Contre l'obésité, faut-il taxer les aliments mauvais pour la santé ?

 |   |  434  mots
Photo d'illustration. Le surpoids compte parmi les trois principales causes de décès dans le monde avec 4 millions de morts chaque année.
Photo d'illustration. Le surpoids compte parmi les trois principales causes de décès dans le monde avec 4 millions de morts chaque année. (Crédits : Reuters)
L'obésité, qui n'est plus seulement un problème des pays riches, a triplé depuis 1975 à l'échelle de la planète, et les coûts qui y sont liés explosent pour les pays concernés. Dans un récent rapport, la Banque mondiale préconise, de la part des gouvernements, la mise en place de politiques fiscales forte pour contrer cette tendance.

La Banque mondiale appelle les pays pauvres et en développement, les plus concernés par le surpoids et l'obésité, à taxer les aliments mauvais pour la santé, car trop gras, trop sucrés ou trop salés, selon un rapport publié jeudi.

Ce rapport "met en lumière l'importance d'une politique fiscale forte, par exemple une taxation des produits alimentaires mauvais pour la santé", souligne l'institution de Washington dans un communiqué.

L'obésité, qui n'est plus seulement un problème des pays riches, a triplé depuis 1975 à l'échelle de la planète, et les coûts qui y sont liés explosent pour les pays concernés.

Or, les trois quarts des adultes, et 80% des enfants touchés, vivent désormais dans des pays à revenu faible ou moyen, particulièrement an Amérique latine.

Nombre de pays font face en même temps à sous-alimentation et obésité.

Rôle majeur des gouvernements

Augmentation des handicaps, coûts liés au système de santé, mais aussi productivité en baisse, absentéisme au travail, mises à la retraite précoces... les coûts ne cessent de grimper, alerte la Banque mondiale.

L'institution insiste, dans ce rapport, sur le rôle majeur des gouvernements, les exhortant à mettre en place des systèmes de santé efficaces.

Elle les enjoint également à développer des mesures de prévention et d'éducation (obligation d'étiqueter les aliments transformés, de réduire sel et boissons sucrées, d'investir dans des programmes de nutrition pour la petite enfance), ainsi qu'à déployer des aires de jeux dans les écoles et des voies piétonnes et cyclables.

La Banque mondiale précise que "l'obésité a des conséquences majeures sur les économies des pays et sur le capital humain, puisqu'elle réduit la productivité et l'espérance de vie, augmente les handicaps et les coûts de soins de santé".

Les coûts liés au surpoids en expansion

Le surpoids compte parmi les trois principales causes de décès dans le monde avec 4 millions de morts chaque année.

Dans les 15 prochaines années, les coûts liés au surpoids devraient atteindre 7.000 milliards de dollars dans les pays en développement, selon une projection citée par l'institution.

En Chine, le coût des soins de santé liés à l'obésité sont ainsi passés de 0,5% des dépenses de santé annuelles du pays en 2000, à plus de 3% en 2009.

Au Brésil, ces coûts devraient doubler, passant de 6 milliards de dollars en 2010 à plus de 10 milliards en 2050.

Lire aussi : Comment mieux manger? 30 acteurs de l'agroalimentaire consultent les citoyens

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 07/02/2020 à 23:08 :
Il faut interdire le sucre et restreindre l'amidon artificiel, surtout pour les ethnies qui ont connu des famines et disettes longues au cours de leur histoire comme celle des premiers européens de la préhistoire (ceux à cheveux noirs du sud) et du groenland, qui ont une intolérance enzymatique plus ou moins grave, rarement diagnostiquée en europe, qui entraine des carences, des hémorroïdes, des violences, du suicides, de l'anxiété, de la dépression et une mort plus tôt suite au fait que ça abime les artères et l'appareil digestif ...
a écrit le 07/02/2020 à 19:56 :
Oh ben non... Coca cola à promis d'investir des milliards.... Macron et le maire ont claqués un pognon de dingue à Versailles pour les appâter..
On va pas les taxer maintenant.. Ahah
a écrit le 07/02/2020 à 18:28 :
Il ne faut pas taxer, il faut interdire.
Les produits devraient être testés, évalués.Trop de sucre...Interdit.
Trop de graisse.... Interdit.
Adieu biscuits, chocolats et sodas Industriels avec des teneurs en sucre supérieures à 50
%, et bourrés de matières grasses et additifs nocifs.
Adieu Mac Do, Subway, KfC, Starbucks....toutes ces enseignes ( ces "couillonades" américaines) qui détruisent la santé des grands, mais surtout des enfants.
a écrit le 07/02/2020 à 18:11 :
L’obésité est une dépendance, la lumière bleue, les écrans n’aident pas .
Il ne faut taxer personne ( punir ?)

Il faut simplement «  produire des produits sains » accessibles à tous et toutes, tous simplement

La balle est dans le camp scientifique, experts , politiques, industriels, banques ...

Changer « tous « 
les «  produits de consommation humaine » et en parallèle protéger les paramètres de la nature ,

Nous ne disposons actuellement ouvertement d’aucune étude sur l’impact des 3 G au 5 G sur l’environnement, la terre , l’eau , l’air et les vivants , pourquoi les espèces changent ou disparaissent, pourquoi les sardines du Golfe du Lion ont perdu en dimension ?
a écrit le 07/02/2020 à 16:57 :
L'obésité touche en grande majorité les classes sociales défavorisées.Taxer les produits néfastes pour la santé peut être une solution pour en réduire la consommation chez cette classe de population. En revanche, les sommes collectées doivent leur être restituées sous une forme restant à determiner et en aucun cas venir combler le déficit de l'état et ainsi continuer à encourager la gabegie dépensière de nos politiques.
a écrit le 07/02/2020 à 15:14 :
Taxes les députés les sénateurs ils font riant
a écrit le 07/02/2020 à 14:13 :
Cela me fait penser au Parlement européen qui a autorisé en 2000 ( production et commercialisation, à compter de 2003, dans toute l'Union européenne) les MGV ( matiere grasse vegetale ) dans la fabrication du chocolat ,puis qui fait ensuite des campagnes contre l’obésité infantile depuis tout les 5 ans.
Cette demande venait de la Grande-Bretagne, l'Irlande et le Danemark qui revendiquaient le droit d'ajouter au mélange de base (cacaosucre) de la matière grasse autre que celle naturellement contenue dans le cacao (le beurre de cacao), invoquant en cela leurs traditions chocolatières !
a écrit le 07/02/2020 à 13:36 :
On a déja taxé les sodas et les alcools,et ça marche!Taxons fortement la viande,source de pollution énorme,et un véritable poison pour la santé!
a écrit le 07/02/2020 à 13:06 :
arrêtez de tous vouloir taxer
il y a d'autres solution que la fénéantise des énarques
a écrit le 07/02/2020 à 12:19 :
Mettre une taxe sur un produit, revient en fait à sélectionner celui qui la paye par l’argent et son pouvoir d’achat !!! Et c’est donc forcément tourné contre ceux qui ont peu de moyens .....
a écrit le 07/02/2020 à 12:17 :
Mettre une taxe sur un produit, revient en fait à sélectionner celui qui la paye par l’argent et son pouvoir d’achat !!! Et c’est donc forcément tourné contre ceux qui ont peu de moyens .....
a écrit le 07/02/2020 à 11:53 :
Quel est le problème... l'obésité ou le manque d'entré d'argent? Cela rappelle bien plus les taxes douanières d'antan où, pour éviter "un problème de l'extérieur" on taxait aux frontières!
Méthode qui y ressemble fortement!
a écrit le 07/02/2020 à 11:42 :
Et hop une taxe en plus !!!!!!!
On connaît la population qui se nourrit mal.
Avec une taxe supplémentaire, la même population continuera à mal se nourrir mais pour plus cher.

Quel manque d'imagination de la part de nos décideurs
a écrit le 07/02/2020 à 11:08 :
"taxer les aliments mauvais pour la santé, car trop gras, trop sucrés ou trop salés"
tout est relatif, le beurre est gras (Nutriscore E ou parfois D) mais contient des nutriments, l'huile d'olive C, grasse mais avec de bonnes graisses (sinon serait E), les dattes sont B grâce aux fibres, nutritionnellement intéressantes et recommandées (ça évite l'énergie vide, pur sucre + pur gras).
Manger des chips salées à l'occasion, ça passe, si c'est le quotidien, ça va moins. Peut-être que doubler leur prix en rendrait l'usage moindre ? Les boissons sucrées c'est agréable, mais si ça remplace l'eau, quand c'est froid on ne sent pas le sucre qui est souvent trop présent, et c'est l'accumulation. Même si on cuisine, les recettes de gâteaux (= plaisir) sont généralement trop sucrés, on peut réduire pas mal, et on s'habitue à manger moins sucré.
Le pas cher est souvent une mine à calories bon marché, avec aucun intérêt nutritionnel.
Le corps a besoin de sel, de sucre, de gras, vouloir arriver à 0 pour l'un des trois ne peut que causer des ennuis de santé, carences graves.
a écrit le 07/02/2020 à 11:00 :
Les industriels de l'agroalimentaire se comportent comme des dealers de la malbouffe, il suffit de se promener dans les rayons d'un super marché, c'est en réalité absolument effrayant. Ces multinationales (Unilever, Coca Cola, Mondelez, Heinz, Neslé...) imposent aux états, grâce à un puissant lobbying, des législations permissives afin d'écouler leurs produits toxiques et de maintenir les populations sous dépendance.
a écrit le 07/02/2020 à 10:46 :
On veut que nos enfants soient heureux, de ce fait on leur achète ce que l'on peut pour leur faire plaisir sinon on culpabilise de les avoir mit au monde au sein d'une société qui érige l'argent en valeur absolue, schéma que l'on reproduit de parents en enfants, alors même si on taxe le nutella, exemple parmi des milliers, et qu'il coûte 4 euros au lieu de trois on n'aura quand même les moyens de leur payer au moins ce "petit plaisir".

Non il faudrait tout simplement interdire à l'agro-industrie de nous vendre de la nourriture empoisonnée ! Mais bon pour cela il faudrait déjà que ceux qui nous vendent le cancer et autres maladies liées n'aient pas leurs salariés à la présidence et au gouvernement de notre pays, il faudrait être en démocratie.

Quel mépris insupportable envers la classe productrice.
Réponse de le 07/02/2020 à 11:17 :
"de nous vendre de la nourriture empoisonnée"
quand vous faites des courses, vous n'achetez que du brut que vous transformez ? Faites les gâteaux vous-même ? C'est pas parce qu'il y a des rayons avec quantité de trucs tout faits que les gens sont "obligés" de les acheter.
Si on interdit l'agro-industrie c'est bien ce qu'il sera obligatoire de faire comme dans le passé, faut de produits préparés en vente, dessaler la morue la veille pour faire de la brandade, cuire les PdT, faire la purée. Quand je vais dans une GS c'est assez rapide, pain, fruits, beurre, lait, œufs, farine, selon le besoin.
En surgelé vous avez des trucs pas mal parfois (pas besoin de conservateurs, c'est le froid qui officie)(un charcutier qui fait ses saucisses lui-même doit les vendre dans les 2 jours, quand les gens le savent ça tourne et c'est tout frais, tous les 2 jours, en agro-industire, imaginez le temps entre l'usine, le transport, grossiste, et les rayons plus le temps chez vous après achat avant de les consommer, il faut les "neutraliser" avec des additifs nombreux pour tenir la durée)
Un truc pas cher fait avec des ingrédients pas chers donc parfois n'ayant rien à voir avec les originaux ça coûte en fait plus que du vrai fait soi-même.
Réponse de le 07/02/2020 à 12:37 :
@ contradicteur officiel:

Je comprends pas trop ton argumentation là, donc il faudrait manger des aliments empoisonnés pour quoi en fait ? Pour aller plus vite ?

C'est ta justification et sans rire ?
a écrit le 07/02/2020 à 10:46 :
Non, parce que "mauvais pour la santé", c'est un paramètre totalement subjectif.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :