Gucci accusé de sous-payer des ouvriers chinois pour produire ses sacs de luxe

Un reportage diffusé dimanche soir en Italie accuse la célèbre griffe de maroquinerie de recourir, via ses sous-fournisseurs, à des ouvriers chinois travaillant jusqu'à 14 heures par jour. Gucci réplique que cette enquête ne "témoigne pas de sa réalité".
Giulietta Gamberini

4 mn

Selon l'enquête journalistique, pour un sac vendu en magasin à un prix compris entre 800 et 900 euros, Gucci paierait les artisans qui le réalisent 24 euros..
Selon l'enquête journalistique, pour un sac vendu en magasin à un prix compris entre 800 et 900 euros, Gucci paierait les artisans qui le réalisent 24 euros.. (Crédits : reuters.com)

Fin d'année tumultueuse pour Gucci. La célèbre marque de luxe italienne, détenue par le groupe Kering, se retrouve en effet au centre d'un scandale, après qu'une émission réputée (Report), diffusée dimanche 21 décembre par la télévision publique en Italie, l'ait accusée de confier la production de ses accessoires à des travailleurs chinois sous-payés.

Le reportage, d'une vingtaine de minutes, donne la parole à quelques artisans en amont de la filière, qui dénoncent les contrats de travail utilisés par certains sous-fournisseurs de la maison florentine.

Des ouvrier chinois travaillant jusqu'à 14 heures par jour

Selon l'enquête, pour un sac vendu en magasin à un prix compris entre 800 et 900 euros, Gucci paierait les artisans qui le réalisent 24 euros. Afin de réduire les coûts et accélérer la production, un nombre croissant d'entre eux recourraient ainsi à de sous-fournisseur employant de la main-d'oeuvre chinoise, qui remplacerait progressivement la main-d'oeuvre italienne. Rémunérés 12 à 13 euros par sac, les ouvriers chinois travailleraient jusqu'à 14 heures par jour. Quatre seulement seraient comptabilisées.

Les contrôles de Gucci seraient assez indulgents à ce sujet, dénonce Report, qui écrivait le 21 décembre sur son compte Twitter: "Gucci affiche une conscience sociale et dit mener des contrôles. Mais Report montre des laboratoires ouverts la nuit et des Chinois au travail".

"Trois laboratoires sur 576"

La réaction de Gucci, qui dit mener 1.300 audits par an auprès de ses fournisseurs italiens, n'a pas tardé:

"Des caméras cachées ou utilisées de manière inappropriées, seulement dans des entreprises sélectionnées exprès par Report (trois laboratoires sur 576) ne témoignent pas de la réalité Gucci", a déclaré le maroquinier dans un communiqué.

"Se mettre d'accord sans que Gucci le sache avec des laboratoires qui utilisent de la main-d'œuvre chinoise à bas coût et illégale est une arnaque dont Gucci se dissocie et qu'il poursuivra en tous lieux", affirme la marque, pour qui la partie du reportage qui l'accuse de suggérer l'utilisation de "force de travail chinoise et à bas coût" serait "fausse et sans fondement".

Gucci accuse en outre l'émission de la RAI de comparer le prix d'un sac à main avec le coût de son assemblage, qui ne prend pas en compte les coûts des matériaux, de la découpe, de l'emballage et du transport. Il s'est néanmoins engagé à renforcer les contrôles sur ses fournisseurs.

Le made in Tuscany en cause

La polémique prend d'ailleurs une dimension plus vaste, soulevant la question de la génuinité du Made in Italy voire du Made in Europe. Le président de la région Toscane, Enrico Rossi,  a ainsi dénoncé sur Twitter le choix du titre du reportage: "Toscane zone franche":

"Qui a intérêt à falsifier l'image de la Toscane et des entreprises de la mode qui donnent du travail et font des produits de qualité?", demandait-il le 21 décembre sur Twitter.

La rédactrice en chef de Report Milena Gabanelli affirme pour sa part avoir interrogé Gucci sur les chiffres du "Made in Italy facturé en Italie ou exporté à la Luxury Goods (Suisse) voire ailleurs à l'étranger". La marque aurait répondu que "la donnée n'est pas publique".

"Certes, il vaut mieux que l'on ne sache pas si et jusqu'à quel point il est intéressant pour l'Italie d'être une 'colonie française' qui ne doit pas aller en Chine pour produire à bas coûts son prestigieux Made in Italy, grâce à l'absence de contrôles et aux prix en dessous des limites, qui sont toutefois en train d'affamer les  "maîtres artisans" dont se prévaut Gucci, soulignait-elle dans une réplique publiée dans Il corriere della Sera lundi 22 décembre.

Giulietta Gamberini

4 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 19
à écrit le 24/12/2014 à 16:03
Signaler
A lire les commentaires ci-dessous, beaucoup n' ont pas compris l' article. Les sacs ne sont pas fabriqués en Chine. Ils sont fabriqués en Italie par des ouvriers chinois. Ils auraient dû le préciser dans l'article.

à écrit le 24/12/2014 à 5:32
Signaler
DG d'une entreprise de sous-traitance du "Luxe" en Chine, je m'inscris en faux contre nombre de commentaires emanants de gens qui ne connaissent pas les conditions locales. 1) Tous mes employes sont payes en net (ce qui va dans la poche du salarie) ...

le 24/12/2014 à 10:13
Signaler
A ce compte la quel intérer d'allé fabrique en chine , ou ailleurs ,? on à du mal à vous croire ...

à écrit le 23/12/2014 à 17:12
Signaler
Le luxe est une grosse arnaque pour vous vendre dix foix plus cher un bien!!! Cela doit une invention socialiste!!!

le 23/12/2014 à 17:27
Signaler
Et les droits des travailleurs francais....c'est une invention de la droite...A noel on peut se permettre un peu plus de betise que le restant de l'année...

le 23/12/2014 à 17:57
Signaler
Pourquoi alors achetez-vous des tablettes, smartphones, pc portables et autres gadgets technologiques surfacturés qui ne font pas plus (même moins) qu'un simple ordinateur de bureau?

à écrit le 23/12/2014 à 17:04
Signaler
Ce que je trouve extraordinaire les snobs qui se baladent avec leur sac et autres accessoires de grandes marques achetés à prix d'or alors que le coût de fab est dans la ligne des vêtements H&M pour ceux fab hors Europe. Bien compris le refus de co...

à écrit le 23/12/2014 à 16:14
Signaler
Si Gucci était la seule marque de luxe a procéder ainsi, ce ne serait pas grave, mais presque toutes les marques de luxe ont cédé aux chants des sirènes des bas salaires de la confection.

à écrit le 23/12/2014 à 16:09
Signaler
ils sont heureux ces ouvriers Chinechines mais heureux 70 heurs paar semaines loges nourris dans les refectoire et les dortoires de l entreprise et un bol de riz avec beaiucoup de nuoc mam. La liberte la RTT non tres peu pour eux.

à écrit le 23/12/2014 à 15:54
Signaler
Faut quand même être bien naïf pour croire que le luxe et encore fabriqué en Europe ('a par des modèles sur mesures bien sur ) les coupables chercher du cote des actionnaires toujours plus de profils ... soyez un peut imaginatif il excite toujour...

le 23/12/2014 à 16:15
Signaler
vous avez tout faux. Hermes pour ne citer qu'une fabrique toujours leurs produits en France. Par ex les carres de soie a 330 euros piece que tous les gens feminins s arrachent. Passez jeter un coup d oeil a la rue du faubourg st honore et vous verre...

le 23/12/2014 à 16:30
Signaler
la seule choses qui reste en France les carres de soie....continue à rêvé ... le pire et qu'il n ce cache même pas de la production au Maghreb,

à écrit le 23/12/2014 à 15:40
Signaler
Assez! Cela fait maintenant trop longtemps que l'on accuse les entreprises d'exploiter les ouvriers chinois ou autres. Théories communistes à faible réflexion, comme toujours, on en fait des films, des conférences. La réalité est tout autre puisque t...

à écrit le 23/12/2014 à 14:37
Signaler
Arnaud n'a pas d'éthique pour se classer le plus gros milliardaire français ! tant pis pour la morale , ce n'est pas son problème , il s'en fiche ...

le 23/12/2014 à 14:56
Signaler
Hé hé, Arnaud n'a pas encore acheté Gucci de François-Henri

à écrit le 23/12/2014 à 14:24
Signaler
Cela ne veut rien dire "sous-payé" dans un pays où la protection sociale est inexistante. C'est tout simplement de l'intelligence économique ou de l'optimisation productive au regard du marché international de l'emploi. Certains semblent enfin découv...

le 23/12/2014 à 15:38
Signaler
Le reportage semble sous-entendre que ce sont des travailleurs chinois en Italie, des clandestins peut-être ???

le 23/12/2014 à 15:40
Signaler
Dividons par 10 votre salaire supprimons votre future retraite et augmentons de 80 % votre temps de travail au nom de l'intelligence économique et de la mondialisation. ...

le 23/12/2014 à 18:00
Signaler
@oui Michel Ce sera possible sous 2 conditions: que je déménage en Chine ou qu'un socialiste gouverne à nouveau en 2017.

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.