Les tensions montent d’un cran sur les contours de la future PAC

 |  | 1150 mots
Lecture 6 min.
La France travaille sur son plan stratégique national (PSN), déclinaison de la future PAC qu'elle doit présenter en juin à la Commission européenne, à l'instar de ses voisins de l'UE.
La France travaille sur son plan stratégique national (PSN), déclinaison de la future PAC qu'elle doit présenter en juin à la Commission européenne, à l'instar de ses voisins de l'UE. (Crédits : Reuters)
Alors que, ce vendredi 30 avril, des associations ont protesté à Paris contre l’immobilisme de la prochaine mouture de la PAC en matière d'écologie, des centaines d’agriculteurs ont convergé à Strasbourg pour dénoncer le verdissement des aides européennes. Confrontés au déchirement du monde agricole, Bruxelles et Paris devront arbitrer dans les prochaines semaines.

Les actions se multiplient, signe que l'échéance approche. « Réforme de la PAC : à quand un virage agroécologique ? » affichait en fin de matinée une banderole déployée par la Confédération paysanne, la Fédération nationale d'agriculture biologique (FNAB) et Greenpeace, entre autres, devant le ministère de l'Agriculture, à Paris. Au même moment, à Strasbourg, près de 1.500 tracteurs convergeaient devant le Parlement européen, à l'appel de la Fédération régionale des syndicats d'exploitants agricoles (FRSEA) et des Jeunes agriculteurs (JA) du Grand Est. « Plus vert, c'est plus cher », pouvait-on lire sur les pancartes.

Quand les premiers, réunis dans le collectif « Pour une autre PAC », demandaient à « tourner la page d'un modèle agro-industriel à bout de souffle » - dénonçant le statu quo en matière d'écologie, les seconds, inquiets de voir des aides précieuses leur échapper, fustigeaient les éco-régimes - ces primes accordées aux agriculteurs participant à des programmes environnementaux plus exigeants, qui seront obligatoires dans la nouvelle PAC.

Lire aussi : PAC : Le monde agricole s'écharpe sur les éco-régimes

Des revendications différentes, pour un objectif commun : peser sur les négociations de la future Politique agricole commune (PAC) pour 2023-2027 et ses 386 milliards d'euros de budget, dont le cadre général est en cours de discussion à Bruxelles, et la déclinaison nationale discutée, en parallèle, rue de Varenne.

Quel fléchage vers la transition ?

L'un des principaux points de tension réside dans les aides attribuées aux exploitations afin d'accompagner la transition écologique. Concrètement, avec ce dispositif, entre 20 et 30% des aides directes du premier pilier de la PAC (qui concerne celles allouées directement aux agriculteurs pour leur assurer un revenu minimum) - soit, pour la France seulement, au minimum 1,5 milliard d'euros sur les 8,8 milliards d'euros totaux allouées à l'Hexagone -, seraient conditionnées à la mise en place de certaines pratiques agricoles, comme le maintien des prairies, la réduction des pesticides, la diversification des cultures ou encore le soutien à la biodiversité et à l'agriculture biologique.

Depuis plusieurs semaines, les agriculteurs se déchirent autour des contours de ce mécanisme, dont beaucoup craignent qu'ils privent une partie des paysans de leurs revenus actuels, pour favoriser les fermes les plus avancées en la matière. C'est pourtant l'inverse qui se dessine, a fait valoir la Fédération nationale d'agriculture biologique (FNAB) ce matin : selon les premiers arbitrages, l'agriculture biologique perdrait 132 euros par hectare et par an, soit 66% de ses aides, estime le syndicat. Et la certification Haute Valeur Environnementale (HVE) serait traitée à la même égide que le bio, pourtant plus regardant.

« Entre 2015 et 2019 un agriculteur bio touchait en moyenne 202 euros par hectare et par an d'aides environnementales sur le pilier 1 de la PAC [...] Les premiers arbitrages pour la future politique agricole commune [...] propose de passer ce montant à 70 euros par hectare et par an pour la Bio, au même niveau que d'autres pratiques agricoles qui autorisent les pesticides et engrais azotés de synthèse », a-t-on expliqué à la FNAB.

Migrer vers un nouveau système

Une mesure incompréhensible pour le syndicat, alors même que la future PAC se veut plus ambitieuse sur le plan de la transition écologique. « Il faut réellement rémunérer les services environnementaux fournis, pour inciter à arrêter d'utiliser des pesticides et des engrais azotés, et conditionner 25% de l'aide à des pratiques et des labels vertueux, ou à une évolution dans ce sens », a ainsi fait valoir Guillaume Riou, son président. D'autant que, pour les agriculteurs bio, ces revenus supplémentaires ne seraient pas de trop : produire avec ce label coûte plus cher et demande un cahier des charges techniques exigeant, ainsi qu'une plus grande surface, a-t-il souligné.

A Strasbourg, le discours était tout autre : « Les contraintes environnementales deviennent tellement importantes et ubuesques qu'elles sont presque impossibles à mettre en œuvre. On ne peut pas faire que de l'environnement sans tenir compte de l'économie », a déclaré à l'AFP Fabrice Couturier, président de la FDSEA Moselle. Et Eric Thirouin, président de l'Association générale des producteurs de blé (AGPB) d'ajouter que cela risque d'aboutir à « un tiers d'aides en moins (...) pour plus de la moitié » des céréaliers français.

« Cet éco-régime doit créer un peu d'insatisfaction, pour pousser à migrer vers des pratiques plus respectueuses, répond-on à la FNAB. Sinon, c'est l'immobilisme. L'idée n'est pas de tout renverser brutalement, mais de migrer pas à pas vers ce système, en n'abandonnant personne ».

Accompagner les hommes et les femmes

Autre demande du collectif, « véritable socle de la transition agro-écologique » selon la Confédération paysanne : une architecture sociale plus aboutie, alors que le pays est confronté à l'abandon massif d'agriculteurs. « Nous savons que nous ne sortirons pas tout de suite de l'aide conditionnée à l'hectare. Mais il faut une PAC qui cible beaucoup plus les hommes et les femmes », a ainsi réclamé Nicolas Girod, porte-parole de la Confédération paysanne. Pour ce faire, le syndicat demande d'activer trois leviers : le plafonnement et la dégressivité des aides - pour permettre une redistribution, la revalorisation du paiement aux premiers hectares - de manière à favoriser les petites exploitations, et l'aide forfaitaire aux petits agriculteurs, « oubliés de la PAC ».

Lire aussi : Des propositions pour sauver les agriculteurs de la guerre des prix

Une partie loin d'être gagnée, a regretté le président de « Pour une autre PAC », Mathieu Courgeau : reçu il y a trois semaines par le ministre de l'agriculture, Julien Denormandie, le paysan vendéen s'est inquiété de la teneur des négociations jusqu'à présent. « Nous pressentons, au mieux, une politique du statu quo, qui ne servirait ni les agriculteurs, à qui on doit donner les moyens de relever les défis à venir, ni nos concitoyens », a-t-il déclaré. « Pour l'instant, les arbitrages n'ont pas l'air d'aller dans notre sens », a abondé Nicolas Girod.

« Le ministre a plusieurs fois fait part de sa crainte de rompre certains équilibres, en prenant à certains pour donner à d'autres. Mais la solution n'est pas de rester dans un système inefficace fondé sur une logique de tiroir caisse. A la fin de cette future programmation, il ne faut pas qu'on se retourne et qu'on constate qu'on a encore perdu des paysans, avec un impact catastrophique sur l'environnement et une augmentation de la précarité alimentaire », a souligné le porte-parole.

Le suspense sera de courte durée : la déclinaison française de la PAC devrait être finalisée d'ici à quelques semaines par le gouvernement, et soumise en juin à l'Union européenne. A Bruxelles, des pourparlers ont repris vendredi dans le cadre d'une « super-trilogue » entre le rapporteur du Parlement européen, la présidence du Conseil de l'Union européenne et la Commission européenne, pour en déterminer le cadre général.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 03/05/2021 à 11:06 :
En moyenne, les agricultueurs français reçoivent une plantureuse subvention d'environ 25.000 euros chaque année. Tiens, quelle coïncidence ! C'est exactement la même somme qu'ils gaspillent chaque année en pesticides, engrais et autres substances toxico-chimiques; la ac ne servant en fin de compte qu'à remplir les poches de la criminogène industrie chimique.
En plus, les fermiers sont le secteur d'activité qui connaît le plus haut taux de cancers professionnels toutes professions confondues. Allez savoir pourquoi... En outre, l'agriculture conventionnelle et soi-disant raisonnée sont destructrices d'emplois (contrairement à la permaculture et au bio), sont dévoreuses d'énergies fossiles hyper-pollua,tes et ont des rendements forcément de plus en plus dérisoires (à 5 ans, le bio a les rendements les plus élevés, toutes agricultures confondues. Pour cette raison, mais aussi pour d'évidentes raisons sanitaires, le bio est d'ailleurs encouragé par la FAO). Et c'est sans compter le coût énorme causé par les agricultueurs conventionnels et raisonnés en termes de soins de santé étant donné que leurs méthodes criminogènes sont directement responsables de très nombreuses maladies graves : dérèglements hormonaux, troubles neurologiques, cancers... Continuer à subventionner grassement ces pollueurs qui mettent les terres, les récoltes, la nature et les consommateurs en danger de mort. Qu'on supprime la PAC à réserver uniquement aux agriculteurs bio et au permaculteurs, qui sont responsables et respectueux, et qu'on taxe tous les autres bouseux par tête de bétail (mal)-traité et par hectare contaminé. Personne n'a besoin de ces agricultueurs qui nous assassinent chaque jour d'avantage. Qu'ils disparaissent purement et simplement, laissant la place aux cultures bio (qui contiennent en moyenne près de 250 fois moins de pesticides que les conventionnelles) serrait un formidable progrès.
a écrit le 01/05/2021 à 23:28 :
Un copain agriculteur céréalier du ctre de la France est passé au bio, y'a 15 ans avec des aides généreuses de l'État et après une solide remise à niveau. Depuis, ses filles ont repris l'exploitation et ont monté en s'associant avec d'autres, des ateliers de conditionnement pour vente au public. D'où 2 créneaux de vente: les coopératives et la vente directe.
D'où, qd on veut, on peut...
a écrit le 01/05/2021 à 11:38 :
Nos fonctionnaires agricoles se rebiffent face à leurs chefs.
a écrit le 01/05/2021 à 10:45 :
Parce que l'UERSS empire prévu pour durer mille ans est d'une pathologique hypocrisie, elle s'attaque aux agriculteurs tandis qu'entièrement soumis aux intérêts de l'obscurantisme agro-industriel auquel notre classe dirigeante ne s'attaque jamais puisque en faisant partie.

Oui on peut les plaindre d'être autant exploités et instrumentalisés les agriculteurs conventionnels mais par contre on ne peut pas les écouter sur comment exploiter la terre. 80% d'insectes en moins les gars, de grâce arrêtez de bosser quelques heures et pensez y pendant ce temps, merci.
a écrit le 01/05/2021 à 9:34 :
s'ils veulent etre entendus, ils doivent se comporter comme de veritables cgtistes tolerants, par exemple les goodyears dans la tolerance non penalement reprehensible.......l'alternative etant de se comporter comme des ' jeunes' de banlieue, tout aussi tolerants et respectueux que leurs protecteurs politiciens, donc beneficiant d'absolutions generalisees
Réponse de le 03/05/2021 à 13:28 :
En moyenne, les agricultueurs français reçoivent une plantureuse subvention d'environ 25.000 euros chaque année. Tiens, quelle coïncidence ! C'est exactement la même somme qu'ils gaspillent chaque année en pesticides, engrais et autres substances toxico-chimiques; la ac ne servant en fin de compte qu'à remplir les poches de la criminogène industrie chimique. En plus, les fermiers sont le secteur d'activité qui connaît le plus haut taux de cancers professionnels toutes professions confondues. Allez savoir pourquoi... En outre, l'agriculture conventionnelle et soi-disant raisonnée sont destructrices d'emplois (contrairement à la permaculture et au bio), sont dévoreuses d'énergies fossiles hyper-pollua,tes et ont des rendements forcément de plus en plus dérisoires (à 5 ans, le bio a les rendements les plus élevés, toutes agricultures confondues. Pour cette raison, mais aussi pour d'évidentes raisons sanitaires, le bio est d'ailleurs encouragé par la FAO). Et c'est sans compter le coût énorme causé par les agricultueurs conventionnels et raisonnés en termes de soins de santé étant donné que leurs méthodes criminogènes sont directement responsables de très nombreuses maladies graves : dérèglements hormonaux, troubles neurologiques, cancers... Continuer à subventionner grassement ces pollueurs qui mettent les terres, les récoltes, la nature et les consommateurs en danger de mort. Qu'on supprime la PAC à réserver uniquement aux agriculteurs bio et au permaculteurs, qui sont responsables et respectueux, et qu'on taxe tous les autres bouseux par tête de bétail (mal)-traité et par hectare contaminé. Personne n'a besoin de ces agricultueurs qui nous assassinent chaque jour d'avantage. Qu'ils disparaissent purement et simplement, laissant la place aux cultures bio (qui contiennent en moyenne près de 250 fois moins de pesticides que les conventionnelles) serrait un formidable progrès.
a écrit le 01/05/2021 à 9:11 :
correction:
Toute l'agriculture française ne peut pas bénéficier des aides du gouvernement français et de celle de l'Europe en même temps. Cela est déloyal vis à vis des autres agriculteurs européens. Ils ont vu la France bénéficier de la plus grosse enveloppe de la PAC pendant des années.
a écrit le 01/05/2021 à 9:10 :
Toute l'agriculture française ne peut pas bénéficier des aides du gouvernement français et de celle de l'Europe en même temps. Cela est déloyal vis à vis des autres agriculteurs européens.ppendant des années, ils ont vu la France bénéficier de la plus grosse enveloppe de la PAC pendant des années.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :