Budget : pas de rallonge pour la défense en 2015 ?

 |   |  1005  mots
Le ministère de la Défense a les moyens de faire face en 2015 à des dépenses supplémentaires, sans rallonge budgétaire, a expliqué le ministre des Finances Michel Sapin
Le ministère de la Défense a "les moyens de faire face en 2015 à des dépenses supplémentaires", sans rallonge budgétaire, a expliqué le ministre des Finances Michel Sapin (Crédits : reuters.com)
En dépit des dépenses supplémentaires décidées par le président de la République, notamment l'opération Sentinelle qui va va coûter entre 240 et 250 millions d'euros en 2015, le ministère de la Défense n'aura pas de rallonge budgétaire, a expliqué le ministre des Finances, Michel Sapin. Ce qui est un coup de canif à l'esprit de la loi de programmation militaire.

Quand l'armée mobilise plus de 10.000 soldats en seulement trois jours pour protéger la population française après les attentats de janvier (opération Sentinelle dans le cadre de Vigipirate), tout le monde applaudit, y compris le ministre des Finances. Mais quand l'armée présente la facture (1 million d'euros par jour), Michel Sapin ne se mobilise pas et explique que le ministère de la Défense a "les moyens de faire face en 2015 à des dépenses supplémentaires", a-t-il expliqué ce mercredi à l'Assemblée nationale. Pas question donc pour Bercy d'octroyer une rallonge budgétaire et de préciser que "s'il y a des dépenses supplémentaires en 2015, elles pourront être gagées par des économies".

"Le ministère de la Défense a les moyens de faire face en 2015 à des dépenses supplémentaires, qui ont été annoncées depuis le 1er janvier, je pense en particulier à la nécessité de maintenir à un haut niveau la mobilisation de nos armées. Ce qu'elles font dans des conditions exceptionnelles pour la protection de notre territoire indépendamment de ce qui concerne les interventions extérieures. Donc de ce point de vue, s'il y a des dépenses supplémentaires en 2015, elles pourront être gagées par des économies".

Opération Sentinelle : un surcoût entre 240 et 250 millions en 2015

Par ailleurs, la moindre déflation des effectifs ne sera pas financé non plus par des crédits budgétaires supplémentaires, a donc laissé entendre Michel Sapin. Ce qui pourrait compliquer terriblement la gestion du programme 146 (Équipement des forces), qui sera essentiellement touché par des baisses de crédits. Car le ministre de la Défense devra couper dans ces crédits pour faire face à l'envol des crédits de fonctionnement liée aux surcoûts des opérations intérieures (OPINT) décidées par le président et validée par le gouvernement. Bref, les nouvelles missions coûteuses demandées aux armées ont pour conséquence de perdre l'esprit de la loi de programmation militaire (LPM) votée il y a à peine un peu plus d'un an.

Une position qui n'est pas celle du ministère de la Défense. L'Hôtel de Brienne travaille actuellement sur une évaluation précise des surcoûts en 2015 des OPINT, des opérations extérieures (OPEX) et d'une moindre déflation des effectifs. Selon nos informations, le surcoût de l'opération Sentinelle devrait s'élever autour de 240-250 millions d'euros tandis que celui des OPEX devrait à nouveau dépasser le milliard. Tout comme le surcoût de la moindre déflation des effectifs, celui des OPEX n'est pas encore tout à fait stabilisé. En tout état de cause, le ministère de la Défense est prêt à avoir une discussion franche avec Bercy. Car pour lui, il n'est pas question de financer l'ensemble de ces surcoûts par des économies.

Les opérations extérieures financées par les crédits gelés

En revanche Michel Sapin a promis de faire payer la part des surcoûts des OPEX, qui n'a pas été provisionnée par le ministère de la Défense dans son budget (450 millions d'euros en 2015) par un financement interministériel comme les années précédentes. Mais comme le rappelle régulièrement la Cour des comptes, l'hôtel de Brienne finance toutefois 20% du dépassement OPEX dans le cadre de la solidarité interministérielle. D'ailleurs, Michel Sapin souhaite "rehausser le niveau" de cette provision.

"S'il y a des dépenses supérieures en termes d'OPEX, elles feront l'objet cette année comme l'année dernière d'un financement, principalement par la mise en œuvre (décret d'avance) de crédits gelés de l'ensemble des ministères. On le fait tous les ans. Et évidemment, il en sera de même cette année. On ne sait pas exactement où sera le niveau de ces dépenses mais nous y ferons face exactement de la même manière".

Les sociétés de projet, une proposition parmi d'autres

Bercy ne désarme jamais. En dépit d'un arbitrage du président de la République, le ministre des Finances a remis à nouveau en cause mercredi la solution des sociétés de projet préconisée par le ministère de la Défense pour financer la majeure partie des ressources exceptionnelles (REX) en 2015 (2,2 milliards d'euros sur un total de 2,3 milliards). "Une des propositions qui a été faite et qui peut être une solution, ce sont les sociétés de projets, a-t-il précisé aux députés de la commission des Finances. Il peut y avoir d'autres solutions pour répondre aux mêmes préoccupations et de la même manière. Il y a d'autres solutions. Il n'est pas interdit d'y réfléchir".

Toutefois, Michel Sapin estime qu'il est toujours possible que ces REX soient financées par la vente des vente des fréquences hertziennes comme il était prévu initialement. Ou il fait "semblant d'y croire pour gagner du temps et donner le moins possible aux armées", comme le pense un député. Bref, le ministère de la Défense joue gros sur ce dossier vital pour la bonne exécution de la LPM.

"Il y a dans le financement du budget de la défense (31,4 milliards d'euros), 2,2 milliards qui sont dues aux recettes de la vente d'une fréquence hertzienne. Toucherons-nous cette année ces 2,2 milliards? Moi je fais tout pour que nous les touchions dès cette année. La deuxième interrogation légitime est de ne pas savoir si ces 2,2 milliards seront touchés en 2015. Je le comprends tout à fait cela. Donc il faut présenter à nos armées des schémas qui permettent de faire face à l'absence éventuelle de ces 2,2 milliards pour qu'elle puisse faire face - ce qui est parfaitement légitime - aux commandes, qu'elle a elle-même souhaité programmer avec les grands industriels de l'armement".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 20/03/2015 à 7:27 :
les militaires devraient invoquer ' le droit de retrait' et se mettre en greve comme de vulgaires cgtistes
Réponse de le 22/03/2015 à 15:11 :
Ils arrivent à nous imposer des stages qui nous servent à rien sans qu'on ne puisse ne pas y aller... Alors la grève pour nous ça s'appelle désertion... Certain font leur demande de mise à la retraite et on leur refuse alors que croyez vous qu'on ait comme droit?
a écrit le 19/03/2015 à 21:17 :
La défense reste un poste très élevé en France (seul UK a un ratio supérieur au nôtre en Europe). A un moment donné il faut que les français payent les services dont ils bénéficient : il ne s'agit pas ici d'impôt mais de redevance. Le budget de la défense, de la police et de la justice doivent être directement financés par une combinaison d'un abonnement par personne, d'une TVA sur les produits et d'une flat tax sur le patrimoine. abonnement pour la protection de la personne (comme l'assurance maladie, ça se traduira par une CSG si on souhaite que le clochard puisse s'acheter ce service comme le milliardaire...mais c'est un autre débat), TVA sur les produits (non comptabilisés dans le patrimoine) et flat tax sur le patrimoine pour la protection des biens. Si on veut augmenter les moyens sécuritaires, il faut augmenter ces prélèvements c'est tout. Et il faut faire de même pour tous les services publics et ainsi reconstruire les budgets publics à base zéro en asservissant les dépenses aux recettes : on pourra ainsi comparer leurs tarifs dans l'OCDE et vérifier la compétitivité des opérateurs
Réponse de le 20/03/2015 à 3:28 :
La question numéro un, c'est pourquoi autant de dépenses dans l'armée ? Peut on encore continuer cette politique en Afrique et en avons nous les moyens ?
a écrit le 19/03/2015 à 17:48 :
Les risques sont de plus en plus grands et dispersés. La France a réduit de moitié depuis 1980 son effort d'équipement et de Défense en % du P.I.B. Il faut y revenir et le doubler sur cinq ans. Ne parlons surtout pas de Défense Européenne : QUI ? déciderait de l'emploi des forces et de tel ou tel équipement : les 28 ! et en Combien de jours et de semaines ou de mois. De toutes les Façons en Europe aucun Pays ne veut de Défense : elles sont liquidées partout, L'allemagne par ex, a pour habitude d'annnuler commandes et options, dans toutes ses commandes en Equipement, le risque augmentant. Aucun Pays Européen Ne veut de Diplomatie, et préfère que U.S.A et Nouvelle Dictature Soviétique, et Chine, et Iran, et Syrie, et "état islamique" nous soumettent la leur. La France est une Grande Puissance Diplomatique, dont la voix et l'influence portent dans le monde entier. Sans sa Diplomatie, le monde irait de toute évidence beaucoup plus mal. Elle est l'une des Cinq Puissances, à etre Membre Permanent du Conseil de Sécurité de l'O.N.U. Doubler en cinq ans le Budget de La Défense : c'est sain pour TOUTE l'économie Française : la Croissance, l'Emploi, l'Investissement, la Recherche (la plupart de nos utilisations civiles quotidiennes, émane de la recherche des industriels de l'Armement) La France PRODUIT TOUS SES équipements. Le Pays aux dépenses publiques les plus élevées du monde, peut sur 2400 milliards de dépenses publique annuelles, trouver un Budget de La Défense à la hauteur 50 milliards d'euros de plus par an, progressivement sur cinq ans . La Formation professionnelle à refonder : 32 milliards d'euros, gaspillés et relevant de trafics occultes, de l'avis Unanime de Tous, des milliers d'agences d'état inutiles, répertoriés et connues de toute la presse, et de la Cour des Comptes. Le Budget de l'Education Nationale et tous ses gaspills pour des résultats toujours plus médiocres (un enfant de l'école privée sous contrat avec l'état, qui accueille TOUS en se mettant à la portée financière des plus défavorisées coute moitié moins, qu'un enfant de l'école publique, pour de bien meilleurs résultats, et un suivi individualisé des plus défavorisés), et les millions de gabegies connues.Certes il faut passer de 577 députés, à 349, et le nombre de Sénateurs QUI SONT INDISPENSABLES, par leur approche de fond et non politicienne des dossiers des Français, dont 63% des propositions sont retenues, de 349 à 211, celà est indispensable mais relèves de miettes en Economie : d'une dizaine de millions d'euros, et non de Milliards comme on le croit toujours. Urgence immédiate : Que Les Fonctionnaires ne soient pas rémunérés au premier jour d' arret "maladie" mais au quatrième comme tous ! que leur retraite dépendent du Régime Général Sécu pour les nouveaux embauchés, auquel leur Employeur Public Etat et Collectivités, paiera les cotisations. Leur régime favorisé coute chaque année 13 milliards d'Euros de plus à l'Etat qui paie les pensions. Ils ne doivent plus pour les nouveaux embauchés partir sur la base de leur dernier semestre de traitement, mais comme tous sur la base des "25 moins mauvaises années de cotisations", les Spéciaux et théoriquements "autonomes" sont Subventionnés par le Régime Général de Retraite à hauteur de 8 milliards d'euros par an. Sans ces privilèges en matière de Retraite, les Actifs et Retraité de la Retraite Sécu ne seraient pas saignés, et le Régime Excédentaire !!! Et L'on préfère Absolument les Privilèges (1789 est bafoué, la devise de La République, et ses Fondamentaux sont bafoués) et l'on préfère des Séniors au chomage puis fin de droit et Misère de 50 à 67 ans.POUR REVENIR A LA DEFENSE, Monsieur Jean-Yves Le Drian, est le plus Grand et Meilleur Ministre De La Défense depuis Pierre Messmer (9 ans), sous Charles De Gaulle et Georges Pompidou.
Réponse de le 19/03/2015 à 18:02 :
Que les militaires "obéissent" en ne défilant pas à Paris le prochain 14 juillet. Juste une vieille P4 avec le chef d'état major apportant au président la facture économisé en ne défilant nul par en France. Quand à l'hommage, que tous les militaires les fassent sur leurs lieu de travail et pas dans les villes et villages! Mais bon faudrait des généraux qui décident ça! D’ailleurs où sont les démissions des trois qui les avaient promise l'année dernière?
a écrit le 19/03/2015 à 12:03 :
Pour faire des économies, il suffit de réduire les effectifs de gendarmerie des petites communes de campagne qui ont perdu des habitants mais à effectif de gendarmerie constants... Et je peux vous garantir qu'ils sont largement sous-utilisés .... ex:à Bar-sur-Aube, à Argenton-sur -Creuse (ville de M. Sapin)....
Réponse de le 19/03/2015 à 16:28 :
Et qui va s'occuper des bonnets rouges et des routiers et paysans en colère ? Toi peut etre ? Ne viens pas te plaindre après quand y aura des batiments saccagés, des routes bouchées etc.
a écrit le 19/03/2015 à 11:59 :
France : y a t il un pilote dans l'avion ? Qui, de Hollande, Valls, ou ses ministres, décide de la politique du pays ??
... malheureusement je n'ai pas la réponse, et je ne suis pas sur qu'au gouvernement, quelqu'un l'ai !!!
a écrit le 19/03/2015 à 9:46 :
ce sera soit la rallonge, soit les SPV, il va falloir choisir messieurs!
a écrit le 19/03/2015 à 9:13 :
Typique des socialistes : on dépense mais on ne sait pas financer !!!
Si on ne réduit pas les dépenses tout en déclarant vouloir faire baisser l'endettement, il ne reste qu'un curseur : les impôts qui augmentent !!!
a écrit le 19/03/2015 à 7:25 :
en attendant l Allemagne va accroître son budget de 1.2 Milliard! C est ca quand on fait des économies d abord pour être financièrement sain. Ensuite on récolte les fruits et le résultat est l augmentation de la puissance, de l influence et du rayonnement! A vous maintenant les détracteurs de l Allemagne! Je propose de commencer par les problèmes démographiques et ensuite peut être les bidonvilles.
Réponse de le 19/03/2015 à 11:12 :
Pour commencer, je propose une participation au financement des OPEX françaises!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :