Armement : l'Italie au nirvana en Egypte, la France aux oubliettes

 |   |  795  mots
Deux frégates de la marine italienne vont changer de main pour finalement accoster en Égypte.
Deux frégates de la marine italienne vont changer de main pour finalement accoster en Égypte. (Crédits : Reuters)
L'Italie va vendre deux frégates FREMM à l’Égypte, autrefois cliente de l'industrie d'armement française. Rome souhaite également vendre de 12 à 24 Typhoon au Caire.

L'erreur majeure de la France en Égypte continue d'exploser à la figure de Paris. Comme prévu, l'Italie va réussir à vendre au Caire deux frégates FREMM, qui était initialement destinées à la marine italienne, pour un montant de 1,2 milliard d'euros. Depuis la visite du 28 janvier 2019 d'Emmanuel Macron en Égypte où il s'était autorisé à donner la leçon sur les droits de l'homme au maréchal Abdel Fattah Sissi chez lui, la France s'est fait complètement sortir du marché de l'armement égyptien au profit notamment de l'Italie et de l'Allemagne. Les nouvelles ventes de Rafale et de corvettes Gowind semblent définitivement enterrées.

La vente de deux FREMM italiennes va se concrétiser alors que l'affaire entre Le Caire et Rome portant sur l'étudiant italien Giulio Regeni, retrouvé mort et atrocement mutilé et torturé, n'a jamais été résolue en dépit des demandes de l'Italie. Quelle ironie du sort pour la France, qui a joué la carte des droits...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 15/06/2020 à 9:22 :
L’Egypte est un pays ultra pauvre ,la solution est de lui donner de l’argent en sous mains pour qu’elle puisse nous acheter des armes ultra sophistiquées et les enfouir ldans le sable du désert ensuite.
a écrit le 14/06/2020 à 13:07 :
Il a " oublié " de faire le meme discours en Dictature Chinoise.
a écrit le 14/06/2020 à 13:04 :
un mal pour un bien?
Les italiens vendent des frégates, ça reste dans le camp européens, et ça évite de faire à nouveau reposer un contrat à l'export sur un financement garanti par l'état.
Il me semble que le contrat Rafale/FREMM était couvert à 50% pour un prêt garanti (en dernier ressort) par l'état. Là, les égyptiens achètent 100% à crédit : Bercy n'aurait jamais passé ça, sans doute à raison.

En plus, si il faut passer par des intermédiaires qu'on ne maîtrise pas vraiment, non merci : il faut oublier ce mode de fonctionnement, qui a conduit à trop de dérives par le passé.
a écrit le 13/06/2020 à 19:46 :
Belle réussite de Fincantieri en tout cas, qui suit la sélection de la FREMM par la marine américaine dans le cadre de l'appel d'offres pour son programme de frégate nouvelle génération, FFG(X), dix frégates au total selon les options - le radar lui sera le même SPY-6 de Raython qui sera installé dans les futurs Arleigh-Burke de troisiéme génération, mais pas mal tout de même pour des Européens.

La décision de l'Égypte de choisir une conception d'une qualité reconnue n'est donc peut-être donc pas seulement prise sur des critéres politiques.
a écrit le 13/06/2020 à 17:23 :
Mais où trouvent ils ce pognon de dingue, ces dictateurs pour se fournir en matériels militaires ultra sophistiqués auprès de différents fournisseurs, au risque d'une incompatibilité totale entre systèmes d'armes et surtout les entretenir pour les maintenir en conditions opérationnelles , tt en devant supporter la polyvalence ou la formation spécifique aux marins, aviateurs, hommes de troupe, personnels d'assistance à terre... ???
On se souvient du coup de gueule du ministère des armées françaises sur la disponibilité catastrophique des hélico issus pourtant du même fournisseur depuis tjrs. Si en France, rare pays qui a un siège permanent au conseil de sécurité de l'ONU, notre armée se trouve confronté à un tel scandale, quelle doit être alors la réalité d'une armée du pays émergent lambda faisant appel à de multiples fournisseurs ??
Encore que le cousin Fincantieri associé ( soi disant) à son alter ego militaire Naval Group, est capable de reprendre ss trop de difficulté le flambeau de la maintenance des navires livrés par ce dernier.
Mais si Sissi cde des Tornado, systèmes aussi sophistiqués que le Rafale, mais totalement incompatibles sauf peut-être sur qcqs vecteurs communs, il est obligé de faire exploser les budgets militaires.
Il est vrai qu'un dictateur, digne représentant autoproclamé de son peuple, n'a pas à dder son accord et trouve tjrs les moyens de ses ambitions puisqu'il n'y a pas de contre pouvoir et que le développement des masses laborieuses n'est pas sa priorité.
Et si ça se trouve, son armée est peut-être mieux entretenue que celle de la France.
Réponse de le 14/06/2020 à 9:06 :
Les Tornados ne sont plus fabriqués. L’argent est celui de l’Arabie Saoudite. Les Saoudiens n’ont rien de fiable militairement chez eux. Ils paient des Égyptiens ou des Pakistanais pour leurs défense ou leurs opérations militaires. Égyptiens et Pakistanais ont des hommes courageux mais pas d’argent. D’où vient le fric? De votre plein d’essence.
a écrit le 13/06/2020 à 16:50 :
C'est juste une extension de ce qui se passe dans tous les secteurs de l'industrie au secteur militaire.
L'industrie va bcp mieux en Italie qu'en France depuis longtemps et les italiens sont parmi les plus riches d'Europe (seul l'état est plein de dettes, mais qui sont enormement inferieures aux richesses des familles) mais notre président soutient un plan de relance "européen" dont le resultat net sera de transferer 40 milliards d'euros de la France à l'Italie pour qu'elle puisse investir et devenir encore plus competitive.
Quand pour se pavoiser on joue au Robin des bois au contraire et on le fait contre son propre pays...
a écrit le 13/06/2020 à 16:48 :
Donc c'est une erreur de défendre les droits de l'homme, c'est une erreur de ne pas vendre d'armes au président-maréchal Sissi qui soutien en Libye le maréchal Haftar. Je suis toujours effondré que le commerce des armes soit traité comme le commerce des métros ou d'autres biens de consommation. L'Egypte a bien d'autres besoins plus prioritaires à satisfaire. Santé, éducation, logement, télécommunications, lute contre la corruption que les marchés d'armement trop souvent entretiennent. Il y a beaucoup d'information de qualité dans votre journal c'est pourquoi j'y suis abonné, mais nous n'avons décidément pas les mêmes valeurs.
Réponse de le 14/06/2020 à 9:12 :
C’est du blabla les droits de l’homme. La France n’a jamais été intransigeante sur les valeurs, c’est juste une blague. Sinon certains président élus à 99% des suffrages auraient sautés depuis longtemps. Macron s’est fait piéger par une bande d’abrutis écervelés. Les ouvriers de Saint-Nazaire n’ont pas de travail. Quelques bobos droit de l’homistes seront satisfaits assis dans un bon canapé. Voilà des éléments tangibles.
On a largement plus tué au nom de l’ordre des droits de l’homme qu’au nom de n’importe quelle religion. Pas une gloire.
a écrit le 13/06/2020 à 15:48 :
Ah ces élites énarques francaises...
Il va quand falloir faire un jour faire le bilan de tous ces énarques sur les 40 dernières années... Pitoyable...
a écrit le 13/06/2020 à 12:27 :
La reponse imediate doit etre tous les egyptiens en France revenir en Egypte en 24 heures.
a écrit le 13/06/2020 à 11:05 :
Macron a dit probablement quelque chose qu'il ne fallait pas au Marechal Sissi et dans cette partie du globe, il ne faut jamais leur parler des droits de l'homme à ces dirigeants. Dommage, car la France avait un client fidèle et solvable (Merci l'arabie saoudite pour le paiement) qui a fait tourner notre industrie d'armement. Tant pis, mais ne pas oublier que l'egypte a été un excellent client et qu'il a lancé la carrière commerciale du Rafale. Bref, passons à autre chose et que la France se concentre sur d'autre prospect et surtout ne pas refaire cette erreur de donneur de leçon qui n'apporte rien économiquement à la France
a écrit le 13/06/2020 à 9:19 :
Mal réveillé, Italie, opposant d'Haftar et le plus fervent défenseur de Fayez al-Sarraj.
a écrit le 13/06/2020 à 9:15 :
Bourde énorme de Macron, mais aussi peut-être stratégie pour peser sur le dossier libyen, ou l'Italie est le plus fervent défenseur d'Haftar, depuis le début du conflit?
Réponse de le 13/06/2020 à 10:36 :
Pour Haftar... C'est plutôt l'inverse, les Italiens supportent le camp d'en face...le GNA. Cela amène encore un peu plus de confusion à cette guerre Libyenne et au Gaz Chypriote, c'est un jolie méli-mélo ou les alliances s’entremêlent.
Réponse de le 13/06/2020 à 15:12 :
@Patsou
Oui, tout à fait, j'avais corrigé immédiatement mais ce n'est pas passé.
Et c'est évidement un gros sac de nœuds !
Réponse de le 13/06/2020 à 17:01 :
La France défend aussi Haftar, c'est l’Allemagne qui soutient le GNA avec les américains la Turquie et l’Arabie Saoudite.
La France sous Hollande avait une relation au beau fixe avec l’Égypte de Sissi qui est comme Haftar rempart aux frères musulmans (peut-être la seule bonne décision d'Hollande).
Macron n'a pas pu s’empêcher de faire la leçon aux égyptiens en plein mouvement des gilets jaunes, ce qui fit rire très jaune outre-méditerranée d'où une remise en question de contrats à plusieurs milliards d'euros.
Réponse de le 13/06/2020 à 17:55 :
Tout à fait l'aieul

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :