Airbus Helicopters résiste toujours et encore aux vents contraires

Depuis trois ans, Airbus Helicopters démontre une forte résilience. Le constructeur de Marignane se maintient à la première place du marché des appareils civils et parapublics de plus de cinq sièges. Il revendique 50% de parts de marché sur les 520 hélicoptères livrés en 2017.
Michel Cabirol

5 mn

L'hélicoptériste européen a réussi une belle année en vendant 54 Super Puma en 2017
L'hélicoptériste européen a réussi une belle année en vendant 54 Super Puma en 2017 (Crédits : Airbus Helicopters)

Trois ans de tempêtes sur le marché des hélicoptères et de déboires multiples (en particulier pour la famille H225) n'ont provoqué ni le crash, ni la réduction de voilure d'Airbus Helicopters. Le constructeur de Marignane souffre mais reste très résilient. Ainsi, la filiale d'Airbus se maintient à la première place du marché des appareils civils et parapublics de plus de cinq sièges en revendiquant 50% de parts de marché sur les 520 hélicoptères livrés en 2017. Loin, très loin de ses principaux concurrents : Bell (18% de parts de marché), Leonardo (17%) et les constructeurs russes (11%).

"En dépit d'un contexte de marché difficile, nous sommes parvenus à maintenir notre leadership sur le marché", s'est réjoui le PDG d'Airbus Helicopters, Guillaume Faury, qui s'apprête à rejoindre Airbus pour prendre la tête de la branche aviation commerciale en remplacement de Fabrice Brégier.

Pour autant, la résilience de l'hélicoptériste n'aura qu'un temps, le carnet de commandes s'effritant dangereusement. L'année dernière encore, le ratio commandes/livraisons (book-to-bill) est une nouvelle fois négatif avec 335 commandes nettes (353 en 2016) pour 409 livraisons (418 en 2016). Ces dernières années, le carnet de commandes du constructeur s'est d'ailleurs progressivement érodé pour atteindre un point bas à fin 2017 (692 appareils, contre 766 fin 2016 et 832 fin 2015). Fin 2008, Airbus Helicopters disposait dans son carnet de commandes de 1.515 commandes d'appareils. En dix ans, la chute est spectaculaire (- 54%). En 2018, Airbus Helicopters vise un "book to bill" autour de 1 avec une prévision de livraisons aux alentours de 400 appareils.

Lire aussi : Pourquoi Airbus Helicopters retrouve enfin un peu d'air

La bonne année du Super Puma

L'hélicoptériste européen a réussi une belle année en vendant 54 Super Puma en 2017 (48 commandes nettes). En 2016, Airbus Helicopters en avait vendu 23 (commandes brutes) et seulement deux en 2015. C'est la bonne surprise de 2017. Le constructeur de Marignane a également obtenu 19 commandes dans la gamme "super-medium" avec le H175. Les prises de commandes incluent également 168 hélicoptères monomoteurs légers et 105 hélicoptères bimoteurs légers H135/H145.

Guillaume Faury s'est félicité d'une "solide performance commerciale sur le segment des appareils lourds et de milieu de segment" en soulignant "que ces types sont des best-sellers dans leurs segments respectifs".

En 2017, Airbus Helicopters a notamment profité de la mise en vigueur au deuxième trimestre d'un très important contrat militaire au Koweït, qui a signé en août 2016 un contrat pour l'achat de 30 appareils tactiques de type Caracal (H225M) pour 1,1 milliard d'euros. En novembre, South Korea's National 119 Rescue a commandé deux H225. Par ailleurs, la société de leasing britannique Airtelis a signé un contrat pour trois H215. Le constructeur européen a également reçu en juin deux commandes venant du Japon, la première portant sur trois H225 de la part du Japan Coast Guard (JCG) et la seconde sur un H215 acheté par la police de Tokyo (Tokyo Metropolitan Police Department).

Au premier trimestre, Airbus avait indiqué dans son communiqué financier que sa filiale hélicoptériste avait vendu 10 exemplaires de la famille Super Puma, dont sept appareils pour un pays du Moyen Orient (H215). Enfin, la société de leasing chinoise CMIG (China Minsheng Investment Group) a signé en septembre une lettre d'intention (LoI) pour l'achat de deux H225. Par ailleurs, Airbus Helicopters a réussi un joli coup commercial en Tanzanie en réussissant à vendre quatre appareils Super Puma (deux H215 et deux H225), qui devraient être mis en vigueur en 2018. En Pologne, le constructeur participe à un nouvel appel d'offres lancé en février 2017 pour 16 Caracal après l'arrêt des négociations exclusives pour la fourniture de 50 H225M.

En 2017, tout comme en 2016, les clients du Super Puma sont venus du civil (police, recherche et sauvetage, par exemple) et du militaire, et non plus du secteur pétrolier et gazier, comme c'était le cas les années auparavant. Cela traduit un changement de ce  marché dont il est encore difficile de dire s'il sera durable, a analysé Guillaume Faury. La hausse des prix du pétrole n'absorbe pas encore les surcapacités élevées sur le marché des hélicoptères lourds, les groupes pétroliers et gaziers continuant à réduire leurs opérations offshore dans un souci d'économies. "Je ne pense pas que la remontée partielle des prix du pétrole aura un impact positif sur l'industrie des hélicoptères dans les prochaines années", a estimé le patron d'Airbus Helicopters.

Le successeur du Super Puma dans les choux

Ce sera au successeur de Guillaume Faury de redéfinir le X6, futur hélicoptère lourd de nouvelle génération dont l'entrée en service était prévue à horizon 2020. Les études de conception du X6 menées depuis 2015 ont montré que certaines technologies de rupture envisagées au sein de la chaîne d'approvisionnement.manquaient de maturité et la demande d'hélicoptères lourds de transport de passagers s'avère incertaine, a constaté Guillaume Faury.

"Tant que nous ne trouvons pas de solution appropriée pour régler ces défis technologiques et commerciaux, nous ne lancerons pas de programme en tant que tel", a expliqué Guillaume Faury.

Pour autant-, a-t-il précisé, "cela ne signifie pas que c'en est fini du X6, mais il est probable qu'il devienne quelque chose d'assez différent de ce que nous avions pensé quand nous avons lancé la phase de conception". La Commission européenne avait donné son feu vert en juin 2017 à une aide de 377 millions d'euros accordée par la France et l'Allemagne pour développer le X6. Ce projet sera-t-il finalement résilient ?

Michel Cabirol

5 mn

Replay I Nantes zéro carbone

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 9
à écrit le 27/01/2018 à 6:10
Signaler
RETARD DANS LE LANCEMENT DU PROGRAMME DU SUCCESSEUR DU SUPER PUMA: DECISION CURIEUSE AU MOMENT OU L ALLEMAGNE LANCE LE REMPLACEMENT DE 50 CH53 HELICOPTERE LOURD AMERICAIN A L HORIZON 2030 une hypothèse : la partie allemande d'AIRBUS HELICOPTERES s'...

à écrit le 25/01/2018 à 0:40
Signaler
Et permettez moi de rire tel zarathoustra de cet argument maintes fois répétés comme une antienne pour noyer le poisson : "Les contrats militaires dépendent pour partie non pas de la capacité technique ou autres points directement liés à un produi...

à écrit le 24/01/2018 à 22:07
Signaler
@nexterience Je ne crois pas. Le standard F4 c'est un nouveau missile meteor avec peut être une amélioration du radar AESA, eventuellement un boost du reacteur snecma m88 mais ils sont deja occupé avec le reacteur de l'avion d'affaire 5X... Ce...

à écrit le 24/01/2018 à 14:15
Signaler
"Je vous invite à regarder la positon de notre pays dans le classement des vendeurs d'armes" Florence Parly vient de rappeler comment c'était possible : grace aux achats de la france, des subventions en fait. Et ses armements conventionnels ne no...

à écrit le 23/01/2018 à 11:20
Signaler
Par contre ça commence à sentir le roussi pour le rafale. Gripen E proposé à l'Inde ainsi que peut etre le F35. Propos du general Lanata : "À cet égard, la prolifération des systèmes de défense sol-air de type S300-S400, y compris sur des théât...

le 23/01/2018 à 12:27
Signaler
Oui rions un programme à + de 1000 milliards de dollars, des problèmes à la chaine et un étron qui ne vole toujours pas en 2018 quel succès ! Même Trump le descend : http://www.opex360.com/2016/12/12/le-programme-f-35-hors-de-controle-denonce-dona...

le 23/01/2018 à 15:53
Signaler
Mais Adler, pourquoi une telle obsession sur le Rafale ou sur toute les productions aéronautiques françaises ou européene en générale ? Voir réussir l'industrie de notre pays vous insupporte tant que ça ? Le fait qu'il y a des signaux verts dans nos ...

le 23/01/2018 à 21:48
Signaler
On peut tout commenter mais pour cela il faut dans certains cas éviter de commenter sans connaître certaines données. Les contrats militaires dépendent pour partie non pas de la capacité technique ou autres points directement liés à un produit mais d...

le 24/01/2018 à 14:18
Signaler
Alder, Lanata sous entend que le Rafale doit être modernisé au standard F4, non qu'il faut acheter du F35 !

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.