Egypte : le coup d'épée dans l'eau de la France en matière d'armement

 |  | 777 mots
Lecture 4 min.
Abdel Fattah al-Sissi venait surtout pour une reprise des contacts politiques à haut niveau avec la France, en général, et Emmanuel Macron, en particulier. Pas plus.
Abdel Fattah al-Sissi venait surtout pour une reprise des contacts politiques à haut niveau avec la France, en général, et Emmanuel Macron, en particulier. Pas plus. (Crédits : Philippe Wojazer)
Comme attendu, la visite à Paris du président égyptien, le maréchal Abdel Fattah al-Sissi, n'a pas débouché sur de nouvelles commandes d'armement. Des clarifications ont été apportées sur plusieurs dossiers.

Pour les industriels de l'armement français, la visite à Paris il y a une dizaine jours du président égyptien, le maréchal Abdel Fattah al-Sissi, était classée comme très, très importante surtout dans le cadre du réchauffement des relations entre Paris et Le Caire. In fine, elle a été décevante en termes de résultats. "Il ne s'est rien passé", confirment plusieurs sources concordantes. Mais c'était clairement annoncé avant l'arrivée d'Abdel Fattah al-Sissi à Paris en dépit de la volonté de certains entourages politiques français de vouloir forcer quelque peu la main au président égyptien. Abdel Fattah al-Sissi venait surtout pour une reprise des contacts politiques à haut niveau avec la France, en général, et Emmanuel Macron, en particulier. Pas plus.

Le président français a donc envoyé une série de messages très clairs à son homologue égyptien. "Je ne conditionnerai pas notre coopération en matière de défense comme en matière économique à ces désaccords (droits de l'homme, ndlr)", a expliqué Emmanuel Macron lors d'un point de presse avec Abdel Fattah al-Sissi. "Il est plus efficace d'avoir une politique de dialogue exigeant qu'une politique de boycott qui viendrait réduire l'efficacité d'un de nos partenaires dans la lutte contre le terrorisme et pour la stabilité régionale, a-t-il précisé. (...) Ce serait inefficace sur le sujet des droits de l'homme et contre-productif dans la lutte contre le terrorisme".

Clarification de certains dossiers

Un tour pour rien ? Oui et non. La visite du président égyptien a toutefois permis de clarifier la position du Caire sur un certain nombre de dossiers armement entre les deux pays. Ainsi, Abdel Fattah al-Sissi a pu faire passer quelques messages aux trois grands patrons français du secteur qu'il a vu pendant son séjour parisien en marge des rencontres protocolaires (Airbus, Dassault Aviation et Naval Group), selon nos informations.

Il a également rencontré le lundi matin - le 7 décembre - pour un entretien bilatéral avec la ministre des Armées. Florence Parly lui a évidemment rappelé quelques dossiers en suspens comme une possible commande supplémentaire de Rafale, voire d'hélicoptères (Airbus Helicopters). Abdel Fattah al-Sissi aurait botté en touche en éludant, précise-t-on à La Tribune. Son entourage aurait en revanche exprimé un intérêt sur un dossier certes important mais mineur, l'armement des BPC, les deux porte-hélicoptères achetés à la France en octobre 2015 puis livrés en 2016. Des missiles anti-aériens de très courte portée Simbad-RC suffisent en général pour armer ces navires.

Dassault devra passer par le ministre de la défense

Pour autant, une nouvelle commande de Rafale n'est semble-t-il pas exclue par Le Caire, selon certaines sources contactées. Le président égyptien a notamment demandé au PDG de Dassault Aviation Eric Trappier de passer par son ministre de la Défense pour négocier un éventuel contrat. Est-ce là aussi une façon de botter en touche ? Car une source rompue à ce type de discussions estime qu'il vaut mieux toujours passer par Abdel Fattah al-Sissi pour ces commandes. Dassault Aviation devra donc passer par Mohamed Zaki, commandant général des forces armées, ministre de la défense et de la production militaire. En jeu : 12 Rafale supplémentaires, dont un pour remplacer un appareil égyptien accidenté, avec une possible nouvelle option pour 12 appareils supplémentaires. Par ailleurs, le dossier sur la vente d'un satellite d'observation à l'Égypte par Airbus n'était pas assez mûr pour déboucher sur un contrat, ni même sur une annonce. D'autant que certains industriels ont senti une gêne de certains responsables politiques français d'aborder les dossiers d'armement.

Le président égyptien a rencontré pour la première fois le PDG de Naval Group, Pierre Eric Pommellet. "Un rendez-vous qui a permis de remettre les compteurs à zéro et de tourner la page Guillou", explique-t-on à La Tribune. Le patron de la Marine égyptienne l'amiral Ahmed Khaled a également rencontré le PDG de Naval Group. Les relations entre le groupe naval français et l'Égypte étaient déjà sur le cap d'un réchauffement. Naval Group et la marine égyptienne sont en train de résoudre le dossier de la ligne d'arbre de la corvette Gowind égyptienne défectueuse, le groupe naval ayant consenti un geste commercial. Elle a d'ailleurs été rapatriée en France pour y être réparée. "Tant que cette affaire n'aura pas été réglée, Naval Group sera limité dans sa capacité à proposer d'autres ventes à l'Égypte", avait-on précisé à l'été à La Tribune.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 20/12/2020 à 9:40 :
on evite de faire des vagues en diplomatie et si emanuelle Macron avait contracté le covid apres la visite du President Egyptien !!!! plutot qu'avec ses ministres ou presidents de partis, le seul que l'on entend pas ni ne voit est l'aboieur "Melenchon"(il se terre)
a écrit le 19/12/2020 à 7:07 :
Ca doit etre dur d'avaler sa condition de garde republicain, face a tous ces nantis de politiciens. Pensez un peu, max 2000 par mois. Certes il y a un logement de fonction gratos, donc corveable a merci, mais voir passer sa vie dans ce role....
a écrit le 17/12/2020 à 17:03 :
Il n'est pas venu pour rien , on lui a donné la légion d'honneur ☺️
Réponse de le 17/12/2020 à 19:33 :
Et il a consommé de la gnôle à l'abri du terrorisme culturel musulman... :-D
Réponse de le 17/12/2020 à 19:33 :
De nos jour la légion d'honneur, n'a aucune valeur et ne veut rien dire. Si maintenant elle est donnée aux assassins, aux criminels dont les mains sont entachées de sang, je vous laisse le soin de réagir sur ceux qui la donnent.
a écrit le 17/12/2020 à 15:01 :
l egypte est un pays criblé de dettes. Quel interet de vendre des choses que l acheteur ne peut pas se payer ? au final le contribuable francais sera appeler a passer a la caisse ou a la limite un des pays arabe riche (Arabie seoudite par ex) mais pour ca on doit se prostituer aupres des emirs ...
a écrit le 17/12/2020 à 14:08 :
Entre dictateurs le courant passe bien depuis que la France est devenu une autocratie.
Réponse de le 17/12/2020 à 16:39 :
Vous y croyez vraiment aux énormités que vous écrivez ? Renseignez vous sur les dictatures, vous n'auriez même pas pu lire cet article ..
Réponse de le 17/12/2020 à 17:20 :
@Gilles Ils n'ont sans doute même pas lu l'article...tout comme moi d'ailleurs car le titre est déjà le prémice à un contenu creux.
Cette visite, c'est de la géopolitique. Les relations avec Ankara n'ont pas été évoquée... en conférence de presse.
Et en attendant, niveau armement, la Grèce se rapproche d'un choix aérien.
Alors de quoi se plaignent les commerciaux de l'industrie de l'armement ?
a écrit le 17/12/2020 à 14:01 :
Donc la "lutte contre le terrorisme" (enfin, celui des groupes islamistes, pas celui des Etats...) est devenu l'alpha et l'omega de ce qui était jadis une grande puissance symbole des droits UNIVERSELS (mais savent-ils encore ce que cela veut dire?) de l'homme...
Dans ce cas, soyons conséquents et cohérents, baissons également notre froc devant la Chine, la Russie, la Syrie, l'Iran, les Philippines et j'en passe.... Il nous restera toujours la Corée du Nord et le Vénézuela pour nous donner bonne conscience...
a écrit le 17/12/2020 à 12:20 :
Dorénavant tout dans la symbolique et plus rien dans le cerveau. (image)
a écrit le 17/12/2020 à 12:10 :
Cette visite a permis de retisser les liens entre l'Egypte et la France et a mis fin à la période de brouille. Les contrats de Défense sont avant tout dépendants d'une politique à moyen / long terme. Il n'y a pas eu de signature mais cela n'implique pas qu'il n'y en aura pas prochainement.
Réponse de le 17/12/2020 à 15:12 :
C'est comme du temps de de Gaulle et d'Alcatel.

On vendait des centraux téléphoniques (c'était plus classe que des armes) aux pays en voie de développement, tout en leur faisant crédit.

Le vendeur récupérait une commission juteuse et quelques années après annulait la dette du pays en question, ce qui était vu comme une décision noble et généreuse.

On a perdu cet art du commerce. Aujourd'hui tout n'est que guerres créées artificiellement, vente discrète d'armements et viscères éparpillés sur le sol devant les écrans de TV à 20h.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :