 04/09/2014 à 6:53 :
toutes nos félicitation.
Réponse de le 04/09/2014 à 7:13 :
C'est sûr, ça clos le débat.
Réponse de le 04/09/2014 à 8:15 :
alors il faut arrêter toute notre industrie d'armement. chiche ?
Réponse de le 04/09/2014 à 8:48 :
N'importe quoi le troll, vous feriez mieux d'aller jouer auxc billes.
Réponse de le 04/09/2014 à 11:54 :
ma réponse était ironique, peut- être n'êtes-vous pas capable de comprendre l'ironie ( manque de maîtrise du français peut-être ? )
a écrit le 04/09/2014 à 4:28 :
Une erreur stratégique majeure que les français paieront longtemps. Ce gouvernement et cette présidence font un mal considérable au pays.
Réponse de le 04/09/2014 à 8:54 :
pas dans ce cas
a écrit le 04/09/2014 à 4:01 :
La Wilaya d'Israël, France suit la voix/voie de son maître et tant pis pour les conséquences sur l'emploi dans la Wilaya.
Réponse de le 04/09/2014 à 7:50 :
propagande non conforme à la réalité.
a écrit le 04/09/2014 à 1:01 :
C'était la seule bonne solution face aux invasions répétitives de Poutine. On ne vend pas des armes dangereuses à un dictateur.
Réponse de le 04/09/2014 à 6:54 :
Invasion !.!.
Dictateur !.!.!
Bravo pour cette argumentation.
Réponse de le 04/09/2014 à 7:48 :
Transnitrie, Géorgie, Crimée, Ukraine... 5 mandats électoraux pour Poutine avec modification de la constitution.
Réponse de le 04/09/2014 à 8:26 :
Crimée : autodétermination des peuples .. les russes sont retournés en Russie.
Ukraine : pagaille mise par l'UE et les USA , aucune preuve tangible d'une invasion Russe
Transnitrie : où est le problème ? la Transnitrie a pris son indépendance d'un pays qui avait lui-même décrété son indépendance ... même principe
Géorgie : guerre civile interne après l'explosion de l'URSS .

vous n'avez que ça comme exemple ?
alors que l'occident a détruit l'Irak ( vous vous souvenez des armes de destruction massive ? ) , la Syrie ( pour aider les amis de BHL ) , la Libye ... sans compter les autres pays que nous sommes allé aider.
a écrit le 03/09/2014 à 23:20 :
Décision difficile, courageuse et l'on peut dire Gaullienne de Hollande qui ne cède pas à un envahisseur comme Poutine, chapeau bas.
Réponse de le 04/09/2014 à 0:00 :
"...chapeau bas" - - - - Vous avez la révérence facile, vous.
Réponse de le 04/09/2014 à 2:57 :
On ne peut pas toujours critiquer Hollande, quand il fait quelque chose de bien il faut le reconnaître en effet. La décision n'était pas facile vus les emplois etc. Mais quand quelqu'un fait la guerre comme Poutine et cause près de 3000 morts par ses milices, militaires et invasions dans un pays souverain, c'est la bonne décision de suspendre la vente de ces Mistral.
Réponse de le 04/09/2014 à 6:56 :
Comparer un nain a un géant visionnaire voilà une vision très réduite et une méconnaissance historique de l oeuvre du General.
Réponse de le 04/09/2014 à 6:56 :
était pour un rapprochement avec la Russie mais pas pour entrer dans l'OTAN. Il disait aussi que l'avenir de la,France ne se décide pas à la corbeille et était opposé aux traités européens sans possibilité d'en sortir. Bref lisez puis appelez en à De Gaulle.
Réponse de le 04/09/2014 à 7:22 :
Petit rappel : du temps de de Gaulle la France faisait pas intégrant de l'OTAN. C'est le refus de l'OTAN de s'impliquer dans la guerre d'Algérie malgré les demandes de De GAULLE qui a fait que la France a quitté le commandement intégré de l'OTAN. Par contre elle n'a jamais quitté l'OTAN malgré les dires de nombreuses personnes qui n'ont toujours pas compris la différence.
a écrit le 03/09/2014 à 23:16 :
Il est bô , notre président....américain.
a écrit le 03/09/2014 à 23:08 :
on a déjà de l' expérience dans le sabordage ... les syndicalistes de la DCN ne semblent pas applaudir .
Réponse de le 03/09/2014 à 23:16 :
Ils n'ont qu'à aller aider les ukrainiens à défendre l'Ukraine face à l'invasion de Poutine, çà les fera mieux réfléchir à la réalité.
Réponse de le 04/09/2014 à 17:35 :
Parlez pour vous !
a écrit le 03/09/2014 à 23:05 :
La France ne parvient pas à admettre ce qu'elle est devenue : un Etat moyen, colonisé par l'empire anglo-saxon libérateur de l'Europe, et enclose dans l'OTAN et l'U.E voulues par la vainqueur hégémonique.
a écrit le 03/09/2014 à 22:51 :
Et si Hollande pouvait aussi stopper les importations de gaz de Russie ce serait génial. Marre de Poutine ce dictateur qui met le chaos partout.
a écrit le 03/09/2014 à 22:47 :
Hollande m'a agréablement surpris, très bon choix. Enfin dire non à Poutine qui a une politique colonialiste d'un autre âge en Europe.
a écrit le 03/09/2014 à 22:36 :
Très bonne décision. Il est en effet absurde de laisser Poutine qui a déjà envahi la Géorgie, la Crimée, l'Ukraine de l'Est etc continuer dans ce sens sans réagir. Il y aura de toutes façons des contreparties car beaucoup de pays apprécient cette décision.
a écrit le 03/09/2014 à 22:24 :
Moi Président s'est fait avoir par les américains qui maintenant vont nous ridiculiser partout dans le monde alors qu'ils continuent cyniquement à faire du business avec la Russie
Hollande est vraiment nul et n'a rien compris à rin
Quel drame pour l'industrie française!!!!!
Réponse de le 03/09/2014 à 22:39 :
Nous continuons aussi à faire du business avec la Russie mais là il s'agit d'armes de guerre et d'une mise à niveau technologique dangereuse car Poutine est un envahisseur. Le pétrole c'est autre chose car çà impacte l'économie globale, des Mistral çà trouve des contreparties. Donc ne pas mélanger avec les accords Exxon, Total, etc
a écrit le 03/09/2014 à 22:20 :
Je propose de revendre ce BPC à la Suisse ou au Luxembourg. Ils ne risqueront pas d'envahir la Corrèze. Par contre, pour la piscine Molitor, il y a un risque.
a écrit le 03/09/2014 à 22:11 :
Je propose de revendre ce BPC à la Suisse ou au Luxembourg. Ils ne risqueront pas d'envahir la Corrèze. Par contre, pour la piscine Molitor, il y a un risque.
a écrit le 03/09/2014 à 22:07 :
Ils sont toujours a la botte des Us
Ils n'ont toujours rien compris
Réponse de le 03/09/2014 à 22:40 :
C'est vous qui ne comprenez rien.
a écrit le 03/09/2014 à 22:02 :
Mais alors, si la France n'honore pas un contrat mitonné par Morin Nouveau Cente Fillon Alliot Marie et Sarkozy UMP,
que vont devenir les rétro commissions, serait-ce possible que l'affaire Karcahi se reproduise ?
a écrit le 03/09/2014 à 22:00 :
Mistral, mistral ... On se croirait dans "plus moche la vie". En Socialie en quelque sorte ...
a écrit le 03/09/2014 à 21:53 :
Il paraît que les syndicats se plaignent de cette rupture de contrat unilatérale ? Je ne comprends pas pourquoi. Hollande, ils l'ont voulu. Et maintenant ils l'ont. Leur objectif est atteint. Pourquoi chialer ?
Réponse de le 03/09/2014 à 22:02 :
Marine tiendrait sa parole (si bien que c'était Sarkozy qui a vendu les Mistrals à la Russie) et tant pis pour les américains et l'OTAN. Mais en France les femmes qui ont des c***** ne seront jamais élues. Et c'est dommage.
Réponse de le 03/09/2014 à 22:42 :
Poutine soutient les partis spératistes en Europe comme le FN, le Jobbik etc pour mieux affaiblir l'Europe comme il le fait partout en divisant. Marine le Pen comme le FN sont donc des collabos de l'envahisseur Poutine. Donc Sarkozy, Fillon, le Pen DEHORS !
a écrit le 03/09/2014 à 21:53 :
Hollande a mis l'Etat français dans une belle embrouille, parait-il. Selon une source américaine, "the penalty for breaking the contract, which, could potentially exceed the cost of the ships themselves." , en bon français, les coûts de dédommagement par rupture de contrat pourraient potentiellement aller au-delà du coût même des navires. Donc, on pourrait imaginer que l'Etat français prépare déjà un montant avoisinant les trois milliards d'euros (puisque selon le contrat le payement serait fait en euros) pour la Russie. Cela côté cour. Côté jardin l'image commerciale de la France subira un sacré coup et que pourrait faire bien d'autres potentiel clients penser deux fois avant de venir faire des affaires avec nous. Merci à l'OTAN, merci Hollande.
Réponse de le 03/09/2014 à 22:46 :
Il ya aura des contreparties car beaucoup de pays apprécient ces mesures. C'est une bonne décision face à un envahisseur comme Poutine. Quant aux pris à payer plein de mesures sont possibles, c'est bien moins que l'affaire Kerviel et nous paierons en emprunts russes !
Réponse de le 04/09/2014 à 8:47 :
quelles contreparties ? les pays qui apprécient ces mesures sont totalement inféodés aux USA et achètent du matériel US en priorité.
la seule contrepartie que je vois serait au niveau du financement :" vous obéissez et on continue à vous prêter de l'argent jusqu'à votre faillite totale"
a écrit le 03/09/2014 à 21:48 :
Je pense que je vais m'acheter des convecteurs électriques pour cet hiver
Réponse de le 03/09/2014 à 21:57 :
Non, non : EELV veille. Nous n'aurons plus de Zentral Nukleonic. Notre bon président suit fidèlement les ordres de Bonn.
a écrit le 03/09/2014 à 21:46 :
les conditions pour la livraison de Gaz ne sont plus réunis,vous allez geler camarades Fransouski
Réponse de le 03/09/2014 à 22:50 :
Tu mets un pull et baisses de 2°C ton chauffage = 2x7 = 14% de conso en moins = la part de gaz importé de Russie et tu envoies foutre Poutine ! En plus tu fais un bon geste pour l'effet de serre, la planète et tes descendants.
a écrit le 03/09/2014 à 21:42 :
Je soutenais la vente des Mistrals aux Russes (et je croise à fond les doigts pour le contrat Rafale en Indes). Maintenant, après le crime du MH17 perpétré par des prorusses avec du matos russe, ça devenait compliqué de livrer aux Russes ces bateaux sophistiqués. Économiquement, ça va peut être couter 1Md€ mais ce n'est pas totalement aberrant puisque sans cette décision les entreprises françaises n'auront aucune chance par exemple dans des appels d'offre polonais (70 hélicoptères Caracal + 32 hélicoptères Tigre + 3 sous-marins Scorpène + 8 systèmes de défense aérienne). Si on perd 1Md€ d'un côté mais que on vend des Caracal et/ou des systèmes de défense aérienne de l'autre, why not...
Réponse de le 03/09/2014 à 21:59 :
Vous m'avez fait penser à ce mot de Coluche : "De tous ceux qui n'ont rien à dire, les plus agréables sont ceux qui se taisent." C'est beau, hein ?...

Bonsoir.
Réponse de le 03/09/2014 à 22:25 :
"Si on perd etc" Tout est dit espérons des futurs contrats donc resillions celui que nous avons pour sur. Rappelons que les polonais sont pas très Europe a la base ( pour y avoir passé un mois j'ai vu de mes yeux un vrai rejets de l’Europe....sauf des subventions!) Et le dernier coups qu'on leur a donné des subventions ils ont acheter des F16 donc bon.....
Réponse de le 03/09/2014 à 22:27 :
@Mouais: Vous avez vu où la crime des pro-russes? Si les preuves russes, que cela a été fait par les ukrainiens, ne sont pas suffisantes pour vous, la silence assourdissante des média montre bien le coupable.
Réponse de le 03/09/2014 à 22:47 :
ce sont des barques, les russes voulaient les achetez pour les radars dernier cris de Thales, l'armée française n'est pas bête, Thales fournis des radars basiques.
Réponse de le 04/09/2014 à 10:19 :
Des barques? Mouais, les Russes ne sont pas bêtes non plus. Ils savent ce qu’ils achètent. Pourquoi achèteraient-ils 2 barques à 1Md€ juste pour un radar « standard » ? Ils pourraient l’acheter directement à Thales, non ? Et puis avoir 2 (+2) bâtiments de ce genre fait sens compte tenu de leur géopolitique (Pays Baltes, Mer Noire, Iles Kouriles). Imaginez une intervention russe avec un Mistral dans un des Pays Balte…

Je sais que les médias français nous servent une sauce anti-russe mais sur le MH17, les « preuves » que les Ukrainiens ont fait ça ont du m’échapper. Quelques minutes après le crash de l’avion, une télé russe a annoncé que les pro-russes en Ukraine avaient abattu un avion… de combat ukrainien. En Europe, malgré tout, avec la relative liberté de presse et la culture de transparence, c’est quand même qqch d’assez difficile à complètement inventer.

Pour les F-16 polonais, ouais, c’était vraiment un coup de poignard dans le dos et évidemment rien ne dit que la France rempotera un des appels d’offre à venir en Pologne. Mais on ne peut pas refaire l’Histoire, chacun sait que ce sont les USA qui assurent la protection des pays de l’Europe de l’Est.

Quand à Coluche (21 :59), j’aime bien ces interventions d’un vide abyssal sans aucun argument.
a écrit le 03/09/2014 à 21:28 :
Mais n'impoooorte quoi!!!! Décision totalement stupide! On va perdre 2 milliards d'euros, on va donner l'impression à la Russie qu'on cherche à l'ostraciser (alors même que la situation a l'air d'un peu avancer?), on va perdre notre crédibilité internationale en la matière (les USA vont être contents de récupérer certaines parts de marché de la France). C'est complètement débile. Surtout qu'il faudra m'expliquer en quoi ces navires "BPC" représentent une menace dans la crise ukrainienne. N'importe quoi !!!!!
Réponse de le 03/09/2014 à 22:59 :
Vous ne pensez qu'au fric ! Poutine ne cesse d'envahir ses voisins, Transnitrie, Géorgie, Crimée, Ukraine etc et vous voulez l'armer encore plus vite. Quel aveuglement. Evidemment il fallait stopper cette vente à un envahisseur qui ne va pas s'arrêter là.
Réponse de le 04/09/2014 à 3:44 :
Bizarre tout de même qu'il n'y ait pas la moindre résistance en Crimée contre l'envahisseur. Il apparait bel et bien que les habitants de Crimée sont heureux d'avoir été enfin envahis par les russes ! Que du bonheur pour eux.
a écrit le 03/09/2014 à 21:15 :
La France encore dindon de la Farce, les américains font des affaires dans l'énergie avec les russes, les anglais leur vendent des armes légères d'infanterie qui sont certainement utilisées en Ukraine, les allemands eux financent le réarmement Russe en leur achetant du gaz en quantités astronomiques. Et tout ceci à 2 jours d'un très très probable traité de paix. Merci qui ?
Réponse de le 03/09/2014 à 21:22 :
Je ne serais pas étonné si les Anglais ne tenteront de vendre leurs chasseurs à l'Inde et ainsi saboter la vente des Rafales. Une autre option c'est que l'Inde fasse un geste de solidarité à son traditionnel livreur d'armements, la Russie, et ferme le robinet aux armements occidentaux. Tout est possible, les scénarios sont en ouvert désormais.
Réponse de le 03/09/2014 à 23:03 :
Vous ne connaissez pas Poutine quand vous parlez de "traité de paix" Il fait toujours la paix et la guerre en même temps, c'est un manipulateur non fiable. Par ailleurs vous mélangez des contrats sans danger comme le pétrole avec Exxon, Total ou autres que nous avons aussi avec des armes redoutables qui peuvent commander 100 unités d'intervention en même temps, ce que les russes n'ont pas. Un peu d'intelligence svp.
Réponse de le 04/09/2014 à 8:20 :
nous sommes en situation de quasi-guerre et vous vous étonnez que Poutine soit un "manipulateur non fiable" ? elle est bonne celle-là. Il est seulement d'un autre niveau que nos chers gouvernants qui eux sont complètement perdus.
au niveau stratégie géopolitique , le KGB est une école autrement plus efficace que l'ENA :-)
a écrit le 03/09/2014 à 21:12 :
En principe, si tout se passe bien. On revend ces machines de guerre à Exxon qui les met en complément d'un contrat d'exploitation conjoint avec gazprom sur le pétrole de l’arctique en train de fondre et qui les revend aux Russes ni vu ni connu. Avec un minimum de deux millions de corruption, ça devrait le faire.
a écrit le 03/09/2014 à 21:11 :
«Il s'est présenté comme l'homme qui n'aime pas les riches. En réalité, le Président n'aime pas les pauvres. Lui, l'homme de gauche, dit en privé «les sans-dents», très fier de son trait d'humour.» (page 229) Valérie Trierweiler dans son livre qui vient d'apparaître chez Les Arènes.

Eh oui, Hollande n'aime pas les pauvres... on peut à peine imaginer ce que lui a été proposé par les riches de ce monde pour qu'il ne vende pas les Mistrals à la Russie.
a écrit le 03/09/2014 à 21:05 :
Il faudra donc que le gouvernement issu de la prochaine alternance fasse juger François HOLLANDE pour cette décision dépourvue de base juridique contractuelle et le tort énorme causé à la signature de la France comme constructeur et vendeur d'armes. Sans compter le remboursement des Russes, les dommages-intérêts qui leur sont dus et le paiement des navires aux chantiers qui les ont construits : les contribuables vont payer près de trois fois ces navires sans que l'armée française puisse les utiliser compte-tenu des normes russes (électricité,...) selon lesquelles ils ont été construits. Une pointure internationale, on vous dit !
Réponse de le 03/09/2014 à 23:07 :
Et si la Russie envahit un pays avec les Mistral on vous jugera pour crime de guerre.
a écrit le 03/09/2014 à 21:05 :
C'est pas bien d'agir ainsi.C'est vilain. M POUTINE va se fâcher. Vous allez voir.......
a écrit le 03/09/2014 à 21:00 :
La France suspend la livraison du premier Mistral à la Russie L'Elysée juge que les conditions pour la livraison du premier navire à Moscou "ne sont pas à ce jour réunies".Paris met la pression sur Moscou. Les conditions pour que la France autorise la livraison du premier des deux navires de guerre Mistral à la Russie "ne sont pas à ce jour réunies" compte tenu de l'aggravation de la situation en Ukraine, déclare l'Elysée ce mercredi 3 septembre. Devant "la situation en Ukraine" jugée "grave", le "président de la République a constaté que, malgré la perspective d'un cessez-le-feu qui reste à confirmer et à être mis en œuvre, les conditions pour que la France autorise la livraison du premier BPC [Bâtiment de projection et de commandement, NDLR] ne sont pas à ce jour réunies", annonce la présidence dans un communiqué. Hourrah tous les défenseurs de la liberté jubilent à ce moment, hourrahh !!!! Vive l'Ukraine libre !!!
Réponse de le 03/09/2014 à 21:54 :
Et vive l'OTAN, car c'est l'OTAN qui est à la manoeuvre depuis le début.
Et tant pis pour l'industrie d'armement française...
De plus, cela ne changera rien à la puissance militaire russe, mais ça a le mérite de flinguer l'industrie française d'armement...
Réponse de le 03/09/2014 à 23:12 :
Expliquez nous comment l'OTAN peut être à la manoeuvre ?????????????? Poutine envahit la Transnitrie, la Géorgie, la Crimée, l'Ukraine et il faut en plus l'aider à mettre à jour sa flotte de guerre ? En plus il soutient des partis séparatistes comme le FN en Europe pour mieux l'affaiblir. Vous aimez les fessées des dictateurs vous.
Réponse de le 04/09/2014 à 16:01 :
Tiens il me semblait qu'un référendum avait eu lieu an Crimée, mais ça vous a sans doute échappé.
Poutine dictateur? Mail il a été élu, lui.
Bon, j'arrète, vos approximations sont risibles.
Ne pas voir que Kiev était truffé de miliciens de Blacwater (payés par qui?), c'est ne rien comprendre à la géopolitique...
a écrit le 03/09/2014 à 20:59 :
Décision déplorable. Les intérêts de la France sont bradés au profit des États Unis qui eux continuent de faire des affaires avec la Russie
Réponse de le 03/09/2014 à 21:14 :
100% d'accord. Une preuve de plus, s'il en fallait, que la France, ou plutôt son président, est à la solde des États-Unis.
a écrit le 03/09/2014 à 20:58 :
de gaulle avait annulé des ventes d'armes à israel à cause de la guerre dans les années 60... c'est pas plus mal parfois de ne pas ramper comme un vulgaire vendeur devant ses clients et d'affirmer ses principes... si l'Inde demain annexe le bengladesh, le népal ou le myanmar, il faudrait aussi remettre en cause la vente des rafales
a écrit le 03/09/2014 à 20:54 :
La France est devenue la carpette des EU et de l'Otan grâce à Sarkozy. Cette décision de surseoir à un contrat signé en bonne et due forme depuis longtemps, sera lourde de conséquences pour la réputation de la France , la parole donnée et les emplois à long terme. ( qui aura encore confiance en la France ?).
Alors que la France devrait se rapprocher sans tarder de la Russie et renouer avec une amitié ancestrale, ses dirigeants font tout le contraire de ce qu'il faudrait faire et préfèrent fricoter avec des pays du sud avec lesquels nous n'avons aucun horizon.
a écrit le 03/09/2014 à 20:54 :
L'Elysée recule pour mieux sauter... "estime" ne veut pas dire "renonce".
a écrit le 03/09/2014 à 20:51 :
Tout a été dis.. minable renoncement de souveraineté.
Réponse de le 03/09/2014 à 20:56 :
Et c'est d'autant plus ridicule que les russes ont déjà examiné ce navire sous toutes les coutures, il auront donc construire un modèle équivalent dans un ou deux ans grâce aux pénalités que nous allons devoir leur payer. La France le dindon de la farce ?
a écrit le 03/09/2014 à 20:40 :
Le premier Mistral est terminé et payé, il me semble, il a été fabriqué entièrement a Saint-Nazaire. D'ailleurs l'équipage Russe est déjà sur place depuis un moment pour apprendre a le manœuvrer, dixit les journaux du coin Ouest-France et le télégramme vient avec photos à l'appui.

Donc, le premier bâtiment est prêt. A propos du paiement, la Russie a payé sa proue et le montage. Puisque je n'ai pas lu le contrat, je ne peux pas en dire plus. On verra combien ça va coûter, mais les médias russes avancentdéjà un chiffre entre 3 et 10 mds d'euros. Une ardoise dont l'Etat français (et les chantiers de Saint-Nazaire) pourraient bien s'en passer. Sans parler des dégâts pour la réputation de l'industrie navale et l'Eat français.
Réponse de le 03/09/2014 à 20:54 :
selon un autre article de la tribune, la russie ne paiera qu'à livraison du 2e mistral... donc pour l'instant, elle n'aurait rien payé encore ?
Réponse de le 03/09/2014 à 21:19 :
Vous avez mal compris et La Tribune... bon, ça reste La Tribune. Ce payement qu'à la livraison du deuxième Mistral concerne la livraison du deuxième navire, le premier est déjà payé. D'ailleurs ceci était déjà annoncé en presse en mars, bien avant que la situation ne se pourrisse davantage en Ukraine. En théorie, la France doit déjà de l'argent à la Russie.
a écrit le 03/09/2014 à 20:36 :
Comment avoir encore confiance en la France ? il serait amusant de voir la Perfide Albion ramasser le contrat indien. Pas de scrupules dans ce genre d'affaire.
a écrit le 03/09/2014 à 20:35 :
Comment avoir encore confiance en la France qui ne respecte pas les contrats ? Il serait amusant de voir la Perfide Albion rafler (si l'on peut dire) le contrat.
a écrit le 03/09/2014 à 20:32 :
Décision honteuse qui montre clairement la vassalisation de la France qui n'est officiellement plus une nation souveraine!
La Russie ne restera pas sans réagir, comme si notre pays avait besoin de ça!
De plus cela décrédibilise aux yeux du mondes la parole de la France. Qui aura envie de passer des commande à la France après ça!
Ce gouvernement doit absolument partir et Hollande avec!
a écrit le 03/09/2014 à 20:27 :
Ceux qui se réjouissent ne semblent pas comprendre qu'il en va de la parole du pays. Si on refuse les Mistral commandés et payés par la Russie, l'Inde qui attendait pour acheter des Rafales n'attendra plus et ira voir ailleurs.
Du coup on aura plus d'acheteurs et on perdra nos chantiers navals notre industrie aéronautique militaire.
Il n'y aura que les imbéciles pour s'en réjouir : on a plus d'argent, plus grand chose à vendre, une montagne de dettes et une parole qui ne vaudra plus rien.
Ceux qui ne voient pas ça vivent dans l'american dream et leur réveil sera (très) douloureux.
Ils peuvent compter sur frau Merkel pour leur présenter la note à la sortie.
Réponse de le 03/09/2014 à 21:21 :
c'est a se demander si tout ceci n'est pas " voulu " pour faire disparaitre la France
a écrit le 03/09/2014 à 20:24 :
On est sorti de la rationalité, là, on nage en plein délire. Au-delà de ce que cela va nous coûter financièrement (pénalités de non exécution du contrat qui se chiffrent en milliards), ce revirement politique lamine la crédibilité de la France, dont la signature et la parole ne vaudront plus rien. Il ne faudra pas s'étonner si nos commandes chuteront dorénavant. Hollande vient de porter un coup terrible à l'industrie (militaire) française.
Réponse de le 03/09/2014 à 20:30 :
Et voilà, la France vient de mettre à genoux la seule industrie qui marchait encore un peu ... Nous avons suivi l'avis américains comme d'habitude (surement sous la contrainte comme c'est de leur habitude : Guantanamo...).
J'espère que l'OTAN achètera ces mistrals maintenant !
Réponse de le 03/09/2014 à 20:58 :
il veut quoi Obama ? une 3è guerre mondiale avec des millions et millions de morts pour 10 pelés Ukrainiens ?
a écrit le 03/09/2014 à 20:21 :
D'abord je suis navré, absolument, je ne m'attendais pas une telle issue. Et si l'on va aux question pratiques :
Quel est le montant des acomptes encaissés et que la France devra rembourser ?
Et que ferons-nous de ces navires ? S'ils ont autant de succès que les Rafales nous ne sommes pas près de le refourguer.
Ou termineront t-ils comme le France ? A moins qu'on les envoi en Inde pour être démantelés ?
Quel immense dommage, nom de Dieu, dans un pays enfoncé dans la crise déjà...
a écrit le 03/09/2014 à 20:19 :
L'Inde va maintenant hésiter pour les Rafales. La France va donner sa souveraineté à l'UE et aux Usa. Les chômeurs seront encore plus nombreux. La Russie, comme l'Inde et le Brésil, a un plus petit PIB que la France mais elle réussit à être indépendante. La politique économique doit changer, les US et l'UE ne font qu'un seul désormais.
a écrit le 03/09/2014 à 20:16 :
Sans compter les consequences a long terme sur tous les autres contracts en cours...sur n'importe quel type de projet strategique. Quelle catastrophe ! J'espere que les auteurs de cette decision seront juges et severement.
a écrit le 03/09/2014 à 20:15 :
L'UE veut vraiment la guerre, elle veut que la Russie entre en guerre contre nous tous ! C'est très clair maintenant !

Une bonne guerre, cela va certainement permettre de résoudre les problèmes de chômage en France, avec de plus les personnes qui vont se retrouver au chômage étant donné la non-livraison des bateaux et des agroalimentaires.

Merci pour nos enfants Monsieur Hollande qui n'aime pas les sans dents (voir livre de Valérie T.) !
a écrit le 03/09/2014 à 20:12 :
C'était pour moi la dernière cartouche pour Hollande, celle qu'on ne croit plus que marche encore mais qu'on insiste toujours, déraisonnablement. Quelque chose me disait "il va lâcher aux américains", mais une voix lointaine ne soufflait à l'oreille "peut-être qu'il va faire le grand coup aux américians et aux allemands"..... c'tait l'illusion du joueur. Hollande, qui n'a jamais eu pour moi la vraie envergure d'un homme d'Etat – comme Poutine ou Thatcher, par exemple – cette fois il s'est rabaissé au ras des pâquerettes et avec lui, toute la France.
Réponse de le 03/09/2014 à 20:23 :
Hollande ne représente plus (pas) la France, ses idéaux, ses intérêts et son peuple, mais l'oligarchie européenne piloté par les USA. Démission ou révocation !
a écrit le 03/09/2014 à 20:04 :
C'est très malin, on va perdre de l'argent , des emplois, et des contrats futurs.
Hollande portera face à l'histoire la responsabilité de ce crime.
a écrit le 03/09/2014 à 19:56 :
Sur le plan international, le signal lancé est : le Francais ne respecte pas la signature du contrat. La balance commerciale déjà déficitaire va plongé dans les abysses et le chomage va exploser. RDV dans 3 mois. Hollande dehors !
a écrit le 03/09/2014 à 19:53 :
Hollande est un traître de la France. Il y a bien d'autres également, cependant lui en tant que Président de la République oeuvre contre l'image de son pays. Dans une époque de guerre (et on n'est pas loin de cela), Hollande ainsi comme bien d'autres passerait à la cour martiale. Sûrement.
Réponse de le 03/09/2014 à 20:06 :
dans les mêmes conditions Charles aurait fait le même choix.
Il n'aurait pas baisser son froc que ce soit devant les Etats-Unis ou devant la Russie
Alain d
Réponse de le 03/09/2014 à 21:15 :
Comme De Gaulle a eu raison de mettre fin à la présence de la France dans l'OTAN en 1966 ! Comme Sarkozy eu tort de réintégrer l'OTAN récemment ! La France donne l'impression de ne plus avoir la maîtrise de sa diplomatie. B H L avait annoncé "un scoop" il y a trois semaines à la télévision ukrainienne : le report de la livraison du Mistral... BHL était donc au courant ! Cette proximité de l'autorité politique avec les éléments les plus excités et suspects est très inquiétante.
Réponse de le 03/09/2014 à 21:40 :
J'estime que vous connaissez assez peu du général de Gaulle. Dans une telle circonstance il agirait totalement différent de Hollande. Il ne s'agit pas ici de baisser ou pas son froc mais d'être fidèle à ses principes. De Gaulle voulait une Europe qui n'a rien à voir avec l'Europe de Hollande et de Bruxelles. Non, pas d'accord, si vivant le général livrerait ces deux Mistral à la Russie car il ne mélangeait pas les engagements commerciaux avec de la politique. Notamment si celle ci était dictée par les Etats-Unis et par l'Otan.
a écrit le 03/09/2014 à 19:44 :
Hollande est un atlantiste et sans doute pas par conviction mais parce qu'il est un mou, un homme incapable de s'opposer à ses maitres US de cette Europe ...US, il est dans la posture du premier ministre français qui rend des comptes à l'Europe et à ses maitres atlantistes, pas plus, pas moins... Vous avez voulu l'Europe, vous la boirez donc jusqu'à la lie...
a écrit le 03/09/2014 à 19:42 :
Je vois qu'Hollande s'aligne.....
Cet homme est une calamité pour la France. Il incarne le mal français à lui seul...
a écrit le 03/09/2014 à 19:22 :
Tout ça à cause des US qui veulent des missiles au plus près de la Russie... Qu'est-ce qu'on attend pour sortir de l' "atlantisme"... Soyons neutres, voyez les Suisses...
Réponse de le 03/09/2014 à 19:30 :
Faut pas rêver, si Hollande veut avec sa clique atlantiste un guerre contre la Russie c'est parce qu'il doit avoir déjà sa place dans une fusée pour partir vers Mars ou la Lune. Dans un holocauste nucléaire, l'Europe sera vitrifiée la première et Poutine n'épargnera pas la France désormais.
Réponse de le 03/09/2014 à 19:47 :
Charles de Gaulle avait vu clair; pas d'américains et pas d'anglais en france, voici le résultat de faire confiance aux yankees; eux continuent à faire des négoces avec les russes mais ils imposent aux français de manquer à leur parole.
La France n'est plus des français, elle est désormais de l'oncle Sam.
Réponse de le 03/09/2014 à 19:57 :
Il ne serait pas très utile de vitrifier la France en 1er car Il ne faut pas oublier qui pousse l'Otan hors de ces frontieres et assiège les Russes. Un pays qui a toujours su faire des guerres qui l'arrange hors de ses frontieres et de son continent...
a écrit le 03/09/2014 à 19:19 :
Nous n'avons rien à gagner à nous facher avec la russie, bien au contraire.
a écrit le 03/09/2014 à 19:19 :
Si le gouvernement cède sur la vente des Mistrals, ce sera l'ouverture de la boite de pandore pour tous les autres contrats. Ce serait un mauvais signal pour le Rafale en Inde et un tapis Rouge pour les anglo-saxons qui sont prêts à tout pour nous torpiller (Ministre Anglais qui nous plante dans le dos avec son Eurofighter encore dernièrement). Les autres ne se privent pas pour vendre des armes à des puissances peu démocratiques, faisons de même. C'est la loi du plus fort et de la jungle en matière d'armement.
a écrit le 03/09/2014 à 19:18 :
c'est un triste moment pour l'industrie navale française et une tâche durable pour la crédibilité de l'état.
a écrit le 03/09/2014 à 19:16 :
Je ne suis pas croyant, mais il ne reste plus qu'à s'en remettre à Dieu façe à l'amateurisme Voltairien, pardon Voltaire-Rien
a écrit le 03/09/2014 à 19:03 :
Comment perdre des milliers d'emplois de plus ...

On dirait que le président de la république ne travaille pas pour la France
Réponse de le 03/09/2014 à 19:20 :
Vous ne le comprenez qu'aujourd'hui ?
Réponse de le 03/09/2014 à 19:23 :
Ce sont les US qui nous mettent à genoux. Même De Gaule l'avait compris.
Réponse de le 03/09/2014 à 19:25 :
Dassault n'est pas la France. Ce n'est qu'une entreprise privée parmi d'autres. L'état français n'a pas a être un commercial a l'ordre des entreprises privées.
Réponse de le 03/09/2014 à 19:45 :
(Très) courte vue !
Il ne s'agit pas que de Dassault, mais de Thales, de Safran, etc...et de la parole (non respectée) de la France dans le monde et qui concernera TOUS les contrats d'armements...
a écrit le 03/09/2014 à 19:02 :
Erreur gravissime!
D'ici quelques mois, le conflit ukrainien ne sera plus que dans les esprits des ukrainiens!
Mais la défaillance de la France lui sera marquée au fer rouge jusqu'à la fin des temps, comme les "intouchables"! Un des derniers secteurs où nous sommes, à peu près compétitifs avec l'aéronautique, va prendre un coup qui lui sera mortel! L'agro-alimentaire vient déjà de prendre une belle claque!
C'est honteux et débilissime de notre part!!!!
Américains, allemands et anglais continuent tranquillement de commercer et d'investir avec les russes!!!
Il n'y a pas un dirigeant français qui ait assez de corones pour contrattaquer et mettre ces faux culs devant leur traitrise et leur fourberie????
Honteux!! Honteux!!!
Il est apparemment plus facile de faire le fier-à-bras avec les femmes!
C'est désespérant!
a écrit le 03/09/2014 à 19:01 :
Espérons qu'une fois au moins, la morale passe avant les intérêts financiers...
Réponse de le 03/09/2014 à 19:52 :
il n'y a aucune morale. Juste une stupidité et le dictat des E.-U. A l'époque, en Russie on parlait que ces navires ont été achetés contre les pots de vin, parce qu'ils ne sont pas trop utiles. Cela vaut le coup de détruire des milliers d'emplois en France pour soutenir une bande des fachos et des incapables à Kiev?
Réponse de le 04/09/2014 à 19:53 :
Quand un pays envahit un autre pays pour moi cela pose bien un problème moral. La France, pays des droits de l'homme, doit montrer la voie.
a écrit le 03/09/2014 à 19:00 :
Une très mauvaise décision! De plus je rappelle que les "faucons" à Moscou étaient contre l'achat des "Mistral" à l'époque en jugeant cet achat anti-patriotique et les navires inutiles. On peut juste espérer que le gel ne signifie pas l'annulation. Cela risque de provoquer les conséquences négatives pour l'industrie de l'armement et pas uniquement en Russie.
Réponse de le 03/09/2014 à 19:14 :
Eh voilà, Poutine a fait un geste envers la France, le chantier naval de St-Nazaire avait repris des couleurs, plus de la moitié des Mistrals a été déjà payé (selon l'Elysée) et on fait un cadeau empoisonné à Poutine. La France perd vraiment sa face. Honteux.
Réponse de le 03/09/2014 à 19:20 :
Excellente décision, nous aurons plus de chances comme cela de vendre des armes à la Pologne, ce qui fera grand plaisir aux dirigeants russes????
Réponse de le 03/09/2014 à 19:34 :
à l'évidence les manigances les plus pourries courent à toute allure depuis un moment. cette soi-disant vente de rafales à la Pologne (à voir !) a été manigancée par l'otan et les US et il aura des contreparties dont ont fait silence et on ne les saura dès qu'elles seront un fait accompli. plus de France en tant que pays souverain.
Réponse de le 03/09/2014 à 20:25 :
@Marie Claire : Vous sous-estimez l’idiotisme de la situation. A l'époque de l’achat en Russie les mauvaises langues (surtout du spectre patriotique) parlaient que ces navires ont été achetés contre les pots de vin, parce qu'ils ne sont pas utiles (je suis globalement d’accord concernant l’inutilité pour la Russie). La Russie ne va pas vraiment souffrir de non-livraison, donc, ce n’est pas un cadeau empoisonné. Cela vaut le coup de détruire des milliers d'emplois en France se montrer un partenaire non fiable (contrat payé) ce qui risque engendrer les conséquences pour d’autres contrats d’exportation, sans compter une image du vassal des E.-U., tout cela pour soutenir une bande des fachos et des incapables à Kiev.
Réponse de le 03/09/2014 à 21:03 :
@ @ex-Moscovite:Cela peut être un argument, mais 1. une bonne part des contrats à Pologne ne sont pas garantis. Les Polonais ont une orientation vers les E.-U. 2. Le budget de re-armement de la Russie est autour de 50 mlrd. euros par an. 3. La crédibilité de la France n’augmente pas dans tiers pays après cela.
Réponse de le 03/09/2014 à 22:07 :
Pour que la Pologne ou même l'Ukraine comme le veulent quelques uns achètent du matériel militaire français il faut du pognon, et pas de le moindre. La France vient de fermer la porte à un client qui a toujours honoré ses engagements pour ouvrir la porte à deux pays sans resources, l'un d'entre eux en totale faillite. D'où vont-ils trouver de l'argent pour s'acheter des milliards et des milliards de matos chers made in France, vous délirez ?
a écrit le 03/09/2014 à 19:00 :
Erreur gravissime!
D'ici quelques mois, le conflit ukrainien ne sera plus que dans les esprits des ukrainiens!
Mais la défaillance de la France lui sera marquée au fer rouge jusqu'à la fin des temps, comme les "intouchables"! Un des derniers secteurs où nous sommes, à peu près compétitifs avec l'aéronautique, va prendre un coup qui lui sera mortel! L'agro-alimentaire vient déjà de prendre une belle claque!
C'est honteux et débilissime de notre part!!!!
Américains, allemands et anglais continuent tranquillement de commercer et d'investir avec les russes!!!
Il n'y a pas un dirigeant français qui ait assez de corones pour contrattaquer et mettre ces faux culs devant leur traitrise et leur fourberie????
Honteux!! Honteux!!!
Il est apparemment plus facile de faire le fier-à-bras avec les femmes!
C'est désespérant!
a écrit le 03/09/2014 à 18:56 :
C'est fou ça , la girouette a encore frappé . Il a des gens autour de lui pour le conseiller , ce type ? c'est incroyable de mettre en jeu des milliers d'emploi pour obeir à des pays qui ne demandent qu'une chose , nous prendre notre place de fournisseur ! . Lui a ton expliqué que l'Allemagne , qui réclame la non livraison des Mistral, vient de faire une contre_offre a L'inde pour vendre des Eurofighters a la place de nos Rafale ?? Nul et mauvais sur toute la ligne !
a écrit le 03/09/2014 à 18:51 :
François Hollande vient de tuer l'industrie française de l'armement. Les Indiens n'achèteront pas de Rafales ni aucun autre pays. Qui ferait confiance à un pays qui revient sur ses engagements?
Réponse de le 03/09/2014 à 19:16 :
Ce type est encore un cheval de Troie des américains, un young leader de la French-American Foundation, un fantoche de plus dans ce gouvernement d'incompétents, moi je voterai Sarkozy ou même FN mais jamais Hollande, c'est fini !!!
a écrit le 03/09/2014 à 18:45 :
Honte à la France sans parole et à la botte des USA spécialistes du faites ce que dis, pas ce que je fais.
Réponse de le 04/09/2014 à 13:07 :
Tout à fait d'accord, nous sommes à la botte des USA qui eux ne respectent rien; Un contrat signé doit être exécuté. pour l'amende salée que nous risquons de payer pour non respect des engagements il n'y a qu'à demander à nos chers parlementaires et membres du gouvernement de la payer.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :