Bataille navale entre Naval Group et Fincantieri en Arabie Saoudite

 |   |  219  mots
En dépit de leur rapprochement, le meilleur concurrent de Naval Group sur les marchés export n'est autre que son partenaire... Fincantieri.
En dépit de leur rapprochement, le meilleur concurrent de Naval Group sur les marchés export n'est autre que son partenaire... Fincantieri. (Crédits : Naval Group)
Fincantieri a proposé deux frégates FREMM à l'Arabie Saoudite. Cette offre serait combinée avec la vente de trois corvettes de Navantia. Une alternative à l'offre de corvettes Gowind de Naval Group à la marine saoudienne pour équiper la flotte de l'Ouest.

Décidément le meilleur concurrent de Naval Group sur les marchés export n'est autre que son partenaire... Fincantieri. Et ce au moment où on évoque à Paris l'importance de la loyauté entre les deux industriels au sein de la société commune. Après son double jeu au Brésil et en Roumanie, le chantier naval italien, certes à la demande de la marine saoudienne, a proposé en juin à l'Arabie Saoudite la vente de deux frégates FREMM dans le cadre d'une offre conjointe avec l'espagnol Navantia, qui a quant à lui soumis une offre portant sur trois corvettes Avante supplémentaires, selon des sources concordantes. Soit une alternative à l'offre de corvettes Gowind de Naval Group à la marine saoudienne pour équiper la flotte de l'Ouest, autrefois "monopole" des industriels français.

Début 2019, la société publique saoudienne Saudi Arabia Military Industries (SAMI) et Naval Group avaient signé un protocole d'accord en vue de créer une entreprise commune, qui produirait et développerait en Arabie saoudite des systèmes navals. Une procédure "obligatoire" pour toutes les sociétés étrangères - hors Etats-Unis -, qui souhaitent vendre du matériel militaire à l'Arabie Saoudite. Signer un tel accord ne donne pas pour autant des garanties sur des futurs contrats mais ne pas le faire élimine à coup sûr.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/10/2019 à 23:07 :
Navantia étant à l'agonie, Sa Majesté Juan Carlos a dû faire jouer à plein son carnet d'adresses (et peut-être le levier de quelques secrets -c'est un Bourbon-), et voilà le résultat. Les saoudiens ont intérêt à avoir le plus de chantiers possibles à leur botte, donc….
a écrit le 09/10/2019 à 21:49 :
Il est urgent ! de ne plus vendre de matériel militaire à ces bouchers....
a écrit le 09/10/2019 à 19:03 :
Et cela sera toujours comme cela...
L etat francais a voulu imposer ses conditions sur le controle et le pourcentage donné à fincantieri.
Les italiens ne se sentent donc pas obligés de devoir perdre des marchés ou de se faire avoir.
Cela finira comme chez nissan
a écrit le 09/10/2019 à 9:31 :
Raison de plus de ne pas laisser Alstom à l'italien.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :