Constellation O3b (SES) : nouveau succès de Soyuz à Kourou

 |   |  640  mots
Avec ce quatrième lancement réalisé pour O3b depuis 2013, l'intégralité des 16 satellites de la constellation O3b ont été mis en orbite par Arianespace
Avec ce quatrième lancement réalisé pour O3b depuis 2013, l'intégralité des 16 satellites de la constellation O3b ont été mis en orbite par Arianespace (Crédits : SES)
Arianespace a lancé avec succès quatre satellites supplémentaires O3b de la constellation opérée par SES Networks.

Après le couac du premier vol de l'année avec Ariane 5, Arianespace a repris le chemin du succès. La société de services de lancement européenne a lancé ce vendredi depuis le Centre Spatial Guyanais (CSG), quatre satellites supplémentaires O3b de la constellation opérée par SES Networks. Premier tir de l'année avec un lanceur Soyuz, le vol VS18 signe également la seconde mission au service de l'opérateur de satellites luxembourgeois SES en 2018.

"Arianespace est fière de servir pour la seconde fois en 2018 les ambitions de son client de longue date SES, a expliqué Stéphane Israël, PDG d'Arianespace, cité dans le communiqué. Nous sommes honorés de la confiance renouvelée de SES, pour qui nous avons mis 57 satellites en orbite depuis 1988, dont l'intégralité des satellites de la constellation O3b".

Avec ce quatrième lancement réalisé pour O3b depuis 2013, l'intégralité des 16 satellites de la constellation O3b ont été mis en orbite par Arianespace. En 2019, la société européenne mettra quatre nouveaux satellites en orbite terrestre moyenne pour le compte de la constellation O3b.

Nouvelles capacités pour SES Networks

Avec cette mise en orbite réussie de quatre satellites O3b supplémentaires (700 kilos chacun), SES gagne 38% de capacités supplémentaires à travers le monde et étend son marché potentiel aux latitudes situées entre les 45e et 50e degrés nord et sud. "Ces capacités supplémentaires permettront à SES Networks de répondre à la consommation croissante de bande passante dans les secteurs des télécommunications, du cloud, du transport maritime, de l'énergie et des administrations publiques", a expliqué SES dans un communiqué. Opérant en bande Ka, les quatre satellites O3b MEO de ce lancement rejoindront la constellation O3b actuellement en orbite pour fournir une connectivité à faible latence, comparable à celle de la fibre optique, sur les marchés en plein essor des données fixes et mobiles.

"La demande en bande passante et en réseaux à haute performance ne cesse de croître, et en tant qu'unique système à large bande non géostationnaire éprouvé, nous avons besoin de ces nouveaux satellites afin de répondre à la demande pour un large éventail de segments de marchés et d'applications, a expliqué le PDG de SES Networks et PDG désigné de SES, Steve Collar. Que ce soit pour connecter des communautés mal desservies, changer de manière significative des vies grâce à un meilleur accès au haut débit, ou pour fournir des services de réseaux par satellite à la pointe de la technologie aux navires, avions et plateformes gouvernementales, notre flotte O3b offre une performance unique et différenciée et aide nos clients à développer leur activité.»

Arianespace bien positionnée sur le marché des constellations

Avec sa famille de lanceurs actuelle (Ariane 5, Soyuz et Vega) et future (Ariane 6 et Vega C), Arianespace estime être "particulièrement bien positionnée sur le marché en croissance des constellations de satellites - qu'il s'agisse de navigation, télécommunications ou d'observation de la Terre - tant pour le déploiement initial de ces systèmes que pour le remplacement en orbite des satellites défaillants".

Dès 2020, Ariane 6 bénéficiera de trois atouts majeurs au service des constellations : une capacité d'emport augmentée, un moteur Vinci réallumable et un APU (Auxiliary Power Unit) permettant la séparation séquentielle des satellites afin de prévenir les risques de collision. Enfin, pour répondre aux besoins spécifiques des constellations de petits satellites (0-400kg), principalement dédiées à l'observation de la Terre, deux systèmes de lancements multiples pour Ariane 6 et Vega C sont en cours de développement avec l'Agence Spatiale Européenne (ESA) et la Commission européenne.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 10/03/2018 à 18:04 :
Dommage également de ne pas préciser que ces 4 satellites (comme les 12 premiers) ont été fabriqués par Thales Alenia Space, dont beaucoup d'éléments sur les sites français de Cannes et Toulouse !

https://www.thalesgroup.com/fr/monde/espace/news/4-satellites-o3b-sur-les-starting-blocks
a écrit le 10/03/2018 à 13:28 :
Superbe article, qui arrive à nous faire la promo d'Ariane alors que c'est un Soyuz qui a fait le travail !
Une fusée RUSSE - ça aussi, ça leur ferait mal au clavier de l'écrire...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :