Zodiac, fragilisé par ses problèmes industriels, est ouvert à une offre de rachat

 |   |  691  mots
(Crédits : Reuters)
Ce mardi, Oliviier Zarrouati le président du directoire de l'équipementier, s'est dit mardi ouvert à toute offre de rachat raisonnable et conforme à ses intérêts. Fragilisé par des problèmes industriels de son activité sièges d'avions, le cours de Bourse du groupe a perdu plus de 50% en un an.

C'est presque sans surprise que Oliviier Zarrouati, le président du directoire de Zodiac Aerospace, fragilisé par des retards récurrents dans son activité de sièges d'avions, s'est dit mardi, lors d'une conférence téléphonique avec les analystes qui a suivi la publication du chiffre d'affaires semestriel de l'équipementier, ouvert à toute offre de rachat raisonnable et conforme à ses intérêts.

"Nous serions réceptifs à ce que nous considérerions comme étant dans l'intérêt des actionnaires et de l'entreprise", a déclaré Olivier Zarrouati, en réponse à une question d'un analyste. "Notre histoire a montré que nous étions assez réceptifs à toute proposition raisonnable. Dans le passé, nous avions été dans une situation où nous avions dû protéger l'intérêt de nos actionnaires", a-t-il ajouté, en référence à la tentative de Safran, éconduit en 2010.

Ce lundi, Philippe Petitcolin, le directeur général de Safran a déclaré regarder « toutes les opportunités de croissance externe qui ont un ADN assez proche » de son groupe, refusant toutefois tout commentaire sur un éventuel regain d'intérêt pour Zodiac.

La colère du Pdg d'Airbus

Depuis l'annonce en mars 2015 de retards de livraisons de sièges, la capitalisation du groupe a fondu de plus de 50%, à 5,14 milliards d'euros. A l'époque à plus de 35 euros, l'action est tombée à près de 17 euros mardi soir.

Tancé publiquement en janvier par le Pdg d'Airbus en personne, Fabrice Brégier, excédé par les retards de livraisons de sièges de classe affaires pour l'A350, le groupe a multiplié depuis un an les "profit warnings", jusqu'à renoncer fin février à son objectif de marge opérationnelle courante de 10% pour l'exercice en cours.

Le groupe a dit tabler pour l'exercice se terminant le 31 août 2016 sur un résultat opérationnel courant proche des 314,1 millions d'euros de 2014-2015, qui marquait déjà une chute de 44,6% par rapport à 2013-2014. Ce qui est interprété par les traders, qui tablaient sut un 440 millions d'euros, comme un nouveau profit warning. L'action perdait entre 7 et 15% dans les échanges avant Bourse

Les activités Aircraft Interiors continuent à peser sur la rentabilité du groupe", indique Zodiac. Le groupe estime désormais qu'il lui faudra encore 18 mois pour ramener ses activités de sièges et d'intérieurs de cabine à la normale.

"Ces 18 mois, c'est plus que ce que nous anticipions au début de l'exercice", a reconnu Olivier Zarrouati, sans souhaiter donner d'indication sur ses objectifs de marge.

Les retards de livraisons sont en moyenne stabilisés au même niveau depuis trois mois, a précisé Zodiac. En janvier, le groupe avait chiffré à 300 le nombre de places d'avions en retard contre 6.000 en avril 2015.

"L'amélioration attendue est plus tardive en raison en particulier d'une amélioration plus lente que prévu dans la logistique", a expliqué Jean-Michel Billig, le responsable du pôle sièges, citant des tensions sur la chaîne des fournisseurs.

Zodiac doit en conséquence supporter des surcoûts de production et des coûts induits d'un niveau élevé.

Montée en cadence des toilettes de l'A350 difficile

Zodiac Seats vise un retour à la performance opérationnelle en 18 mois tandis que pour la branche Cabin, "le retour à la performance financière sera plus long".

Cabin est confrontée à des difficultés opérationnelles liées à la montée en cadence des nouveaux programmes, en particulier la montée en cadence de la production de cabinets de toilettes (lavatories) de l'Airbus A350XWB", explique le groupe.

 Dans ce segment, la production insuffisante de la ligne de production initiale de Cypress en Californie a nécessité la mise en place d'une seconde ligne d'assemblage à Montréal. Ceci devrait permettre de passer "d'une cadence de 2 shipsets (jeux avion) par mois à 8 en quelques mois", assure l'équipementier.

Le groupe a vu son chiffre d'affaires reculer de 1,8% à périmètre et taux de change constants au premier semestre, à 2,488 milliards d'euros. Sur le seul deuxième trimestre, le chiffre d'affaires est ressorti à 1,250 milliard d'euros, en ligne avec les attentes de plusieurs analystes. Le groupe a prévu de publier ses résultats semestriels le 20 avril.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 18/03/2016 à 23:48 :
?
a écrit le 16/03/2016 à 19:51 :
J'ai bossé chez Zodiac Aéro MAIS je n'écrirais pas de commentaire CAR je ne peux pas lire ceux des autres commentateurs. Merci.
Réponse de le 17/03/2016 à 7:22 :
Si ils sont comme vous chez Zodiac alors je comprends qu'ils soient aussi incompétents. Quel est donc la raison de votre post??????????
a écrit le 16/03/2016 à 17:44 :
si cette entreprise est vendue a l'étranger, ce sera bien le fait des dirigeants, pas des syndicats ni des chomeurs, ni des salariés..... ce ne sera que la enième depuis quelques années, passer l'arme à l'ennemi...... le Medef devrait s'inquiéter de l'incompétence grandissantes de ses adhérents a diriger avec succès de belles entreprises...
a écrit le 16/03/2016 à 15:05 :
Tout cela n'est pas très rassurant sur les chances de la société de se tirer seule de ses difficultés. On a l'impression que la direction est déjà à la recherche d'un repreneur.
a écrit le 16/03/2016 à 14:49 :
quelle image peut donner au monde , une entreprise française qui bloque les livraisons d'Airbus parce qu'elle est incapable de livrer les toilettes et les sièges ! il y a vraiment un gros balayage à faire chez Zodiac ! heureusement qu'ils n'ont pas à livrer les moteurs ! et il y a plus de 5 millions de chômeurs en France
a écrit le 16/03/2016 à 13:18 :
C'est une pression intolérable qui s'abat sur Zodiac que des grosses mains veulent reprendre ou en obtenir un levier depuis des années. Contrairement à ce qui est régulièrement annoncé, les retards ne sont pas le fait d'une incapacité de la société mais d'un faisceau organisé qui s'emploie à saboter les efforts entrepris. Une véritable campagne de déstabilisation l'appuie. On condamnera fermement ce type de manoeuvres financières.
a écrit le 16/03/2016 à 11:30 :
En plein loi travail avec une partie du Medef qui souhaitait à peu de frais se débarrasser d'un certain nombre de salariés en général les plus anciens car les plus "chers", il serait intéressant d'entendre la grande gueule du Medef M. Gattaz nous faire un commentaire sur la mauvaise gestion qualité et autres de Zodiac. Cette affaire parmi bien d'autres montrent que les problèmes économiques de notre pays ne s'arrêtent pas à un code comme veut le faire croire le Medef et ses satellites CGPME et UPA mais aussi à une partie des entrepreneurs bien loin des compétences requises de dirigeants. Je suis content que les entrepreneurs dans ma famille mais également ceux de mon entourage n'adhèrent pas à ces syndicats guère plus aptes à résoudre les problèmes économiques que les politiques et les syndicats de salariés. La France a certainement les plus mauvais acteurs économiques de l'Europe, les politiques droites et gauches le Medef, ses satellites et les syndicats de salariés, d'ailleurs la faible représentativité de tous ces acteurs médiocres montre combien le monde de l'économie ne croit pas dans leur capacité à résoudre les problèmes, chômage et dette de notre pays.
a écrit le 16/03/2016 à 11:20 :
Le programme A-350 mis en danger par le manque de cale-fesses et de WC, c'est
sérieux ? Evidemment ce sont des systèmes High-Tech plus importants que les
moteurs turbo-fan ou les pilotes automatiques connectés par fibre optique !
a écrit le 16/03/2016 à 11:16 :
Et encore une pépite française torpillée par son dirigeant. Et qu'a fait le conseil d'administration?
Mais ça doit être à cause du Code du travail...
Réponse de le 16/03/2016 à 12:09 :
La vraie question : quelle est la responsabilité des membres du Board ? On attend avec impatience l'avis du Medef....
Encore un exemple de gouvernance franco-française tragique qui mène au rachat d'une entreprise française...dans le viseur d'acquereurs étrangers
Une fois de plus l'état va intervenir pour une solution franco-française cad Safran...on comprends mieux maintenant la déclaration du Pdg de Airbus et la tactique derrière...
a écrit le 16/03/2016 à 11:07 :
que les volontaires prets a investir de l'argent dans une entreprise francaise qui devra rester ' pas rentable sinon c'est injuste' pour se faire traiter de sale capitaliste actionnaire negrier voyou levent la main
bon, ca interessera peut etre qqun... qui voudra recuperer les process pas trop cher ( si vous voyez a qui je pense...) et rapatriera les usines en local...
a écrit le 16/03/2016 à 10:45 :
Triste série des sociétés "plantées" par des polytechniciens
a écrit le 16/03/2016 à 9:34 :
Qui peut être intéressé ? Retour de Safran ? Intégration par Airbus ? Pour cette dernière hypothèse, est ce que cela "grillerait" Zodiac de ses autres clients ?
J'aimerais une analyse plus fine qu'un simple rapport d'une déclaration, façon "entrefilet Reuters" !!!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :