Alphan Manas se contentera de 15% d'Heuliez, "insuffisant" pour Estrosi

 |   |  251  mots
(Crédits : © 2010 Thomson Reuters)
Alphan Manas est finalement prêt à entrer au capital d'Heuliez, mais seulement à hauteur de 15% du capital et en association avec deux autres entreprises turques. Cela ne satisfait pas le ministre de l'Industrie, ni les syndicats.

Les syndicats du constructeur et de l'équipementier automobile Heuliez ont jugé "inacceptable et pas crédible" la proposition d'Alphan Mana. " Ces 15% ne veulent rien dire, on ne sait pas ce que cela représente. Ce n'est pas crédible", a déclaré à la presse Gilles Bineau, CFDT. "On s'attendait à plus conséquent. Cette offre est très insuffisante, inacceptable. Il faut qu'elle soit confortée par M. Manas ou par d'autres investisseurs", a indiqué pour sa part Jean-Emmanuel Vallade, délégué CFE-CGC.

Le ministre de l'Industrie Christian Estrosi a également déclaré qu'il trouvait la proposition "insuffisante". "Nous avons besoin d'étudier d'autres dossiers qui pourraient venir compléter son offre. Des industriels français, américains, allemands ont fait connaître leur intérêt. Les dossiers seront examinés un par un".

La dernière offre d'Alphan Manas pour sauver l'équipementier automobile français témoigne de la prudence avec laquelle cet homme d'affaires turc gère ce dossier. 15% du capital d'Heuliez pour un montant qui n'a pas été rendu public. Pour mener à bien son projet, il s'est associé à deux partenaires turcs, le fabricant de batteries Inci Akü et B Plas un équipementier.

Outre 15% du capital, ces trois partenaires souhaitent acquérir la marque de véhicule électrique d'Heuliez, "Mia". Ils garantissent que la production de cette automobile sera bien réalisée dans l'usine de Cerizay (Deux-Sèvres) mais souhaitent avoir la maîtrise du dessin des nouveaux modèles soient dessinés en Turquie.

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 31/03/2010 à 10:25 :
Les grands constructeurs automobiles ont du mal a mettre au point et a mettre en place des vehicules electriques competitifs. Alors comment peut ont imaginer qu'un equipementier minuscule puisse rivaliser sur ce marche ? De plus Heuliez est dans une situation financiere tres difficle. L'avenir d'Heuliez est bien sombre. C'est tres triste pour les employes a qui on a laisse croire a tort qu'Heuliez serait sauve avec l'intervention amateuriste des politiciens aussi bien nationaux que locaux.
a écrit le 31/03/2010 à 10:20 :
on ne peut pas dire que la prise de contrôle d'un fleuron français par une entreprise turc soit une idee intelligente - LA SOLUTION EST SIMPLE : il n'y a qu'a recupérer les Crédits d'Impôts Recherche déclarés abusivement par Renault pour développer les tombereaux DACIA et les crédits d'impôts tout aussi abusifs dont a bénéficier Peugeot pour investir en slovaquie alors qu'il lachait HEULIEZ , et ensuite réinjecter une partie de ces fonds récupérés justement dans Heuliez

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :