Yves Rocher perd son fondateur

 |   |  256  mots
L'entrepreneur breton Yves Rocher qui a donné son nom au groupe fondé en 1959 est décédé ce samedi à Paris à l'âge de 79 ans. Son petit-fils, Bris Rocher, devient président de cet empire qui emploie 15.000 personnes dans le monde.

La Gacilly (Morbihan) est en deuil. L'enfant du pays, Yves Rocher, n'aura pas survécu au cinquantenaire de son entreprise. Il est décédé ce samedi à l'hopital Lariboisière, à Paris à l'âge de 79 ans des suites d'un accident cérébral. Ce Breton était très attaché à son terroir. Il tenait à ce que le siège de l'entreprise ainsi qu'une bonne partie des sites de production restent dans son village natal, dont il été le maire pendant des décennies. Jacques Rocher, lui a succédé à ce poste. Mais c'est au neveu de ce dernier, Bris, que le patriarche avait confié les rênes du groupe en le nommant vice-président voici deux ans. C'est donc à lui qu'a été confié la présidence d'Yves Rocher. Dans un communiqué rendu public ce dimanche, le groupe précise d'ailleurs que "au niveau capitalistique, la succession avait été anticipée et traitée depuis plus de 4 ans".

La direction générale du groupe qui emploie plus de 15.000 salariés est par ailleurs assurée par Serge Bianchi. Ce quadragénaire, ancien d'Arthur Andersen, a rejoint Yves Rocher en 1994. Il a été nommé directeur général du groupe quatre ans plus tard, contribuant au développement international du fleuron historique créé par Yves Rocher, mais également de ses autres marques : Daniel Jouvance, Dr Pierre Ricaud, Isabel Derroisné, Kiotis, Galerie Noémie, dans les cosmétiques, sans oublier Petit Bateau. Le groupe, très discret sur ses performances financières, assure réaliser 2 milliards d'euros de chiffre d'affaires.

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :