Sous-marins : pourquoi les Pays-Bas hésitent

 |   |  572  mots
Naval Group propose aux Pays-Bas une version à propulsion conventionnelle du Barracuda,
Naval Group propose aux Pays-Bas une version à propulsion conventionnelle du Barracuda, (Crédits : DCNS)
Amsterdam aurait dû annoncer une short-list depuis plusieurs semaines mais le choix fait débat au sein du gouvernement et de l'administration néerlandais.

Aux Pays-Bas, il y a actuellement un débat national mais plutôt en coulisse. Un débat qui fait rage au sein du gouvernement et de l'Organisation néerlandaise des matériels de défense (DMO) entre ceux qui veulent un choix en faveur du consortium emmené par le champion local le chantier naval Damen, associé au suédois SAAB pour la fabrication de quatre nouveaux sous-marins et ceux, qui préconisent une short-list avec deux industriels (Damen/SAAB et Naval Group), voire trois (Damen/SAAB, Naval Group et l'allemand ThyssenKrupp Marine Systems). Et puis il y a ceux très minoritaires, qui ne souhaitent pas d'un nouveau programme de sous-marins pour remplacer les quatre sous-marins de la marine royale néerlandaise du type Walrus. Une "bagarre" qui a déjà fait glisser l'annonce d'une décision de mars à juin, voire juillet.

"Une super offre" de Paris

C'est dans ce contexte que la ministre des Armées Florence Parly débarque ce lundi aux Pays-Bas, pour appuyer entre autre l'offre de Naval Group, qui s'est associé depuis février dernier au groupe néerlandais Royal IHC. "On est convaincu que l'on a une super offre pour la marine néerlandaise", explique-t-on à Paris. Le groupe naval propose aux Pays-Bas une version à propulsion conventionnelle du Barracuda, qui a déjà séduit l'Australie. "Nous avons à la fois un très bon produit et nous pouvons développer une vraie coopération dans le naval ainsi que dans d'autres domaines avec les Pays-Bas", précise-t-on dans l'entourage de la ministre.

Les sous-marins océaniques proposés seront capables de répondre aux besoins spécifiques de l'OTAN mais également des Etats-Unis avec qui les Pays-Bas font régulièrement des exercices pour tester les défenses américaines. Paris croit beaucoup en ses chances et se donne les moyens de gagner. Tous les mois, le ministère des Armées fait le point avec le PDG de Naval Group, Hervé Guillou, l'ambassadeur de France aux Pays-Bas et les parlementaires français associés à cette campagne. "On fait vraiment le max" pour remporter cette compétition, explique-t-on à La Tribune.

Des sous-marins fabriqués aux Pays-Bas

Si la France estime qu'elle est "très, très bien positionnée" dans cette campagne, la partie n'est pas jouée. Loin de là. Car Damen, qui pousse pour être le seul candidat retenu dans la fameuse short-list, est logiquement soutenu aux Pays-Bas. Il est en effet difficile à Amsterdam de ne pas conserver son champion local dans la short-list. Mais, le partenariat entre Naval Group et le groupe néerlandais Royal IHC a coupé les effets de manche de la campagne mené par Damen sur le thème, les Français vont tout faire en France.

Si Naval Group définira bien la conception des sous-marins avec les Pays-Bas, Royal IHC sera quant à lui chargé de la construction et de l'aménagement des bâtiments avec l'aide du secteur maritime néerlandais. D'où le débat qui fait rage aux Pays-Bas encore en pleine hésitation. Enfin, TKMS, en retrait, pousse à un report d'une décision pour prendre le temps de convaincre les Néerlandais du bien-fondé de leur offre, basée sur une coopération trilatérale (Pays-Bas, Allemagne, Norvège), voire quadrilatérale (Pologne), à condition pour TKMS de fournir des sous-marins à la marine polonaise. "La balle est dans le camp" des autorités néerlandaises, souligne-t-on à Paris.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 07/05/2019 à 13:45 :
L'article a été copié quasi mot pour mot sur ce site là:

http://www.actunautique.com/2019/05/sous-marins/naval-group-pourquoi-les-pays-bas-hesitent.html

C'est moche...
a écrit le 07/05/2019 à 12:47 :
Les Sous marins, je dirais que c'est une force à part. Derrière la grosse partie industrielle et son coût il y a l'emploi du système. D'abord ces sous-marins ce sont de bons bateaux ce que l'on fait de mieux dans ce domaine avec son soutien logistique dédié, puis un excellent équipage qui doit être formé et aussi soutenu, enfin des grands commandants je dirais que se sont les seuls militaires du bord et tout cet attirail reçoit directement des ordres des politiques voila ce qu'est un système sous-marin. Nous pourrions l'imaginer dans le cadre d'une défense européenne intégrée autour de nations indépendantes se reconnaissant des valeurs communes à défendre. Ce système pourrait s'articuler autour de bateaux de petits fonds du type " 209 " très bons bateaux et des sous-marins plus gros et océaniques. Question : qui organise, qui commande, dans un paysage européen ou le F35 devient le standard et je rajouterais pour quelles menaces ? A ce sujet, le film " le chant du loup " me semble assez représentatif d'une nouvelle menace, celle de la guerre informatique de nature à tromper la chaîne de commandement. Bref, les pays bas ont peut être raison de prendre le temps de la réflexion.
a écrit le 06/05/2019 à 19:31 :
Pour résister à la montée nu niveau des mers, les Bataves ont leurs polders, nous on a notre polemploi.
a écrit le 06/05/2019 à 15:28 :
Le Barracuda de DCNS est un gros sous-marin océanique (une des raisons pour lesquelles il a été sélectionné par l'Australie), à très grande autonomie, alors que les concurrents proposent des bateaux plus petits, moins chers, moins endurants donc moins destinés aux missions océaniques lointaines, mais beaucoup adaptés au combat littoral en mer fermée comme la Baltique, ce qui correspond à priori mieux au mandat de la marine néerlandaise. Bref, selon moi ce n'est hélas pas gagné pour DCNS.
Réponse de le 06/05/2019 à 16:57 :
Le sous-marin néerlandais doit pouvoir aussi se rendre en toute discrétion et patrouiller dans les Caraïbes où se trouvent des possessions néerlandaises.
Donc il doit faire plus que du combat en mer Baltique.
a écrit le 06/05/2019 à 14:37 :
Ils peuvent les payer avec l'argent issu de leur dumping fiscal dont bénéficient les multinationales Françaises
a écrit le 06/05/2019 à 14:32 :
Et à la fin, c'est TKMS qui va gagner. Les pays bas ont déjà une forte intégration militaire avec le voisin germanique. à voir.
a écrit le 06/05/2019 à 14:24 :
les néerlandais ont une piètre image de la France pour eux un pays de "sieste" de farniente, sale et peu compétent en matière industrielle. Il y a quelques années j'ai passé deux semaines dans ce pays et j'ai compris que je n'étais pas le touriste bienvenu.Cette image se ressent lorsqu'ils sont en vacances chez nous car des amis européens ils sont ceux qui laissent bien souvent les locations dans un état lamentable, peu de respect pour l'environnement chez nous et encore moins pour le respect de la tranquillité des personnes. Pour ma part j'ai décidé depuis des années de bannir toute demande locative néerlandaise. Un pays donneur de leçons mais bien loin de l'image qu'il veut donner. Nous perdrons avec un "belle excuse mensongère" cet appel d'offre.
Réponse de le 06/05/2019 à 19:09 :
Peut etre pour raison de votre arrogance?
Réponse de le 06/05/2019 à 21:34 :
bonsoir, dans un concours d'arrogance je pense que les néerlandais serait sur la première marche du podium car pour ce qui est de se croire supérieur nous sommes largement battus. Mon expérience, pour analyse, 30 ans d'exportation sur divers continents avec le plaisir de connaître des personnes de diverses nationalités, plus des locations estivales dans l'hexagone une bonne moitié à des personnes souvent devenues amies, européens et au delà.
a écrit le 06/05/2019 à 13:09 :
Amsterdam ? Le lieu officiel du gouvernement néerlandais est La Haye, pas Amsterdam
a écrit le 06/05/2019 à 8:06 :
Acune change pour le Naval Groupe apres l'interdiction de peche electrique.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :