Volkswagen n'arrive pas à redresser l'espagnol Seat

 |   |  871  mots
La Seat Leon, réussie, partage de nombreux composants avec la Volkswagen Golf
La Seat Leon, réussie, partage de nombreux composants avec la Volkswagen Golf
Malgré l'arrivée d'une nouvelle berline compacte Leon réussie, la marque espagnole perd de l'argent. pour le neuvième exercice consécutif. Sa perte opérationnelle atteignait 152 millions d'euros en 2013. C'est la seule division déficitaire du groupe de Wolfsburg.

Tous les indicateurs du groupe Volkswagen sont au vert... sauf un. Car la firme espagnole Seat continue en effet de perdre de l'argent. C'est la seule division du consortium allemand dans le rouge. La marque hispanique a encore affiché une perte opérationnelle de 152 millions d'euros l'an dernier, du même ordre qu'en 2012... Comme le chiffre d'affaires a un peu augmenté en 2013 (+6%), la marge est légèrement moins négative qu'en 2012 (-2,2%, contre -2,4%). Il n'empêche. Seat a perdu de l'argent pour le neuvième exercice consécutif! L'équilibre était espéré en 2013, mais las.

Skoda a pris la place de Seat

Créée par le régime du général Franco en 1953 avec l'aide de l'italien Fiat, Seat aurait dû être la marque à "bas prix" du consortium Volkswagen, qui l'a reprise en déshérence dans les années 80, après que le groupe turinois s'en soit dégagé. Avec pour passif une image de constructeur national lié à la dictature, des produits médiocres et une qualité de service tout aussi mauvaise. Mais Seat, dont on se rappelle les fameuses 600 et 1500 des années cinquante et soixante (clones des Fiat 600 et 1800), n'a pas eu de chance.

Car le mur de Berlin tombe aussitôt après le rachat. Volkswagen en profite pour acquérir le tchèque Skoda, à la barbe de Renault. Résultat : Skoda prend du coup la place de ce qu'aurait dû devenir Seat, avec un meilleur savoir-faire, des coûts bien plus bas, une plus grande proximité géographique, culturelle et industrielle avec l'Allemagne.

La réussite fulgurante de Skoda, qui  a réalisé une marge opérationnelle de 5,1% l'an dernier (6,8% en 2012), a quelque peu marginalisé Seat et rendu son positionnement pour le moins ambigu. L'ex- "Société espagnole d'automobiles de tourisme", que le président du conseil de surveillance et ancien patron opérationnel du groupe allemand Ferdinand Piëch n'a jamais aimée, fait plus ou moins double emploi avec le label tchèque, et l'accent mis sur le sport reste artificiel, car Seat n'a pas de palmarès ni de légitimité en la matière. La référence au prétendu art de vivre méditerranéen, qui, en matière automobile, est italien mais en rien espagnol, ne fait pas non plus vibrer les foules.

Misant dès lors sur Skoda, qui a très tôt réalisé des profits, le groupe germanique a négligé l'intercontinentalisation de Seat. Empêtrée dans ses pertes, faute d'argent frais, la marque n'a pu investir hors d'Europe, contrairement à Skoda, et se retrouve aujourd'hui centrée sur le seul marché européen, saturé et en crise. Seat, qui souffre des méventes générales de voitures en Europe du sud,  est quasiment exclu des marchés structurellement porteurs comme la Chine, la Russie... Le label exporte vers l'Afrique du nord, la Turquie, Israël, le Mexique. Mais ça ne suffit pas.

Production en hausse avec la Leon

Pourtant, la production de Seat a augmenté l'an passé à 352.824 unités (contre 321.316 en 2012) grâce à la nouvelle berline compacte Leon, une demi-soeur réussie de la Volkswagen Golf sur la même plate-forme et avec les mêmes motorisations. La berline s'est doublée d'une trois portes et d'un break. Cette belle Leon est un véhicule-clé, puisque l'espoir d'un retour à l'équilibre financier repose sur elle. Volkswagen n'a d'ailleurs pas lésiné sur les investissements. Il a déboursé 800 millions d'euros pour cette Leon, sur un total de 2,7 milliards d'investissements chez Seat entre 2007 et 2012.

Il s'est fabriqué l'an dernier 114.568 Leon (y compris un reliquat d'anciens modèles de la génération précédente). Soit une progression sensible de 60% en un an, avec de bonnes ventes en Allemagne, Grande-Bretagne et Espagne. Mais on est encore loin des 200.000 par an espérées au départ. Il manque d'ailleurs au total à Seat plus de... 450.000 véhicules à vendre annuellement pour réaliser l'objectif assigné par l'actionnaire de Basse-Saxe, à savoir 800.000 unités annuelles pour la firme ibérique en 2018.

Capacités loin d'être saturées

Problème: la Leon, quelles que soient ses qualités, risque de ne pas suffire pour saturer la production du site catalan de Martorell, qui vient de fêter ses vingt ans et dont les capacités atteignent le demi-million d'unités annuelles. Et ce, malgré la production du 4x4 compact Audi Q3 sur ce site près de Barcelone, pour aider à le remplir. Plusieurs modèles Seat sont en effet produits hors d'Espagne, comme la micro-citadine Mii, fabriquée à 25.500 unités l'an dernier à Bratislava, en Slovaquie.

Le monospace Alhambra, frère jumeau du Volkswagen Sharan, est assemblé pour sa part chez son actionnaire germanique au Portugal. Enfin, la berline de gamme moyenne Toledo n'est qu'une Skoda Rapid restylée et assemblée en République tchèque. Les seules vraies Seat sont la Leon et la petite Ibiza (145.000 en 2013), qui sera profondément restylée en 2015, deux véhicules réalisés eux à Martorell, près du coeur historique du constructeur espagnol qui fabriquait traditionnellement ses modèles à Barcelone, dans la zone franche, un site aujourd'hui fermé. On attend l'arrivée d'un 4x4 compact pour 2016.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 23/01/2015 à 18:51 :
Incroyable; depuis une dizaine d'année, l'esthétique des voitures Seat est réussi et personnelle, elles lignes modernes mais jamais tape à l'œil résistent au temps (quand certaines firmes comme Fiat -mis à part la 500, nous sortent des voitures aux lignes quelconques datées des années 90).
Le plus incroyable, c'est que la firme Skoda (pas plus fiable... d'ailleurs les SEAT sont fiables comme les SKODA, VW oblige) , aux lignes hyper classiques (parfois carrées, sans originalité) qui marchent. Alors oui, Skoda possède avec le ROOMSTER un véhicule décalé, pratique et réussi esthétiquement, mais les Fabia, Octavia et Superb sont pas vraiment "sexy". C'est soigné mais commun. Même le mignon Yéti a perdu ses rondeurs et sa bonne bouille pour une nouvelle version façon "boite à chaussure".
Décidément, j'ai parfois du mal à comprendre l'automobile. Au passage, je ne suis pas fan de Seat, même si j'ai eu deux modèles Ibiza 2002 et ALtea 2007 (aucun problèmes en 170 000 et 80 000 km), j'aime juste les voitures qui ont de la "gueule" ou de l'originalité, et à l'esthétique élégante ...quellle que soit la marque. Par exemple, je n'aimais pas Mercedes (mastoc, pas très fin, carrés) et les nouveaux modèles classe sont sublimes.
a écrit le 28/03/2014 à 23:09 :
Seat cumule les défauts de la fiabilité très mauvaise des Volkswagen tout en n'ayant plus une identité à elle. Avec les Marbella et premières Ibiza, Seat était une marque très bas de gamme mais c'était aussi sa force. Aujourd'hui, pas d'image réelle.
a écrit le 27/03/2014 à 11:09 :
La SEAT Leon FR se vend très bien en Algérie malgré son prix élevé !
Réponse de le 29/03/2014 à 0:26 :
La Seat Leon FR n'existe pas, elle ne peut donc pas se vendre. Merci pour votre humour.
Réponse de le 16/04/2014 à 17:27 :
Au lieu de dénigrer les autres, merci de vus renseigner. La Seat Leon FR existe bel et bien.
a écrit le 27/03/2014 à 9:49 :
@lol volkswagen, pyramide, système de ponzi, merci Lol, votre éclairage est édifiant, tous aux abris...!!!! ????
a écrit le 27/03/2014 à 3:43 :
Si Volkswagen Company investit 85 milliards sur 5 ans, cela équivaut à 17 milliards d'investissement par an, cependant Volks Comp. ne fait que 12 milliards de bénef par an, cela veut dire que Volks Comp perd 5 milliards par an (12-17= -5) en milliards.
C'est un calcul tout simple et très parlant.
Réponse de le 27/03/2014 à 9:58 :
Vous avez déjà entendu parler de crédits? VW comme toute les entreprises d'ailleurs ne finance pas tout avec sa trésorerie.
Réponse de le 29/03/2014 à 0:30 :
Donc intérêts, donc endettement, VAG est à fuir pour tous les investisseurs sérieux. Cette marque mise tout sur l'effet d'annonce, mais lorsqu'on regarde de plus prêt, il est criant que 12 milliards de bénéfices moins 17 milliards d'investissements égale 5 milliards de pertes. Mieux vaut choisir un titre non endetté (cherchez, vous en trouverez un et il est français...)
a écrit le 26/03/2014 à 19:53 :
L'avantage d'une Seat est d'être, toute chose par ailleurs égale, moins chère qu'une VW. Mécaniquement, ce sera donc toujours moins rentable qu'une VW... Comme historiquement Seat n'a jamais marqué son temps, personne ne pleurera sa disparition
Réponse de le 26/03/2014 à 21:25 :
J'adore les comparaisons de marques plutôt que de modèles, cela démontre le niveau d'objectivité du prédicateur...
Réponse de le 26/03/2014 à 23:26 :
Je comprends pas, vous préféreriez une Seat à une VW si le prix était le même, vraiment ??
Réponse de le 27/03/2014 à 1:38 :
Si je devais choisir entre une Seat et une VW qui partagent la même base moteur et chassis, je n'hésiterai pas longtemps connaissant l’invraisemblable inconfort des Seat que partage Volkswagen, ainsi je me tournerait vers les productions PSA ou Renault qui démontrent au fil du temps leurs qualités de confort et de routières.
a écrit le 26/03/2014 à 19:38 :
Franco a créé Seat, Hitler Volkswagen, je ne savais pas pour Seat, mais alors là, c'est le pompon. Quand je pense à mon frère d'amitié, petit fils d’immigré Espagnol ayant fuit le franquisme et qui s'est acheté une Séat Léon Tdi 140, voiture certes puissante mais très archaïque et extrêmement inconfortable, j'ai mal au ventre pour lui. Ce sera d'ailleurs notre prochain sujet de discussion.
a écrit le 26/03/2014 à 19:15 :
Sympa la Leon c'est une golf en pas trop austère, en gros. Après, le consommateur achète souvent une marque, et là forcément c'est plus pareil.
Réponse de le 26/03/2014 à 19:39 :
et sièges vraiment merdiques pour la Léon, c'est affligeant un tel inconfort!
a écrit le 26/03/2014 à 18:12 :
Le groupe Voksawgen paie aujourd'hui à travers sa boulimie d'achats, le cannibalisme de marques redondantes d' une fiabilité à la rue ce qui achève le plongeon des ventes et...les espoirs de devenir le number one ; le groupe est est en chute libre sur les marchés us, anglais, français et...russe sur deux mois, rien n'y fait, la baisse de qualité obère les ventes... Au sondage fiabilité d'auto plus du 10 01 14, audi est classé 19 ème sur...20, pensez donc ! Cette enquête est corroborée par le très sérieux british Car Reliability Index et le non moins probant JD Poxer US. Rien ne va plus, faites vos jeux...!!!
a écrit le 26/03/2014 à 17:54 :
C'est juste une erreur stategique de la part de wv dans le positionnement de ces marques, en effet skoda aurais du etre la marque d'entree du groupe et seat plus sport.
Or aujourd'hui skoda cartonne, seat manque de produit, suv, etc…
Seat subit egalement la crise du marche sud ou il est vraiment la premiere marque.
Pourtant de belles voitures.
Ps pour repondre une fois pour toute a l'eternelle question oui les acheteurs d'audi sur certains modeles sont c… .., pour la meme qualite tu as une seat ou skoda pour moins chere.
Alors en effet la question peut se poser.
a écrit le 26/03/2014 à 15:41 :
alors godrev, PSA n'est toujours pas numéro 1 mondial ?
Rhoooo, comment s'est possible avec toutes leurs belles voitures et les millions d'euros de bénéfices ?????
Réponse de le 26/03/2014 à 19:29 :
ami, nous les français sommes des constructeurs modestes point de boulimie morbide, point de prétentions -la troisième marche du podium nous irait bien-, mais ce qui compte, vraiment, la satisfaction de nos clients usant d' autos "french touch" grâce à des produits rieurs et vifs, en croissance soutenue depuis mi 2013. C'est une réussite, 208 CLIO 2008 et CAPTUR sont le rv chic de nos clients conquis...! Adios l'austérité teutonne tiède et fadasse, nous la piétinons, la renvoyons outre Rhin, plus jamais, au grand jamais...!!!
a écrit le 26/03/2014 à 15:34 :
c'est bête pour Bugatti d'aller mal.... Elles sont fabriquées en France !!!!
tout s'explique ....
a écrit le 26/03/2014 à 15:18 :
En 7 min 58 secondes 44 centièmes, c'est le temps qu'il faut à la dernière Leon Cupra pour boucler un tour de la Nordschleife, impitoyable circuit allemand, la Seat Leon Cupra vient de détrôner la Megane Renault sur le circuit mythique du Nurburgring.

Les pertes de seat sont infimes dans l'océan de bénéfices de VW Group. Pendant ce temps, Renault perd 6 fois plus que SEAT, en 2013 Renault group a perdu 900 millions euro, près de 1 milliard de pertes.
Réponse de le 26/03/2014 à 15:55 :
Renault a dégagé en 2013, 586 millions d'euros de bénéfice..
Réponse de le 26/03/2014 à 18:16 :
@nurburgring Trollwagen, comme vous y allez, à l'évidence, pas avec le dos de la cuillère, y aura t-il demain encore qq'un pour croire à vos bobards et à la marque que vous...promotionnez..!!!
Réponse de le 26/03/2014 à 22:43 :
@Jacky
Faut lire le détail des comptes publiés par Renault

Votre chiffre est obtenu après incorporation de 1,4 milliards de dividendes en provenance de Nissan,
sans les dividendes de Nissan 1 498 000 000, RenaultDacia perd bien 1 498 000 000 - 586 000 000 = perte de 912 000 000 euro en 2013. Dacia est un boulet de pertes récurrentes depuis 11 ans.
Réponse de le 27/03/2014 à 3:36 :
Les chiffres publiés par Renault sont après investissement, c'est bien connu, Renault réinvestit tout et n'est pas endetté, c'est le contraire pour VAG fortement endetté qui annonce ses investissements après ses bénéfices, soit 85 milliards d'investissement sur 5 ans, sachant que VAG fait 12 milliards de bénéfice par an, cela donne : 85/5=17. Donc 12 milliards de bénéfice - 17 milliards d'investissement = 5 milliards de pertes annuelles par la Volkswagen Company.
Volkswagen Company perd 5 milliards par an, heureusement que le qatar est là pour la soutenir... °!°
Réponse de le 27/03/2014 à 8:28 :
VW group dispose de 17 milliards de trésorerie en cash et investit 10 fois plus que Renault qui est une bulle financière, Renault ne tient debout que par la spéculation financières de type subprime.
Réponse de le 27/03/2014 à 9:56 :
@cash La problématique vw c'est bien cette boulimie -t'as vue, je suis le plus gros-, cet investissement...erratique alors rien de ce qu'ils commettent ne tient...la route ; la question, la vraie, la seule est, pourquoi ce gaspillage alors que disposant d'une débauche de moyens quand les français y vont à l'économie mesurée et transcendent tous les jours l'automobile...???!!!
Réponse de le 29/03/2014 à 1:05 :
17 milliards de trésorerie cash moins 5 milliards par an sur 5 ans = moins 8 milliards d'euros. Elle est simple cette analyse pourtant.
a écrit le 26/03/2014 à 14:58 :
Pendant ce temps la PSA demande encore des subventions, les chinois ont bien compris que l'etat Français et godrev nostaligique et des 304 et 504 continuent de payer..... avec l'argent des autres...
Réponse de le 26/03/2014 à 18:14 :
Ma 2008 est un joujou extra @dédé et elle vous salue bien, vive, joueuse, en un mot, tellement ...française...!!
Réponse de le 26/03/2014 à 20:41 :
Surement pour rouler à 80, se sentir comme un flan et végéter dedans j'en doute pas....
Réponse de le 27/03/2014 à 9:59 :
@@godreb 90 sur route, 130 sur autoroute, c'est la loi mon bon ami et j'en atteint les limites très, trop facilement avec ma 2008...!!!
Réponse de le 01/04/2014 à 12:53 :
Trop la classe ! Godrev il arrive a faire du 130 sur autoroute. Trop bien la 2008.
a écrit le 26/03/2014 à 13:01 :
La marque de trop ? Mais peut-être pas la seule, Bugatti va mal, en PL Man est à la rue et SCANIA hier un fleuron, marginalisé dans le métier ne vaut que par ses ventes dans les pays du Golf suite à de grosses erreurs stratégiques ; rien n'est rose désormais pour la Volks Cie que sa boulimie de rachat et son dilettantisme conduisent aujourd'hui à dégrader ses marges pour...tenir. Le prix payé pour cette absence de fiabilité notoire ? Sans doute... Bon courage...!!!
Réponse de le 26/03/2014 à 14:16 :
Selon godrev qui cite "La Marque de trop"
en effet, la marque de trop c'est la marque Renault qui perd 900 millions d'euro en 2013, soit 6,2 fois plus que Seat.
In finé, Seat est une goutte d'eau dans les énormes profits 11 milliards euro de VW Group.

Pour le reste, sont insignifiants les mensonges absurdes de godrev sur Man et Scania en excellentes santé.

En France Renault Truck supprime 950 emplois.
Réponse de le 26/03/2014 à 18:22 :
@La marque de trop RENAULT VI = VOLVO mon bon Trollwagen, deuxième du secteur, confronté comme les autres à la baisse du marché Europe et qui a repris RVI sans jamais licencier, rare, le plan était déjà dans les tuyaux au rachat...!!! Je confirme Man à la rue à résultats zéro et SCANIA pas folichon après le plongeon de 2013, toute la profession le sait, sauf les étrangers à la profession...!!!
Réponse de le 26/03/2014 à 19:55 :
Renault Truck n'appartient plus à Renault. Tu es censé le savoir pourtant.
a écrit le 26/03/2014 à 12:30 :
Cet article propose une analyse pertinente et intéressante de ce maillon faible de l'empire VW.
Réponse de le 26/03/2014 à 16:07 :
Non... vous ne comprenez que ce que vous voulez entendre et cela est limite de la faute professionnelle... si VW loin d' ètre un manche industriel ne gagne pas une peseta en produisant en Espagne et semble s' en dégagé, comment les marques française produisant là-bas peuvent espérer y sortir un résultat d' exploitation à faire frémir...
a écrit le 26/03/2014 à 12:23 :
Vous êtes bien sévère dans cet article avec la marque SEAT...
La marque SEAT a rencontré de jolis succès dans les années 90 avec des modèles dont la fiabilité a été reconnu par tous (SEAT Toledo de l'époque). En 1995, le 10 000 000éme véhicule sortait des usines espagnoles
Vous affirmez que la marque SEAT n'a " pas de palmarès ni de légitimité sur le plan sportif". Or, SEAT a remporté le titre de champion du monde des constructeurs à trois reprises en 1996, 1997, 1998 en rallye automobile (catégorie 2l) et concourt a de nombreuses compétitions automobiles (il y avait il me sembleune SEAT leon durant le championnat de véhicule de tourisme 2013...)
Réponse de le 26/03/2014 à 13:03 :
Avant Volkswagen, Seat n'avait jamais produit que des Fiat rebadgées. Si je me souviens bien, les Seat des années 90 étaient des Fiat Ritmo à peine modifiées avec un gros autocollant "powered by Porsche", en fait seule l'injection était Porsche, le reste était italien et la tolédo était donc une Ritmo avec un coffre. Préparer des véhicules de Rallye est à la portée de n'importe quel atelier, concevoir des véhicules de A à Z c'est tout autre chose.
Réponse de le 26/03/2014 à 14:07 :
a l'epoque seat etait fiable car c'etait des mooteurs fiat, les fameux 750 et 100 fire increvable.

Maintenant c'est allemand donc c'est pas fiable.
Réponse de le 26/03/2014 à 14:55 :
si allemand c'est pas fiable Français c'est laborieux....
a écrit le 26/03/2014 à 11:49 :
Quitte à devoir choisir entre une octavia ou une leon, je pense que je choisirai la Leon, moins tape-cul. Pour le reste (motorisation, châssis, finition) ce sont des clones.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :