-20% : la chute des ventes d'Unilever en Chine

 |   |  447  mots
La maison-mère de Dove affiche toujours une croissance de ses ventes dans le monde, malgré un ralentissement dans les pays émergents.
La maison-mère de Dove affiche toujours une croissance de ses ventes dans le monde, malgré un ralentissement dans les pays émergents. (Crédits : reuters.com)
Le géant anglo-néerlandais subit le ralentissement de la consommation en Chine. Ce qui n'a pas empêché la multinationale diversifiée de dégager une marge opérationnelle en hausse en 2014.

Unilever peine dans les pays émergents... mais s'en sort quand même avec une hausse de ses bénéfices. Le fabricant de soupes Knorr, Royco, des glaces Magnum ou encore des produits d'hygiène corporelle Dove et Axe voit en particulier son chiffre d'affaires reculer de 20% en Chine en 2014.

Baisse de la consommation

En cause, en premier lieu : une baisse de la consommation qui dure depuis deux ans. En Chine "la croissance des produits de grande consommation a diminué d'un tiers au cours des deux dernières années, passant de 15,8%, sur la période des 12 mois se terminant en juin 2012, à 5,6% dans la période se terminant en juin 2014", selon le cabinet d'études Kantar. Conséquence de cet affaiblissement de la demande : les distributeurs réduisent massivement leurs stocks dans le pays. Un phénomène également subit par Nestlé qui indiquait fin octobre avoir éprouvé au cours des neufs premiers mois de l'année 2014 un "environnement difficile dans la zone Asie, Océanie et Afrique, surtout en Chine".

Par ailleurs, si les ventes en Chine représentent une part minime des ventes d'Unilever, le géant de l'agroalimentaire et des produits de grande consommation subit aussi l'embargo contre les produits agroalimentaires occidentaux en Russie ainsi que le ralentissement économique au Brésil.

Premier vendeur de déo en France

Contrepartie de ce recul, certains produits ont particulièrement tiré leur épingle du jeu, comme les déodorants "compacts" qui permettent de réaliser des économies sur l'emballage et donc le transport. Une nouveauté qui soutient les ventes de l'entreprise au rayon "hygiène corporelle". Dans le déodorant, Unilever a même ravi sa première place à L'Oréal en France selon l'institut Nielsen. Désormais, le premier capte 33,3% du marché contre 32,7% pour le second.

170 milliards de produits vendus dans le monde chaque année

Globalement, Unilever continue ainsi à vendre plus que l'année précédente, son chiffre d'affaire croît même de 2,9% pour atteindre 48,4 milliards d'euros. Un niveau légèrement inférieur au consensus des analystes cités par Reuters qui tablaient sur une croissance de 3,1%. Sa marge opérationnelle quant à elle s'est améliorée de 0,4 point à 14,5%, son revenu net atteignant 5,16 milliards d'euros.

Pour mémoire, l'an dernier, le groupe qui affirme vendre chaque année plus de 170 milliards de produits à travers la planète a supprimé 1.400 emplois sur plus de 170.000. Il a cédé des filiales jugées non performantes comme Slim Fast, les sauces Ragu et Bertolli ou encore le beurre de cacahuètes Skyppy et annoncé fin décembre l'acquisition des marques de savon Camay et Zest, cédées par son rival Procter and Gamble.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :