GM : meilleurs résultats depuis 2004 en attendant l'entrée en Bourse

 |   |  473  mots
Ed Whitacre va quitter ses fonctions de directeur général alors que le constructeur automobile va bientôt faire son retour en Bourse. GM a dégagé 1,3 milliard de dollars de profits au deuxième trimestre. C'est sa meilleure performance trimestrielle depuis 2004.

Ed Whitacre va quitter son poste de directeur général de General Motors le 1er septembre prochain. Nommé à la tête du géant américain de l'automobile en décembre 2009 suite à la démission de Fritz Henderson, il conservera néanmoins ses fonctions de président de conseil d'administration jusqu'à la fin 2010. Il sera remplacé par Dan Akerson, jusqu'ici administrateur du groupe.

Ed Whitacre n'avait jamais caché le caractère temporaire de ses fonctions exécutives. Il pourra laisser sa place avec le sentiment du devoir accompli: en neuf mois, General Motors est redevenu profitable et prépare activement son retour en Bourse. Selon la chaîne d'informations financières CNBC, le groupe devrait déposer ce vendredi son projet auprès de la Securities & Exchange Commission (SEC), l'autorité des marchés financiers.

Cette annonce intervient le jour de la publication des résultats trimestriels du groupe. Ed Whitacre l'avait promis: ces chiffres allaient montrer la solidité retrouvée de l'ancien premier constructeur automobile mondial. Et le géant de Detroit n'a pas déçu, publiant ce jeudi ses plus importants profits depuis 2004, à 1,3 milliard de dollars. Au premier trimestre, le nouveau GM avait déjà dégagé un bénéfice net de 865 millions de dollars.

Symbole d'une industrie américaine triomphante, General Motors avait pourtant frôlé la faillite début 2009, obligé de se placer sous la protection du Chapitre 11 de la loi américaine sur les faillites et de solliciter l'aide de l'Etat fédéral. Depuis, GM s'est restructuré, réduisant drastiquement ses coûts de production, et cherche à réorienter sa production vers des modèles plus conformes aux nouvelles attentes des consommateurs.

Après avoir temporairement perdu sa place de numéro un sur le marché américain, aux dépens de son concurrent Ford, General Motors s'est refait une santé. Comme en témoigne le bond de 43% de son chiffre d'affaires au deuxième trimestre, à 33,2 milliards de dollars (+5% par rapport au premier trimestre 2010). Aux Etats-Unis, ses ventes ont progressé de 12% en volume, avec 601.700 véhicules vendus.

Le retour en Bourse pourrait constituer la plus grosse introduction réalisée outre-Atlantique depuis celle de Visa en mars 2008. Elle permettrait à l'Etat de réduire sa participation, actuellement fixée à 61%, un peu plus d'un an après la sortie du groupe du dépôt de bilan et l'injection dans ses caisses de 50 milliards de dollars d'argent public. Son retour en Bourse devrait permettre à l'Etat fédéral américain de repasser sous le seuil symbolique de 50% du capital.

"Nous voulons que l'Etat sorte," avait expliqué la semaine dernière Ed Whitacre. "Nous ne voulons pas qu'on nous connaisse comme Government Motors", surnom dont le constructeur est régulièrement affublé depuis son sauvetage par l'argent du contribuable. GM doit publier ses résultats trimestriels ce jeudi.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :