Avenue des Vins, la WineTech qui veut devenir l'Amazon du vin

 |   |  624  mots
Jacques Legros, journaliste chez TF1 et Julien Guinand, serial entrepreneur, ont lancé Avenue des Vins en 2011 et ambitionnent de devenir le leader du marché du vin en ligne à l'échelle européenne.
Jacques Legros, journaliste chez TF1 et Julien Guinand, serial entrepreneur, ont lancé Avenue des Vins en 2011 et ambitionnent de devenir le leader du marché du vin en ligne à l'échelle européenne. (Crédits : DR)
Cette place de marché propose un système hybride, mêlant e-commerce et contenu éditorial. Ayant pour l'heure séduit 400 vignerons, elle propose plus de 2.000 références.

"Nous voulons devenir l'Amazon du vin". Julien Guinand, co-fondateur d'Avenue des Vins, une place de marché (marketplace) qui permet d'acheter du vin directement chez les producteurs et au prix du domaine, ne cache pas ses ambitions. "Il n'y aura pas de place pour trois ou même deux acteurs. On doit être le premier, être LA référence", prévient-il, pour expliquer son ambition de rafler la place de leader sur ce marché, où peu de concurrents proposent pour l'heure un modèle hybride comme le leur.

Un site de e-commerce

Cette place de marché propose en effet à ses vignerons partenaires une solution clé en main pour la distribution de leur vin, en leur fournissant le matériel nécessaire pour la livraison - réalisée par DHL -, qui est garantie en 48 heures pour la France et en 72 heures pour le reste de l'Union européenne. Moyennant 29 euros par mois, et une commission de 20% sur les ventes, les vignerons disposent de la vitrine du site, où ils gèrent leurs stocks et sont libres de fixer leurs prix comme ils l'entendent. Mais, Avenue des vins, ce n'est pas seulement cela.

Du contenu éditorial pour toucher le grand public

En effet, le site propose également un format éditorial, notamment avec un blog, afin de mettre en avant le profil des vignerons sélectionnés en fonction du rapport qualité-prix de leur nectar. Avenue des Vins, qui noue des partenariats avec de nombreux sites de e-commerce mais également des médias, se charge encore de diffuser les communiqués de presse des producteurs et leur donne accès à des salons. Et pour ceux qui souhaitent accroître davantage leur visibilité, le site propose aussi de réaliser des reportages vidéos.

"Il y a toujours des histoires à raconter autour du vin, derrière lequel se cachent des hommes, et souvent des femmes, qui se mettent de plus en plus à reprendre le domaine familial", explique le deuxième co-fondateur de l'entreprise, dont le profil est complémentaire de celui de son associé. Et pour cause, il s'agit de Jacques Legros, journaliste et présentateur télévisé de TF1, qui a également lui-même la casquette de vigneron.

"Beaucoup de vignerons veulent toucher le grand public, mais ne savent pas comment s'y prendre", analyse-t-il. D'où l'intérêt de proposer ce système hybride mêlant e-commerce et contenu éditorial et vidéos. "C'est ce qui marche, et ce qui va marcher", insiste Julien Guinand.

Un environnement très concurrentiel

Si les concurrents se faisaient rares à l'époque de son lancement en 2011, l'entreprise croît aujourd'hui au milieu de nombreuses jeunes pousses, qui ne cessent de se lancer dans les WineTech. Cependant, L'Avenue des Vins estime avoir une bonne longueur d'avance, avec une base de 400 vignerons et plus de 2.000 références. Elle évoque une hausse des ventes de l'ordre de 20% par mois, et enrichit sa base au rythme d'une dizaine de vignerons supplémentaires chaque semaine.

Aussi faut-il aller vite et accélérer leur développement qui a démarré grâce aux 200.000 euros levés initialement auprès de la BPI. Ils ouvriront ainsi prochainement un bureau en Angleterre. Et visent plus largement le marché européen. C'est pourquoi les deux entrepreneurs ont lancé leur première levée de fonds il y a quinze jours, sur la plateforme de crowdfunding à dimension européenne Raizers, dont ils espèrent récolter quelque 500.000 euros en deux mois. Avec un ticket d'entrée à 500 euros pour les investisseurs, qui entreront ainsi au capital de la startup, dont le potentiel suscite l'intérêt de quelques acteurs de référence. Elle aurait ainsi été approchée par le géant Amazon. C'est dire...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :