Malgré la crise, Airbus a livré en octobre 5 avions tous les deux jours en moyenne

Airbus a livré en octobre 72 avions en octobre, un chiffre impressionnant, qui s'explique par la livraison d'une partie des avions produits antérieurement mais qui n'avaient pas encore été livrés. Le cadence mensuelle de production est de 40 A320 4 A220, 5 A350 et 2 A330.

2 mn

(Crédits : STEPHANE MAHE)

Airbus a livré en octobre 72 avions et reçu 11 nouvelles commandes, portant à 308 le nombre de commandes nettes depuis le début de l'année, a annoncé vendredi le constructeur européen. Le compagnie a enregistré six commandes pour son nouvel avion d'affaires ACJ220, un dérivé de l'A220, 4 pour des appareils de la famille des A320neo et une pour un ACJ320 neo, la version jet privé de son monocouloir.

Entrée de cash

Au total, Airbus a livré 72 avions en octobre dont 12 A220, parmi lesquels le premier A220-300 livré à Delta Air Lines, 43 appareils de la famille A320, 4 A330, 12 A350 et un A380. Ce qui permet à l'avionneur d'engranger du cash. Le nombre de livraisons dépasse largement celui de la production (51). Airbus a donc livré un grand nombre d'appareils qui avaient été déjà fabriqués mais pas encore livrés.

Pour s'adapter à une reprise du trafic aérien qui ne devrait retrouver son niveau de 2019 qu'entre 2023 et 2025, l'avionneur a baissé au printemps ses cadences de production globalement de 40%, avec 40 Airbus A320 produits par mois, 4 A220, 2 A330 et 5 A350.

Si, sur les neufs premiers mois de l'année, les livraisons d'avions commerciaux d'Airbus ont plongé d'environ 40%, elles n'accusent au troisième trimestre qu'une chute de 20% comparée à l'année précédente, avec 145 appareils livrés aux clients (contre 28 pour Boeing). Ils n'étaient que 74 au deuxième trimestre, au plus fort de la crise.

Lire aussi : Airbus ne brûle déjà plus de cash (contrairement aux compagnies aériennes)

Malgré la deuxième vague et les premiers reconfinements de population, Airbus estime toujours que le trafic reviendra à son niveau d'avant-crise entre 2023 et 2025, avec une reprise qui concernera d'abord les vols intérieurs, et donc les avions monocouloirs comme l'A320. Surtout, l'avionneur a maintenu son discours sur une possible montée en cadence en passant d'une production mensuelle de 40 avions monocouloirs actuellement à 47 à partir du début troisième trimestre 2021 (juillet). Airbus a demandé aux sous-traitants de se préparer à ce scénario.

"La cadence 40 est solide", avait déclaré fin octobre Guillaume Faury, le directeur général du groupe.

Autre signe encourageant, Airbus maintient également les cadences de production des gros-porteurs. Alors que Boeing réfléchit à baisser à nouveau les cadences du B787, l'avionneur européen maintient une cadence de 5 A350 par mois et de deux pour les A330.

2 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 5
à écrit le 08/11/2020 à 10:06
Signaler
Incontestablement, Airbus a pris le leadership ds l'aéronautique civil, à la fois grâce aux déboires du Gd rival qui a trop longtemps tergiversé sans décider sur le coup d'après ds le moyen courrier et subit des pb de fiabilité sur le segment phare d...

à écrit le 08/11/2020 à 9:57
Signaler
Bon , la production d'Airbus reste correcte , dans tous les cas la production dois être maintenus , même si elle dois se prolonger dans la livraison des unités paramilitaires ... ( 330 MTT , et eurofliger ) . Mais nous devons impérativement dévelop...

à écrit le 08/11/2020 à 8:59
Signaler
Aahh, ces entreprises côtés qui font de la com pour tenter de remonter le cours de bourse... "La cadence 40 est solide", bonne com, mais on est tout de même très loin des 65 A320 par mois initialement prévus en 2021... Sans parler des long courrier A...

à écrit le 07/11/2020 à 12:46
Signaler
Je sais, j'en ai acheté un qu'on a posé sur mon terrain. C'est hyper rapide comme méthode de "construction" de logement. On les a à pas cher, ils sont bradés, un 320 pour 40 000 euros ! Bon y a pas tous les équipements dedans hein, pas de moteurs ...

à écrit le 07/11/2020 à 12:36
Signaler
"Autre signe encourageant" : pour Airbus, peut être, mais pour l'avenir de nos enfants, c'est certain que non.

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.