L'Italie gonfle le carnet de commandes de Thales Alenia Space

 |  | 611 mots
Lecture 4 min.
Selon le ministère de la Défense italien, le coût total de ce programme s'élève à 229,4 millions d'euros (75 millions en 2020, 81,3 millions en 2021 et 73 millions en 2022), dont environ 200 millions reviendront à TAS.
Selon le ministère de la Défense italien, le coût total de ce programme s'élève à 229,4 millions d'euros (75 millions en 2020, 81,3 millions en 2021 et 73 millions en 2022), dont environ 200 millions reviendront à TAS. (Crédits : Thales Alenia Space)
Les activités italiennes permettent à Thales Alenia Space d’engranger de nouvelles commandes en fin d'année. La filiale spatiale de Thales et de Leonardo a signé un nouveau contrat évalué à 230 millions d'euros avec le ministère de la Défense italien et l'Agence spatiale italienne (ASI) pour la fabrication de deux nouveaux satellites d'observation radar de la constellation Cosmo-Skymed.

Pour Thales Alenia Space (TAS), la fin d'année est prolifique, très prolifique sur le plan commercial essentiellement grâce à l'Italie. Après le pactole Copernicus (trois satellites de la commission européenne), le véhicule de rentrée atmosphérique européen Space Rider (Agence spatiale européenne) et la première cabine habitable pour les astronautes visitant la station spatiale lunaire Gateway HALO (Northrop Grumman), la filiale spatiale de Thales (67%) et de Leonardo (33%) a signé un nouveau contrat évalué à 230 millions d'euros avec le ministère de la Défense italien et l'Agence spatiale italienne (ASI) pour la fabrication de deux nouveaux satellites d'observation radar de la constellation Cosmo-Skymed. Ces deux nouveau satellites, fabriqués par TAS, parachèvent la constellation et la pleine capacité opérationnelle des services d'observation radar à synthèse d'ouverture (SAR) qui seront fournis par les quatre satellites de la constellation.

"Nous sommes ravis d'avoir signé ce contrat, qui permettra de conforter le leadership mondial de Thales Alenia Space en matière d'observation radar, a affirmé le PDG de TAS en Italie, Massimo Claudio Comparini. (...) Maintenir la constellation Cosmo-Skymed à la pointe de la technologie grâce à deux nouveaux satellites de seconde génération revêt d'une importance primordiale pour préserver l'avance de notre filière spatiale sur un marché en constante évolution".

Selon TAS, le programme Cosmo-Skymed est le premier système dual d'observation de la Terre. Ses satellites surveillent la Terre entière, de jour comme de nuit, quelles que soient les conditions météorologiques, en utilisant des radars haute résolution en bande X. Ces deux satellites supplémentaires assureront donc la continuité des services de surveillance de la surface de la Terre, afin de répondre aux besoins liés à la sécurité et à la gestion des catastrophes naturelles et en soutien des activités d'évaluation des dommages et des opérations de secours.

Un financement en trois tranches

Cette commande permet de lancer le développement de deux satellites supplémentaires et la mise à niveau des segments sol, soutien logistique et exploitation, afin de compléter la constellation Cosmo-Skymed de Seconde Génération (CSG). Elle permettra d'élargir la constellation à quatre satellites en orbite. Ces deux nouveaux satellites viendront en remplacement des satellites de première génération, toujours en service au-delà de leur durée de vie contractuelle. Les lancements sont prévus d'ici à 2024/2025.

Le contrat devrait être financé par le budget du ministère du Développement économique, par le biais de des ressources apportées par le fonds d'investissement et de développement des infrastructures. Selon le ministère de la Défense italien, le coût total de ce programme s'élève à 229,4 millions d'euros (75 millions en 2020, 81,3 millions en 2021 et 73 millions en 2022), dont environ 200 millions reviendront à TAS.

Thales Alenia Space, maître d'oeuvre

TAS est le chef de file d'un consortium incluant Telespazio et Leonardo dans le cadre du programme. Telespazio est chargé de concevoir et développer le segment sol, y compris les composantes sécuritaires, et de fournir les services logistiques et opérationnels intégrés (ILS&OPS). Pour sa part, Leonardo est responsable d'équipements spécifiques destinés aux satellites.

Enfin, Thales Alenia Space est responsable de la conception et du développement des deux nouveaux satellites Cosmo-Skymed, après en avoir livré déjà deux, dont un a été lancé avec succès en 2019 et l'autre le sera fin 2021 par le petit lanceur italien Vega C. Le constructeur de satellites franco-italien est également chargée de la conception, de l'intégration et de la mise en service du système de bout en bout.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :