Pourquoi Nexter est sur une belle dynamique

 |   |  1273  mots
Le Qatar va-t-il être le premier client export à s'offrir le VBCI de Nexter?
Le Qatar va-t-il être le premier client export à s'offrir le VBCI de Nexter? (Crédits : Nexter)
Nexter est en pleine forme. Et les années à venir s'annoncent très prometteuses pour le groupe français. KMW a donc fait une très bonne affaire en s'alliant avec le groupe français.

Nexter va bien. Et les prochaines années s'annoncent prometteuses, voire très prometteuses si Nexter décroche d'importantes commandes à l'exportation sur lesquelles le groupe concourt. Le spécialiste de l'armement terrestre français a déjà d'ailleurs obtenu l'année dernière de belles prises de commandes avec un montant de 1,63 milliard d'euros, dont 58% à l'exportation. Soit un niveau inégalé depuis vingt ans environ, selon son PDG Stéphane Mayer, qui n'a pas voulu en revanche divulguer le chiffre d'affaires de 2017. Mais il sera en hausse par rapport à 2016 (866 millions d'euros), qui était un point bas sur les trois dernières années (1,04 milliard en 2014 et 1,07 milliard en 2015).

Pourquoi l'avenir devrait sourire à Nexter? Pour au moins trois bonnes raisons. Les commandes nationales vont pleuvoir sur le groupe tandis que les perspectives export sont encourageantes pour le groupe français, qui va embaucher plus de 400 salariés en 2018 (331 en 2017). Enfin, le mariage avec Krauss-Maffei Wegman (KMW) au sein de KNDS va nécessairement apporter un gain d'activités et d'économies (synergies). Fallait-il vraiment un rapprochement à parité avec KMW, qui a dû payer une soulte à l'Etat français pour obtenir la barre des 50% dans KNDS ? C'est aujourd'hui un débat passéiste mais il doit bien rester à l'esprit de tous que la France a une nouvelle fois fait une faveur à l'Allemagne, qui, elle, n'en fait jamais. Bien au contraire. En tout cas; KMW a fait une très bonne affaire.

Scorpion, l'eldorado de l'industrie d'armement terrestre

Avec plus de 1.600 Griffon et 248 Jaguar à fabriquer ainsi que 200 chars Leclerc à rénover, Nexter a de quoi voir venir. Le programme Scorpion représente à lui seul déjà près de la moitié du carnet de commandes de Nexter (319 Griffon et 20 Jaguar). Les trois premières livraisons de Griffon sont prévues fin 2018 tandis que la première pour le Jaguar est programmée en 2020. La confirmation des tranches conditionnelles est fondamentale pour Nexter, mais aussi pour l'armée de Terre, qui a besoin de renouveler ses matériels dont certains sont vieux de plus de 40 ans.

Ces tranches doivent être bien sûr confirmées par la prochaine Loi de programmation militaire de 2019-2025 (LPM), qui va être dévoilée ce jeudi. D'autant qu'il est très possible que le ministère des Armées augmente la cible des Griffon (plus d'une centaine) et des Jaguar (plus de 50). Nexter se dit également prêt à augmenter la cadence de production de ces véhicules (10 par mois pour les Griffon en 2020 et deux par mois pour les Jaguar en 2021).

Nexter a également gagné la compétition VBMR Légers, qui porte sur la fabrication de 400 véhicules tactiques polyvalents de type 4×4 d'environ 14 tonnes et relativement bien protégés (contre 358 initialement). Le groupe, qui proposait une version du Titus, attend encore la notification officielle. La cible de l'opération Scorpion a été mise en cohérence avec les décisions du conseil de défense du 6 avril 2016. La livraison du premier VBMR Léger est attendu en 2021. Le prix de ces véhicules devait être compris entre 500.000 et 700.000 euros.

L'export, futur eldorado de Nexter ?

En 2017, Nexter a réalisé près de 950 millions d'euros de commandes à l'exportation. Le groupe a de nouveau exporté l'un de ses best-sellers, le Caesar en Indonésie pour une nouvelle commande de 18 systèmes d'artillerie, puis au Danemark (15 exemplaires en version 8x8). En outre, les prises de commandes dans les munitions (720 millions d'euros) sont principalement venues de l'exportation. En 2018, Stéphane Mayer compte sur deux méga-contrats qui ne peuvent pas (plus?) échapper à Nexter : Griffon (417) et Jaguar (60) pour la Belgique (1,1 milliard d'euros) et VBCI pour le Qatar (486 exemplaires pour une valeur de 1,5 milliard d'euros). Pour le premier, le conseil des ministres de la Belgique a approuvé cet achat, dont les négociations sont à finaliser, et pour le second, Doha a signé une une lettre d'intention pour acquisition de VBCI.

De façon plus aléatoire, Nexter est présent dans deux compétitions gigantesques en Inde. La première, qui pourrait être le contrat du siècle en matière d'artillerie porterait sur une commande de 1.400 canons de 155 millimètres tractés, pour lequel Nexter propose le Trajan. Ce contrat s'élèverait à 1 milliard d'euros, soit un montant jamais atteint dans le domaine de l'artillerie. Le groupe français fait partie des deux derniers candidats avant la décision finale. Le Trajan est actuellement en train d'effectuer une nouvelle campagne de tests en Inde, a expliqué le PDG de Nexter. La deuxième compétition porte sur 800 canons montés sur camion, pour lequel le groupe propose le Caesar. À titre de comparaison, la France n'en a que 77 exemplaires. L'appel d'offres n'a pas été encore lancé par New Delhi. En revanche, Nexter n'a pas souhaité concourir sur une compétition pour la fourniture de chars de combat. "Nous avons estimé que l'Inde était trop exigeante en matière de transferts de technologies", a précisé Stéphane Mayer.

En Arabie Saoudite, Nexter attend patiemment depuis deux ans environ une décision venant de Ryad pour son offre à base de Titus. L'Arabie Saoudite pourrait devenir le premier client du blindé 6x6 polyvalent Titus tant à l'export qu'en France. Ryad souhaite équiper deux brigades de l'armée de Terre de Titus ainsi que de canons tractés de 155 mm, selon des sources concordantes. Soit un contrat d'environ 300 millions d'euros. En Grande-Bretagne, Nexter attend également depuis plusieurs semaines l'annonce de la stratégie d'acquisition du ministère de la Défense britannique (MoD) pour le programme Mechanised Infantry Vehicle (MIV). KNDS ne sait donc toujours pas si le groupe présentera le VBCI ou le Boxer, ou encore les deux véhicules. Destiné à fournir un nouveau véhicule blindé 8×8 à l'armée britannique (600 à 800 exemplaires), ce programme pourrait devenir l'un des marchés exports les plus prometteurs pour la version VBCI APC de Nexter.

KNDS, l'eldorado des économies?

Nexter se débrouille finalement bien tout seul. Avec KMW, il pourrait faire peut-être mieux au sein de KNDS. Ce qui reste encore à démontrer surtout quand un rapprochement n'est pas accompagné par le lancement d'un grand programme structurant pour les deux entreprises. C'est pour cela que Paris et Berlin souhaitent poursuivre les prémices d'une coopération franco-allemande portant sur "un système majeur de combat terrestre et un système commun de tir indirect de nouvelle génération". Dans ce cadre, KNDS compte obtenir des contrats de développement pour le char de combat (Main Ground Combat System - MGCS) et le système d'artillerie (Close-In Fire Support - CIFS) du futur en 2025 avec des premières livraisons prévues en 2030.

"Ces deux programmes sont pour nous essentiels, absolument clefs pour soutenir la convergence puisque KNDS présente la spécificité d'avoir été créé sans programme commun", a expliqué Stéphane Mayer.

D'ici à 2025, le groupe franco-allemand souhaitent dans un premier temps faire converger le besoin des armées allemande et française (Quels canons? Quelles munitions? Quelle protection? Quelle mobilité?) puis lancer un démonstrateur à l'horizon 2020 pour valider les options prises. Ce rapprochement donnera alors sa pleine mesure. Car les deux pays et les deux entreprises pourront diviser par deux le coût de lancement de programmes coûteux. Ce que KNDS fait déjà en rationalisant sa base fournisseurs. Le groupe franco-allemand a déjà signé une trentaine de contrats en commun. Au niveau commercial, chaque campagne fait l'objet d'une étude pour décider quel programme est le plus à même de gagner pour réduire les frais commerciaux. L'intégration est en marche... mais la réussite finale dépendra du lancement d'un programme franco-allemand majeur.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 11/02/2018 à 22:18 :
Depuis 25 ans notre pays à laisser les arceneaux terrestre dans un abandon complete, des commandes non réguliers et aléatoire, suivie d'une gestion catastrophique ...
Donc que cette entreprise a été vendu , cela est un meaux pour un bien.... Peut-être que le tissu industriel sera sauvé....
Maintenant, je remarque que beaucoups dè nos réalisations technique sont loins de donner satisfaction au utilisateurs.... Un bonne engins blindé doit être fiable, et le couts financiere dè l'entretien doits être moindre... ( un des principales défaut du char Leclerc) .
Je rappel que le VBCI été a l'origine le programme VBM , véhicule blindé modulaire, un châssis qui devais servir à la cavalerie comme à l'infanterie... Le véhicule de cavalerie n'a jamais été develloper, alors qu'il y a des demandes sur les marchés internationaux . Maintenant, avec la création du char allemand , j'espère que la conception même de se véhicule prendra en compte toute les dimensions du combat moderne.... Que de nombreuseux soldâts dè l'arme blindé serons associèrent Au devellopement d'un prototype.
a écrit le 08/02/2018 à 8:57 :
Voilà la difficulté : "la France a une nouvelle fois fait une faveur à l'Allemagne, qui, elle, n'en fait jamais. Bien au contraire. En tout cas; KMW a fait une très bonne affaire."
a écrit le 07/02/2018 à 17:00 :
dans quel état sont les bâtiments militaires en France ?
a écrit le 07/02/2018 à 9:47 :
Personnellement je n'arrive jamais à me réjouir lorsque les groupes d'armement se porte bien, même lorsqu'ils sont européens!!!
a écrit le 06/02/2018 à 17:40 :
Il fait bien faire l'Europe...
...et comme d'habitude, comme il faut faire l'Europe, il suffit aux allemands d'attendre que les français acceptent de se faire avoir.
Réponse de le 07/02/2018 à 7:41 :
L’alliance avec les allemands permets à Nexter de 1) avoir dorénavant le soutien d’un deuxième (et du plus grand) gouvernement en Europe pour exporter et 2) se débarrasser d’un concurrent. Et oui, ça mérite de faire des sacrifices.

Mais parce que la France est plus active sur les théâtres extérieurs, parce que son armée est plus complète, plus expérimentée, qu’elle tire ses industriels vers le haut, il est fort probable que la partie française de la nouvelle alliance prenne le dessus.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :