Défense : l'Allemagne minimise ses divergences avec la France

En dépit des difficultés et des divergences dans la défense (coopérations, bouclier antimissile et exportations d'armements), Berlin estime que les positions sur certains dossiers entre l'Allemagne et la France se rapprochent (SCAF et exportations).
Michel Cabirol
A Paris et à Berlin, il existerait une « détermination absolue » de réussir le programme SCAF (Système de combat aérien du futur)
A Paris et à Berlin, il existerait une « détermination absolue » de réussir le programme SCAF (Système de combat aérien du futur) (Crédits : Dassault Aviation / Eridia Studio / V. Almansa)

L'Allemagne et la France vont-elles réussir à surmonter leurs différences, voire leurs incompréhensions actuelles dans le domaine de la défense ? Car les désaccords entre Paris et Berlin sont nombreux dans un domaine qui touche le cœur de la souveraineté des deux pays (programmes en coopération, bouclier antimissile, exportations de systèmes d'armes...). En Allemagne, on minimise toutes ces difficultés en rappelant que « les cultures politiques sont très différentes » entre Paris et Berlin et que « l'histoire et la géographie » des deux pays les éloignent a priori l'un de l'autre. Mais le couple franco-allemand reste clé pour l'Allemagne et le chancelier allemand Olaf Scholz, souligne-t-on avec force en Allemagne. Pour la France aussi. Paris « doit approfondir sa relation » avec l'Allemagne « afin de continuer à construire l'Europe de la défense au regard des ambitions allemandes récemment exprimées », a affirmé la Revue nationale stratégique (RNS), qui sera présentée le 9 novembre à Toulon par Emmanuel Macron.

« Ce qui est unique dans ce couple franco-allemand, c'est que nous avons, la France et l'Allemagne, la détermination absolue de trouver un accord, de parvenir à des positions communes ou au moins d'avoir des approches très bien coordonnées », affirme-t-on à Berlin. Un couple renforcé par la bonne entente entre Emmanuel Macron et Olaf Scholz, qui a cherché très rapidement à prendre contact une fois nommé chancelier avec le président français. « Il y a non seulement une coopération très professionnelle (entre les deux hommes, ndlr), mais il y a aussi une entente personnelle qui est très positive et forte », assure-t-on en Allemagne.

Bouclier antimissile : un « non-conflit » avec la France

Le bouclier antimissile allemand (European Skyshield Initiative), dont l'idée a été lancée fin août par le chancelier Scholz à Prague, a crispé ces dernières semaines les relations entre la France et l'Allemagne. C'est un « non-conflit », estime-t-on par ailleurs en Allemagne. Pourquoi ? Parce que les deux pays ont une géographie différente. En outre, Berlin a longtemps négligé les nouvelles armes de Moscou, y compris dans des versions nucléaires, que les militaires russes ont stocké dans l'enclave militarisée de Kaliningrad située dans le Nord-est de l'Europe. Et n'a donc actuellement aucune défense sol-air crédible pour contrer ces nouvelles armes redoutables.

« Nous devons très rapidement combler cette lacune spécifique » pour faire face à cette menace à partir de cette enclave « spécifique », fait-on observer en Allemagne. Ce retour brutal à la réalité a été provoqué par l'invasion de l'Ukraine par la Russie. Berlin a réussi à entraîner la Belgique, la Bulgarie, la République tchèque, l'Estonie, la Finlande, la Norvège, la Lituanie, la Lettonie, la Roumanie, la Slovaquie, la Slovénie et les Pays-Bas pour lancer un projet d'achat commun d'un système existant. Résultat, ils veulent s'offrir le système israélien Arrow 3, conçu avec l'aide des Etats-Unis et de l'Inde et fabriqué par IAI. « Une fois cela expliqué, il n'y a pas sur ce dossier de volonté de snober la France, qui a une autre stratégie face à ce genre de menaces », souligne-t-on en Allemagne. Toutefois, Washington bloquerait pour le moment cette vente et pousserait le système THAAD (Terminal High Altitude Area Defense), 100% « Made in USA ».

Ventes d'armes : un alignement de Berlin sur Paris

L'Allemagne souhaite « imposer » au sein de l'Union européenne une politique commune sur les exportations d'armements, qui serait restrictive avec les pays qui sont hors UE et hors OTAN. Mais Berlin ne fait pas d'illusion sur les chances à court terme d'imposer à la France une politique d'harmonisation des exportations d'armes, qui rognerait un grand pan de sa souveraineté et de sa politique étrangère. Dans la RNS, la France assure qu'elle « doit continuer à soutenir les projets d'acquisition d'équipements de défense et de sécurité » dans le Golfe arabo-persique. On en revient à nouveau à la différence de culture politique entre Paris et Berlin, où les exportations d'armes sont un sujet extrêmement sensible en Allemagne en général, et plus particulièrement au sein de la coalition au pouvoir (SPD, Verts et FDP).

A quelques exceptions près, les Verts allemands exigent l'arrêt des ventes d'armes vers le grand export. En septembre, la ministre de la Défense allemande Christine Lambrecht (SPD) avait pourtant été claire dans son discours sur la stratégie de sécurité nationale de l'Allemagne : « Avec nos réserves morales, nous nous plaçons au-dessus de nos partenaires européens. Mais que signifient même les valeurs européennes si nous disons à nos partenaires que leur moralité n'est pas assez bonne ? ». Résultat, Berlin va se montrer plus flexible sur des projets en coopération avec la France mais aussi avec d'autres partenaires. Mais à plus long terme, il est probable que l'Allemagne ne lâchera pas. Car avoir un règlement européen sur ses principes « serait idéal », estime-t-on en Allemagne.

Optimisme pour le SCAF mais...

En dépit d'un processus douloureux et compliqué, Berlin reste optimiste sur la poursuite du plus emblématique programme de coopération entre la France et l'Allemagne (rejoints par l'Espagne), le Système de combat aérien du futur (SCAF). Il existerait une « détermination absolue » de Paris et de Berlin de réussir ce programme, assure-t-on en Allemagne. Pour réussir, deux cultures industrielles éloignées l'une de l'autre doivent se rapprocher. « Faire fusionner des cultures d'entreprise entre Airbus, une entreprise qui est déjà habituée à faire des coopérations internationales d'un côté, et Dassault qui est un champion national, d'un autre côté, il est évident que ça ne va pas sans difficulté », explique-t-on en Allemagne. Pour autant, le Bundestag, très à l'écoute de ses industriels, aura le dernier mot. Lui et lui seul en Allemagne envers et contre tous.

Michel Cabirol

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 33
à écrit le 04/11/2022 à 9:20
Signaler
Scholz veut jouer uniquement pour son compte, pas de de soucis, interdiction du gazoduc entre l'Espagne et l’Allemagne. Ne pas leurs donner du gaz. Pour l'électricité, nos centrales nucléaires vont bientôt fonctionner à 100 % . Donc nous serons ...

à écrit le 03/11/2022 à 9:04
Signaler
Mais enfin l'Allemagne n'est plus un état souverain depuis longtemps , elle a confié sa défense aux américains depuis 45 , en échange de cadeaux économique juteux , et soudainement elle se jetterait dans les bras de la France , pays concurrent ......

à écrit le 02/11/2022 à 17:57
Signaler
C'est profondément révoltant : une telle mauvaise foi, un tel cynisme, une telle insolence renvoie aux heures les plus ombres de l'orgueil allemand. Détaillons : pour le SCAF, l'Allemagne manipule "Airbus Allemagne", une société soi-disant euro-alle...

le 03/11/2022 à 7:25
Signaler
La France n'a que ce qu'elle mérite ! Elle poursuit sa longue tradition de collaboration avec les Allemands... Qui s'assemble se ressemble ! C'est depuis l'empire Romain, soit environ 1500 années, qu'on essai sans succès de construire une Europe. Ils...

le 03/11/2022 à 10:09
Signaler
@Pense Libre: Détaillons :....... une société soi-disant euro-allemande, mais en réalité totalement dans la main de Berlin, et "Airbus Espagne", une société soi-disant euro-espagnole, mais en réalité totalement dans la main de Berlin...... Toute fac...

à écrit le 02/11/2022 à 10:53
Signaler
C'est un comble, l'Allemagne sous-développée militairement veut imposer son industrie militaire aux dépends de nos industriels français : PAR AILLEURS l'allemagne continue d'importer massivement des produits de Russie, et en conséquence l'allemagne p...

à écrit le 01/11/2022 à 23:25
Signaler
Cet article suggere que l'Allemagne tente de minimiser le desaccord franco-allemand. Rien de sert de se voiler la face. Le divorce est consommé. Maintenant il s'agit d'organiser la garde des enfants. Le soi disant couple franco-allemand est , dans mo...

à écrit le 01/11/2022 à 18:21
Signaler
Le futur conflit européen France Allemagne. Les allemands souhaitent une Allemagne conquérante économiquement politiquement et surtout militairement.

à écrit le 01/11/2022 à 14:55
Signaler
Que Trump ou un Trumpiste succède à Biden, il se pourrait qu'il signifie à l'Allemagne et aux Européens, pour votre défense, débrouillez-vous. C'est une hypothèse, mais avec la politique de l'America first tout sera possible.

le 01/11/2022 à 15:59
Signaler
@Icailleurs, Trump avait tenu ce langage au début de son mandat. Mais l’État profond lui a vite expliqué que l'Europe etait un marché formidable et captif pour gaver l'industrie militaire US.

le 02/11/2022 à 16:43
Signaler
Ça sera plus tôt débrouillez vous mais vous ne pourrez acheter que chez nous vu le pressions que on vous mettra

à écrit le 01/11/2022 à 12:05
Signaler
@cisisick Sauf votre respect, ce qui a apporté la paix depuis 45, c'est la dissuasion nucléaire, en aucun cas l'Union Européenne !

le 01/11/2022 à 15:54
Signaler
@Bof, exactement. Ce qu'on nous a vendu depuis 60 ans est en train de s'effondrer: la paix et la prospérité...jouissif !

à écrit le 01/11/2022 à 11:47
Signaler
Mr Scholz a reçu le message de Macron, mais on s’est déjà si souvent fait avoir avec leur processus de décision qu’une hirondelle ne fait pas le printemps. Le chancelier allemand n’est pas l’équivalent d’un institutionnel du président français. Il va...

le 02/11/2022 à 6:56
Signaler
Plus personne n'ecoute votre mico presidium, sa parole est discreditee partout. Ce bonimenteur est discalifie a l'international.

le 02/11/2022 à 18:18
Signaler
@ Lol Qu’est-ce qui vous permet d'affirmer que Macron a eu mon vote? Rien. C’est pathétique.

à écrit le 01/11/2022 à 11:37
Signaler
Si l'Allemagne n'achète pas l'avion Européen alors il n'y a pas d'Europe.

le 02/11/2022 à 16:57
Signaler
Vous avez parfaitement raison. Scholz est une très mauvaise chose pour l’Europe.

à écrit le 01/11/2022 à 11:19
Signaler
La réalité nous dit que la France est un pays industriel mineur, pas du tout comparable à l'Allemagne. Les allemands ne pouvaient pas continuer eternellement à faire semblant que nous sommes sur le même niveau. Même au niveau de l'industrie militaire...

le 01/11/2022 à 12:37
Signaler
D'accord à 100%

le 01/11/2022 à 15:46
Signaler
Exacte, notre pays a sacrifié une grande partie de sont industries depuis les 30 dernier années . ( Mondialisation) Même si ils y a un discours de reindustrillisation dans notre pays tout se qui a était perdu sera difficile à retrouvé... Le savoir ...

à écrit le 01/11/2022 à 10:58
Signaler
Qui pour croire les Allemands ? Le gouvernement de naïfs qui nous dirige? Ceux qui nous font croire que l'Europe dans laquelle nous vivons est la panacée? Ceux qui nous font croire que l'amitié et l'entente franco-allemande est au dessus de tout?...

le 02/11/2022 à 17:00
Signaler
Ce n'est pas de la naïveté, c'est de la bêtise

à écrit le 01/11/2022 à 10:37
Signaler
Bonjour, La France est l'Allemagne ons intérêt à s'entendre... Mais ils est certain que par nécessité l'Allemagne est atlantiste... Car , ils n'y a toujours pas de défense européenne donc aucun moyen d'échapper au chantage américains., Bien sûr ...

à écrit le 01/11/2022 à 10:22
Signaler
L'Allemagne est Atlantiste pour des raisons économiques. Point.

le 02/11/2022 à 1:04
Signaler
Je suis tout à fait d'accord avec vous. Même s'il y aune reconnaissance de l'Allemagne depuis la seconde guerre mondiale envers l'oncle Sam, le fait est que si les Allemands sont atlantistes, c'est surtout parce qu'ils veulent continuer à vendre des ...

à écrit le 01/11/2022 à 9:32
Signaler
Le déni allemand, on le connait, d'ailleurs jamais un petit moustachu barbare et hystérique n'a pris le pouvoir là bas, juré ! Non franchement pour se sauver qu'ils se scindent de nouveau en régions, qu'ils recommencent à zéro, la supercherie alleman...

le 01/11/2022 à 11:15
Signaler
Oui ils sont à fonds Atlantique ils ne sont pas pour une Europe de l armement comme la Pologne les Pays-Bas la Belgique ...tous ceux ont acheté américains !!!

le 02/11/2022 à 9:22
Signaler
L’Allemagne est une imposture sémantique qui ne fait que tirer l'europe et le monde vers le bas. Il faut qu'elles reviennent sous sa véritable et authentique forme afin de repartir sur de bonnes bases, enfin sur des bases déjà... Parce qu’elle s'est ...

à écrit le 01/11/2022 à 9:08
Signaler
Pourquoi faire des robots tueurs au lieu de Citoyen en arme ? C'est toujours une infime minorité qui décide pour une majorité !

à écrit le 01/11/2022 à 8:41
Signaler
Bla bla bla, et ça continue encore et encore... Les allemands nous crachent dessus et il faut encore approfondir la relation avec l'Allemagne selon la Revue nationale stratégique (RNS). A ce niveau là, ce n'est plus de la bêtise ou de l'idéologi...

le 01/11/2022 à 9:59
Signaler
La France a toujours eu besoin de l'Allemagne pour avancer, car elle n'a pas d'autre moyen pour y arriver, de plus, c'est notre meilleur allié...

le 01/11/2022 à 10:06
Signaler
Bonjour, l'union européenne nous a offert la paix depuis sa création, il n'empêche que cela reste un espace ouvert où les états gardent leur souveraineté et joignent leurs ressources pour faire face à des crises comme l attaque ignoble de poutine ou ...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.