Sécurité nationale : les États-Unis publient une liste noire des entreprises chinoises et russes liées à l'armée

 |  | 372 mots
Lecture 2 min.
La publication de cette liste noire fait suite à l'ajout à leur précédente liste noire par les États-Unis de plusieurs dizaines d'entreprises chinoises, dont SMIC, principal fabricant de puces du pays, et le constructeur de drones SZ DJI Technology (en photo, un drone haute performance de DJI).
La publication de cette liste noire fait suite à l'ajout à leur précédente liste noire par les États-Unis de plusieurs dizaines d'entreprises chinoises, dont SMIC, principal fabricant de puces du pays, et le constructeur de drones SZ DJI Technology (en photo, un drone haute performance de DJI). (Crédits : SZ DJI Technology)
La liste définitive comporte 103 sociétés à qui l'accès aux technologies sensibles américaines est interdit. Cinquante-huit sont désignées comme chinoises et 45 comme russes.

L'administration Trump a publié lundi une liste d'entreprises russes et chinoises ayant des liens avec l'armée, motif pour lequel les autorités américaines leur interdisent d'acheter tout un éventail de technologies et produits américains.

Lire aussi : Huawei, un loup dans la bergerie des télécoms européennes (7/11)

Le mois dernier, Reuters avait pu consulter une liste sur laquelle figuraient des entreprises chinoises ayant des liens avec l'armée de la République populaire de Chine.

L'avionneur chinois Comac échappe de justesse à la liste noire

L'avionneur chinois Comac (Commercial Aircraft Corp of China), fer de lance des efforts de Pékin pour concurrencer Boeing et Airbus, ne figure pas sur la liste définitive.

Lire aussi : Deuxième vol réussi pour le C919, rival chinois d'Airbus et Boeing

Cependant, Shanghai Aircraft Design and Research Institute qui conçoit des avions pour COMAC et Shanghai Aircraft Manufacturing qui fabrique des avions COMAC, sont sur la liste.

La liste définitive comporte 103 sociétés. Cinquante-huit sont désignées comme chinoises et 45 comme russes.

La publication de cette liste fait suite à l'ajout par les États-Unis de plusieurs dizaines d'entreprises chinoises, dont SMIC, principal fabricant de puces du pays, et le constructeur de drones SZ DJI Technology, à leur liste noire.

Protestations de la Chine et de la Russie en mode désabusé

Réagissant à cette publication, la Chine a exhorté mardi les Etats-Unis à mettre un terme à ce qu'elle qualifie de décisions erronées.

"Les États-Unis abusent du concept de sécurité nationale pour sanctionner les entreprises étrangères", a déclaré le porte-parole du ministère des Affaires étrangères Wang Wenbin lors d'un point de presse à Pékin.

La Russie, pour sa part, a déclaré que les sanctions américaines constituaient un acte d'hostilité, qui nuiraient encore davantage aux relations déjà dégradées entre Moscou et Washington.

"Chaque coup de pied comme celui-ci nous éloigne davantage du point de normalisation et rend extrêmement difficile une sortie de la chute vertigineuse dans nos relations bilatérales", a déclaré le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, au cours d'une conférence téléphonique.

___

[Avec Cate Cadell à Pékin, Dmitri Antonov et Maxim Rodionov à Moscou / Reuters]

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 22/12/2020 à 14:33 :
A mon avis nous ne sommes qu'au tout début de la nouvelle politique économico-stratégique américaine. La gouvernance Trump aura marqué un tournant complètement inattendu de ce pays, et compter sur Biden pour l'inverser serait naif, il serait bien que pour une fois notre vieille UE ne se fasse pas complètement ramasser et le voit plus tôt que d'habitude.

D'ailleurs comme vous le dites, les réponses désabusées de la Chine et de la Russie exposent que eux l'ont bien compris ne s'indignant pas plus que d'habitude alors qu'une crise économique majeur nous submerge.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :