Coopérations dans la défense : comment l'Allemagne s'éloigne de la France

Le discours prononcé par Olaf Scholz à Prague ne contribue pas à rapprocher les positions entre l'Allemagne et la France dans le domaine de l'armement. Bien au contraire. Berlin semble vouloir marginaliser Paris dans des domaines cruciaux comme la défense aérienne et surtout en matière d'exportations.
Michel Cabirol
(Crédits : POOL)

Prononcé lundi à Prague, le discours du chancelier allemand est doublement important pour la défense européenne. Important pour ce qu'Olaf Scholz propose mais aussi tout aussi important - sinon plus - sur ce qu'il ne dit pas (volontairement ?). Le chancelier appelle à une rationalisation des acquisitions d'armement en Europe. « Nous avons besoin d'une meilleure synergie en Europe en ce qui concerne nos capacités de défense. Nous devons renforcer notre interopérabilité », a-t-il expliqué à Prague. Pourquoi ? « Par rapport aux États-Unis, il y a beaucoup plus de systèmes d'armes différents dans l'UE. C'est inefficace, car cela signifie que nos troupes doivent s'entraîner sur des systèmes différents. L'entretien et les réparations sont également plus coûteux et difficiles », a-t-il précisé.

Les outils pour mettre en musique cette rationalisation existent déjà comme l'Agence européenne de défense (AED), le Fonds de défense (FED), qui a pris son envol cette année, et surtout l'OCCAr (Organisation conjointe de coopération en matière d'armement) appelé, selon les vœux d'Olaf Scholz à « devenir le noyau d'une Europe de la défense et de l'armement communs ». Mais le chancelier allemand souhaite également aller plus loin dans la coordination de la politique de défense des États membres. « Nous avons besoin d'un Conseil des ministres de la défense » pour développer et mettre en œuvre « une coordination encore plus étroite au niveau européen ». Ce vœu englobe aussi le niveau opérationnel. Ce qui est une vraie évolution de Berlin, qui depuis la guerre en Ukraine fait tomber les tabous.

« L'Allemagne travaillera avec d'autres États membres pour faire en sorte que la force de réaction rapide de l'UE soit prête à être projetée en 2025 - et fournira les troupes nécessaires à son déploiement. Cela nécessitera une structure de commandement et de contrôle claire. Nous devons donc doter la capacité militaire de planification et de conduite de l'UE - et, à moyen terme, un véritable quartier général de l'UE - de tous les moyens financiers, personnels et technologiques nécessaires », a-t-il expliqué.

Exportations : le dessous des cartes

Une fois ces évidences énoncées - ce que demande pourtant la France depuis de très longues années sans aucun écho -, certains axes proposés par Olaf Scholz, ont de quoi hérisser les Français. Logiquement. Car Berlin tente d'imposer certaines réglementations limitant la souveraineté des États membres de l'Union européenne (UE) et s'arroge le leadership de certaines filières où la France possède un savoir-faire et une expertise de très longue date. « Je suis ici (à Prague, ndlr), dans la capitale de la présidence du Conseil de l'Union européenne, pour vous présenter, ainsi qu'à nos amis européens, quelques-unes de mes idées pour l'avenir de notre Union. Ce sont des idées, des propositions, des pistes de réflexion, pas des solutions allemandes toutes faites » a-t-il souligné.

Pour rationaliser la filière européenne de défense, Olaf Scholz demande notamment aux pays membres de l'UE de « revoir toutes nos réglementations nationales, notamment celles qui concernent l'utilisation et l'exportation de systèmes fabriqués en partenariat ». Cette proposition est une arme contre les pays qui exportent en leur âme et conscience des équipements militaires à l'international, dont la France. La proposition d'harmoniser l'exportation d'armement en Europe, une antienne en Allemagne, a encore été rappelée dans le contrat de coalition (SPD, Verts et FPD) présenté en novembre 2021. Elle va d'ailleurs faire l'objet d'une loi allemande, qui sera restrictive et gênera probablement les intérêts français puisqu'elle pourrait remettre en cause l'accord de minimis de 2019 (pas de droit de veto allemand quand la valeur de composants allemands ne dépasse pas les 20%).

Cette nouvelle loi pourrait donc à terme fermer certains marchés aux industriels français, principalement dans les pays du Moyen-Orient, où la France exporte. Et quand on sait que le modèle économique de l'industrie de l'armement française n'est viable que si elle exporte... En revanche, cette loi favorisera les exportations allemandes au sein des pays de l'OTAN, où la France n'a eu jusqu'ici que peu de succès. Et ce que l'Allemagne va mettre en œuvre chez elle, elle souhaite aussi le mettre en place au niveau de l'UE. Ce qui serait une machine de guerre mortelle pour les industriels français. D'autant que ces décisions pourraient être prises à la majorité dans l'UE (et non plus à l'unanimité), comme le préconise Olaf Scholz :

« Je pourrais imaginer, par exemple, d'instaurer le vote à la majorité dans les domaines où il est particulièrement important que nous parlions d'une seule voix. Dans notre politique de sanctions, par exemple, ou sur les questions relatives aux droits de l'homme », a-t-il expliqué.

Défense aérienne : Paris mis sur la touche par Berlin

« Outre la fabrication et l'achat en commun, nos entreprises devront coopérer encore plus étroitement sur les projets d'armement », a souligné Olaf Scholz. Mais là encore, il ne ménage vraiment pas la France quand il évoque des futures coopérations européennes. A commencer dans les systèmes de défense aérienne. « L'Allemagne concevra cette future défense aérienne de manière à ce que nos voisins européens puissent être impliqués si nécessaire - comme les Polonais, les Baltes, les Néerlandais, les Tchèques, les Slovaques ou nos partenaires scandinaves », a-t-il lancé. Curieusement, ni la France, ni l'Italie ne sont mentionnées alors que ces deux pays ont de sérieuses références dans le domaine avec le système SAMP/T, dont le champ d'action est supérieur à 100 km et armé de huit missiles supersoniques Aster 30.

C'est donc sacrément culotté d'avancer un tel argument en expliquant en outre que l'Europe a « beaucoup de retard à rattraper en matière de défense contre les menaces aériennes et spatiales ». Et c'est d'autant plus culotté que l'Allemagne a claqué la porte à MBDA (Allemagne et Italie) et son partenaire américain Lockheed Martin. Les deux industriels proposaient à Berlin le programme le MEADS pour servir de base à un futur système de défense aérienne sol-air allemand : German Taktisches Luftverteidigungssystem (TLVS). In fine, Berlin a choisi un système de défense antimissiles israélien Arrow 3 Iron Dome.

« En Allemagne, nous allons investir de manière très significative dans notre défense aérienne au cours des prochaines années. Toutes ces capacités pourront être déployées dans le cadre de l'OTAN », a-t-il fait valoir à Prague.

C'est enfin encore plus que culotté quand Olaf Scholz estime que « non seulement un système de défense aérienne développé conjointement en Europe serait plus efficace et plus rentable que si chacun d'entre nous construisait ses propres systèmes coûteux et très complexes, mais il constituerait également un gain de sécurité pour l'Europe dans son ensemble et un exemple remarquable de ce que nous entendons par renforcement du pilier européen au sein de l'OTAN ».

Coopérations : quelle exemplarité de l'Allemagne ?

En matière de coopérations européennes, notamment avec la France, l'Allemagne se révèle être un partenaire très... versatile. En dépit des promesses du conseil franco-allemand de Toulouse en juillet 2017, Berlin a renoncé à plusieurs projets lancés en coopération avec Paris (missile MHT, programme de modernisation du Tigre, projet d'un avion de patrouille maritime...). D'ailleurs, Olaf Scholz n'a cité à Prague aucun des programmes lancés en coopération avec la France comme le char du futur (MGCS) ou encore le SCAF (système de combat aérien du futur), programme dans lequel est également monté l'Espagne. Il semble lointain le temps où le chancelier expliquait en février dernier qu'« il est important pour moi (...) que nous construisions la prochaine génération d'avions de combat et de chars d'assaut en collaboration avec des partenaires européens ».

Enfin, l'Allemagne a prévu, grâce à son fonds spécial doté de 100 milliards d'euros, de réarmer la Bundeswehr en achetant des équipements sur étagère, notamment américains très coûteux : 35 F-35 (8,4 milliards de dollars), 60 hélicoptères CH-53 (5,6 milliards d'euros), jusqu'à huit avions de patrouille maritime P-8, modernisation du système antimissiles Patriot. « Les 100 milliards d'euros avec lesquels nous allons moderniser la Bundeswehr en Allemagne dans les années à venir renforceront également la sécurité européenne et transatlantique », a-t-il expliqué. Il est vrai que l'Allemagne ne jure que par l'OTAN : elle "reste le garant de notre sécurité". Soit l'alpha et l'oméga de Berlin et d'Olaf Scholz, qui a oublié volontairement (?) de citer dans son discours la dissuasion nucléaire française. Pour mieux diminuer son rôle de protection de l'Europe alors que l'Allemagne a acheté des F-35 pour continuer la mission nucléaire (bombes B61) de l'OTAN ?

Michel Cabirol

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 55
à écrit le 07/09/2022 à 19:27
Signaler
Bonjour, Bon ils faut bien comprendre que l'Allemagne ne compte pas sur la france pour sa defense immédiate... L'otan et l'oncle sam est le premier choix , mais ils sont réaliste sur le fait que seul une Allemagne puissante leur garantirait une b...

à écrit le 05/09/2022 à 14:21
Signaler
@Normal ; Oui.. Mais France et GB ont répondu à l'aide de la Pologne avec qui il y avait un traité d'aide militaire.

à écrit le 02/09/2022 à 8:28
Signaler
Les Allemands ont des finances publiques saines. Avec 100 milliards à dépenser dans la défense, ils peuvent se permettre des investissements en solo. Ce n'est pas le cas de l'Etat français lourdement endetté par ses dépenses sociales.

à écrit le 02/09/2022 à 1:28
Signaler
quel est en effet l'intérêt de conserver une industrie de défense française ? ... une telle industrie est utile à un état souverain menant une géopolitique indépendante... elle peut servir d'entrainement à un pays industriel ambitieux et innovant... ...

le 02/09/2022 à 3:23
Signaler
Vous êtes dans la provoc Nous sommes le troisième exportateur d'armes au monde et il faut être fier de la reconnaissance de notre savoir faire Quand un secteur industriel fonctionne , il faut s'en féliciter et sur le plan moral, si ce n'est pas nous ...

le 06/09/2022 à 14:21
Signaler
La France ne veut pas gouverner l'Europe, elle veut une Europe plus forte et plus unie, nuance. C'est l'Allemagne qui a toujours voulu gouverner l'Europe alors qu'Hitler a échoué dans son projet. Quant à l'agriculture, le réchauffement climatique va ...

à écrit le 01/09/2022 à 20:21
Signaler
Vive l'Allemagne. Heureusement qu'ils sont là pour tenir la baraque. Les franchouilles n'étant d'aucune utilité si ce n'est dans la grandiloquence et le grotesque.

le 01/09/2022 à 22:47
Signaler
c'est d'ailleurs comme ça qu'ils ont gagné en 1918 et en 1945. Ou pas, d'ailleurs.

à écrit le 01/09/2022 à 20:15
Signaler
L'Allemagne est peut-être l'Oncle SAM de l'UE ? De toute façon, coopérer, collaborer c'est pas possible, il faut un chef, allemand de préférence. C'est qui le moteur de l'UE ? L'Allemagne. CQFD. (on leur vendra du gaz s'ils en ont besoin cet hiver, p...

à écrit le 01/09/2022 à 17:20
Signaler
Nous avons bien d'autres soucis que de faire la guerre aux Russes, aide aux pays africains, notre gigantesque espace maritime. Nos dom Tom , et une armée efficace et expérimentée, les Allemands n'ont rien de tout ça et Poutine doit se la jouer vene...

à écrit le 01/09/2022 à 17:00
Signaler
La naïveté et l'aveuglement de nos dirigeants politiques vis-à-vis de l'Allemagne sont plus que coupables, ils sont pénalement responsables...comment peut on faire confiance à un pays qui s'est acoquiné avec la Russie au motif que la RDA est revenue ...

le 01/09/2022 à 20:16
Signaler
Oradour c'est pas des ss français ? Hum ?

le 01/09/2022 à 22:09
Signaler
@glurps : non, wiki vous renseignera, la page sur Lammerding contient tous les éléments

le 02/09/2022 à 1:02
Signaler
@ glurps : au rythme où vont les choses, avec les euro-régions et autres entités, l'Alsace ne sera bientôt plus française... les malgrés-nous de la Waffen ne seront donc plus des Français de nouveau. ... pour le reste c'était des Allemands dans cette...

à écrit le 01/09/2022 à 16:48
Signaler
L'Allemagne vraie est celle de Guillaume 2 puis celle d'Hitler, l'Allemagne qui a mis l'Europe à feu et à sang , l'Allemagne n'a pas d'amis et ne veut que des esclaves. Il est grand temps d'ouvrir les yeux et admettre que l'Allemagne est notre princ...

à écrit le 01/09/2022 à 14:10
Signaler
L Allemagne veut affaiblir le complexe militaro-industriel de la France de fait le scaf ne se fera pas ainsi que le char de combat après l abandon de l hélico et de l avion de surveillance maritime l Allemagne un mauvais partenaire

à écrit le 01/09/2022 à 13:37
Signaler
Les allemands ont un gros complexe de supériorité et ils n’envisagent aujourd’hui des coopérations que lorsqu’ils en sont les leaders. Airbus ou les allemands ne sont que des ouvriers à été un traumatisme chez eux

à écrit le 01/09/2022 à 13:19
Signaler
Les masques tombent. L'Allemagne mène de plus en plus ouvertement une politique hostile à la France et à ses intérêts, et revendique désormais sans aucun complexe un leadership européen sur les questions de politique et de défense, pourtant loin d'êt...

le 01/09/2022 à 14:51
Signaler
Tout à fait d'accord. L'Angleterre est un partenaire plus fiable, et de longue date !

le 01/09/2022 à 15:22
Signaler
Bonjour, Un leader chips européenne me semble préférable au leadership allemand.... Maintenant a nous de prendre notre place dans cette ensemble de souveraineté.... Pas plus pas moins qie nos partenaires européens...

le 01/09/2022 à 17:09
Signaler
Après la crise grecque de 2008 nous avons eu le choix entre la rigueur et le sérieux germanique et le foutoir grec sous-administré. Nous brillamment opté pour le foutoir grec. Entre 2001 et 2019 le différentiel de croissance entre l'Allemagne et la F...

le 02/09/2022 à 0:16
Signaler
"Angleterre est un partenaire plus fiable et de longue date". <p> Vous vous trompez. <p> Ils ont trainé a rejoindre Airbus et ont vendu leur participation il y a longtemps. Concorde - ils ont signé un accord solemnel de developper le Concorde (un...

le 02/09/2022 à 1:12
Signaler
@ Gatsby49FR : dans un marché unifié, il est logique que le capital aille s'allouer dans la zone la plus appropriée pour chaque activité (c'est d'ailleurs le but de l'UE)... la désindustrialisation de la France était parfaitement prévisible et prévu...

à écrit le 01/09/2022 à 12:33
Signaler
Sans surprise le couple lesbo France/Allemagne est toujours au bord de la rupture...

à écrit le 01/09/2022 à 11:41
Signaler
Il faut arrêter de penser que l'Allemagne est et sera un partenaire dans le militaire. Les gouvernements successifs allemand ne pensent qu'à leur industrie et non aux Européens et encore moins à la France qui les déranges dans beaucoup de domaines. D...

le 01/09/2022 à 12:01
Signaler
100% d'accord. Mes 30 ans d'expérience d'industrie Automobile peuvent en témoigner .... Ils vont définir des besoins et spécifications qui leurs sont propres comme en automobile : pas de limitation de vitesse sur les autobahn, usage d'énergies "vert...

le 01/09/2022 à 12:21
Signaler
les dirigeants francais vont ils comprendre que l'allemagne ne roule que pour elle et pas pour l'europe il est temps de claquer la porte a bruxelles si l'egalite des rapport n'est pas remis en place

le 02/09/2022 à 12:17
Signaler
enfin une bonne nouvelle la pologne qui reclame sa dette de guerre a l'allemagne il faut aussi que la grece reclame sa part ainsi que la france.

à écrit le 01/09/2022 à 10:10
Signaler
L'Allemagne ne s'éloigne pas de la France , elle n'a jamais été proche.

le 01/09/2022 à 12:29
Signaler
pour l'automobile la france seul c'est saborder pour les vehicules de luxe qui a interdit a hispano suiza de poursuivre dansl'automoblie un general et les contraites chez les autres qui a proné dans les annees 60 que la france ne devait conserve...

le 02/09/2022 à 15:30
Signaler
les anglais sont nos adversaires les allemands nos ennemis

à écrit le 01/09/2022 à 9:50
Signaler
Il faut vite extirper Nexter des griffes germaniques que des inconscients lui ont livré avec le sourire de l'innocence. Et abandonner les projets d'équipements militaires avec les Allemands. Quant à Airbus, si on peut enfin un jour penser à défendre ...

à écrit le 01/09/2022 à 9:36
Signaler
Si l'Allemagne cherche effectivement une "structure de commandement et de contrôle claire" et une "capacité militaire de planification et de conduite de l'UE", on comprend qu'elle ne veuille pas être trop liée à des modèles économiques structurelleme...

le 01/09/2022 à 10:29
Signaler
Allons au bout du raisonnement. On sort de l’euro. Les retraités feront la g..le. Les actifs retrouveront leurs argent, on sera soumis à des crises financières à répétitions. Il est possible de passer d’un modèle structurellement déficitaire à un mod...

à écrit le 01/09/2022 à 9:23
Signaler
La cooperation militaire franco-allemande a du plomb dans l'aile? construire des chars ? bombe nucléaire ? F35 ? Vaste débat avec l'Allemagne des PME et ex madame merkel ! Il est vrai que l'allemagne frappe depuis longtemps à la porte du conseil de ...

le 01/09/2022 à 13:57
Signaler
Des cours de grammaire vous seraient utiles dans l'immédiat ...

le 01/09/2022 à 14:44
Signaler
Il y a 6 déclinaisons en Latin, 4 en Allemand, mais en Finnois, la langue de mon épouse, il y en a .... 14 ! J'ai appris le Finnois de préférence à l'Estonien, l'autre langue Finno-Ugrique, parce qu'en Estonien il y a ... 19 déclinaisons !

à écrit le 01/09/2022 à 9:22
Signaler
Il n'y a pas de relation amicale mais des intérêts, la France se fait toujours des illusions sur la construction européennes!

le 01/09/2022 à 9:42
Signaler
La France n'a tiré aucune leçon du brexit. Elle cherche à forcer la transformation du marché commun en fédéralisme, ce qui est contraire à la volonté des peuples. Les votes contre la constitution européenne étaient pourtant éloquents, mais la démocra...

à écrit le 01/09/2022 à 9:19
Signaler
Drôle de partenaire que l'Allemagne qui veut tuer l'industrie de défense française après avoir tué (ou presque) notre industrie nucléaire. L'Allemagne n'est pas un partenaire, elle est (re)devenue notre pire ennemi.

le 01/09/2022 à 10:11
Signaler
Entièrement d'accord avec Afig.Le fil conducteur de l'industrie allemande est ''Deutschland ûber Alles '' ( l'Allemagne au-dessus de tout ) Depuis Mitterand et jusqu'a nos jours les allemands sous pretexte de ''programmes communs '' se sont accaparé ...

le 01/09/2022 à 10:37
Signaler
L’industrie nucléaire française n’est pas morte. De même, l’industrie de l’armement française a son mot à dire. Nous voyons noir sur blanc des tentatives de destabilisation de cette industrie par l’Allemagne, mais les relations vont devenir de plus e...

à écrit le 01/09/2022 à 9:17
Signaler
"Le chancelier appelle à une rationalisation des acquisitions d'armement en Europe" A se demander s'il a une notion géo-stratégique, les allemands ont été habitués depuis trop longtemps à ne pas avoir d'armée et les américains veulent qu'ils achètent...

à écrit le 01/09/2022 à 9:10
Signaler
Le type est cash … on le data aussi lorsque les livraisons russes de gaz cesseront .. on leur vendra notre surplus de gaz très très cher … et on fera des prix aux autres histoire de se les ménager …( Espagne , Italie , pays de l’ est …)

à écrit le 01/09/2022 à 8:49
Signaler
Nos dirigeants politiques sont trop naïfs et font trop confiance aux autres. Pour la défense il faut que ce soit nationale sans aucune contrainte et ni tutelle de l'OTAN pour que l'on soit maître de notre destin. Évidemment cela a un coût mais la lib...

à écrit le 01/09/2022 à 7:47
Signaler
toutes nos cooperations avec l'allemagne ont été des échecs, il ne faut pas s'entêter, et chercher plutot d'autres partenaires.

le 01/09/2022 à 8:37
Signaler
Quelque exemple: Airbus, fusée arianne ect.. Dans tous les cas , la GB n,est plus dans l,Europe et toute nos coopération ons toujoyrs etait plus dans l'intérêt de se pays..ensuites, la France n'as nullement les moyen de développer de grand pr...

à écrit le 01/09/2022 à 7:22
Signaler
Guerre mondiale : saison 3…

le 01/09/2022 à 12:47
Signaler
Malheureusement le monde vas très mal ... Exemple : Surpopulation des pays pauvres ( famine, émigration, recule économique) Mauvais répartition des richesses ( nord sud) Croissade et guerre de religions. Déstabilisation économique par fait d'un ...

à écrit le 01/09/2022 à 7:12
Signaler
L'Allemagne se reconcentre sur l'OTAN et la France continue à penser qu'elle doit continuer ses OPEX en Afrique, les besoins ne sont pas les mêmes. De plus La France et l'Allemagne sont des nations exportatrices de matériels militaires et la guerre e...

le 01/09/2022 à 7:51
Signaler
les dirigeant francais sont des naif les allemand fonf tous ce qui est possible pour proteger leurs industries la france nevoit que des collaborations est vend ses industrie voir abandonne ces savoir industriel pour etre une grande puissance il ...

le 01/09/2022 à 8:09
Signaler
Je crois que vous avez suivi les commandes d’armement de très loin. Les USA ont pris l’aérien. Les allemands ont tout raflé au sol avec ringtausch. Ils ont écoulé entre 1000 et 2000 léopards déclassés et rapidement remis au goût du jour dans les pays...

à écrit le 01/09/2022 à 7:07
Signaler
Il y a dans l’air un vent mauvais qui souffle. Et ce n’est pas la première fois. Je pense que ça va casser très très fort à un moment qui ne cesse de se rapprocher. C’est un peu flippant. L’écart abyssal entre les déclarations d’amitié franco alleman...

le 01/09/2022 à 12:55
Signaler
Oui, ils y a un mauvais vent qui souffle depuis bien longtemps... Chaqu'un devra assumer ses choix en cas de guerres... l'Allemagne, la Pologne et la France en dernière ressort.... Lorsque nous serons devant le murs, beaucoup appellerons a l'aide ...

à écrit le 01/09/2022 à 6:26
Signaler
Normal. La France a déclaré la guerre à l’Allemagne le 3 septembre 1939. Donc, logique. L'Allemagne a toujours une dent contre nous.

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.