Thales Alenia Space va mal, très mal et doit supprimer 450 emplois

 |   |  307  mots
Thales Alenia Space a récemment connu plusieurs échecs dans ses campagnes commerciales. Dont trois significatifs face à Airbus Space.
Thales Alenia Space a récemment connu plusieurs échecs dans ses campagnes commerciales. Dont trois significatifs face à Airbus Space. (Crédits : Eric Gaillard)
Thales Alenia Space (TAS) a identifié dans le cadre de la Gestion active de l'emploi un ajustement, qui va très certainement concerner 452 emplois sur les 4.800 emplois de TAS France.

La situation est très alarmante chez Thales Alenia Space (TAS). Ce n'est pas nouveau mais TAS est maintenant dans le dur et ne peut plus reculer. Début juin, un comité central d'entreprise (CCE) de TAS France a d'ailleurs déjà identifié dans le cadre de la Gestion active de l'emploi (GAE) un sureffectif de plus de 450 personnes. Et plus précisément, cet ajustement va concerner 452 équivalent Temps plein (ETP) sur les 4.800 emplois de TAS France, selon nos informations. Une réduction des effectifs de près de 10% que les sites de Cannes et de Toulouse vont devoir se partager de façon équitable, précise-t-on à La Tribune.

En outre, 400 emplois chez des sous-traitants devraient également être touchés par ce plan de restructuration, qui ne dit pas son nom. Cet "ajustement" doit être confirmé début septembre. Outre les départs à la retraite, Thales proposera également un reclassement dans les différentes entités du groupe.

Entre 150 et 300 emplois supplémentaires en danger

En dépit d'un succès en Indonésie début juillet (Satria), TAS a connu plusieurs échecs dans ses récentes campagnes commerciales. Dont trois significatifs face à Airbus Space : en juillet pour CO3D, où son offre de services était notoirement trop élevée ; fin mai pour les trois satellites d'Inmarsat, GX7, 8 et 9, et, enfin, dans l'observation à Singapour. Le constructeur de Cannes attend toutefois le résultat de plusieurs campagnes en cours, dont notamment l'une pour l'opérateur SES, pour définitivement trancher sur l'importance de la restructuration à venir.

Entre 150 et 300 personnes supplémentaires pourraient être concernées par la fameuse GAE si la réussite ne tournait pas en faveur de TAS. Les trois gifles sonnent surtout comme un échec du modèle poursuivi par TAS. Le constructeur de satellites doit maintenant se réinventer. De façon urgente.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 19/07/2019 à 6:43 :
TAS italie ne licencie pas ?
a écrit le 18/07/2019 à 11:24 :
Une société a vendre, SAFRAN, THALES pour acheter ?????
a écrit le 18/07/2019 à 3:34 :
Tout les pays européens protège 5 leur secteurs économique sensible mais la France alias le pigeon se laisse plumer avec panache
a écrit le 17/07/2019 à 21:00 :
La vieille ficelle de TAS pour tenter d'influer sur les appels d'offre en cours ...
ça fait un peu mendiant mais ça a souvent marché
a écrit le 17/07/2019 à 17:21 :
CO3D n'est pas gagné qu'avec l'offre de service. C'est un design technique complètement différent. Le fait que ce soit cet argument qui resort montre bien que le journaliste n'a des sources que d'un côté !!
Réponse de le 17/07/2019 à 20:33 :
L'offre de services est la version officielle donnée par le CNES. Certes, la technique était sans doute assez différente entre les deux offres mais on pourrait aussi évoquer le modèle de financement...Disons pudiquement que le vainqueur a accepté de participer largement au financement du programme ce que le perdant n'a peut être pas proposé au même niveau. Il y a un petit côté poker menteur dans ce métier, et dès lors, lorsque les affaires ne sont pas bonnes ou les finances assez solides pour durer le retour est très très difficile. Ceci étant, le ton de l'article est un peu orienté et il n'est pas sûr que ce soit celui qu'ADS souhaite....Si TAS coule, il faudra aller le repêcher et ça ne se fera pas sans douleur des deux côtés de la Garonne.
a écrit le 17/07/2019 à 16:37 :
Dans ces mêmes colonnes, ADS a déjà annoncé des pertes d'emploi similaires, et a déjà perdu des contrats face à TAS en observation radar.
Mais jamais la teneur des articles n'était aussi aigre ...
Réponse de le 17/07/2019 à 20:27 :
TAS Italie sans doute ?
a écrit le 17/07/2019 à 11:23 :
Y a du boulot, Airbus embauche 1 800 personnes cette année, Dassault 1 200 !
a écrit le 17/07/2019 à 8:48 :
Mais non elle va pas mal.

C'est dans le plan. Plomber suffisamment fort la branche spatiale de Thalès (ex telspace, ex csf) pour finir par la vendre (donner serait plus juste) à Leonardo.

Tout fonctionne comme prévu, et vive la France.
...
Réponse de le 17/07/2019 à 11:52 :
Et quel en serait l'intérêt ?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :