SCAF : accord entre Safran et l'allemand MTU sur le moteur mais sans l'espagnol ITP

 |  | 657 mots
Lecture 3 min.
Cette négociation à trois (Safran, l'allemand MTU et l'espagnol ITP) a finalement permis de vérifier la solidité de la relation entre Safran et MTU.
Cette négociation à trois (Safran, l'allemand MTU et l'espagnol ITP) a finalement permis de vérifier la solidité de la relation entre Safran et MTU. (Crédits : Dassault Aviation / Loan Charleau)
Safran et l'allemand MTU ont trouvé un nouvel accord sur le pilier moteur du programme SCAF (Système de combat aérien du futur). Ils ont remis une offre, qui n'a pas été signée par le motoriste espagnol ITP, à Berlin, Madrid et Paris.

Après Dassault Aviation et Airbus, les motoristes Safran et l'allemand MTU ont eux aussi scellé, selon nos informations, un accord sur le pilier 2 (moteur du Next Generation Fighter ou NGF) du SCAF (Système de combat aérien du futur) dans le cadre de la phase 1B, qui prévoit le développement d'un démonstrateur. Alliés au sein d'une société commune (50-50) depuis la fin 2019, les deux industriels ont remis vendredi leur proposition aux trois gouvernements (Allemagne, France et Espagne).

Ils ont notamment convenu que le démonstrateur serait propulsé par le moteur M88 du Rafale, qui sera amélioré. Cette proposition a été signée par Safran et MTU mais pas par le motoriste espagnol ITP, filiale de Rolls Royce, qui n'y trouve pas son compte pour le moment. Résultat, "il n'y pas eu d'accord" avec ITP, explique-t-on à La Tribune. Dans l'accord envoyé, Safran et MTU ont toutefois octroyé un tiers de la charge de travail à ITP, conformément à la part prévue pour les industriels de chaque pays (un tiers, un tiers, un tiers).

ITP sur le bord de la route

Pourquoi ITP a-t-il été laissé au bord de la route ? L'espagnol, qui est le partenaire principal de la société commune franco-allemande, n'adhère pas aux principes fondateurs, qui ont été à la base de l'accord fin 2019 entre Safran et MTU. Le groupe espagnol s'en est éloigné lors de la négociation avec les deux autres motoristes en souhaitant profiter de ce programme pour monter en compétence. "L'espagnol veut apprendre sur des parties du moteur qu'il ne maîtrise pas", assure-t-on à La Tribune. C'est donc clairement non de la part de Safran et MTU, qui ont adressé une fin de non-recevoir à ITP. Reste à savoir comment le gouvernement espagnol va réagir.

"Nous n'accepterons jamais de partir sur des bases, qui ne sont pas saines", affirme-t-on de source proche du dossier. Les motoristes français et l'allemand considèrent que les domaines de compétence d'ITP sont essentiellement dans les turbines basse pression et dans les tuyères. Cette négociation à trois a donc permis de vérifier la solidité de la relation entre Safran et MTU. Les deux motoristes ont été "en phase" et n'ont "pas eu d'écart" entre l'un et l'autre dans la négociation avec ITP, confirme-t-on à La Tribune. Un front commun franco-allemand qui laisse miroiter un passage sans problème de ce dossier au Bundestag.

Principe du "best athlete" intangible

D'une manière générale, Safran et MTU ne veulent en aucun cas dévier du sacro-saint principe du "best athlete", un principe qui permet de distribuer les leaderships et la charge de travail en fonction de qui maîtrise les technologies dans telle ou telle partie du moteur en particulier, et du programme SCAF en général. L'industriel doit également démontrer cette compétence. Le principe du "best athlete" est "une ligne rouge à ne pas franchir pour Safran", explique-t-on à La Tribune. En outre, Safran et MTU souhaitent mettre en place des responsabilités claires pour ne pas reproduire toutes les erreurs catastrophiques constatées sur le programme A400M.

Avec cette proposition envoyée aux trois gouvernements, les deux industriels ont envoyé un message très clair à ITP : pas question de dévier du cap qu'ils se sont fixés, y compris sur le moteur qui propulsera le démonstrateur. ITP pousse quant à lui, pour le moteur de l'Eurofighter, l'Eurojet. "ITP doit adhérer au principe que le M88 est la seule solution possible pour propulser le démonstrateur", martèle-t-on à La Tribune. Cette crise, qui ne sera malheureusement pas la dernière, a également permis à Safran de vérifier la qualité du soutien de la France dans ce bras de fer. De son côté, ITP va désormais devoir supporter la pression de tous les autres industriels partenaires du SCAF, qui souhaitent avancer. Pas simple, non plus pour l'espagnol.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 08/04/2021 à 20:37 :
Dans tous les cas , Îls n'est pas question d'installer un moteur anglais ( Rolls Royce ) , même s'ils est construit par une filiale espagnole ...
Donc le moteur devras être europeen , sans pièce où élément venant de l'étranger ( USA par exemple )) . S'est la basse dè lá souvraineté ...
a écrit le 08/04/2021 à 9:10 :
Attention à l'effet silver (crest) bullet(boullette) dans le pied !
a écrit le 08/04/2021 à 0:44 :
le dernier moteur RR installé sur un projet européen prometteur était l'Olympus du Vulcan modifié par Safran pour le Concorde, certes il y avait l'hyper croisière mais il consommait tellement que dés les années 70 le projet étais mort né
a écrit le 07/04/2021 à 20:43 :
Faites attention que Safran fait mieux qu'avec le Silvercrest. Inexcusable. Et le responsable dirige Safran maintenant.
a écrit le 07/04/2021 à 18:48 :
Quoi qu'il en soit sur la technologie des moteurs dédiés à l'aéronautique Safran est en Europe (avec Rolls-Royce) loin devant (expérience et production).
Réponse de le 08/04/2021 à 0:29 :
Le m88 moteur qui a 30ans, et plus récemment le flop de sylver crest, heureusement qu'il y a le leap. Mais un peu volumineux ce dernier pour un chasseur. Conclusion, restons modeste devant l'Eternel.
a écrit le 07/04/2021 à 10:57 :
"On" n'a tout de même pas envisagé d'installer un moteur Rolls Royce ? Ce serait désespérer de l'Europe si on devait en arriver à cette extrémité.
Réponse de le 07/04/2021 à 14:15 :
La France non, mais l'Espagne oui et l'Allemagne un peu...
Réponse de le 07/04/2021 à 16:38 :
Parce que tu n'es pas déjà désespéré ?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :