Défense antimissile balistique : le gâchis français

 |   |  1000  mots
Le démonstrateur Spirale a a conduit à des résultats essentiels pour la préparation de la composante spatiale d'un système d'alerte de détection de tirs de missiles, l'identification de leur auteur et la détermination de leur cible
Le démonstrateur Spirale a a conduit à des résultats essentiels pour la préparation de la composante spatiale d'un système d'alerte de détection de tirs de missiles, l'identification de leur auteur et la détermination de leur cible (Crédits : Airbus DS SAS)
La France a acquis une compétence très rare en matière de maîtrise des technologies dans le domaine de la maîtrise de la menace balistique grâce au programme Spirale (2009-2011). Mais faute de crédits, elle pourrait perdre son avance technologique et surtout l'évaluation souveraine de cette menace.

Le programme Spirale fait partie des très, très bonnes surprises de l'industrie d'armement française, notamment grâce à Airbus Defence & Space (ADS), qui a fabriqué deux micro-satellites. Spirale ? Ce Système Préparatoire Infra-Rouge pour l'ALErte est un programme d'études amont (PEA) exploratoire qui a permis à la France de fabriquer un démonstrateur d'alerte avancée par satellite, capable de détecter des tirs de missiles, d'identifier leurs auteurs et de déterminer leur cible. Un programme absolument vital pour la France pour avoir une appréciation souveraine lors d'une éventuelle crise.

"Contrairement à ce qui est fréquemment observé, ce programme s'est déroulé sans retard et sans problème majeur, explique un rapport du ministère de la Défense. L'excellent comportement des satellites et la qualité des images fournies ont conduit à prolonger leur exploitation pendant six mois. Grâce à ces travaux, la France a démontré ses compétences et sa capacité à maîtriser les technologies avancées, notamment dans le domaine infrarouge, nécessaires pour la défense antimissile balistique. C'est un acquis précieux compte tenu de l'importance de ce sujet dans les prochaines années".

Faute de crédits, pas de programme

En dépit de l'importance fondamentale d'un programme et de la réussite formidable du démonstrateur Spirale lancé en 2002, la France a choisi... de ne rien faire faute de crédits dans l'actuelle loi de programmation militaire 2014-2019 (LPM). Pourtant le Livre blanc de la défense et de la sécurité nationale de 2013, y consacre deux lignes. Mais qui ont leur importance : "Les capacités spatiales sont également nécessaires pour une évaluation souveraine de la menace balistique, pour l'alerte précoce, et donc pour la dissuasion". Il faudra donc attendre l'horizon 2020 pour lancer un programme.

Dans le domaine antimissile balistique, si les autres pays de l'OTAN ont choisi de participer aux actions à mener au travers d'une contribution financière, la France a préféré contribuer en nature, le programme Spirale étant une première étape vers cette contribution. Aussi,  "des actions de capitalisation des résultats de Spirale ont été engagées afin de faciliter le dimensionnement de capacités spatiales d'alerte avancée", explique-t-on à La Tribune. Dans un contexte financier contraint, la direction générale de l'armement (DGA) tente notamment de maintenir les compétences de la filière en son sein et chez les industriels, qui obtiennent ainsi un petit flux financier, via des PEA en attendant mieux.

D'autant que le résultat de Spirale a été au-delà des espérances en termes des résultats qu'au niveau des compétences acquises. "L'ensemble de la filière - que ce soit au niveau étatique et chez les industriels - est donc conscient de disposer de compétences rares et d'avoir une avance technologique mais qu'il existe un vrai risque de les perdre", explique-t-on à La Tribune. Une "opération unique en Europe", rappelle le rapport du Comité des prix de revient des matériels d'armement (CPRA). En outre, dans le contexte géostratégique actuel, il apparaît vital pour la France de maîtriser l'évaluation de la menace balistique. Dommage que pour des questions de souveraineté financière pour satisfaire aux règles européennes, la France a momentanément (?) abandonné un pan de sa souveraineté stratégique...

A quoi a servi Spirale ?

Spirale a conduit à des "résultats essentiels pour la préparation de la composante spatiale d'un système d'alerte de détection de tirs de missiles, l'identification de leur auteur et la détermination de leur cible, jugent les deux auteurs de ce rapport, Daniel Jouan, ingénieur général de l'armement et Paul Helbert, ingénieur général des télécommunications. La phase de détection du missile, lors de son lancement, ne dure qu'une à trois minutes pour un tir à longue portée".

Cette mission spatiale a permis "la collecte d'un très grand nombre d'images de la terre, indispensables à la compréhension des phénomènes naturels et physiques susceptibles de générer de fausses alertes lors de la détection des missiles dans leur phase propulsée". Cette opération unique en Europe s'est achevée en mai 2011, avec la remise de la base de données et des résultats nécessaires aux réflexions sur un futur projet de réalisation d'un système opérationnel. Les deux satellites, commandés à ADS en janvier 2004 pour réaliser l'évaluation des performances d'un système d'alerte spatiale, ont été désorbités en février 2011.

Cette opération s'est inscrit dans une architecture système combinée, qui comporte également un système d'alerte radar sol très longue portée et un système de commandement et de contrôle (C2) pour assurer la coordination des moyens et le traitement de l'information. En outre, une plateforme de simulation de la chaîne d'alerte a également été développée.

Coût de Spirale : 137 millions d'euros

La maîtrise de cette compétence très rare a finalement un coût relativement "modeste". Le coût de la réalisation du PEA Spirale s'est élevé à 137 millions d'euros aux conditions économiques de 2002, selon les auteurs du rapport du CPRA, Daniel Jouan et Paul Helbert. Ce budget correspond à 2,8 % du montant total des études amont réalisées pendant les neuf années de l'opération. Les diverses études menées pour ce PEA ont coûté respectivement 100.000 euros pour les études préliminaires (0,6 % du total), 39,34 millions pour les études de définition (29 %) et 8,27 millions pour les études de concept d'architecture (6 %).

La part principale du coût (39 %) concerne la réalisation des deux satellites, qui a atteint
53,8 millions d'euros. Le segment sol qui était nécessaire pour assurer le lien avec ces derniers est revenu à 16 millions (11 %) tandis que 9,42 millions ont été dépensés pour le lancement par Ariane 5 en février 2009 et la mise à poste (7 %) et 9,81 millions pour la maintenance et l'exploitation (7 %).

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 05/11/2014 à 20:27 :
Je crois que en réalité c'est Thales qui a fabriqué les 2 satellites Spirale.
a écrit le 21/10/2014 à 12:55 :
ca devrait être une priorité car toutes les puissances militaire importante développe le damb, la France à du damb, l'heure n'est plus au developpement d'ibcm, mais de détruire les missile balistique ennemis, on peut en arrêter au moins une dizaine face à des pays type iran, coré du nord. En France on fait aucune abris contre une attaque nucléaire ni d'interception de missile balisitque contrairement à la russie, usa, chine.
aller pour le plaisir
https://www.youtube.com/watch?v=mON5WmA5REk
a écrit le 21/10/2014 à 10:58 :
ET C'EST PAS FINI !!!!!!
a écrit le 20/10/2014 à 21:06 :
voyez la menace aujourd'hui, pas de besoin avant 25 ans !
il faudra aussi penser à réduire la voilure sur la dissuasion nucléaire pour investir sur les vrais besoins: prise de renseignement (observation spatiale, ..), drones
Réponse de le 20/10/2014 à 21:16 :
Merci pour ton discours, quel magnifique somnifère ! depuis plusieurs jours d'insomnie je commence à bâiller déjà…. bonne nuit.
a écrit le 20/10/2014 à 18:29 :
Pourquoi faut-il que vous stigmatisiez toujours l'aspect national dans vos titres et analyses ? C'est pas mieux de dire en quoi c'est critiquable sans nécessairement le rapporter à la France ou aux Français ? Ou voyez-vous ailleurs que l'on impute tout ce qui est négatif systématiquement à son pays ? C'est un gâchis, point barre !!! Je ne lis jamais le gâchis américain, anglais, suisse etc... Ce n'est pas parce qu'il n'y a pas de gâchis, mais parce qu'il y a des journalistes responsables qui ne font pas uniquement dans l'anxiogene...et le french bashing...
Réponse de le 21/10/2014 à 8:15 :
Qui a pris la décision ? En tant que chef des armées le président, qui est l'élu des Français. Donc la France...
a écrit le 20/10/2014 à 18:03 :
"Pourtant le Livre blanc de la défense et de la sécurité nationale de 2013" .... les armoires sont pleines de livres blancs .... pas de de place !
a écrit le 20/10/2014 à 15:33 :
En dehors du fait que la France pourrait être dans le peloton de tête des technologies stratégiques pour la défense, nos élus se moquent bien de notre armée et préfèrent leur pactole mensuel. Si nous prenons le chiffre de Spirale 137 millions on peut mettre en parallèle les réserves parlementaires Sénat plus assemblée soit 143 millions. On voit bien que nos menteurs magouilleurs et parfois corrompus d’élus préfèrent gérer la France comme une maffia en distribuant des enveloppes sur des projets d’ « amis » pour maintenir leur train de vie d’élu au détriment du pays . La France à l’intelligence intellectuelle et manuelle sur de nombreux sujets stratégiques de demain, nous pourrions à chaque fois financer ses projets tout simplement en modifiant l’axe des dépenses plus particulièrement politique au sens le plus maffieux du système français mais les élus de tous bords, tiennent la bourse et se servent et distribuent pour leur propre plaisir au détriment de la France.
Réponse de le 20/10/2014 à 18:01 :
+1
Réponse de le 21/10/2014 à 12:04 :
90% des problèmes en france viennent de nos politicens
a écrit le 20/10/2014 à 13:31 :
Bah faut le vendre aux européens sinon aux chinois et aux autres qui en on peur ! Dommage qu'après les militaires, on ne puisse pas en faire une utilité civile, on est pas des américains !
a écrit le 20/10/2014 à 12:54 :
c'est un programme qui devrait être Européen, et non pas au niveau national
Réponse de le 21/10/2014 à 8:42 :
sûrement pas,
a écrit le 20/10/2014 à 11:50 :
"résultats essentiels pour la préparation de la composante spatiale d'un système d'alerte de détection de tirs de missiles, l'identification de leur auteur et la détermination de leur cible"
Cet article me laisse sur ma faim.

Identification de l'auteur du tir : s'il vient d'un sous-marin, qui est le pays lanceur ?

Détermination de la cible : les missiles "mirv" ont plusieurs têtes qui peuvent atteindre des cibles différentes. Il est peu réaliste d'espérer détruire les têtes dans la phase finale de la trajectoire.
Réponse de le 20/10/2014 à 20:12 :
L'objectif de la surveillance des tirs missile est avant tout de déterminer l'auteur du tir. La stratégie n'est pas de protéger les populations, ce qui est très difficile, mais de garantir qu'il restera assez de capacité chez nous pour vitrifier le tireur original. Pour les sous marins, leur localisation est une autre question, et là, pour l'instant il faut de bonnes oreilles....Disons qu'avec application on finit par savoir qui est dans quel coin.
a écrit le 20/10/2014 à 11:26 :
Programme trés rare comme vous y allez !Les USA et la Russie puissances spaciales depuis des lustres n'en aurait point !Les satellites géostionnaires existes depuis longtemps et ne sont pas tous loin de là à servir aux telecomunications .Penser que la France pourrait dans ce domaine hyper sensible avoir de l'avance sur les USA et la Russie est un cocorico qui fait couac ........
Réponse de le 20/10/2014 à 12:09 :
Très rare ne veut pas dire unique... comme vous le soulignez et comme l'auteur de l'article l'avait certainement en tête.
Réponse de le 20/10/2014 à 20:09 :
On ne fait pas de la localisation de tir missile avec un Geo, la précision n'est pas suffisante et il faudrait des optiques trop importantes. Par ailleurs les "Spirale" sont des mini sats..... Le problème n'est pas vraiment dans l'orbite mais dans le capteur...
Réponse de le 21/10/2014 à 15:36 :
@dert : si vous comprenez de travers tous ce que vous lisez je vous invite à relire les différents programmes politiques avec un ami à côté de vous afin d'être sur de ne pas choisir un parti pour une mauvaise raison.
a écrit le 20/10/2014 à 8:47 :
la suite coûte combien, c'est plutôt ça la question...
A quoi on enlève ce budget, question suivante
Réponse de le 20/10/2014 à 12:50 :
Toujours des lobbyistes qui veulent sauver leur petit coin
Est-ce vraiment stratégique quand on voit l'état de l'armée ??
a écrit le 20/10/2014 à 8:38 :
Franchement, quand on voit combien on est volé pour le social, pour des résultats minables, dont on ne comprend pas ou passent les budgets faramineux, ça fait mal. Non au social et oui à un état qui assume ses missions réelles, dont celle de nous défendre. Supprimons le social, ça ne sert strictement à rien. Pas la peine de donner sans cesse des poissons, laissons les gens réapprendre à pécher. L'armée, ça, au moins, c'est du sérieux.
Réponse de le 20/10/2014 à 12:36 :
Votre commentaire n'engage que vous sur ces orientations.....
Réponse de le 21/10/2014 à 15:35 :
@Math : vous avez 1 siècle de retard. L'évolution n'est pas pour tout le monde apparement.
Réponse de le 21/10/2014 à 15:57 :
En extrapolant son propos, il n'a pas tort. Ce pays irait bien mieux si, au lieu d'assister les gens à coup d'allocations, on leur donnait les armes pour s'en sortir.
a écrit le 20/10/2014 à 7:39 :
2 visions de la fonction publique : innovante,créant de la valeur , ou improductive et alimentant le mammouth (notamment la FP territoriale )
Quelle est celle que le gouvernement soutient ?..

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :