Airbus table sur une production record d'A320 dès 2023 !

 |  | 894 mots
Lecture 5 min.
(Crédits : Fabian Bimmer)
Selon nos informations, le dernier plan de production d'Airbus prévoit de passer d'une cadence de production de 40 appareils de la famille A320 à 47 à juillet 2021, puis à 51 en janvier 2022, 57 en juillet 2022, pour arriver à 61 en janvier 2023, soit deux avions par jour. Une telle cadence permettrait non seulement de dépasser le rythme d'avant-crise (60), mais aussi d'être la plus importante jamais atteinte dans l'histoire de l'aéronautique civile. Pour autant, un nouveau planning de production pourrait voir le jour dans les prochaines semaines en tenant compte de nouvelles analyses de l'évolution du marché du transport aérien. La flambée de l'épidémie et la propagation de variants du coronavirus inquiètent les autorités dans le monde.

Avec la flambée des contaminations un peu partout dans le monde et la propagation de nouveaux variants du Covid-19, le trafic aérien est toujours aussi déprimé en ce début d'année 2021. Il le restera encore longtemps tant que la vaccination n'aura pas permis d'atteindre une immunité collective suffisante ou si un variant du coronavirus capable de résister aux vaccins devait apparaître au cours des prochaines semaines. Pour l'heure, les laboratoires pharmaceutiques assurent que ce n'est pas le cas, même pour le variant sud-africain jugé plus toxique. Résultat, la plupart des transporteurs aériens continuent de tabler sur une reprise l'été prochain. C'est également le schéma d'Airbus, qui a confirmé il y a six jours son intention d'augmenter les cadences de production au deuxième semestre de cette année pour les avions de la famille A320 uniquement.

De fait, tous les acteurs du secteur s'accordent à dire que la reprise du trafic aérien concernera d'abord les marchés domestiques et régionaux. Pour Airbus, une augmentation des cadences constituerait ainsi une remontée de la production après la baisse de 40% décidée au printemps dernier pour répondre à la contraction du marché, avec le passage de 60 à 40 appareils produits par mois.

D'ailleurs, comme l'indiquait le 7 janvier Eric Trappier, le président du Groupement des industries françaises aéronautiques et spatiales (Gifas), tous les industriels de l'aéronautique française se préparent à cette hausse des cadences en 2021.

Lire aussi : En 2021, l'aéronautique française veut se préparer à une remontée des cadences de production (GIFAS)

Remontée des cadences au deuxième semestre

Si le lendemain, vendredi 8 janvier, lors de la publication des résultats commerciaux 2020, Guillaume Faury, le directeur général d'Airbus, a indiqué l'intention du groupe de remonter en cadence au deuxième semestre de l'année puis au cours des années 2022 et 2023, il s'est gardé de préciser le rythme d'augmentation envisagé. Il n'a donc pas confirmé la cadence de 47 appareils par mois d'ici à l'été 2021, évoquée en octobre dernier. Pour autant, cet objectif demeure bel et bien dans le dernier planning de production de l'avionneur, communiqué avant les fêtes de fin d'année aux fournisseurs.

Selon nos informations, ce plan prévoit toujours de remonter à une cadence de production mensuelle de 47 avions de la famille A320 en juillet 2021, puis de passer à une cadence de 51 appareils en janvier 2022, puis 57 en juillet 2022, pour atteindre celle de 61 en janvier 2023, correspondant à deux avions par jour.

Une telle cadence est considérable. Elle permettrait en effet à Airbus de revenir extrêmement rapidement à son niveau d'avant-crise (cadence 60) et même de le dépasser pour atteindre une production d'avions monocouloirs jamais atteinte dans l'histoire de l'aéronautique. Pour rappel en effet, les projets d'avant-crise du constructeur européen de passer à la cadence 63 mi-2021 ont été coupés net par le Covid. Sur une base annuelle, une cadence 61 représente une production de 732 avions. A 110 millions de dollars pièce en moyenne selon les modèles au prix catalogue (qu'aucune compagnie ne paye), un tel volume d'avions représente en valeur près de 80 milliards de dollars.

Sur le plan financier, une accélération de la production, et a priori, des livraisons, est synonyme de rentrée de cash pour Airbus. Ces prévisions de cadences concernent le "poste 40" dans la chaîne de production, celui à partir duquel débute l'assemblage des avions. Interrogé, Airbus ne fait pas de commentaire.

L'évolution du marché surveillée comme le lait sur le feu

Pour autant, un nouveau plan de production pourrait voir le jour d'ici à la publication le 18 février prochain des résultats financiers 2020, si les nouvelles analyses de l'évolution du marché le justifient. D'une manière générale, si les décalages de quelques mois du calendrier sont courants, les gros chamboulements sont plus rares afin de ne pas perturber la chaîne de fournisseurs. Sauf évidemment en cas de gros retournement du marché comme ce fut le cas avec l'arrivée du Covid l'an dernier.

L'évolution de l'épidémie, la rapidité de la vaccination sont surveillées comme le lait sur le feu. Pour autant, certains observateurs font remarquer que le plan de production actuel reprend les mêmes hypothèses de cadences que le précédent élaboré en octobre, à un moment où la visibilité sur une sortie de crise était encore plus aléatoire qu'aujourd'hui puisqu'aucune découverte de vaccin n'avait encore été faite. Pour autant, certains analystes sont sceptiques. Ils ne voient pas de remontée de la production avant la fin de l'année.

Relance du projet de chaîne d'assemblage d'A321 NEO à Toulouse?

Quoi qu'il en soit, la remontée des cadences de production pourrait permettre de relancer le projet de création à Toulouse d'une nouvelle ligne d'assemblage d'A321, décidée début 2020 avant la crise puis suspendue quelques mois après. Ce serait une très bonne nouvelle pour Toulouse et sa région, fortement impactées par la crise actuelle de l'aéronautique. Lorsqu'elle fut annoncée, cette ligne d'assemblage devait permettre de créer 500 à 600 emplois. Pour rappel, il faut environ deux ans  pour construire une telle chaîne.

Lire aussi : Plan social à Airbus : un accord avec des garanties pour viser le zéro licenciement

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 15/01/2021 à 10:32 :
Ds un monde de l'aérien qui ds le futur, ne sera pas si différent du passé quoi qu'on en dise, moi europeiste convaincu, je suis heureux que l'Europe ( UE +RU) prenne le leadership ds un secteur de THT créateur de richesses aussi puissant à l'échelle du monde. Sans l'Europe et sa création Airbus, l'aéronautique européen n'existerait pas avec ses centaines de milliers d'emplois à hte VA.
Il faut poursuivre et transformer l'essai ss relâche ds cette voie pour l'industrie spatiale ( déjà bien avancé), ferroviaire, navale, pharmaceutiques et de santé, militaire, l'agriculture et l'agroalimentaire bio...
a écrit le 14/01/2021 à 8:13 :
"Demain ira mieux"

Bon pour une fois, vu le secteur, on peut se contenter des promesses.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :