Pourquoi Naval Group est la société la plus solide de son secteur en Europe

 |   |  794  mots
Naval Group a engrangé 3,7 milliards d'euros de prises de commandes en 2018
Naval Group a engrangé 3,7 milliards d'euros de prises de commandes en 2018 (Crédits : STEPHANE MAHE)
Après s'être redressé, Naval Group navigue désormais en tête des chantiers navals militaires en Europe. Le groupe naval a dégagé une marge de 7,4% en 2018.

Naval Group confirme son redressement. Et le résultat est très spectaculaire en 2018 grâce à une revue sévère des programmes. Notamment sur le plan financier. La marge opérationnelle du groupe s'est élevée à 7,4%, pour un résultat opérationnel avant amortissement des écarts d'évaluation (Ebitda) de 265,9 millions d'euros. Soit un bond vertigineux de plus de 170% (contre 98 millions d'euros d'Ebitda pour une marge de 3,1% en 2017). La progression du résultat net (178,2 millions d'euros) est un peu moins vertigineuse mais reste très appréciable (91%). Ce qui est loin d'être le cas pour son rival allemand ThyssenKrupp Marine Systems (TKMS), qui a affiché un Ebit négatif (128 millions) pour un chiffre d'affaires de 1,3 milliard d'euros.

"Naval Group est la société européenne la plus solide de la filière grâce à à une forte croissance de ses résultats en 2018", a souligné à La Tribune le PDG Hervé Guillou. "On a fait 85 millions de plus de résultats nets qu'en 2017".

Ces résultats portent les fonds propres de Naval Group "à plus de 1 milliard d'euros, renforçant ainsi sa capacité à financer sa croissance future", a expliqué le groupe dans un communiqué publié jeudi. Ainsi, ils ont permis de recruter plus de 1.500 nouveaux personnels en 2018 et Naval Group devrait en embaucher plus de 1.000 en 2019. En outre, Naval Group a réalisé un chiffre d'affaires de 3,6 milliards d'euros (+13%). Il a été porté essentiellement par les grands programmes nationaux, principalement les sous-marins nucléaires d'attaque Barracuda et les FREMM. A l'international, le groupe naval a bénéficié "des bonnes contributions du Brésil et de l'Australie". Dans les services, les programmes de modernisation du porte-avions Charles de Gaulle et l'adaptation au missile M51 du sous-marin nucléaire lanceur d'engin Le Téméraire ont été les principaux contributeurs du chiffre d'affaires.

Un carnet de commandes solide

En dépit de la baisse des prises de commandes, l'année 2018 a été satisfaisante avec un book-to-bill (ratio chiffre d'affaires/commandes) qui est supérieur à 1. Elle aurait pu être meilleure mais les clients peuvent parfois être capricieux (Roumanie) et certaines campagnes peuvent s'étirer dans le temps (Egypte, Emirats Arabes Unis...). Au final, Naval Group a engrangé 3,7 milliards d'euros de commandes (contre 4 milliards d'euros en 2017). Ce qui porte le carnet de commandes à 13,83 milliards d'euros à fin 2018. Les principales notifications dans le domaine des constructions neuves ont concerné des programmes nationaux : sous-marins nucléaires d'attaque (SNA) Barracuda et frégates multi-missions (FREMM). Dans les services, Naval Group a fait le plein avec la Marine nationale en signant plusieurs contrats de disponibilité pluriannuels (SNLE Le Terrible), frégates FREMM, les SNA et les chasseurs de mines.

A l'international, Naval Group a finalement pu imputer en 2018 le contrat des quatre patrouilleurs hauturiers achetés par la marine argentine en dépit de sa mise en vigueur tardive, le 14 février. Le groupe a également décroché en Australie une tranche de travaux complémentaires au premier contrat signé en 2016 portant sur le programme de sous-marins.

2019, une année internationale?

2019 pourrait être une belle année à l'international. Naval Group devrait signer dans quelques semaines en Australie un contrat portant sur le design des sous-marins d'un montant de 1,5 milliard d'euros, découpé en trois tranches (environ 500 millions en 2019). Il est possible aussi que Naval Group parviennent à achever les négociations aux Emirats Arabes Unis lancées en novembre 2017 (deux corvettes Gowind), en Egypte (deux autres Gowind) voire en Azerbaïdjan (trois patrouilleurs Gowind). En cas de succès, les deux premiers prospects généreraient de la charge pour le site de Lorient. Le groupe naval suivra également avec attention la situation explosive en Roumanie (quatre Gowind) et partira outsider au Brésil (quatre Gowind) et en Belgique (douze chasseurs de mines). Enfin, Naval Group devrait en principe faire partie d'une sélection de deux à trois constructeurs sélectionnés par les Pays-Bas pour la fourniture de quatre sous-marins de type océanique.

En France, l'Etat a déjà confié début 2019 aux Chantiers de l'Atlantique et à Naval Group un contrat de 1,7 milliard d'euros pour la construction de quatre bâtiments ravitailleurs de force (BRF) et de leurs six premières années de maintien en condition opérationnelle (MCO). Pour le groupe naval, ce contrat représente environ 340 millions d'euros (maîtrise d'oeuvre et système de combat). Enfin, il attend pour cette année la notification de la commande du sixième sous-marin Barracuda. Par ailleurs, il prévoit de sortir le premier exemplaire autour du 14 juillet. Des perspectives et un bilan qui font dire à Hervé Guillou que "notre robustesse est durable". D'autant que Naval Group va investir dans l'avenir en portant son effort global d'investissement au-dessus de 400 millions d'euros, dont 200 millions dans la R&D (Recherche et Développement).

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 23/02/2019 à 13:22 :
Il semblerait que l'on ne peux pas critiqué navale groupe ou dire que le carnet de commande est grandement français ..... Si nous votre commentaire est suprimer.... Belle exemples de nos Libertemais tous vas bien ....
a écrit le 22/02/2019 à 14:40 :
Un palmarès ne se détermine pas en comparant pommes (ebitda) et poires ( ebit).
a écrit le 22/02/2019 à 9:47 :
Acune mot sur le mode de financement des commandes. Quest ce que c'est le rentabilite de cet entreprise apres le deduction des subventions (caches) sur les commandes ?
a écrit le 22/02/2019 à 6:59 :
Ils faut bien savoir que la France soutient par des commande régulière les arsenaux...
Nous avons dernierement sur les 30 derniere annees remplacer tout nos sous Marin d'attaque par des modèle á propulsion nucleaire, modernisee tout les sous Marin nucléaire lanceur d'engins ( SNLE NG ) , construits un porte avion et 4 porte helicotere, acheter , 1 sous marin nucléaire d'attaque NG et dernierement 2 pétrolier ravitailleur et bien autre chose...
Le dissuasion s'est 30% du budget militaire francais , et la marine 20% du reste ...
Bon , certes nous avons beaucoups de côté maritime , mais s'est quant même une grosses priorité .... Donc voilà pourquoi les chantiers maritime se porte bien...
Nous avons quant même réussi à vendre á l'exportation des SM àu Pakistan , á l'Australie, des corvettes au EAU .... Bon én Europe , nous somme loins de la réussite.... Îls est plus que temps de passer à la création d'un champion europeen , sans tous vendre á d'autre pays de notre union.... Garder un liederschip sur le domaines....
Réponse de le 22/02/2019 à 7:26 :
Arrêtez avec vos fautes d'orthographe, vous êtes fatigant. Vous avez des responsabilités quelque part, une formation de haut niveau, pour vous exprimer ainsi ?
"il est temps de passer à la création d'un champion européen" - encore un Airbus de quelque chose, une fusion au bénéfice du concurrent actuel ?
a écrit le 21/02/2019 à 20:40 :
C'est bien de disposer de grosses entreprises navales militaires car avec le changement climatique on aura besoin d'une marine conséquente pour protéger notre espace maritime "11 millions de km2" suffisant pour absorber tout notre co2 et même être rémunérés par les états pollueurs, Allemagne, pays de l'est etc pour le surplus carbone disponible équivalent à 2 millions de km2.
(Quand à ceux qui voudraient nous faire payer une taxe carbone je leur dit, zapper les cours de géographie ça rend idiot)
a écrit le 21/02/2019 à 18:59 :
C'est à se demander pourquoi le PDG Hervé Guillou rechigne à verser la prime Macron à ses employés.
Bel exemple de cette entreprise d'État!
Réponse de le 23/02/2019 à 13:31 :
L'entrée telle fait effectivement des bénéfices cette annee ... Si s'est le ças , je reste surpris qu'ils n'y est pas de prime ....
Personnellement, j'ai reçu une petit prime cette Annee , la premiere depuis 5 ans ...
a écrit le 21/02/2019 à 16:24 :
Apparemment, mon commentaire n'a pas été accepté. Il ne faut pas parler de la BCE..?? Parce qu'elle a une influence sur l'économie, néanmoins.
a écrit le 21/02/2019 à 14:05 :
Bonjour. Je fais appel à vous car c'est en principe votre domaine. Voilà : j'ai entendu dire que la BCE allait aider l'Italie qui a l'air d'aller assez mal.
Quelqu'un aurait-il des infos de confirmation, explications..?? Merci par avance.
Réponse de le 21/02/2019 à 17:20 :
L'aide aux états ne relève pas du mandat de la BCE.La BCE n'est pas là pour boucher les trous dans les caisses.
a écrit le 21/02/2019 à 12:54 :
Pas de problèmes naval groupe sont les meilleurs au monde d après Mr Cabirol
Réponse de le 22/02/2019 à 7:01 :
Je crois qu'ils y a toujours des efforts à faire sur ce domaine ....

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :